L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

racmterrof

Restauration de la bibliothèque de la reine au chateau de Versailles


La restauration de cette bibliothèque a obligé a se pencher sur des problèmes peu courants . j'en veux pour exemple ces fameux ""clous d'épingles""

Des clous d’épingle. Voici quel est l’attelier & quels sont les outils de ce cloutier. Il a une S ; c’est un fil-de-fer ou d’acier auquel on a donné différens contours, formant des espaces circulaires de différens diametres : ces espaces servent à déterminer le calibre & la grosseur des fils employés pour faire les clous d’épingle. Voyez la Planc. I. du Cloutier, fig. 1. Un engin ou dressoir, qu’on voit Planc. II. fig. 15. C’est une planche de chêne ou d’autre bois, sur laquelle on dispose des clous en zigzag, de maniere cependant que ceux de chaque rang soient tous sur une même ligne : les rangs doivent être paralleles, quoique diversement écartés. Pour se former une idée plus juste de cet instrument, il faut imaginer une planche sur laquelle on a tracé des paralleles à des distances inégales les unes des autres : si l’on suppose chaque ligne divisée en parties égales, & qu’en attachant les clous on ait l’attention de ne pas les faire correspondre à la même division sur les deux lignes correspondantes, & qu’on observe ce procedé sur toutes, on aura la planche préparée pour l’usage auquel on la destine. On fixe l’engin à une table ou à un banc, à l’aide de deux boulons garnis de leurs clavettes. Voyez la fig. 20. Une meule ; l’assortissement de la meule est fait de deux forts poteaux fixés au plancher & dans la terre ; on y en-arbre la roüe de maniere qu’elle puisse tourner librement : cette roüe communique à la meule par une corde qui passe dans une gorge creusée sur sa circonférence, de-là dans une poulie adaptée à l’axe de la meule. La meule est d’acier trempé, elle a depuis trois jusqu’à cinq pouces de diametre, sur deux à trois d’épaisseur ; sa circonférence est taillée en lime. Cette meule & ses dépendances sont portées sur deux petits tourillons de cuivre ou de fer, placés dans deux petits montans ou poupées pratiquées à une base circulaire, qui est fixée fortement sur un bâti composé de deux tretaux & de quelques planches qu’on y attache ; sur cette base, on ajuste une espece de caisse appellée tabernacle. Voyez Planche II. fig. 11. & 12. A, est la partie antérieure supérieure du tabernacle : on voit au milieu un petit chassis de bois garni d’un verre posé d’une maniere inclinée ; il sert à empêcher les étincelles de feu qui s’échappent continuellement de la meule, de frapper les yeux de celui qui affile. La meule & tout son équipage se voyent fig. 11. & 12. on les voit seulement de face avec le banc qui sert de base, dans la fig. 12. Un banc à couper, qu’on a représenté en entier fig. 13. il est composé d’un fort banc & d’une grosse cisaille ; à un des longs & à un des petits côtés, il y a de hautes planches qui servent à retenir les morceaux de fil-de-fer, à mesure qu’on les coupe ; partout ailleurs il y a des rebords, excepté en un endroit qui sert à tirer les pointes : il faut que cet instrument soit disposé de maniere à fatiguer le moins qu’il est possible le coupeur. Un étau ; il est de figure ordinaire : on le voit Plan. II. fig. 14. Un mordant, qu’on voit figure 16. c’est un composé de deux morceaux de fer, dont les têtes sont acérées : ces morceaux circulaires sont assemblés à charniere, & leur mouvement est libre ; on a pratiqué à la tête de chaque branche & en-dehors, une retraite dont l’usage est de retenir le mordant toûjours dans la même situation, lors même qu’on l’ouvre pour en faire sortir la pointe dont on vient de faire la tête. A la partie supérieure & intérieure de la tête du mordant, il y a de petites cannelures propres à recevoir la pointe ; elles sont faites de maniere que l’entrée en est plus large que le bas : ces cannelures se renouvellent à l’aide du poinçon qu’on voit fig. 17. 18. Pour abreger le travail de l’ouvrier, qui seroit contraint d’écarter les deux branches du mordant à chaque tête qu’il voudroit faire, on a placé entre elles un V d’acier dont les extrémités recourbées portent perpendiculairement contre les faces intérieures du mordant ; on met sous le mordant une calote de chapeau, pour recevoir les clous à mesure qu’il en tombe. Voyez, figure 14. le mordant, l’étau, la calote, & le clou prêt à être frappé. Un vannoir, c’est un grand bassin de bois fort plat, qu’on voit Planche I. fig. 7. dans lequel on agite les pointes de laiton ou de fer pour les rendre claires. Un poinçon à étamper (Voyez Pl. II. fig. 21.) ; il est petit & quarré : on a pratiqué à sa base un trou fait en calote. Cela bien compris, il ne sera pas difficile d’entendre la maniere de fabriquer le clou d’épingle.

Rien que ça on comprends que ça occupe.

Mis à jour

Discussions

racmterrof a publié la trouvaille "Restauration de la bibliothèque de la reine au chateau de Versailles".il y a 11 jours
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
122 vues
0 commentaire
Autres trouvailles de racmterrof
Voir aussi
Admin