L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Journal de menuiserie

Journal de menuiserie

de Louis Sauvageot, Adolphe Mangeant A. Morel et Cie Éditeurs
Journal de menuiserie
 Couverture
Journal de menuiserie
 Arrière

Ouvrage

Titre
Journal de menuiserie

Contenu

Résumé
Spécialement destiné aux architectes, aux menuisiers et aux entrepreneurs
Sommaire
-

Détails

Collection
-
Traduction
Non
Nombre de pages
1670
ISBN
-
Année de parution
1863
Domaine public
Oui
Prix public
-
Cette fiche est complétée et contrôlée collaborativement par la communauté. Si vous détectez des erreurs ou des manques, apportez vos propositions !
Mis à jour

1 critique

smcj
( Modifié )
Ce que lisait Viollet (entre autres)...

Pure merveille pour qui travaille sur de la restauration ou de la reconstitution de mobilier XIXe. Ouvriers connectés aux M. H. (Monuments Hystériques) : bienvenus. Ça n’est pas moins de 1670 pages étalées sur dix années qui sont disponibles sur Gallica. Cela regorge de plans et de gravures parfois reprises d’autres sources mais toujours de grandes qualité. Sur les dix années disponibles, il y a un volume par an. Entre les planches et le texte, en fin de volume, se trouve une « Table alphabétique des matières ». Cette table est numérisée et cliquable depuis le menu de gauche de l’interface de Gallica.

Se remémorer que ce sont là exactement les dernières années de la vie d’un certain Viollet-le-Duc. On s’arrête sur l’assemblage ou sur la moulure à chaque page. Une nouvelle essence de bois nous parvient récemment de Floride : le pitchpin ! Et j’en passe ; heureusement.

J’entends sans souci que l’on me fasse remarquer qu’il se trouve une prédominance de mobilier liturgique. Mais il faut aussi reconnaître que l’on y parle encore de portes, de croisées, de devantures, de vitrines et de meubles anciens. Ici comme ailleurs, c’est un bain de culture qu’il m’intéresse de prendre ; on a sans doute, au XXe, trop renié le précédent pour sa pudibonderie ou ses égarements interprétatifs. Il n’empêche ; ils ont laissé de belles choses.

Et je mets au défi n’importe quel périodique actuel d’arriver à cette qualité avec les moyens de l’époque ; une leçon de plus, en somme.


Discussions

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
84 vues
0 commentaire
0 vote
1 critique ( 5,0 / 5 )

Publications associées

0 collection