L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Qui suis-je ?

Autodidacte dans ce domaine, je me suis formé à la vielle école lorsque j'étais gamin.

Attiré déjà très jeune par le travail du bois, j'ai eu la chance de pouvoir assouvir cette passion précoce dès mon adolescence.

Un viel atelier d'une trentaine de m2 était à ma disposition dans la ferme de mes grands parents chez qui j'allais passer tous mes étés.
Dans cet atelier, je me souviens la première fois que j'ai démarré la scie circulaire installée sous un énorme plateau de frêne et qui devait bien dépasser les 60 cm de diamètre.
Aucune protection bien sûr, alors on s'applique et on reste très vigilant même à 12 ans…

Au bord d'une fenêtre (la seule fenêtre d'ailleurs ;-) était installé, sur un plateau d'une épaisseur rassurante, un énorme étau pivotant bien ancré au milieu de celui-ci.
Sur ce premier établi, on pouvait trouver de tout en vrac. Une vraie caverne d'ali baba, le bonheur quoi.

Un second établi, beaucoup plus bas de 2m environ, avec sa presse en bois.
Il était judicieusement placé dans l'alignement des 2 seules ouvertures, la porte et la fenêtre, pour bénéficier un maximum de la lumière naturelle.

J'avais également à ma disposition divers outils : chignole et ses mèches à bois, ciseaux, rabots, rappes (des vraies, pas les m_____ que l'on trouve en GSB), une scie à cadre, etc …
Bref, l'essentiel pour travailler notre matière préférée.

Justement, et le bois me direz-vous ? Et bien cette ferme, localisée dans une région plutôt bien boisée (Franche Comté), abritait dans une partie de ses dépendances de beaux plateaux de chêne, de frêne, de noyer et de sapin commun également.
Bon j'avoue que je n'avais bien sûr pas accès aux essences nobles mais pour le sapin (je crois de mémoire qu'il s'agissait de Douglas) et avec l'accord des grands parents bien entendu, c'était possible de se faire plaisir. De toute façon, il y avait déjà assez de chutes sans devoir sacrifier un plateau.

Depuis mon adolescence, je n'ai jamais cessé de faire des copeaux et je continue toujours avec autant de plaisir à travailler le bois.

Où suis-je ?
Charente
il y a 1 an  Inscrit
il y a 1 heure  Dernière connexion

Compétences

Non renseigné

Relations

0 collectif