L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

De l'air au bois

Escalier étagère à pas japonais


Retex escalier à pas japonais et étagère en mélaminé blanc 18 et chêne massif.

Plan : 16h environ, achat bois : plot de 27 en 2 planches de plot à la scierie et plateau de 54 LBC, mélaminé LM.
Réalisation 2 mois, environ 47 heures de copeaux. Du 16/04 au 26/06/2021

Contrainte et conception : Un grand merci à Boris Beaulant et l’Air du Bois grâce à qui j’ai trouvé la quasi-totalité des solutions à mon problème.
Il me fallait arriver à monter à 2m12 en ayant une plate-forme à l’arrivée de 50cm de profondeur et une emprise au sol de 1,50m. Ce qui ne me laissait que 1m pour grimper de 2m10 avec un plateau de 20 en guise de dernière marche à l’arrivée.
Le but était de fabriquer des caissons ayant la hauteur de deux girons. Quelques heures et une formule de Blondel plus tard : 58<G+2H<63, je décide de faire des marches de 20x20 avec ajout d’un pas japonais en guise de demi-marche. Ainsi sur le même giron, j’ai deux hauteurs de marche. Je monte donc de 40cm pour 20cm d’emprise sol. En 5 marches j’ai pris 2m de haut pour 1m au sol. Avec ma plateforme d’arrivée de 50cm, voilà une bonne partie du problème de réglé. Et comme la plinthe murale existante fait 10cm de haut, je n’ai que 2cm à récupérer pour arriver à 2m12 ce qui est le boulot de la plateforme d’arrivée.
100+2000+20=2120, le compte est bon, il ne me reste qu’à passer aux lettres.
Pour être sûr lors de la pose d’arriver à ras de la mezzanine, je cherche un moyen de pouvoir ajuster de quelques mm sur place lors de la pose. Je reprends donc l’idée de Boris qui est de construire 3 supports de plateforme en MDF (500600) dont les côtés sont volontairement laissés plus long que nécessaire (le plan sketchup va vous aider à comprendre) et de les ajuster sur place lors de la pose. Facilité de conception et d’ajustement en hauteur et en horizontalité. Sur ces trois supports sera vissé un plateau en MDF de 18 et ensuite j’empile les caissons.
Après recherche, et ayant déjà une domino sous la main, j’ai décidé de former les caissons avec le système KV-SYS D8 de festool et des panneaux de mélaminé de 2500
600. Après un bon calepinage avec OCL, j’ai réussi à agencer les panneaux pour garder les chants en ABS des panneaux.
Deux plateaux, inférieur et supérieur viennent à fleur des montants assurant les contre- marches de 400. Ainsi je peux dissimuler les systèmes d’assemblage sur les faces externes des plateaux. J’ai prévu d’ajouter une séparation au centre des caissons qui ont une profondeur de 600, ainsi je double le volume de rangement sans risque de voir les livres poussés d’un côté tomber de l’autre. Le caisson sup ne reçoit pas de séparation pour deux raisons : après calepinage je me rends compte que j’économise un panneau en ne prévoyant pas cette pièce et le vide ainsi gardé laisse la lumière passer. Pour les 4 caissons du bas je prévois des intercalaires qui serviront à caler les choses rangées.
Les pas japonais sont simplement faits avec du panneau de méla de 300 qui fait la contre- marche japonaise, posée sur chant sur la marche complète, fixé avec 2 KV. La marche japonaise est assemblée à sa contremarche avec deux autres KV, et l’ensemble fixé à la contremarche supérieure avec deux autres KV. Désolé si ce n’est pas clair allez voir avec le plan ;-)
Une main courante et trois poteaux en chêne et la conception est terminée. Place aux apprentissages encore et encore.

Débit :
RAS pour le massif.
Pour le mélaminé, dans un souci de gain de temps, de facilité de transport et de propreté de découpe, j’ai choisi de confier cette tâche à l’atelier découpe de Mr Merlin. Boulette !!
1 semaine de délai, des éclats sur toutes les découpes et 1 à 2mm manquants sur mes séparations. Bien évidement je suis allé récupérer la commande à 20min de la fermeture, la personne qui m’a rendu la marchandise n’avait rien à voir avec la découpe. Bref, j’ai fait faire des découpes de mélaminé par une GSB, et je ne recommencerai pas.

Dégauchissage :
Dégauchir qu’au strict minimum avant collage, pour repasser tous mes bois à la raboteuse après collage. Gain de temps énorme en rabot à main et en qualité de réalisation.

Établissement / Traçage :
Massif : Encore quelques apprentissages. Ne pas hésiter à gommer et retracer proprement, pour éviter les erreurs après plusieurs jours d’interruption. Mes marches sont constituées de deux planches collées après bouvetage symétrique. Suite à une erreur de traçage/établissement mal corrigée une marche a été usinée au niveau de nez de marche pour le collage la partie proche du cœur qui devait servir de nez de marche se retrouve donc au centre de la marche.

Mélaminé : j’ai repéré mes différents éléments de caisson avec du scotch après usinage, en prévision du démontage avant transport et remontage final. Prendre le temps de voir sur quelle face usiner les emplacements des quincailleries pour cacher les éclats.

Usinage :
Troisième utilisation de la domino. Pour le perçage des trous de 28 de profondeur pour les inserts dans les plateaux avec du panneau de 18, la domino n’offre que deux réglages en butée : 16 ou 20. J’ai choisi 20. La semelle doit être posée côté parement pour avoir l’épaisseur restante maximale du côté opposé au trou de l’insert, et ainsi éviter que le mélaminé ne craque en perçant le trou de l’insert avec le forêt de 16. Pour les usinages des montants à 15 de profondeur aucun soucis particulier.
J’ai ajouté deux dominos en plus des deux KV par jonction plateau montant. Pour usiner les trous des dominos, un gabarit tracé en 15secondes m’a fait gagner des heures, il m’a suffit de l’aligner sur les côtés des plateaux et montants, de l’immobiliser avec un serre-joint et de poser la domino en face du repère.

J’ai voulu gagner du temps et de la matière première en réutilisant des chutes de 300 de large pour faire mes demi-marches. Je n’avais au final que 297 au lieu de 300. Ces 3mm m’ont causés bien des soucis pour aligner mes marches sur les montants des caissons. En utilisant la butée de la domino, vous fraisez toujours à la même distance du chant de la pièce que vous usinez. Sauf que les 5mm de jeu toléré par les KV, moins 3 = 2, vous me suivez ? Cette erreur cumulée 2 fois m’a obligé à réajuster certains usinages de marches.
Mesurer deux fois – couper une seule fois…

Poteaux et main courante : j’avais pensé faire un assemblage tenon-mortaise entre la main courante et les poteaux. Mais vu l’angle important entre la partie basse de la MC et les poteaux, j’ai préféré passer aux dominos. Ajustement au rabot pour avoir un affleurement le plus propre possible avec le montage à blanc.

Assemblage à blanc :
Je me suis rendu compte à ce stade que Mr découpe avait mordu 2mm sur mes séparations. J’ai donc du découper des bandes de Mdf plaqué blanc que j’avais en stock pour récupérer ces mm et ainsi éviter à mes caissons de faire le ventre. C’est droit mais ce n’est pas très heureux. Je n’ai pas trouvé de bande de chant de cette épaisseur et comme je n’ai pas de plaqueuse de chant, de toute façon je n’aurais pas su quoi en faire. Donc encore une bonne raison de ne pas aimer le mélaminé et les découpes approximatives.

Finition :
Quart de rond 8mm sur toutes les arêtes visibles poteaux et main courante. Sauf sur les nez de marche pour lesquels c’est interdit. (risque de glissade accentué)
J’ai encore appliqué du produit magique qui fait tend jazzer, avec une couche de métalisant. (quoi comment !!! du produit monocouche avec lequel il faut repasser une deuxième couche blablabla). Et bien c’est toujours aussi beau et rapide. 1ère couche 30min, séchage 24h (tannin primer) 2ème couche 30min oil+2C pure avec accélérateur et 3eme couche 30 min métalisant. Appliquée avec le pad beige sur du massif j’en ai utilisé 50g.

Pose : J’avais prévu 8h, j’y ai passé 9h.
Le réglage de l’estrade se fait assez facilement. Et ensuite montage de caissons, avec dominos et KV. Le premier caisson est vissé avec l’estrade, j’ai donc dû retourner l’ensemble estrade et caisson inférieur pour visser par-dessous pour être invisible.
Les autres caissons sont vissés ensembles et les marches avec les caissons les supportant.

Le poteau supérieur devait être vissé au mur et la vis dissimulée sous la main courante avant collage de celle-ci. Mais finalement l’escalier doit pouvoir être démontable. J’ai donc déplacé le trou plus bas, et celui-ci sera bouchonné. Le premier poteau fixé, je présente le second qui est vissé au caisson, plus domino sur la marche et je colle la main courante à l’aide de dominos. Même manip pour le dernier poteau. Les collages étaient trop légers à mon goût, j’ai rajouté des vis cachées sous la main courante supérieure.
Plinthe en lame de parquet chêne restante, clouée et cire pour masquer les têtes.

Au bilan, environ 500€ de fournitures, et encore pleins d’apprentissages et de réconfort.
Encore un super projet très valorisant, qui m’a conforté dans l’idée que ça me plait vraiment de faire des copeaux… avec du massif. Grosse réflexion pour trouver la solution au problème. 6 menuisiers avaient passé leur chemin, projet trop long, non rentable ou non viable pour eux on ne saura jamais. Moi j’ai relevé le challenge !

A très vite.
A vos outils, bons copeaux !

Mis à jour

Publications associées


Discussions

De l'air au bois  a publié la création "Escalier étagère à pas japonais".
il y a 2 ans
Ara
( Modifié )

Original et efficace, bravo !

De l'air au bois

Merci beaucoup Ara

DiKo
( Modifié )

C'est astucieux, élégant et bien réalisé !
Bravo !

De l'air au bois

Merci beaucoup Diko

dependancesbois
( Modifié )

Très intéressant ! Étant dans la conception de ma tiny house c'est une idée qui pourrait être bonne ça !

De l'air au bois

Merci à toi. Si tu as besoin d'autres idées fais moi signe, j'essayerai de trouver si je peux.

dependancesbois

Yvon Paënrevenir Ok !
Je vais bientôt commencer un pas à pas sur la tiny, sur tout ce qui sera en bois (c'est à dire quasiment tout !).

De l'air au bois

je vais suivre ça avec intérêt

kaj
( Modifié )

Joli travail, le pas n'est pas "un pas Japonais ". Je m'explique sur cet escalier deux nez de marches successifs se trouvent sur la même ligne. Le principe en images. Ça n'en demeure pas moins un bel ouvrage. En pratique sur ce type d'escalier il faut tout de même rester vigilant.

De l'air au bois

Bonjour Kaj et merci du commentaire instructif. J'ai même insisté pour faire une rambarde mais mon copain n'a pas voulu, malgré mes mises en garde.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 569 vues
10 commentaires

Publications associées

0 question
0 pas à pas
0 processus
0 fournisseur
0 école
Autres créations de De l'air au bois 
Voir aussi