L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Yvon Rolland

Mobilier et plafond du bureau du Préfet du Finistère (réalisé en 1986... ou 87)


C'est un reportage diffusé au 20Heures de TF1 ce vendredi 8 mai 2020 qui me rappelle l'une de mes réalisation des plus marquantes pour moi. D'autre part, depuis longtemps certains me réclament ici pour y faire partager mes connaissances et expériences.
Me voilà donc. Ces souvenirs retrouvés ce soir me donnent l'occasion de cette première publication ici. On verra si j'y trouve intérêt à lui donner suite...

Ce reportage du journal de TF1, dans le cadre du sujet du déconfinement des plages, nous montrait le Préfet du Finistère répondre à un journaliste dans son bureau (le local) et devant son bureau (le mobilier). C'est donc la vision (à laquelle je ne m'attendais pas 😲) de ce mobilier qui m'a incité à en rechercher des images sur internet (puisque je n'en avais pas. Nous ne faisions pas de photos aussi automatiquement qu'aujourd'hui, à l'époque). J'en ai retrouvé quelques unes de qualité correcte, d'autre moins. Je n'en publie que les meilleures ici.

En 1986 ou 87 (je ne sais plus plus précisément l'année), alors jeune menuisier ébéniste, je réalisais cet ensemble pour le bureau du préfet du Finistère. Je croyais ce mobilier remisé, à l'occasion d'un changement de Préfet au goût duquel il n'aurait pas été... Je constate que les informations qui m'avaient été communiquées à ce sujet n'étaient pas si bonnes que ça, et que tout est toujours utilisé, même si le bureau à légèrement changé d'implantation.
Il était en effet à l'origine placé parallèlement au meuble arrière, sous la grande carte du département, et le meuble déserte qui est aujourd'hui à gauche de l'utilisateur du bureau, était au départ du coté droit. Ce meuble déserte était à l'origine plus bas que le bureau car destiné au matériel de communication de l'époque, (plusieurs téléphones dont un truc énorme avec plein de gros boutons lumineux... le dernier cri, à l'époque, surement 😲 😂 et puis un bon vieux Minitel). Mais ça c'était avant que l'usage de l'ordinateur et de l'informatique ne se généralise, et que quelques matériels aujourd'hui d'usage courant ne doivent y trouver leur place, et qu'on y rajoute dans ce but (à ce que je crois distinguer) un nouveau plan de travail de même hauteur que le bureau.

  • Le mobilier, bureau, déserte en retour, meuble arrière à tiroirs et portes coulissantes et les 2 meubles d'angles sont réalisés, pour ce qui est des structures et panneaux visibles, en If massif. Pour avoir le bois nécessaire pour ces ouvrages... mon patron d'alors disposait de 2 billes de bois d'IF qu'il se réservait. Elles ont finalement servi à cette demande, très exceptionnelle pour nous à l'époque. Je les avais donc fait scier (dans une scierie) en plateaux de différentes épaisseurs pour couvrir mes besoins, puis sécher (en séchoir/étuve), donc de façon relativement rapide pour pouvoir disposer de la matière première.

L'if est un bois magnifique... mais surtout lorsqu'il a été débité et mis en œuvre récemment. Il présente alors des couleurs qui vont d'un orange très clair jusqu'à de beaux veinages fins et bien marqués qui tendent vers un rouge acajou. Mais ce bois a aussi pour défaut d'être très sensible à la lumière, et de devenir très foncé dans le temps. Si ces nouvelles couleurs peuvent être encore plus chaudes que lorsque le bois vient d'être travaillé (à condition d'être bien éclairé, ce qui n'est pas forcément le cas sur les photos que j'ai retrouvé ce soir), ses beaux veinages tourmentés tendent quelque peu à disparaître. Ce bois (issu d'un conifère) est très dur, cassant et qui se fend facilement. Mais il se travaille très bien et a un rendu exceptionnel même sans aucune finition (ici, le mobilier est verni). Il sent aussi particulièrement bon, quand on le travaille (mais comme plusieurs autres bois aux odeurs reconnaissables. Mais je ne dois pas être très objectif sur la question, j'adore les différentes odeurs de pas mal d'essences de bois !). Par contre, il prend très mal les teintes... mais comme il a tendance à foncer naturellement, ça n'est pas à recommander.

Tout ce mobilier est donc réalisé en If, pour les parties apparentes, et assemblé de façon traditionnelle, tenons/mortaises pour ce qui est des différentes structures et cadres, et rainures/languettes (des vraies, pas des fausses !) pour les panneaux constituant les remplissages des dessus, les panneaux de portes ou de coté, ou les panneaux moulurés ¼ de rond en façades du bureau.

Les aménagements intérieurs des différents mobiliers sont en merisier US. Idem pour les tiroirs qui sont quant-à eux assemblé à queues d'arondes. Ces tiroirs, suivant une exigence de l’architecte, disposent d'un système de translation à l'ancienne... mais d'apparence seulement. En effet, des rainures ont été réalisées sur les coté, mais celles-ci coulissent, non pas sur les coulisseaux en bois que l'on trouve encore sur de très vieux meubles, mais sur un système de coulisseau métallique fixe incorporant des galets. Ce système de coulisses permet aux galets de rouler dans les rainures des tiroirs tout en restant totalement invisible... et sauvegarde donc l'apparence. Ce système aujourd'hui totalement introuvable, fonctionnait parfaitement, même s'il ne permettait pas une sortie totale. Je ne sais pas s'il en est toujours de même 33 ou 34 ans plus tard ! 😄

  • Le plafond en caissons a été réalisé en merisier américain massif. Il est constitué de fausses poutres de différentes largeurs et hauteurs, qui s'entrecroisent vers 2 formes octogonales concentriques au milieu du plafond principal. Elle se rejoignent aussi contre de faux culs de poteaux dont la sous face présente une forme pyramidale. Des lambris du même bois remplissent les espaces des différents caissons, suivant différentes orientations. Des moulures recouvrent et finissent toutes les arrêtes rentrantes et sortantes.
    En plus de ce plafond principal (qu'on ne distingue malheureusement que peu, sur les images), il y avait aussi un plafond latéral, toujours en caissons, mais de formes plus perpendiculaires. L'ensemble devait représenter (de mémoire) quelque chose comme 60 à 70 mètres carrés, peut-être un peu plus.

J'ai réalisé moi même tout le mobilier depuis le sciage (le sciage des billes en scierie, comme dit plus haut) jusqu'à la pose, et avec un peu d'aide pour ce qui concerne les nombreuses pièces constituant le plafond. J'ai également effectué le traçage et démarré la pose de ce dernier...avant de laisser des collègues continuer pour revenir à l'atelier terminer la fabrication du mobilier.

Magnifiques souvenirs que je retrouve ce soir, et qui me donnent l'occasion de cette première publication ici... On verra si ça intéresse, il y en aura alors peut-être d'autres ! 😜

Mis à jour

Discussions

Yvon Rolland a publié la création "Mobilier et plafond du bureau du Préfet du Finistère (réalisé en 1986... ou 87)".
il y a 2 mois
DocEmmettBrown

euh.... j'ai juste envie de dire ..... waouh !
chapeau bas, c'est magnifique !
et gros, gros boulot !!

TristanG

Superbe!

Anthropovergnat
( Modifié )

Ca pour un jeune ébéniste, ça en jette sur la carte de visite !!!

Bon, j'avoue que j'ai plus lorgné sur le plafond à caisson que sur le bureau... peut être parce que celui-là est très encombré et qu'on ne le voit donc pas très bien.

Quant à l'If... j'envie les gens qui habitent dans le Finistère, où l'on en trouve de magnifiques spécimens. Je les aime bien sur pied, pas seulement quand ils sont en planches (mais quel bois magnifique avec son contraste rouge-orangé/ blanc-crême).

Yvon Rolland

L'if est effectivement aussi magnifique sur pied. Beaucoup de leurs propriétaires les préservent aujourd'hui car ils sont souvent centenaires, voire millénaires. On en voit encore quelques-uns notamment dans les cimetières, car symboliques de longévité. Mais ils ont aussi été beaucoup abattus à une époque du fait de leur toxicité pour les animaux (vaches, chevaux...) qui paradoxalement raffolent des ses feuilles ! Il semblerait qu'il soit aussi très toxique pour l'homme... ou très efficace (c'est selon) pour certains qui se seraient servi de décoctions de feuilles d'if pour se suicider !!! A partir ses années 80, beaucoup de bourgs et village ont été réaménagés et modernisés... Malheureusement, beaucoup d'ifs en ont fait les frais ! 😥
Des Ifs, nous n'en avons donc jamais abattus. En relation avec un scieur, (et sur tous les coups), mon patron d'alors en trouvait déjà abattus.
Bois magnifique... mais très difficile d'y réaliser son débit pourtant. Souvent assez court, de croissance irrégulière, au tronc souvent cannelé ce qui fait qu'on trouve des restes d'écorce emprisonnés dans le bois, il faut "slalomer" entre ces défauts pour en éliminer, au moins les plus gros.
Pour ce qui est de la vision du mobilier que laisse apparaitre tout ce qui y est entassé, ne nous plaignons pas trop... Il semblerait que le préfet actuel soit encore plus bordélique que ses prédécesseurs. J'ai vu des photos plus récentes... mais on y distingue à peine le bureau tant il y a de merdier 😄
C'est clair qu'il n'y a aucun risque à ce qu'il en soit de même pour le plafond ! 😜 😉

Anthropovergnat

Yvon Rolland merci de cette réponse détaillée ! Sur la toxicité de l'if on trouve tout et son contraire, des gens qui disent que le bois est toxique mais pas les arilles , d'autres le contraire, d'autres les deux...

A part ça c'est avec des arcs en if que l'ennemi héréditaire nous a mis la pâtée à Crécy et Azincourt... J'ai lu je ne sais plus où que les gros ifs - qui font partie de la forêt primaire européenne - se sont justement raréfiés au moyen âge à cause de la demande anglaise pour fabriquer des arcs.

Kentaro
( Modifié )

Voila un bien beau bureau de Ministre!! ...

DewhitYoussef
( Modifié )

Très impressionnant, le bureau a une sacrée allure.
quand tu dis que ton patron s’était réservé deux billes non sciées ça m’intrigue, peut on garder longtemps une grume non débitée?

Yvon Rolland
( Modifié )

Ces billes n'ont pas été conservées très longtemps, entre l’abatage et le sciage. A l'époque, et dans cette entreprise, nous coopérions souvent avec un scieur proche. De part son activité, celui-ci était informé de certains arbres abattus, et dans des cas exceptionnels comme ceux-là, l'info arrivait aussi rapidement à mon patron d'alors (toujours sur les bons coup aussi ! 😄)
Je n'étais pas dans le secret des pourparlers, mais je pense que ce projet n'était pas prévu en If à l'origine, et que c'est mon patron qui a proposé cette possibilité à l’architecte... Proposition d'exception grâce à laquelle nous avons peut-être eu ce marché.
J'avais déjà réalisé un autre ensemble de mobilier en if, quelques temps auparavant, et je sais que là, c'est ce qui c'était passé. Les lots d'if qui arrivaient ne restaient donc pas très longtemps en attente. 😜

step

Magnifique , très beau partage
Merci

kaj

Bienvenue ici, magnifique travail de pro ! Le plafond doit donner le torticolis ! Énorme tout ça !

fab83

C'est les histoires dans se genre que lon adore 😁
Le plafond est magnifique ,il est vrai que pour le bureau le chargement ne lui rend pas honneur

Santé !

Superbe ! Dommage du peu de photos du coup.

Thibault Jehl
( Modifié )

Magnifique ouvrage ! Merci pour cette contribution. Et même si ça n'est pas de toi j'adore également cette carte géante du Finistère!

fab83

Bien d'accord j'ai toujours adorer ses cartes et autres reliefs, pour les amateurs museedesplansr...nt-compte-insta c'est juste enorme

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

jolie histoire et beau boulot , bienvenue a toi !! 🙂

step
( Modifié )

Je serais pas contre en apprendre un peut plus sur le plafond !
Cordialement

Yvon Rolland

J'ai déjà pas mal décrit ce plafond. Il n'y a pas énormément à dire, celui-ci restant d'une conception relativement simple, même si le volume de travail était important. Que puis-je te dire de plus ?

Alors, nous partions d'un empoutrement en béton armé, sous lequel nous avons réalisé un solivage en bandes de contreplaqué okoumé de 25mm (si je me souviens bien de l'épaisseur. Et le CP était peut-être M1, pour la résistance au feu), pour avoir une surface de fixation correcte et mettre l'ensemble de niveau.
N'ayant pas le droit de percer l'empoutrement béton (normal !), nous avons fixé l'ensemble grâce à des croisillons en bois rouge, monté à force entre les poutres béton. Le précédent plafond, datant sans doute des origines du bâtiment vers 1909, était réalisé de la même manière. Mais celui-ci ne supportait à l'origine qu'un plafond plâtre sur lattes bien moins lourd. Il nous fallait donc refaire ces systèmes de fixation, mais de façon à ce qu'il résiste au poids bien plus important de ce nouveau plafond en bois massif.
Ensuite, nous y fixions des lisses définissant les emplacement des différentes fausses poutres, les éléments verticaux de celles-ci venant se visser (ou pointer) sur les chants des lisses. Les sous faces étaient ensuite fixées aux parties verticales, pour fermer les fausses poutres. les différents éléments composant ces fausses poutres étaient tirés dans des avivés de 27mm, collés pour constituer des largeurs suffisante, délignés aux largeurs finies et pour certains profils, feuillurés. Par contre, ces pièces étaient coupées de long sur chantier à la demande, et suivant les angles adaptés.
Seuls les 2 octogones de la partie centrale ont été entièrement ajustés et pré-montés à l'atelier.
Après "remplissage" des vides laissés entre les poutres par un lambris du même bois et aussi réalisé à l'atelier, des moulures venaient recouvrir et finir toutes arrêtes.
Pour ce qui est du plafond (pas le mobilier), la finition vernie était réalisée par le peintre du chantier.
Voilà, voilà ! 😉

Jérôme Weber

Quelle mémoire ! Félicitations pour le travail et un grand merci pour ce retour c'est toujours un plaisir de lire et d'apprendre de ces retours de professionnels.

Armel
( Modifié )

Woaaaw bravo ! J'avais deux ans à ce moment là et je venais à peine d'arriver à Quimper :-D si j'avais su...

Yvon Rolland

Et bien à 2 ans... tu n'en aurais sans doute pas eu grand chose à faire, de notre chantier. Contrairement à maintenant ! 😂😉

2flow

Waouw... waouw....waouw...
👍🏽👌🏽quel boulot ! Et en effet en tant que 'jeune ebeniste' cela a du être un super defi a relever !

michel22440
( Modifié )

Bienvenu à toi !
Superbe travail ! Ici, on est tous preneur de ce genre de récit qui ne peut qu'apporter des idées et susciter des projets.
J'ai remarqué, certainement comme beaucoup, le magnifique parquet !Si tu peux nous en dire un mot .
Merci 👏

Yvon Rolland
( Modifié )

Aha... Le parquet, je n'y suis pour rien. Il était existant, même si remis à neuf par l'entreprise de peinture (il me semble). Si je me souviens bien, cette rénovation intervenait après que ce parquet ait été intégralement recouvert par une moquette un certain nombre d'année.
Et tant qu'à anticiper les éventuelles questions sur le sujet, le lambris mural était aussi existant. Il avait aussi fait l'objet d'un décapage complet par les peintres (il était peint, précédemment). Mais il était malgré tout trop dégradé pour que seule, une teinte assez foncée lui redonne un rendu correct. Ceci assombrissait beaucoup la pièce, et en conséquence, ils ont manifestement été repeints depuis en blanc.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
976 vues
23 commentaires

Caractéristiques

0 essence
 0 outil
 0 finition

Publications associées

0 collection
0 question
0 plan
0 pas à pas
0 processus
0 fournisseur
0 école
Voir aussi