L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Regis

Projet Harpe 19 cordes

par Regis 

Navigation

Projet Harpe 19 cordes

Il y a 3 ans ma fille est tombée en arrêt devant une harpe celtique à la biennale du bois de Grenoble, au coin des luthiers. "Papa, Maman, j'ai toujours voulu jouer de la harpe !". Elle était juste à l'âge des fées clochettes qui jouent de la harpe au fond des bois 😉
La harpiste l'a gentiment laissée essayer l'instrument (j'ai essayé aussi) et ça a confirmé le coup de foudre... Aïe, en discutant avec la harpiste, on évoque le prix des instruments... Bon. En faisant le tour des luthiers, ça m'avait donné envie d'essayer de fabriquer un instrument de musique pour m'amuser. Un des luthiers donnait gratuitement les plans d'une espèce de petite guitare médiévale à 4 cordes... J'ai donc commencé à envisager un projet avec un peu plus de cordes : une harpe !

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Comment faire une harpe, où se renseigner...

En cherchant sur le net j'ai trouvé des sites marchands qui proposent des harpes en kit. Y'a plus qu'à assembler, coller, poncer, appliquer la finition.. puis corder, accorder et jouer. Simple, mais pas très satisfaisant pour moi qui n'aime pas trop la finition... On peut aussi acheter des plans, dans ce cas il n'y a plus qu'à les suivre pour réaliser l'instrument. Oui mais moi j'adore improviser, et puis aussi comprendre comment ça marche...

Finalement j'ai aussi trouvé un livre qui explique -pas exactement- comment construire une harpe de A à Z, mais plutôt les bonnes pratiques pour les assemblages et l'architecture, et les écueils à éviter. Il faut savoir que les cordes appliquent environ 300kg de tension entre la console (la poutre en haut) et la table d'harmonie. Donc il ne faut pas trop improviser les assemblages, et prendre garde au sens du fil du bois pour éviter la casse ! En particulier au niveau du 'cou' de la console, zone où le fil du bois est très court.
Le livre donne aussi quelques exemples de plans de cordes (longueurs, diamètres des cordes avec les fréquences sonores donc les notes associées). J'ai choisi de me lancer avec un plan de cordes pour harpe 19 cordes. C'est un instrument suffisant pour débuter (4 octaves), la tension des cordes est limitée, et ce sont des cordes nylon 'simples' (si on veut aller plus loin dans les graves, il faut des cordes filées ou métalliques).

Voici un lien vers le site
Music Makers
qui vend des kits de harpes et d'autres instruments.

Et un lien vers le livre en question :
Livre de Jeremy Brown en version française

Publié

Partager  

L'étape du design

Après avoir bien digéré le livre de J. Brown, il me parait évident que, si je m'étais lancé dans l'aventure sans lui, j'aurais surtout produit du petit bois pour allumer la cheminée 😅

Après avoir choisi un plan de cordes, on se lance dans le design général de l'instrument, on décide de la forme qu'il aura. La forme de la caisse, la forme de la console, le choix des essences de bois etc.. tout peut influer sur le son qu'on obtient à la fin... enfin il ne faut pas non plus trop s'inquiéter... Quand je pense que j'essayais de percer les emplacements des sillets au quart de millimètre près pour avoir les bonnes longueurs de corde... aujourd'hui j'en rigole... 😂

Revenons à nos boutons :

J'ai donc commencé par choisir l'angle entre la table d'harmonie et les cordes, puis à dessiner le plan de cordes. Cela donne l'emplacement des sillets et des chevilles de tension, et donc la forme générale de la console. Ensuite j'ai dessiné autour de ce trait principal les contours de la console, de la caisse, du pilier... Plusieurs versions esthétiquement différentes, à échelle réduite bien sûr. Ma fille voulait un 'escargot' ou une volute au bout de la console. C'est donc ce qui a été validé au final, même si je trouve que justement le bout de la console pourrait être plus élancé.
Les proportions de la caisse (largeur en haut / en bas etc) sont mesurées approximativement sur des photos d'instruments existants. Ces dimensions jouent un rôle important dans la gamme de fréquences que l'instrument produit et 'amplifie'. Si la caisse est large en bas, je pense que cela donne du "coffre" dans les graves et plus de volume globalement. On peut s'imaginer qu'il doit y avoir un "nombre magique" qui relie la fréquence de vibration de chaque corde avec la largeur optimale de la caisse à l'emplacement de cette corde... ou alors pas du tout ☺
Enfin, une des décisions les plus difficiles à prendre : quel angle doit avoir le bas de la caisse par rapport au sol ? Il s'agit tout de même que l'instrument tienne debout ! Mon estimation à base de calcul de centre de gravité et de pifométrie est finalement bonne...

Publié Mis à jour

Partager  

Le matériel

Une fois qu'on a fait un joli dessin de la harpe de ses rêves, de profil et à l'échelle 1, il faut se préparer à passer aux choses sérieuses. Avoir une idée de ce qu'on va faire (techniquement) puis trouver et approvisionner le matériel pour la réalisation.

J'ai choisi de faire un noyau en contreplaqué exotique "marine" super dur, pour la console et le pilier. Le tout sera habillé de bois massif.
La table d'harmonie sera en contreplaqué bouleau "aviation" de 3mm. Ce n'est pas du tout ce qui est utilisé traditionnellement pour les harpes "de luthier" mais c'est simple, robuste, tellement plus facile que de faire une table en épicéa massif (qui doit s'amincir du grave vers les aigus)

Outillage :
Une grosse partie du travail se fera à la défonceuse : travail au gabarit pour les couches de la console et du pilier, défonçage complémentaire pour incruster le noyau en contreplaqué dans le bois massif, rainures, usinage de la console pour l'amincir, moulurage des chants...
La scie sauteuse permet de préparer les gabarits, de dégrossir les découpes rectifiées ensuite à la défonceuse.
J'utilise aussi le tour pour 1 seule pièce, l'articulation entre la console et la caisse.
La scie à chantourner pour la déco papillon
La perceuse à colonne pour les trous des chevilles, des sillets
Rabot, ciseaux... pour la sculpture de la volute
Ponceuse... pour la finition

La quincaillerie :
Il faudra des cordes de harpe, donc du fil en nylon, en différents diamètres, comme indiqué sur le plan de cordes.
Il faudra aussi des sillets et des oeillets en laiton, des chevilles pour tendre les cordes, des leviers pour faire les demi-tons...
Il faut aussi une clé pour accorder la harpe..
Tout cela est en vente au détail sur le site
MusicMakers
par exemple.
On peut également trouver des pièces chez Camac ou d'autres fabricants / magasins de musique. En l'occurence, mon plan de cordes correspond à un modèle en kit de MusicMakers. Donc acheter la quincaillerie chez eux était d'autant plus simple.

Un accordeur rendra également service pour accorder l'instrument aux petits oignons, même si vous avez l'oreille musicale 😏

Le bois :
Il faut du contreplaqué basique pour faire des gabarits.
Du contreplaqué aviation de 3mm pour la table d'harmonie
du contreplaqué très dur pour le noyau de la charpente
Du bois massif très sec pour le reste.

J'ai commandé les contreplaqués chez Bois de Guyenne
Pour le bois massif, j'ai acheté des "tablettes hêtre chauffé" chez Casto. Ces tablettes en lamellé collé ont l'avantage d'être dispo en plusieurs largeurs / longueurs, c'est du bois très sec, et puis... je ne sais pas où trouver du bois sinon, et je ne suis pas équipé pour faire mes panneaux (pas de dégau/rabo)

Le reste :
J'ai tout collé à la colle à bois blanche standard. Ben... oui, ça colle, quoi. même si y'a pas d'os dedans 😄
Petites fournitures, des clous en laiton etc.. en GSB

Prochaine étape, la réalisation 😃 il y aura quelques photos, ce sera moins ennuyeux 😜

Publié Mis à jour

Partager  

La réalisation : La caisse de résonance

J'ai tout d'abord préparé trois gabarits
un gabarit correspondant à la projection de la caisse dans le plan vertical (un trapèze, quoi 😃 ),
un gabarit pour la console
un gabarit pour le pilier.

Cela permet d'assembler ces trois gabarits ensemble "à plat par terre" et de vérifier par exemple que le pilier a la bonne longueur et que tout s'assemble... enfin avant que les cordes y ajoutent 300kg de tension 😅 .
Il faut également représenter les emplacements des sillets sur le gabarit de console, cela permet de vérifier les longueurs de corde.

Une fois cette vérification faite, j'ai peaufiné les formes des gabarits console / pilier qui vont vraiment servir pour l'usinage à la défonceuse.

Je commence le travail par la caisse de résonance, qui me parait l'élément le plus simple à réaliser. En fait il y a des découpes d'angle de partout, et le fond qui est arqué, ce n'est pas si simple que ça...
La caisse a plus ou moins la forme d'une pyramide inclinée tronquée. Elle est constituée de 2 panneaux latéraux en hêtre, et de 4 panneaux horizontaux en hêtre : un en haut, un en bas, deux au milieu pour rigidifier la caisse. En effet, elle a tendance à avoir les flancs qui bombent vers l'intérieur à cause de la traction des cordes sur la table. Je fais des lamages à la défonceuse pour incruster les pièces horizontales.
La face "cordes" de la caisse, c'est la table d'harmonie. On y reviendra plus tard. La face opposée, le dos de la harpe, je l'ai fait en contreplaqué "basique".
Les 4 pièces horizontales ont un coté arqué, car le dos est arrondi. C'est un choix esthétique et ça joue un peu sur le confort comme la harpe pose sur l'épaule du musicien. Dans mon cas, l'arrondi n'est pas très prononcé. D'autant moins prononcé en bas, car je me suis trompé je crois, en calculant les rayons de mes arcs de cercle. Le dos devait être une portion de cône, et ce n'est pas le cas... Ce n'est pas dramatique...😒
Comme ces pièces sont les premières réalisées, elles concentrent quelques erreurs (et c'est là qu'on regrette d'avoir seulement fait un croquis à main levée et des calculs de cosinus et de tangente au brouillon au lieu d'un vrai plan 😅 Mais j'assume totalement ☺
Et bien sûr, toutes les découpes sont faites à la scie sauteuse... sur laquelle j'évite d'incliner la lame sous peine de résultat catastrophique... ce qui n'arrange rien.
Je me dis que maintenant, avec ma scie à ruban et la petite station de ponçage, je ferais des assemblages d'angle beaucoup plus précis 😁 Ce sera pour la prochaine harpe...

Le jeu des sept erreurs:
- le rayon de courbure des pièces horizontales n'est pas bon pour faire une portion de cône
- Il manque quelques mm en bas des flancs car j'ai oublié d'appliquer un sinus sur l'épaisseur de planche
- si j'avais mieux réfléchi, les lamages des pièces horizontales du haut et du bas dans les flancs ne seraient pas débouchants en face avant coté table d'harmonie.

Ci-dessous quelques photos de la caisse :

Dans chaque flanc il y a une rainure pour y insérer la table d'harmonie. Elle sera collée et maintenue par des clous laiton.
Un lamage pour le fond bombé... collé + cloué également.
Notez la forme des renforts horizontaux : ils ne doivent surtout pas toucher la table d'harmonie, et aussi permettre d'accéder aux cordes, d'où leur forme évidée.

La table d'harmonie en CP aviation (bouleau, 3mm) est un bête trapèze qui vient s'insérer dans les rainures de la caisse... sauf que... ce trapèze est percé de trous pour les cordes, où viendront se loger des oeillets laiton. L'espacement des trous est donné par l'écartement des cordes bien sûr. Mais le plus délicat, c'est que la position des trous doit être assez précise par rapport aux sillets sur la console, afin que les cordes aient la bonne longueur. Il faut donc bien calculer la position des trous en fonction de la position finale de la table dans la caisse, et de la console par rapport à la caisse. Le gabarit de console avec les emplacements des sillets sert beaucoup à ce moment là ! Et il vaut mieux mesurer 5 fois que se tromper 1 fois sur la position des trous !
On pourrait aussi faire un gabarit supplémentaire qui représente les cordes, et qui se fixe sur la console. Moi j'ai utilisé mon plan à l'échelle 1 punaisé sur le gabarit console, pour vérifier où arrivent les cordes sur la table d'harmonie.

La table d'harmonie reçoit une baguette de renfort le long des trous. Cette baguette est collée sur la table, elle ne touche la structure de la caisse en aucun point. Et pour ne pas trop pénaliser la vibration de la table dans les aigus, elle s'affine en épaisseur des graves vers les aigus. J'ai choisi pour ce renfort une baguette de chêne de section 10*25mm trouvée en GSB. Je l'ai affinée au rabot à main.

Ci-dessous quelques photos de la table d'harmonie. On voit aussi à côté le dos en CP avec les découpes des éclisses.

Assemblage de la caisse:
Les pièces horizontales du haut et du bas sont collées et vissées. Ce sont quasiment les seules vis de tout l'instrument. La table et le dos sont collés et cloués.
La table reçoit des clous en laiton qui traversent la rainure (et donc la table)

J'ai ajouté au dernier moment un renfort collé à l'intérieur du CP du dos de la harpe. Un morceau du tasseau en chêne. En effet, à cause du cintrage 'sauvage' du CP et des trous des éclisses, le bombé du dos prenait une forme bizarre aux extrémités des éclisses,et j'avais peur que ça finisse par fissurer le CP (bas de gamme). Forcément, faire des trous sur une pièce cintrée, ça crée des contraintes mécaniques inattendues. Et de plus, comme le rayon de la pièce du bas est faux... enfin ça fait illusion si on ne regarde pas de trop près 😅

Quelques photos de la caisse montée

Il restera encore un peu de travail de finition sur la caisse, mais nous y reviendrons plus tard !
- Déco papillons
- Finition haut et bas de la caisse coté table d'harmonie
- Chapeau de la caisse et interface avec la console
- Pied de la caisse et interface avec le pilier

Prochain article : réalisation de la console et du pilier

Publié Mis à jour

Partager  

La réalisation : Console et pilier

Comme dit plus haut, je vais faire un noyau en contreplaqué habillé de bois massif. La console et le pilier doivent faire environ 40mm d'épaisseur. D'une part parce que c'est bien suffisant 😄 d'autre part à cause de la longueur des chevilles de tension des cordes qui sont traversantes, mesurent 70mm, et doivent dépasser côté cordes de 15mm (c'est la cote qui va bien pour correspondre aux sillets). Si la console fait 40mm, les chevilles dépasseront donc de 15mm également du côté opposé aux cordes.
Le contreplaqué exotique Super Costaud que j'ai acheté fait 18mm d'épaisseur. Les tablettes de hêtre entre 19 et 20mm. Je vais donc utiliser mes gabarits pour faire 3 jeux de planches "console" et 3 jeux de "piliers" qui seront contre-collés en sandwich. La couche du milieu aura un noyau en contreplaqué incrusté. J'affinerai ensuite de 56mm à 40mm en usinant dans l'épaisseur à la défonceuse.
Les 2 formes extérieures des sandwiches "pilier" et "console" sont dégrossies à la scie sauteuse puis usinées à la défonceuse, avec gabarit et fraise à affleurer. J'ai pris soin d'avoir le fil du bois orienté différemment sur les deux planches, même si cela n'est pas capital grâce au noyau en contre-plaqué.
Quelques photos ci-dessous

L'incrustation du CP dans le bois massif:
J'ai réalisé l'incrustation à la défonceuse grâce à la technique du fraisage complémentaire. Un jeu de 3 fraises permet de faire des gabarits "complémentaires" et donc de réaliser des pièces qui s'emboîtent parfaitement (juste faire attention au rayon de courbure mini à cause de la taille du roulement de la fraise "complémentaire" qui est assez gros (22mm je crois)). J'ai acheté mon jeu de fraises chez HM.
La notice du kit explique bien comment ça fonctionne. On peut faire des assemblages épatants avec ça. 👌
Dans mon cas bien sûr, cela ne se verra pas, l'incrustation est faite pour noyer complètement le CP dans du massif.
Le noyau de CP a grossièrement la forme de la console / du pilier. Je profite de cet encastrement pour réaliser un tenon-mortaise entre le pilier et la console, sans faire trop d'usinage... Simplement le noyau de CP du pilier sera plus long que le bois massif pour faire le tenon. Et le CP de la console laissera un vide pour faire la mortaise.
Mon tenon-mortaise fait quasiment toute la hauteur de la console. C'est plutôt nécessaire car cet assemblage travaille beaucoup sur une harpe : la tension des cordes s'exerce sur un seul coté de la console, ce qui contraint fortement cet assemblage en torsion 😓
A la réflexion, j'aurais pu rendre l'assemblage plus robuste en faisant chevaucher le CP de la console et le CP du pilier par un assemblage collé à mi-bois à l'intérieur de la mortaise... Bon jusque là ça n'a pas cassé 😅

Une fois l'incrustation réalisée, on peut coller les 3 couches du sandwich, et finir la forme extérieure de la console à la fraise à affleurer.
Quelques images:

Le pilier est réalisé sur le même principe, mais je n'ai pas pris de photos

Après collage, la console est pré-percée pour les chevilles et les sillets, selon le plan de cordes à l'échelle 1.

La console et le pilier sont ensuite usinés pour réduire leur épaisseur à 40mm. J'ai utilisé la défonceuse pour faire cela. Sur la console j'ai lassé de l'épaisseur à l'extrémité "graves" pour sculpter les "volutes", et à l'extrémité "aigus" pour ajouter un épaulement. En effet, la harpe n'est pas symétrique, comme on peut voir sur cette photo, la console n'est pas centrée sur la caisse, il faut la décaler pour que le plan des cordes ne soit pas trop incliné dans les aigus.

Je manque un peu de photos pour les étapes ci-dessus. j'ai quelques vues de l'ensemble console + pilier assemblés quasiment finis.

Il faut usiner proprement l'assemblage entre la console et la caisse. ce sera un demi-cylindre en creux sur la console, et un cylindre posé sur la caisse.
Je garde la finalisation de l'assemblage pilier / base de la caisse pour le dernier moment, quand je peux vérifier que tout va s'emboîter 😅
Reste ensuite à aléser les trous des chevilles (dans le matériel que j'ai choisi les chevilles sont coniques, il faut donc passer un coup d'alésoir conique). Puis à monter les sillets en laiton. Et enfin, fond dur et cire...

Notez au passage (photos à l'appui 😄 ) que j'ai fait tout ça LITTERALEMENT sur un coin de table... un peu encombré d'ailleurs... (et un bon vieil établi pliant B&Deker) 😂

Prochain article, la fin de la réalisation de la caisse

Publié

Partager  

La réalisation : La fin de la caisse...

Lors d'un article précédent, nous avons laissé la caisse de résonance 'en plan', avec ses cotés latéraux, arrière, + les renforts horizontaux et la table d'harmonie.

Il reste à faire principalement les deux interfaces très importantes entre la caisse et la console en haut, et entre la caisse et le pilier en bas. J'ai attendu d'avoir l'ensemble console + pilier assemblé collé pour me lancer dans ces interfaces. Ainsi je peux vérifier que tout s'assemble correctement au fur et à mesure.

Dans le design que j'ai choisi, la console n'est pas fixée sur la caisse. Elle est articulée sur un demi-cylindre (mettons plutôt un cylindre avec un méplat). Cela évite que cet assemblage ne souffre de contraintes trop fortes avec la tension des cordes (si l'angle caisse / console n'est pas parfaitement ajusté). Il pourrait finir par casser. Dans ce design, la console est donc simplement maintenue sur la caisse par la tension des cordes. Et c'est largement suffisant...
Pour cette partie haute de la caisse, je réalise donc une chape moulurée en hêtre, et une grosse 'cheville' cylindrique en douka, au tour à bois. La position de la cheville sur la chape sera déterminée au dernier moment, avec toute la harpe assemblée 'à blanc'

De même la partie basse de la caisse est assemblée au pilier par un tenon-mortaise assez large et non collé. La tension des cordes maintient tout en place. Comme mon pilier s'appuie uniquement dessus, la chape pour le bas de la caisse doit être solide et supporter une grande partie de la tension des cordes. J'ai donc contre-collé deux panneaux pour la réaliser. La chape sera assemblée boulonnée à la caisse.

Les "oreilles" de la chape sont prévues pour l'esthétique, et aussi pour fixer éventuellement des pieds.. que je n'ai pas faits. Maintenant que ma fille a bien grandi, il faudrait vraiment que je fasse des pieds pour réhausser la harpe d'au moins 20cm.

Une fois les chapes posées sur la caisse, on peut faire l'ajustement final du tenon du pilier pile poil à la bonne longueur. Et le plus dur est terminé.

Reste à faire la finition : les baguettes pour finir le haut et le bas de la table d'harmonie, les papillons décoratifs.

Enfin, passer le tout au ponçage, fond dur, et cire.

Les papillons sont réalisés à la scie à chantourner dans des chutes de contreplaqué aviation 3mm de la table d'harmonie. Ils sont incrustés de façon simpliste dans les flancs de caisse. J'ai juste taillé un trou non traversant du bon diamètre à la scie cloche, de 3mm de profondeur, puis dégagé le fond au ciseau. Le papillon vient à fleur de la surface du flanc.

Publié

Partager  

La réalisation : THE END...

Dans l'article précédent, nous avons vu la fin de la réalisation de la caisse de résonance.

Reste à assembler la caisse et l'ensemble pilier-console (tenon-mortaise collé au préalable). Il s'agit surtout de réaliser le tenon du bas du pilier. On peut faire à nouveau un montage à blanc pour être certain que tout s'assemble bien avant de tailler le tenon à la bonne longueur.

Les perçages de la console ont été alésés à l'alésoir conique pour recevoir les chevilles de tension. Les sillets ont été vissés en place à la cote prévue dans le plan de cordage.

Cela marque la fin de la réalisation de ce bel ensemble en bois, en dehors de la finition.
Donc pour la finition, rien que du classique : ponçage progressif 80 à 120 papier "haute finition" puis fond dur, égrenage laine d'acier, et cire incolore.

Enfin il reste un peu de travail en dehors de la menuiserie.

Il faut corder l'instrument. Il faut couper chaque corde à la bonne longueur.
Il faut faire attention de ne pas se tromper de diamètre de corde, ou de couleur. En effet les "do" sont rouges et les "fa" sont bleus.
Donc pour chaque corde, coupe à la bonne longueur. A une extrémité, réalisation d'un noeud collé à la cyano avec une perle au milieu. Passage de la corde dans le trou de la table d'harmonie équipé d'un oeillet en laiton. Puis on passe la corde à travers sa cheville et on la tend un peu.

Lorsque mes 29 cordes sont passées (ça prend du temps, je vous dis pas), je peux les tendre progressivement.
A un certain point, armé de l'accordeur, on peut commencer à faire sonner les cordes et à entendre le doux son de la harpe... pas très longtemps...😢

Le premier accordage, c'est l'horreur. C'est interminable. Les cordes s'étirent au fur et à mesure de la mise en tension. Et pendant des heures, on tend les cordes. Toutes les 5 minutes, tout est à refaire. Il faut aussi que le bois prenne sa position et sa forme sous tension.

Bref,il faut s'y prendre à plusieurs fois, pendant plusieurs jours, pour que l'accordage soit stable. Ces jours là ont été pour moi des moments de doute et de désespoir... Est-ce que l'instrument va se stabiliser un jour ?

Eh bien oui, ça finit par se stabiliser, et en y réfléchissant c'est tout à fait normal que cela se passe ainsi.

Lorsque l'instrument est bien stable et qu'il tient bien l'accord, on peut envisager de monter les palettes ou leviers pour faire les demi-tons. Chaque palette peut venir 'pincer' légèrement la corde, et donc raccourcir un peu la longueur de corde vibrante. La corde produit alors un son plus aigu. En ajustant la position de la palette sur chaque corde, on fait en sorte que la note avec la palette engagée soit 1/2 ton au-dessus de la note sans la palette.
Les leviers 'bon marché' que j'ai installés sont assez faciles à ajuster. Comme ils soulèvent un peu la corde, on peut les placer sous la corde en mode 'engagé', et ajuster la position le long de la corde en la faisant sonner, armé de l'accordeur numérique. Lorsqu'on a la bonne position qui produit la différence de 1/2 ton, on visse le levier en place et c'est joué.

A propos, l'accordage standard pour les harpes celtiques c'est DO RE MIb FA SOL LAb SIb.
Donc pour jouer en Do majeur il faut engager les leviers du MIb,du LAb, du SIb.

Voila la fin de ce projet sympathique, qui aura duré environ 2 à 3 mois de documentation, réflexion, hésitation, approvisionnement suivis de 3,5 mois de réalisation (weekends et parfois soirées en semaine). 😫
Pour faire un bilan sur mon instrument, je dirais qu'il a quelques petits défauts de réalisation et de conception.
Pour les défauts de réalisation, ils ont été évoqués en partie dans un article précédent, j'ajouterais qu'on voit à quelques endroits des éclats rebouchés à la cire, car le hêtre chauffé est assez cassant, et j'ai eu beau faire attention et prendre des petites passes, parfois ma défonceuse a arraché des éclats. Un autre défaut qui au final ne se voit pas sauf sur la photo de la chape du bas de caisse : je me suis trompé sur la cote d'un trou... Enfin, le trou conique pour la cheville de la corde la plus grave tombe en partie dans la mortaise de la console... rien de dramatique, et pour le reste je suis assez content de mon travail 😊
Pour les défauts de conception, le principal est le manque de place entre console et table d'harmonie pour les cordes les plus aigües. C'est dû en partie au dessin un peu ventru de ma console, en partie au design global de la harpe. c'était difficile à anticiper comme je n'avais jamais joué de harpe avant. Du coup les cordes les plus aigües sont peu exploitables...

Pour ce qui est des points positifs (ils sont nombreux 😄 ), cette harpe sonne bien, le son est plus puissant que celui des harpes Camac d'étude de la prof de harpe. Je pense que c'est grâce à la table d'harmonie en contreplaqué fin, qui vibre plus facilement qu'une table traditionnelle en épicéa. Et ma caisse de résonance a aussi des dimensions plus généreuses dans le bas. Ma harpe est aussi relativement facile à accorder, sauf pour les cordes les plus aigües. En fait, plus on va sur des cordes courtes et plus une petite variation de tension produit une grande variation de tonalité... Pour les cordes courtes, il faut être minutieux et patient pour obtenir un bon accord.
Enfin, ma harpe tient très bien l'accord. Elle est assez peu sensible aux variations de température et d'hygrométrie. Je pense que c'est grâce à l'emploi du hêtre chauffé, qui est plus que sec, et au noyau en contreplaqué. Pendant un stage de harpe de 3 jours, la prof accorde les harpes parfois plusieurs fois par jour, toutes les 3-4 heures. La mienne est accordée avant de partir de chez moi, et en général elle n'a pas besoin d'être réaccordée.

Pour conclure cette longue tirade indigeste sans photos, je dirais simplement qu'à la différence de tous mes autres projets bois ou autres, celui-ci reste une satisfaction presque quotidienne, dont on ne se lasse pas, un vrai plaisir dès que ma fille a l'occasion de jouer un petit morceau.

J'encourage donc tous les potentiels luthiers amateurs à se lancer dans une telle aventure !!

Publié Mis à jour

Contenus associés

On en parle ici

Peiot
 

Ce qu'ils appellent "Kit" sur le site music makers c'est le jeu de cordes avec la quincaillerie pour les fixer? C'est pas donné... :-/

Regis
 

Nononon, les harpes en kit sont complètes :
- tout le bois : la table d'harmonie, la console, le pilier, les planches pour faire la caisse
- les mécaniques : oeillets, sillets, chevilles, (leviers, je suis pas sûr)
- les cordes

Tout est prêt à monter et livré avec instructions de montage..

Mais ils vendent aussi au détail des cordes, des chevilles, des sillets, des leviers, etc...

ceci dit c'est vrai que c'est pas donné. Et il faut aussi compter des frais de douane à la livraison

Zeloko
 

Merci pour ce pas à pas très détaillé ! Et très beau travail.

Regis
 

Merci !
Merci à toi d'avoir mis en ligne et de faire vivre ce site !
C'est un écrin super pour nos créations, ça nous donne de la visibilité, avec un public averti et de bon conseil ☺ et j'adore le côté "partage d'infos". Du coup je me prends au jeu, à tout décrire en détail, et 3 ans après c'est génial de pouvoir raconter la fabrication de cette harpe sous forme d'articles, en sachant que cela décidera peut-être quelqu'un à se lancer 😄

Zeloko
 

Content que tu apprécies l'écrin @regis et merci pour ton partage d'expérience !

racm terroff

Si seulement Lili Laskine pouvait encore voire ce travail!

Regis
 

Merci, j'apprécie le compliment 😊

Zeloko
 

je dirais simplement qu'à la différence de tous mes autres projets bois ou autres, celui-ci reste une satisfaction presque quotidienne, dont on ne se lasse pas, un vrai plaisir dès que ma fille a l'occasion de jouer un petit morceau.

Et bien rien que pour ça, ça donne envie d'en faire une !

keke83
 

.......j'en reste coi.....bon des meuble ok...mais un instrument de musique alors la....
c'est incroyable....
depuis le moment ou ta fille en est tombé amoureuse jusqu'à ce qu'elle puisse en jouer combien de temps c'est il passé?

Magnifique....

Regis
 

Merci !
La biennale du bois était autour du 15 avril 2011.
J'ai acheté le livre de J.Brown vers le 20 avril.
Mi-mai, j'avais commencé à dessiner le profil de la harpe avec le plan de cordes. J'ai commandé le matériel à la même époque.
J'ai commencé à couper des morceaux de bois fin mai. L'anniversaire de ma fille étant le 26 juin, j'ai optimistiquement essayé de finir pour cette date... mais en fait j'ai terminé autour du 14 juillet... en y passant soirs et weekends (sans travailler comme un forçat non plus)

Ensuite, une des grosses difficultés, a été de ....... trouver un prof de harpe 😂
Ca ne court pas les rues vers chez nous. Le conservatoire de Grenoble est très... conservateur, on y entre après une évaluation etc... Nous avons rencontré une prof sur Lyon, qui était trop élitiste et guindée pour nous.. Et puis nous avons rencontré la prof idéale à La Tour du Pin. Priorité au plaisir de jouer, très sympa et accessible...
Donc ma fille a commencé à prendre des cours en janvier l'année suivante.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
2 005 vues
10 commentaires

Contenus associés

Licence

Licence Creative Commons