L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Artisans Français - Les Menuisiers

Artisans Français - Les Menuisiers

de François Husson Marchal et Billard
Artisans Français - Les Menuisiers
 Couverture
Artisans Français - Les Menuisiers
 Arrière

Ouvrage

Titre
Artisans Français - Les Menuisiers

Contenu

Résumé
Etude historique du métier de Menuisier depuis les Egyptiens.
L'ouvrage évoque surtout l'organisation du métier et quelques aspects techniques.
Sommaire
Chapitre I :
Etymologie
Temps anciens et Moyen Age
Visite du juré

Chapitre II :
Moyen Age (suite)
Statuts d'Etienne Boyleaux, de Jehan de Montigny
apprentis, les valets-ouvriers, maîtres et jurés ; l'organisation de la corporation, ; la confrérie ; le guet des métiers ainsi que les armoiries et les jetons.

Chapitre III
XiV et XV siècles

Chapitre IV
Renaissances
Lettres patentes

Chapitre V :
XVII et XVIII siècles
Arrêts, règlements, statuts, confrérie
Prix des ouvrages

Chapitre VI
Louis XVI
suppression et rétablissement des corporations
nouvelle Renaissance
Ateliers mécaniques
Chambres syndicales

Détails

Collection
-
Traduction
-
Nombre de pages
277
ISBN
-
Année de parution
1902
Domaine public
Oui
Prix public
-
Cette fiche est complétée et contrôlée collaborativement par la communauté. Si vous détectez des erreurs ou des manques, apportez vos propositions !
Mis à jour

1 critique

trente six seb
Ça partait bien

Le début du livre est très prometteur : on apprend plein de choses, les Egyptiens connaissaient les queues d'aronde, le rabot utilisé par les romains était inconnu au Moyen Age, ...

Les statuts d'Etienne Boyleaux sont repris et traduits en français moderne dans le chapitre II qui évoque également les apprentis, les valets-ouvriers, maîtres et jurés ; l'organisation de la corporation, ; la confrérie ; le guet des métiers ainsi que les armoiries et les jetons.

Et après, ça se gâte : la plupart des évolutions des textes et règlements sont repris. On en voit la lente évolution, les allers - retours. Ce n'est pas inintéressant mais c'est long.

Des commentaires de l'auteur à la fin de chaque retranscription sont les bienvenus et suffiraient presque à la lecture.

Le 24 juin 1467, Louis XI délivre aux huchers des lettres patentes confirmant quatre nouveaux statuts de leur métier. art III indique que chaque maître aura une marque en plomb pour marquer l'ouvrage.

Je suppose qu'il s'agit du début de l'estampille mais d'autres livres citent plutôt 1751 ou 1743. Est ce lié aux différents ouvrages ?

Chaque règlement montrait surtout le coût de l'amende infligée aux contrevenants et les autres sanctions. Par exemple si présence d'aubier, l'ouvrage était brûlé devant l'atelier du menuisier.

L'organisation était assez proche de celle que nous connaissons pour le Compagnonnage, évidemment sans le Tour de France. Chaque évolution était payante, notamment pour devenir Maître. Le Chef d'Oeuvre était également obligatoire. Les coûts de la maîtrise étaient différents pour les simples apprentis,n fils de maître ou époux de fille ou veuve de Maître. Ceci explique sûrement certains mariages.

La fin sur l'époque moderne (fin du XIXe) me parait mériter de nombreuses réserves, l'auteur ne me semble pas être objectif.

Par contre, la toute fin redevient très très bien.

En effet, il y a :

Publié

Discussions

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
29 vues
0 commentaire
0 vérification
1 critique ( 3,0 / 5 )

Contenus associés

0 collection
Admin