L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Boris Beaulant

Réflexions sur l'ajout de la notion de Collectifs...

Designed by Freepik
Designed by Freepik
+

Suite à l'appel de L'Opération "J'ai 5 ans" et à votre formidable enthousiasme à travailler ensemble, je me suis rendu compte que nous n'avions rien pour refléter le travail de groupe.

Quelques jours de réflexion plus tard et interrogation des possibilités techniques, j'ai eu envie de vous proposer l'idée d'ajouter la notion de Collectifs à L'Air du Bois.

Que serait un collectif ?

Ce que j'appelle un collectif est ici la représentation d'un groupement de boiseux.
Ce groupement peut avoir divers objectifs :

  • fabrication commune (création, plan)
  • rédaction en commun (pas à pas)
  • appartenance à une même entité (asso, entreprise, club, ...)
  • ....

Le principal objectif restant ici de pouvoir publier d'une seule voix sur L'Air du Bois.

Publier d'une seule voix ?

Oui, l'idée serait de pouvoir publier des Créations, Questions, Plans, Pas à pas, Processus, Ateliers, Trouvailles sous le nom d'un collectif. (Bon, les questions et les trouvailles, c'est peut-être pas indispensable).
Les autres formes de publication comme les commentaires, les réponses aux questions et les propositions dans les contenus collaboratifs (xylothèque, fournisseurs, écoles) resteraient quant à eux individuels.

Un collectif serait donc à la fois une notion transversale à plusieurs boiseux et en même temps une entité qui peut apparaître auteur de contenu, à l'image d'un boiseu.

Chaque boiseu pourrait faire partie d'autant de collectifs qu'il le désire tout en concervant son statut individuel pour ses publications personnelles.

Un collectif serait donc un peu comme un compte utilisateur virtuel qui peut publier, recevoir des coups de coeurs et pourquoi pas des messages. Elle aurait un nom, un avatar et une page comme un boiseu.

Concrètement comment ça s'organiserait ?

Afin de rester dans la philosophie du site, je propose qu'un collectif soit constituée de façon horizontale. En d'autres termes, un collectif n'aurait pas de chef.
En première lecture, cette horizontalité peut vous faire réagir. Voici les raisons de ce choix :

  • Parce que ça pose les membres (du collectif) dans un notion d'égalité et donc de respect de chacun et de son travail. Et cette posture me semble plus importante que le garde-fou d'un bridage par un système de droits ... qui frustre.
  • Parce qu'un collectif ne se résume pas à la disponibilité d'une personne. Et dans se sens chacun peut faire progresser le travail du collectif à son rythme c'est plus efficace. Le sytème ne doit pas être un frein à la créativité.

Je pense que dans un collectif la bienveillance est la première chose à respecter. C'est peut-être candide de ma part, mais il me semble donc normal de ne pas commencer à monter des barrières alors qu'il n'y a peut-être même pas de précipice.

Comment se constituerait un collectif ?

Comme pour tout, il y a tout d'abord un initiateur qui crée le collectif en lui donnant un nom.
Ensuite les futurs membres vont faire une demande au collectif pour le rejoindre.
Chaque demande parvient à tous les membres du collectif qui peuvent chacun la valider. Ainsi, plus le collectif grandit, moins il dépend de ses initiateurs, répartition des tâches ;)

Comment quitter un collectif ?

Un collectif pourrait être quitté par le membre qui part.
L'aptitude à "virer" un membre par un autre membre me pose problème. En effet, elle n'a d'intérêt qu'en cas d'avis divergeants et l'application de cette dernière voudrait dire que l'un des membres à pris le pouvoir sur les autres en excluant. Je me dis que pour rester dans la bienveillance, il est préférable que seul le boiseu sache sortir de lui même.

Alors, je sais bien que toute cette réflexion est bien Bisounours et qu'il y aura dans le temps des cas particuliers où il sera nécessaire de trancher autrement. Mais c'est à essayer ... les gens sont bons par nature, non ?

Les collectifs seraient-ils référencés ?

Je propose qu'au même titre que les boiseux, les collectifs trouvent leur place dans les annuaires. Il y aurait donc un rubrique Collectifs.

Sur la page de profil d'un boiseu, on pourrait également lister tous les collectifs dont il est membre.

Par définition un collectif ne peut pas être privé. Son nom, son avatar, ses membres seraient donc visibles à tous.

Quels seraient les avantages ?

Il y a déjà pas mal de temps que quelques-uns d'entre vous me sollicitent pour trouver à ouvrir l'édition de pas à pas à plusieurs boiseux.
Et bien le premier avantage est que ça va répondre à ce problème. Si le pas à pas est écrit au nom de du collectif, tous les membres du collectif peuvent y écrire.

Ceci ouvre d'ailleurs un autre débat sur le fait de savoir si l'historique de chacun doit être conservé au sein d'une publication de collectif.
A ça, j'ai envie de dire qu'il est clair qu'il serait bien de garder un historique des modifications de chacun. Mais plus dans un but administratif (même si techniquement ça me semble trop complexe pour démarrer).
Dans une notion de collectif c'est le collectif qui prime sur l'individu. Je pense que si on accepte le collectif, il faut accepter de publier en son nom.

Autre avantage, c'est que les créations qui vont découlent de l'Opération J'ai 5 ans pourrons être publié au nom des groupes formés pour chaque projet.

Par ailleurs, ça peut ouvrir beaucoup de chose en commun qu'on imagine pas encore aujourd'hui.

Pourquoi le terme "collectif" ?

C'est pas figé. On peut imaginer aussi équipe ou groupe. L'important est que ça soit compréhensible en première lecture et que ça traduise bien l'idée d'être plusieurs dans un esprit de bienveillance.


💡 Bref, qu'en dites vous ? Bonne ou mauvaise idée ?


Mis à jour

Discussions

Boris Beaulant  a publié le sujet "Réflexions sur l'ajout de la notion de Collectifs...".
il y a 3 ans
hedjour
( Modifié )

Sympa l'idée une question plutôt que de multiplier les équipes d'un point de vue informatique. N'est il pas possible d'avoir un initiateur d'un projet qui invite les autres ? mais une fois invité aucune distinction de droit entre l'initiateur et les autres membres de l'équipe ?
Cela se traduirait par l'apparition de plusieurs auteurs dans le champs auteur.
J'ai un peu peur que la constitution d'équipe à la sauce page fb, soit un peu lourd pour le site et la constitution d'équipe. Et du coup soit un frein à la constitution de petite équipe oneshot j'ai envie de dire (pour des projets unique).

Boris Beaulant
( Modifié )

J'ai un peu peur que la constitution d'équipe à la sauce page fb

Merci de ta réponse. Pour apporter un complément, j'ai ajouté des éléments dans la section "Comment se constitue un collectif ?"

Boris Beaulant
( Modifié )

Cela se traduirait par l'apparition de plusieurs auteurs dans le champs auteur.

Non, seule l'équipe apparait (Avatar + Nom). Et c'est en ouvrant l'équipe qu'on connait ses membres.

Sacha
( Modifié )

Intéressant.

La notion de collectif me semble surtout représenter un groupe de passionné du bois. Et moins les professionnels qui sont forcément souvent regroupé par entreprise. Ils seront sans doute aussi intéressé de présenter leurs créations de l'entreprise. C'est juste une réflexion...

Les collectifs se retrouverait aussi dans les annuaires ?

Boris Beaulant
( Modifié )

De mon avis la notion de PRO ou Passionné est totalement dissociée du concept de Collectif présenté ici.
Un collectif serait avant tout un groupe de boiseux qui font ensemble quelque chose. Pro et Passionné peuvent s'y mélanger. Un collectif peut aussi être un groupement éphémère. Pour donner un exemple, un collectif ayant créer un projet pour les 5 ans n'en refera peut-être jamais ensemble et le collectif n'aura exister que pour ce projet.

Les collectifs se retrouverait aussi dans les annuaires ?

Oui, il faut un annuaire des collectifs comme il y a celui des boiseux.

HZP
( Modifié )

Bonsoir à tous
la mise en commun fait partie du site puisque partager ses réalisations c’est le point de départ de l'air du bois. Alors un travail réalisé à plusieurs et partager ensemble semble être dans la continuité. Je n'y vois que du positif.
Cordialement.
HZP

Boris Beaulant
( Modifié )

Merci de ta réponse HZP. Je pense en effet qu'il y du que positif là dedans.

cereus45
( Modifié )

Héhé !
Super un défit de plus pour LDB 😆
Un mot sur le coté bisounours de l'horizontalité dans un collectif : si on souhaite rejoindre un initiateur de collectif on peut accepter qu'il reste modérateur du groupe non ?

Boris Beaulant
( Modifié )

si on souhaite rejoindre un initiateur de collectif on peut accepter qu'il reste modérateur du groupe non ?

C'est vrai, tout comme on peut le subir et pas avoir le choix de faire autrement parce que le système nous pousse à être comme ça.
En fait ce qui me dérange dans l'ajout d'une notion de modération interne au collectif, c'est que ça veut donc dire qu'on ne croit pas dans le dialogue et qu'il faut un moyen radical pour solutionner les problèmes potentiels.

Après, une notion de droits peut être ajoutée plus tard si vraiment ça ne fonctionne pas comme ça. Le truc triste serait que si l'ajout d'une notion de collectifs ajoute des tensions, c'est que c'était pas une bonne idée ;)

Boris Beaulant

Tu penses qu'elle serait problématique cette horizontalité ?

cereus45
( Modifié )

C'est mon côté pessimiste sans doute 😉

Boris Beaulant
( Modifié )

Y a pas de raison, faut croire en Les Gens ;)

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

pas simple !! personnellement dans ma petite vie je n ai eu a faire qu a de la hiérarchie !

Totalitaire style militaire ou communautaire style compagnonnage !

Totalitaire tout le monde connais depuis le général jusque au troufion .

Communautaire ,les membres sont tous d une même entité qui avance sur un chemin identifié par tous (règle commune) , égaux entres eux et la liberté de paroles ,les décisions prisent en communs!
La "hiérarchie" de fait est basée sur le respect des plus expérimentés , qui eux même ont le devoir de veiller sur les novices .et ainsi de suite .

Bref un pour tous et tous pour un ! c est pas de moi ,merci Dumas !

Boris Beaulant

La hiérarchie dans le communautaire a un sens plus légitime, non ? C'est une hiérarchie sur différents critères qui a une logique plus floue et c'est justement ce comportement qui est intéressant.

Et du coup, ça te semble positif de chercher à intégrer ça ici ?

sylvainlefrancomtois

Alors oui c est très intéressant ! par contre il faut un solide cadre de base ou tout le monde doit pouvoir s identifier , et la c est "coton" ,vois tu ?

cereus45
( Modifié )

sylvainlefrancomtois j'ai connu le totalitaire le plus beau souvenir de cette aventure c'est ce morceau de Bois que m'a offert celui qui m'a transmis la passion qui nous anime sur LDB. Lui a connu le communautaire dont tu parles.

cereus45
( Modifié )

zeloko je crois en les gens (surtout ceux de lairdubois) pour moi modérer n'est pas commander mais canaliser les énergies dans un objectif commun.

Wil
( Modifié )

Je trouve l'idée bonne, surtout par les temps qui courent avec les différents projets des 5 ans ! Je suis de nature plutôt optimiste, je pense que l'horizontalité du système peut fonctionner. Et puis quel pied si ça fonctionne, de réussir à faire marcher un système basé sur le bon côté de l'être humain...!

becbois

Complètement d'accord, l'horizontalité, sans modérateur et avec une total liberté oblige chaque personne à être responsable de ses actions. C'est souvent quand on offre la plus grande liberté qu'on obtient le plus de respect et de retenu des personnes. Y aura toujours un petit bug ou une difficulté, mais il serait dommage de se priver d'un bel outil pour une minorité.

sylvainlefrancomtois

bis répètita !!! et +1

jeanco77

Moi je suis pour l'idée.
Un collectif créé à l'initiative d'un ou plusieurs membres. Le rejoint qui veut et si on le rejoint on accepte d'être tous au même niveau. Les décisions sont prises au vote de la majorité, à chacun de faire valoir ses opinions. Part qui veut du moment qu'il n'y trouve plus son compte.
ça va être intéressant à suivre !

HZP

Bonjour à tous

A mon humble avis : je vois mal l'initiateur d'un projet être éjecté par ceux qui sont venu le rejoindre. Pour moi l'initiateur propose et ceux qui veulent le rejoindre le font par plaisir et le temps qu'ils le souhaitent. Quand l'initiateur s'épuise et ne veut plus continuer il peut s'il le souhaite transférer son sujet (ses droits) à un des membres qui souhaite poursuivre dans le cas contraire le projet s’arrête.
Ce n'est que mon avis.
HZP

Boris Beaulant

Je suis content de voir que l'idée a du sens pour vous aussi. A mettre dans le tuyaux alors ;)

bohua

Bonsoir Zeloko
Tout simplement génial.je n y vois que des avantages, surement aussi une source d'émulation pour des thèmes peu explorés.
Bravo

FMJ

Tu es sidérant d'imagination. Et de dynamisme !

ecto1
( Modifié )

Bravo.

IATA

Bien que je sois depuis peu de temps sur le LDB, voici mon avis :
Travailler de manière horizontale n'est pas nouveaux pour moi. J'ai eu l'occasion de travailler dans un tel système pendant 3 ans... Et ce fut une réussite pour l'entreprise. Le tout est de communiquer afin d’éviter les doublons ou les idées qui se recoupent.... Chacun à ces qualité et ces défaut mais dans un système horizontale, les qualités des uns améliorent les défauts des autres...

Flavien

david00
( Modifié )

voisin du collectif defini ici, certains ateliers sont donnes pour etre collectifs, collaboratifs ou sociaux. prenons l'exemple Le centre social Kérourien - Brest.

serait il envisageable sur openstreetmap de les materialiser d'une couleur differente?

Boris Beaulant
( Modifié )

Je ne suis pas certain de bien comprendre la question exactement ;)

Mais il y a des déjà un peu ce genre de distinction ici. Les comptes peuvent avoir 3 types et ça ne s'affiche pas de la même couleur sur la carte des boiseux :

lairdubois.fr/...@account-type:1

david00
( Modifié )

zeloko
effectivement sur cette carte, boiseux il y a bien distinction entre les differents status.
ma reflexion partait de la presentation des ateliers, ou la difference ne se fait pas. je n'ai pas ete suffisamment precis, desole.
atelier collaboratif
atelier particulier
voir la carte sur la partie gauche de l'ecran.

Boris Beaulant

Ha ok mais alors dans ce cas, d'où proviendrait l'info ? Du type de compte de l'auteur ou d'un champ spécial sur l'atelier lui même ?

david00

lors de la mise en ligne de l'atelier, il y aurait voir un champ avec les options: pro/amateur/collectif. l'interesse ferait le job et permettrait de renseigner la couleur de la pastille. par defaut ce serait amateur. le pro comme le collectif ont tout interet a renseigner l'information. difficile a mettre en oeuvre?

ourea
( Modifié )

Pour faire suite à la discussion entamée sur un des pas à pas de sylvainlefrancomtois et au commentaire de Boris Beaulant (lairdubois.fr/...entaires/207364), et pour aller plus loin que ce qui a déjà été proposé ici, voici une suggestion :

Je pense qu'une solution intéressante serait, au sein d'un collectif, de pouvoir définir le "rôle" de chacun des membres. Puisqu'on parle ici de travail d'édition / correction de syntaxe, il faudrait pouvoir distinguer les auteurs de l'article de ses relecteurs (parce qu'il ne serait pas juste de les mettre sur le même plan). Sur la page en question, les auteurs resteraient en gros et les relecteurs apparaitraient dessous, en petit...
Ou alors, sans mettre en place un collectif, il faudrait pouvoir simplement ouvrir l'accès en écriture à des relecteurs.

Sinon, j'aime beaucoup le terme de "collectif".

Cinq Sens du Bois

Bonjour,
J'aime bien cette idée !
En fait, on pourrait peut-être même l'étendre au dela de la notion de collectif.
Je m'explique : je me demande si cette notion de rôle de s'appliquerait pas "seulement" à la relecture.
Et dans ce cas, quelle forme prend cette relecture : est ce que ce sont des commentaires à côté du texte (donc on n'edite pas le texte, on a simplement le droit de l'anoter), et dans ce cas faut-il vraiment définir qui sont les relecteurs ? On pourrait tout aussi bien juste "ouvrir son pas à pas" à la relecture, que tout le monde pourrait anoter.
Cela laisserait la notion de collectif sans rôle effectivement, mais permettrait d'emblée la relecture sans avoir à identifier qui le fait.
Peut-être que la notion de rôle peut aussi aller plus loin que la simple relecture, mais je n'ai pas d'exemple en tête là 🤔

Cinq Sens du Bois

À creuser, il me vient d'autres idées et questions :

  • est ce que ces commentaires / annotations seraient 'privés' et donc visibles seulement par le/les auteurs (charge aux auteurs de les intégrer)
  • est ce qu'ouvrir à tous la relecture ne va pas créer une grosse charge de boulot sur des pas à pas très suivis 🤔 (et auquel cas il faut rester sur ta proposition de rôle spécifique)
  • faut-il imaginer juste un commentaire que l'auteur doit relire et intégrer lui-même, ou carrément proposer un bouton "intégrer la modification" qui remplacerait directement le texte initial avec la suggestion du relecteur (pour simplifier et alléger / accélérer le processus d'intégration) ? Ca pourrait aussi venir dans un second temps, une version 2 🤔
Boris Beaulant
( Modifié )

A vous lire, je me dis que la notion de collectif ne va pas apporter une solution assez profonde à votre besoin.

Ce que vous voulez est soit un éditeur collaboratif, soit une sorte de wiki (avec historique), soit un mode de contribution à la GitHub, avec les Fork et les Pull Request.

La force du concept de Pull Request à la Git, c'est que chaque auteur garde la main sur son contenu et n'a besoin que d'un travail de relecture des correctifs proposés pour les intégrer. Une simple validation de chaque corrections va les intégrer dans son texte.
Mais l'outil en lui-même est d'une grande complexité. Il doit faire face à nombre de situations problématiques et proposer des solutions pour les résoudre. Bref, tout ça pour dire que c'est un pas un fonction qui peut se créer en 2 jours.

Le collectif, lui se veut être une solution simple et transversale à toute la plateforme pour publier sour l'étiquette d'un groupe de boiseux.
La simplification est que tout est fait en direct et comme si on le faisait pour notre propre contenu. Pas d'historique de modification, pas de gestion de droits d'accès, pas de méta données (comme les annotations, etc ...).

Cinq Sens du Bois
( Modifié )

C'est un sujet délicat, parce qu'on part de problématiques différentes à mon avis.
Il y a cette volonté vis à vis du pas à pas de Sylvain, de le diffuser plus largement que sous la forme d'un pas à pas simplement parce que son contenu est particulièrement exceptionnel. Un livre est une solution, mais en effet, pour ce qui me concerne j'ai un peu de mal à croire que l'air du bois va mettre à disposition les outils nécessaires à la coédition et relecture d'un livre. C'est un autre monde, un autre métier, même si les concepts de relecture se retrouvent ailleurs (en effet, GIT est une possibilité... Ils avaient d'ailleurs lancer gitbooks il y a quelque temps, qui finalement n'a réuni que la communauté des développeurs de logiciels).
Ce sujet me semble donc un peu sortir du cadre de l'air du bois.

En revanche, il y a deux autres éléments que j'ai envie de dire "à côté", connexes.
Le sujet du collectif me semble très pertinent, parce qu'il permet la collaboration d'une part, et qu'il serait transverse à tous les outils de l'air du bois. Il poserait, s'il est mis en place, tout un tas de questions : revenir en arrière (donc versionner), conflit d'édition en parallèle (2 utilisateurs modifient en même temps, ca se resoud facilement via verrous mais bref, ça nécessite une réflexion), et bien d'autres. Le concept me semble plus adapté aux pas à pas mais il n'en serait effectivement pas du tout limité : processus et autres, ce serait top. Sur ce sujet donc, il me semble (c'est donc juste mon avis :) ) qu'il faut y aller par petits pas : d'abord simplement proposer à un auteur de permettre à d'autres utilisateurs d'avoir les mêmes droits sur son document (pas à pas ou autre), faire quelques tests, pour ensuite en effet aller vers un vrai 'collectif', des groupes dont on est membre horizontal. Il me semble que ce sujet est finalement déjà assez éclairci, qu'on pourrait presque envisager déjà de définir ce premier pas, avant de l'implémenter. Quel qu'il soit ce premier pas, il me semble extrêmement pertinent parce que j'adhère énormément à cette idée de collectif. On peut très bien l'imaginer calqué sur un atelier collectif, de boiseux qui travaillent ensemble sur un même projet.

Le second élément que je souhaite mentionner et qui me semble connexe, c'est
une conviction que j'ai : il me semble qu'il y a un petit manque pour emmener l'air du bois jusqu'à l'atelier. Qui pourrait prendre la forme d'une possibilité d' "exporter" en fait.
Certes un pas à pas est évolutif. Mais un plan sketchup l'est également, et pour autant on en tire des PDFs de fiches de débit, de vues et côtes. Il me semble qu'une fonctionnalité intéressante, serait de permettre (à l'auteur du document ?) d'autoriser l'export PDF du document (pas à pas, processus notamment) qu'il a produit. Ainsi, sur un pas à pas, on pourrait imaginer qu'un auteur (ou un collectif :) ) qui considère son travail suffisamment abouti, permette à la communauté d'en exporter une version pour l'imprimer, la mettre sur sa tablette / liseuse / autre.
Je ne suis pas si sûr que ca aille a l'encontre de la philosophie de l'air du bois. Certes les choses vivent sans cesse, certes il faut des retours des utilisateurs, mais personnellement si j'exportais une version PDF d'un pas à pas pour le mettre en pratique a l'atelier, ca ne m'empecherait pas de prendre des notes et de les remonter dans mes commentaires a posteriori.

Et pour revenir au pas à pas de Sylvain, il me semble donc qu'en effet, aller vers l'édition d'un livre necessiterait d'être effectué en dehors de l'air du bois.

Boris Beaulant
( Modifié )

Ainsi, sur un pas à pas, on pourrait imaginer qu'un auteur (ou un collectif :) ) qui considère son travail suffisamment abouti, permette à la communauté d'en exporter une version pour l'imprimer, la mettre sur sa tablette / liseuse / autre.

Bah, si c'est pour ouvrir un PDF sur une tablette, autant ouvrir le site directement, non ? (La liseuse, c'est différent)

Après, sur le fond, je vois et comprends bien le besoin d'avoir ces contenus texte à l'atelier sans l'outil numérique. Et ce besoin n'est pas à l'encontre de la philosophie de LADB, bien au contraire.
En revanche, c'est l'utilisation qui peut en être faite qui me dérange.

C'est un peu comme si un artisan au lieu de fabriquer pour ses clients, il passait gratuitement du temps à leur expliquer comment fabriquer et en plus à donner les outils qui vont avec. D'un point de vue humain, c'est top, les clients s'autonomisent et peuvent à leur tour transmettre. D'un autre l'artisan va juste s'user et mourrir. Et avec lui tout le contexte de son travail et ce qui fait sa richesse de savoir.
C'est exagéré, mais c'est un peu ça l'idée.

Ma vision est avant tout une vision de bon sens sur la pérennisation de la source.
A aujourd'hui on s'échange des PDF sans se soucier du travail qu'il y a eu pour les réaliser. C'est aussi ce qu'on peut faire en consultant le site, mais en le consultant, on lui donne de la richesse sociale.


En vrai faire en sorte que les pas à pas puissent s'imprimer mieux, c'est une affaire de CSS qui va bien. Mais il faut passer du temps à le faire.

Pour les processus, ça sera bien plus compliqué de les rendre imprimables ou exportables.

Cinq Sens du Bois

C'est vrai, il y a ce "risque" que le PDF circule. On peut le voir comme une "baisse de fréquentation du site pour consulter", en effet... Ou on peut le voir comme une promotion de son contenu et de son auteur vers l'extérieur =).
Allez, j'arrête de taquiner, on ne se connait pas assez pour ça ;).

Plus sérieusement, quoiqu'il en soit je sais ce que cela représenterait techniquement et clairement, je conçois que ce soit lourd ! Et pour aller dans ton sens, il est tout à fait légitime que les efforts de développement apportés à l'air du bois soient fait avant tout et pour tout sur les fonctionnalités du site plutôt que pour des "bénéfices extérieurs".
Encore bravo pour tout ce que tu fais : la réalisation mais également tes idées et ton écoute ;).

Boris Beaulant

j'ai un peu de mal à croire que l'air du bois va mettre à disposition les outils nécessaires à la coédition et relecture d'un livre. [...] Ce sujet me semble donc un peu sortir du cadre de l'air du bois.

On est d'accord.

ourea
( Modifié )

Cinq Sens du Bois Par relecteurs, j'entendais simplement correcteurs (travail d'édition), bien différent de celui des auteurs. Pour ce qui est des "relectures" plus importantes, ça me semble être fait/possible via les commentaires, non ? L'auteur peut prendre en compte ou non et améliorer son pas à pas.

En fait, on est en train de parler de 3 problèmes différents et qui sont découplées :

  • un possible travail d'édition (corrections de la syntaxe) qui vaut le coup sur les ressources de top qualité que beaucoup viendront à lire
  • la notion de collectif, qui permet d'être plusieurs auteurs
  • l'export en PDF
    Chacun peut aller sans les autres...
Boris Beaulant
( Modifié )

Cinq Sens du Bois, pour revenir au sujet des collectifs, je suis content que tu partage l'enthousiasme.

C'est en effet un sujet qui peut être vaste. Et qu'il faut surement prendre petit à petit.

Ces derniers temps, ce qui a motivé, par exemple, d'essayer de dégager du temps pour travailler sur une première implémentation des collectifs est qu'il y a un cas concret auxquels il pourrait répondre qui s'est présenté. Un ensemble de compagnons serait disposés à partager leur pièces de réceptions ici si cela pouvait être fait sous la seule voix de leur société.

C'est un cas concret qui a du sens pour la plateforme et qui peut permettre de défricher le fonctionnement en partant déjà d'une simple base de droits partagés horizontalement au membres du collectif.

Cinq Sens du Bois
( Modifié )

Eh bien c'est un cas concret en or ! 😉
Tu as déjà une idée en tête pour cette première étape peut-être ?
On pourrait peut-être s'appuyer sur ce cas concret justement : quelle forme pourrait prendre une publication d'un collectif de compagnons ? Serait-ce une création au sens l'air du bois ?
Souhaitent-ils 'simplement' publier au nom du collectif, ou souhaiteraient-ils d'emblée une possibilité de co-ecriture ?
Dans le premier cas par exemple, peut-être que la première étape de "rejoindre un collectif et publier en son nom", sans aucune autre fonctionnalité, leur suffirait ?
Ce serait une première etape idéale je crois : elle permettrait de rendre possible la publication de chef d'oeuvres de réception (😍) mais aussi d'entériner d'emblée la notion de collectifs, pour ensuite ajouter des fonctionnalités au fur et à mesure 😉.

Pour l'instant, la question du "verrou d'édition" (plusieurs membres en train de modifier le même brouillon) pourrait être résolu sous la forme la plus basique qui soit : le dernier gagne (celui qui sauvegarde écrase les potentielles modifications en cours). C'est pas l'idéal mais pour un premier jet tout à fait acceptable 😉.

Bref, quelques idées comme ça...

ourea

ou le premier qui édite verrouille... De toute façon, ca ne se fera pas souvent. Pour un véritable travail de rédaction collective, il faudrait peut-être mieux que les auteurs le fasse ailleurs, avec des outils dédiés. Je pense que ça serait beaucoup demander à l'AdB que d'intégrer ça...

Boris Beaulant

Oui, ce sur quoi je suis parti est simple pour l'instant. Un collectif est une sorte d'utilisateur virtuel. Et donc, en ce sens il peut faire tout ce que peut faire un utilisateur, à quelques exceptions près comme :

  • Il ne peut pas se "logger"
  • Il ne peut pas publier de commentaire, de coups de coeur, de réponse, d'avis.

En revanche,

  • il peut publier tout ce qui est une "publication de premier niveau (création, plan, etc ...)
  • il peut recevoir des coups de coeurs
  • On peut s'y abonner.
  • On peut le mentionner.

On peut lui envoyer un message privé, mais il est répercuté dans une discussion ouverte aux membres du collectif (enfin, ça c'est le projet, je sais pas encore comment faire ça bien).

Idem pour les notifications qui seraient renvoyées au membres en suivant les réglages de chacun.

Pour ce qui est de la constitution du collectif, je pars sur le principe de 1 utilisateur le crée et ensuite les membres peuvent inviter d'autres membres à le rejoindre. Pour faire simple, c'est tout le monde les mêmes droits. On verra plus tard pour une gestion plus poussée.

Après, dès qu'un utilisateur est membre d'un collectif, il peut publier au nom du collectif.

Boris Beaulant

ou le premier qui édite verrouille...

Oui, c'est plutôt ça l'idée. Impossible d'éditer une publication qui serait déjà en cours d'édition.

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Ca revient à une idée de fiches imprimables ici ! 😉

Le second élément que je souhaite mentionner et qui me semble connexe, c'est
une conviction que j'ai : il me semble qu'il y a un petit manque pour emmener l'air du bois jusqu'à l'atelier. Qui pourrait prendre la forme d'une possibilité d' "exporter" en fait.

on pourrait imaginer qu'un auteur (ou un collectif :) ) qui considère son travail suffisamment abouti, permette à la communauté d'en exporter une version pour l'imprimer, la mettre sur sa tablette / liseuse / autre.

Et pour aller dans ton sens, il est tout à fait légitime que les efforts de développement apportés à l'air du bois soient fait avant tout et pour tout sur les fonctionnalités du site plutôt que pour des "bénéfices extérieurs".

Après, sur le fond, je vois et comprends bien le besoin d'avoir ces contenus texte à l'atelier sans l'outil numérique.

Boris Beaulant
( Modifié )

sylvainlefrancomtois, ou ça revient plus simplement à rendre les contenus LADB imprimables avec un mise en page décente.

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Boris Beaulant a voir , laissons infuser les idées nous verrons !🤔

Boris Beaulant

Annonce en catimini pour permettre de corriger les derniers petits bugs avant d'en parler plus largement 😉 :

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
814 vues
50 commentaires

Publications associées

0 collection
Voir aussi
Table des matières