L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Ara

Couper droit quand on a peu de matériel

Couper droit quand on a peu de matériel
+

Comment faire des coupes droites quand on n'a pas beaucoup de matériel ? Tout le monde n'a pas les moyens d'acheter un combiné ou même une scie sous table (ou pas forcément la place), ni même certains outils électroportatifs qui font rêver, vous savez, gris et verts avec une règle magique qui tient toute seule.

Alors comment couper sans faire la catastrophe qu'on voit sur la photo ci-dessus (photo d'une coupe à la scie sauteuse, tous droits réservés !)... Ici, je donne ma méthode pour couper des panneaux. C'est une méthode, n'est-ce pas, il y en a d'autres sans doute aussi efficaces, mais en tout cas celle-là fonctionne et ne coûte pas cher.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Le matériel nécessaire

Un bouchon en liège, un bout de ficelle, du scotch, une canne à pêche... heu, il faut quand même un minimum de matériel alors au moins :

  • des tréteaux ou une table,
  • une règle en alu ou en bois,
  • deux grosses pinces (pas strictement nécessaires, mais ça simplifie la vie),
  • deux serre-joints (pas forcément à pompe, car nous aurons nos deux mains pour les manœuvrer),
  • des cales toutes de même épaisseur (des simples chutes de bois).

Et bien sûr une scie, et si possible un aspirateur.

(et puis une petite cale à poncer pour donner un coup sur l'arête après la coupe, ça m'a coûté un point d'avoir oublié à l'épreuve pratique du CAP, maintenant je n'oublie plus !)

Publié Mis à jour

Partager  

La coupe en plein panneau

Voici la méthode pour une coupe en plein milieu du panneau. L'idée est que le panneau ne bouge pas (ni la pièce conservée, ni la chute), et qu'on tienne la scie à deux mains. Dans cet exemple-là, j'utilise une table (avec des tréteaux c'est un peu plus compliqué).

1) On installe les cales qui vont porter toute la longueur du panneau à couper.

2) On pose le panneau, trait de coupe entre les deux jeux de cales.

3) On positionne la règle à la distance adéquate du trait de coupe (nous y reviendrons dans un prochain article), et on la maintient provisoirement avec les pinces, posées du côté du trait de coupe.

NB : on laisse dépasser la règle des deux côtés du panneau pour pouvoir ensuite plaquer la scie contre la règle avant de commencer à scier (et pareil quand elle va déboucher).

Les pinces, c'est pratique parce que quand on cale la règle d'un côté, elle bouge légèrement de l'autre, si bien qu'il faut s'y prendre à plusieurs fois avant qu'elle ne soit bien parallèle au trait de coupe.

4) On fixe la règle avec les vrais serre-joints (côté opposé au trait de coupe, bien sûr, d'où la position des pinces).

5) On enlève les pinces et on contrôle plein de trucs :

  • la distance règle / trait de coupe (être sûr de ne pas avoir bougé la règle lors de sa fixation)
  • la trajectoire (le trait de coupe ne percute pas les cales)
  • la hauteur de coupe (la lame ne vient pas usiner la table !)

NB : la "bonne" hauteur de coupe, c'est quand les dents et leurs échancrures dépassent de la planche à scier. C'est le compromis entre la bonne évacuation des copeaux et l'angle d'attaque le plus tangentiel possible.

6) Ensuite, on y va, hein, un beau jour il va falloir la couper cette planche !

(enfin un petit essai de quelques millimètres pour être sûr d'être du bon côté de la ligne, n'est-ce pas, peut nous éviter bien des déconvenues !)
(oui oui parce que ce coup-là, que celui à qui ce n'est jamais arrivé me jette la première pierre !!)

7) Allez cette fois on se lâche !

Et enfin...

Voilà la base, et maintenant nous allons étudier quelques considérations supplémentaires !

Publié Mis à jour

Partager  

Quelques considérations supplémentaires...

Dans l'exemple précédent, la scie était positionnée avec la règle à droite, mais il est aussi envisageable d'avancer avec la règle à gauche, surtout s'il la coupe est située en bord de panneau.

Ici, la position avec règle à gauche semble plus naturelle, car le sabot de la machine est bien plus stable que dans l'autre sens.

Pourtant il y a deux inconvénients importants :

1) Il faut que le moteur passe au-dessus de la règle (sur ma machine, moteur au plus bas, ça ne passe pas à moins d'avoir une règle très fine).

2) Comme ce n'est pas une règle magique qui tient toute seule, un beau jour nous allons arriver en bout de planche et là... c'est le drame !

Les solutions :

  • se faire une règle en panneau de particule très fine et très large,
  • trouver une autre moyen de la fixer que des serre-joints classiques,
  • lever encore plus le moteur si c'est compatible avec la profondeur de coupe,
  • arrêter la coupe, enlever le serre-joint et le mettre derrière la scie (oui, cela manque cruellement d'élégance, mais que celui que ne l'a jamais fait me jette la première pierre aussi !)
  • ...
    (en tout cas il faudra gérer ce problème)

Alors que règle à droite de la scie, ça passe tout seul.

Autre avantage d'avoir la règle à droite, quand on coupe un bord et qu'on est droitier : on peut tenir la scie de la main droite et maintenir la chute de la main gauche pour ne pas qu'elle s'arrache en fin de coupe.

Publié

Partager  

Le "tronçonnage" d'un panneau

Pour un panneau à couper en largeur, en "plein bois" ou au bord, il faut le caler de sorte à gérer le "flambage" dû à son poids, qui pourrait bien faire déraper la scie en fin de coupe au moment où les deux morceaux se séparent.

Je gère cela avec les cales. J'ai 4 chevrons rabotés de hauteur identique (d'environ 80 cm de long).

Et la disposition est très simple : 1 chevron à chaque bord du panneau à couper, un 2 chevrons à 10 cm du trait de coupe, un de chaque côté.

Et encore une fois, on coupe d'un côté à l'autre, et rien ne bouge.

Ci-dessus c'est une coupe en plein panneau. Si la coupe est au bord du panneau, les 4 cales sont mises à égales distances, et rien ne maintient la chute (qu'on prendra en main en fin de coupe).

Si la coupe est à 30 / 40 cm du bord, on peut mettre 3 cales à égales distances sous le panneau (derrière le trait de scie), la quatrième positionnée vers le milieu de la chute, ce qui nous aidera à la maintenir en fin de coupe.

Publié Mis à jour

Partager  

Quelques considérations supplémentaires...

Sur la photo précédente, on y voit un petit bout de bois blanc contre la règle. C'est un gabarit.

Rappelons-nous qu'il y a deux manière de scier : règle à droite et règle à gauche. La distance de la règle à la lame dépend de chaque machine et du sens de déplacement.

D'autre part, selon que la chute est à droite ou à gauche du trait de coupe, la distance de la règle à la lame doit être augmentée ou diminuée de l'épaisseur de celle-ci.

2 sens de coupe x 2 côté de la chute = 4 possibilités, donc 4 gabarits à fabriquer, et surtout à documenter !

Ensuite, eh bien, il n'y a plus qu'à tracer le trait de coupe, mettre le bon gabarit entre le trait et la règle, et la fixer avec les pinces puis les serre-joints.

Et bien sûr, faire un essai sur quelques millimètres avant d'attaquer le panneau complet, parce qu'avec 4 gabarits, 4 positions par rapport au trait etc, on a à peu près une chance sur une de se planter un jour ou l'autre !

Publié Mis à jour

Partager  

La coupe "industrielle"

Industrielle, façon de parler, hein, industrielle amateur plutôt !

Soit un lot d'une dizaine de panneaux à couper à la même largeur (cas d'école : nous avons récupéré des panneaux de MDF et nous allons en faire une belle étagère dans notre garage).

Bon, là mesurer, faire un trait, mettre le gabarit d'un côté, mettre la pince, mettre le gabarit de l'autre côté, mettre l'autre pince, revenir vérifier si ça n'a pas bougé sur la première pince, retourner voir l'autre côté et mettre le serre-joint, mettre le deuxième serre-joint, enlever les pinces et faire glisser le gabarit sur toute la longueur pour être sûr de notre coup... disons-le sans honte : c'est chiant ! Une fois ça va, mais 10...

Mais 10, ça mérite un gabarit spécifique qui va éviter une bonne partie du mic mac. Ne rien mesurer, ne rien tracer et sauter l'étape des pinces, ça me va !

Alors voici deux gabarits coupés sans les avoir mesurés. Je n'ai pas fait de photo une fois installés mais une longue explication valant mieux que rien du tout...

  • Premier panneau, je trace le trait de coupe.
  • Je place mon gabarit de 39 mm (celui de l'article précédent) et je fixe la règle.
  • Je place la planchette qui me servira de gabarit "industriel" derrière la règle (perpendiculairement) et je la trace le long du panneau à scier.
  • Je coupe la planchette sur le trait ainsi tracé, puis je la recoupe en longueur pour avoir 2 exemplaires de mon gabarit. J'y ajoute la butée qu'on voit sur la photo.

  • Tous les panneaux suivants : je mets mes deux gabarits aux deux bouts du panneau (perpendiculairement) sur leur butée, je place la règle contre les gabarits, je mets directement les serre-joints, et je coupe.

(bon ok, je ferai une photo demain)

Publié Mis à jour

Partager  

Quelques considérations supplémentaires...

Bon ok j'avoue, je vous ai un peu arnaqués... j'ai dit "bla bla bla sans avoir trop de matériel", mais après je parle de gabarits qui doivent bien sûr être coupés nickel à la bonne largeur, et celui ou celle qui n'a que sa bille et son couteau (le bouchon de liège la canne à pêche etc.), il va avoir du mal à le faire.

Quand on a un combiné ou une scie sous table, ça aide bien à : 1) faire les gabarits, 2) faire toutes les découpes bien droites sur autre chose que des panneaux. Car oui, la méthode que je présente est bonne pour des panneaux, mais pour des planches "normales", ça ne marche pas.

Alors je vais quand même vous présenter la scie sous table (enfin, sous panneau) que j'avais faite quand j'étais jeune et sans le sou. Elle ne m'a coûté que quelques euros (enfin, quelques francs pour être précis) et m'a changé la vie !

Publié Mis à jour

Partager  

La scie "sous panneau" de ma folle jeunesse !

Oui, "sous panneau" parce que sous table, il faut faire une table et faute de matériaux, de place ou d'envie, un simple panneau de MDF peut faire l'affaire.

En fait, c'est deux panneaux que j'avais fait scier en GSB, donc de largeur rigoureusement identique. Dès lors que les bords sont bien alignés, la règle est parallèle à la lame.

Côté verso, un boulon qui dépasse, et qui permettait de fixer mon panneau sur l'établi dans un trou spécialement prévu à cet effet (sinon avec le poids de la machine et le porte-à-faux, ce serait tombé).

Et pour la machine, une petite adaptation avec 4 trous dans la semelle...

Pour le démarrage et l'arrêt du moteur, un élastique, un bouchon de liège, une canne à pêche, tout ce qu'on veut (là c'est vraiment du bricolage !), et on branche la prise pour démarrer.

Un beau jour je me suis fait un "chariot" avec des chutes.

Une règle à 90° et l'autre réglable avec des traits prédéfinis aux angles communs.

Et quelques considérations supplémentaires pour cette "scie sous panneau" :

  • Plus le panneau de MDF est épais, plus il est stable et moins il se déforme.
  • Plus le panneau de MDF est épais, moins la lame ne sort... j'étais donc limité à 55mm de hauteur de coupe ce qui n'est pas folichon.

Pour les défonçages, je n'avais évidemment pas de défonceuse ! Je pense que j'avais percé un trou de chaque côté des rainures, puis fait une coupe arrêtée avec la scie circulaire (pour chaque flanc de rainure), et un coup de râpe pour lisser les défauts.

Publié Mis à jour

Partager  

Quelques considérations supplémentaires...

J'ai dit au début qu'il fallait une table ou des tréteaux. Je me rends compte que je n'utilise qu'une table car j'ai toujours besoin d'une surface pour poser mes cales.

Pour celles et ceux qui n'auraient pas la possibilité d'utiliser une table, mais qui ont des tréteaux, sachez déjà que 2 tréteaux + 2 chevrons de 2,50 m posés dessus, c'est génial ! Vous mettez cela au milieu de votre atelier, garage ou salle à manger, vous posez votre ouvrage dessus et pouvez y travailler en y faisant le tour, c'est vraiment top ! En fait, c'est 10 fois mieux qu'un établi placé contre un mur.

Et donc, comment s'y prendre pour notre méthode de sciage de panneaux avec des tréteaux ?

1) Il y a le sol.
2) Sulesol, il y a les tréteaux.
3) Sulé tréteaux, il y a 2 chevrons de 2,50m.
4) Sulé chevrons il y a les 4 cales (chevrons de 80 cm).
5) Sulécales, il y a le panneau à tronçonner.

Si c'est une coupe en longueur sur un bord, vous vous arrêtez au point n°3 et vous posez votre panneau.

Si c'est une coupe en longueur en milieu de panneau, je vous plains ! Il faut dans ce cas : le sol, les tréteaux, 4 chevrons de 2,50m, et le panneau à usiner.

Publié Mis à jour

Partager  

Fabriquer ses gabarits de coupe

Pour fabriquer ses gabarits, c'est très simple et comme toujours, moins on mesure mieux c'est.

1) Prendre une (grande) chute de bois, placer la règle parallèle au bord et faire une petite entaille.

2) Il faut quand même mesurer un peu, de la règle au bord gauche du trait de scie, ainsi qu'au bord droit.

3) Avec votre scie sous table - ou tout autre moyen adéquat, fût-ce le rayon découpe d'une GSB - faire un gabarit pour le bord gauche, et un pour le bord droit.

Et après, amusez-vous ! Le résultat est redoutable...

Pour les gabarits "petite série" (ceux dont je parlais plus haut et qui n'avaient pas de photo), il faut installer la règle pour couper le premier panneau.

Mettre le futur gabarit derrière la règle, et tracer par dessous.

Ensuite, eh bien, on coupe au trait, on refend la planche (pour faire 2 gabarits identiques) et on utilise la chute pour faire les butées.

Pour toutes les planches suivantes, on place les gabarits, la règle, les serre-joints direct, et bzim.

Publié

Partager  

Quelques considérations supplémentaires...

Bon, je faisais le malin un peu plus haut, avec les 4 types de gabarits, mais en fait je n'en n'avais que deux (du coup aujourd'hui j'ai fait les deux manquants) (qui ne me manquaient pas depuis des années, pourtant !).

Ensuite j'ai coupé une planche et le résultat a été pire que sur la photo "vitrine"...

...ce qui m'amène à revenir sur les 4 manières de couper la plaque : règle à droite, règle à gauche, chute à droite, chute à gauche.

  • Règle à gauche, il y a le problème du moteur qui doit être surélevé (ce qui n'est pas un problème si l'on usine des panneaux qui sont, par définition, fins), et surtout du moteur qui va buter sur le serre-joint en fin d'usinage. Sauf si la règle est très large et cela, il est assez souvent facile de s'en procurer une : une chute du même panneau ! C'est fin, c'est large, et c'est d'équerre si ça vient d'une GSB ou d'une usine.

Donc là, c'est nickel ! À noter que la "règle" dépasse en amont du panneau, pour pouvoir y plaquer la scie avant de couper.

NB : pour aligner parfaitement la "règle" avec le panneau, il faut que leurs bords soient parfaitement confondus. Ne jouez pas avec des cales ou quoi que ce soit : le mieux c'est les yeux fermés avec vos doigts. Ceux-ci sont capables de repérer une différence de l'ordre du dixième de millimètre, alors faites-vous confiance !

Ceci étant dit, ma coupe était déplorable... Pourquoi ? Parce que ma scie a dérivé vers la droite en fin de coupe. J'ai mal suivi la règle, tout simplement.

Alors bien sûr, ce n'est pas grave, j'ai refait la coupe et c'était bon ensuite. Mais si j'avais fait cette coupe en milieu de panneau, j'aurais peut-être perdu mon panneau pour rien... d'où la question du côté de la chute.

  • Si la chute est du côté de la scie (par rapport à la règle), dans mon cas, à droite, et que je dérive, je peux refaire la coupe, je n'aurai abîmé que la chute.

  • Si la chute est sous la règle (et par conséquent, si le côté à conserver est à droite dans mon cas), et que je dérive, je bousille ma plaque.

Conclusion, le sciage avec règle à gauche n'a pratiquement que des inconvénients :

  • Il faut une règle très large pour éviter de taper dans le serre-joint,
  • Si l'on coupe en bord droit de panneau, il va falloir allonger les bras dans une posture peu pratique (je parle pour les droitiers),
  • On risque d'entamer la pièce si elle est à droite de la scie.

Avantages :

  • C'est plus stable si l'on coupe le bord droit,
  • C'est plus sûr si la chute est à droite.

Règle à droite : c'est juste l'inverse.

Donc pour choisir la meilleure méthode de coupe :

1) Si c'est possible, mettre la pièce à garder sous la règle, et la chute à l'extérieur de la règle,
2) Si c'est possible, mettre la scie
à gauche de la règle.

Publié Mis à jour

Partager  

Bonus !

Pour ceux qui n'ont pas de quoi / pas le temps / pas les moyens / pas envie / pas encore fait... les gabarits, et qui s'échinent à mesurer la distance entre le trait de coupe et la règle, simplifiez-vous la vie !

Et n'oubliez jamais...

Publié


Discussions

Ara  a publié le pas à pas "Couper droit quand on a peu de matériel".
il y a 6 jours
Olivier Vernhettes

Top ton pas à pas 👍
Ne passant pas ma vie à couper du panneau, je fais comme ça depuis des années et ça fonctionne parfaitement 🤓

Didier

J'ai commencé avec une règle de maçon également.
Puis, un jour, j'ai fixé un tasseau bien droit sur une planche et scié la planche en m'appuyant sur le tasseau.
Il suffit d'aligner le trait et le bord découpé. C'est aussi précis qu'avec une règle verte et grise. C'est juste moins pratique pour les serre joints et la plongée en plein panneau.
"Au moins on mesure au plus on est précis "

DoMi06

Très intéressant, je retiens quelques idées très intéressantes même quand on a de l’équipement, notamment celle pour faire 10 coupes identiques (ou plus) à la scie circulaire électroportative, top!Merci

JPM

Très intéressant pas à pas ( même si par ailleurs on est équipé).
J’ai résolu mes problèmes de délignage en achetant la scie avec rail de Lidl c’est top! Pour un travail amateur c’est largement suffisant.
Merci de ton partage.
Jean-Paul

Ara  a publié l'article "Fabriquer ses gabarits de coupe".
il y a 3 jours
Ara  a publié l'article "Quelques considérations supplémentaires...".
il y a 3 jours
Ara  a publié l'article "Bonus !".
il y a 3 jours
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
718 vues
4 commentaires

Publications associées

0 question
0 plan
0 processus
0 fournisseur
0 école

Tags

Autres pas à pas de Ara 
Voir aussi
Table des matières