L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Fof

Un "infill plane" A. Mc Diarmid !


Un vieux rabot de finition anglais chiné sur ebay pour pas grand chose. Après restauration succinte (je le laisse dans son jus celui là, il est parfaitement fonctionnel), et bah c'est un super rabot de finition. je l'ai testé direct dans ma planche test de movingui ondé après restauration du fer, un des trucs les plus coriaces à raboter sans arrachements. Il s'en est sorti de façon magistrale, aucun arrachement avec un contrefer serré au plus près du tranchant, et affûtage scalpel. Content ! le fer est un Mathieson, surement pas d'origine, il a fallu que je retouche la gorge pour la vis du contrefer, au dessus de la poignée, mais bref, ça marche au top. La semelle méritera une remise au droit plus poussée, mais pour le moment, ça roule en l'état.


Discussions

Fof  a publié la trouvaille "Un "infill plane" A. Mc Diarmid !".
il y a 10 mois
Kentaro

Ah les belles photos...

wil68

Ah le beau rabot...

Fof
( Modifié )

A noter que le fer est étrange, d'habitude sur les rabots de cette époque, on a des fer soudés, avec une feuille d'acier de coupe, et une autre feuille d'acier doux. C'est pas le cas sur celui ci, c'est que de l'acier de coupe. je préfère quand il a de l'acier doux, ça permet de repousser la planche en tapant dans le biseau, sur l'acier doux, sur une enclume. Ca fait que quand on démorfile, on ne travaille que le bout de la planche, au bord du biseau.

etiennedesthuilliers

bonjour
je ne comprend pas bien le problème d acier doux et d une feuille d acier dur pour démorfiler

Fof
( Modifié )

Bonjour Etienne, en fait quand il y a une feuille d'acier doux par dessus l'acier de coupe trempé, vu que l'acier doux ne prend pas la trempe je peux marteler dans le biseau sur l'acier doux, pour repousser la planche juste au niveau du biseau, et affûter que ce qui m'intéresse sur la planche, exemple sur un vieux fer Marples que j'ai commencé à restaurer. Quand c'est que de l'acier de coupe, ça casse, ou alors je n'ai pas le coup de main. Et avec cette technique, j'ai déjà redressé de long ciseau avec des bombés de plus 5 mm sur la longueur.

etiennedesthuilliers

Fof bonjour c'est curieux je possède le mémé type de fer sur un rabot de même facture que le votre et le morceaux d 'acier et lui soudée au bout du fer et l 'on voit bien avec une légère oxydation ou avec du produit a brunir la limite de l acier et du fer moins chargé en carbone

tandis que sur mes fers français le lopin d'acier est lui soudé sur le plat du fer donc la partie travaillante je vais regarder cela de plus près
je rectifie mes fers coté glace sur le coté d'une meule neuve de 250 mm de diamètre ou sur la rectifieuse plane d'un copain
il y a une manière de redresser ce type d acier après la trempe a plat sur une enclume parfaitement plane avec le marteau qui va bien une pane large et peu épaisse surtout pas comme vous le présentez j ai demandé conseil a mon fabriquant de ressorts de voiture et a un outilleur sur les déformation après traitement et la façon de redresser
ce sujet est bien traité par les fabricants d outil japonais qui eux emploi des aciers plus dur car leur bois sont en général plus siliceux que les notre et c est pour cela qu'il font du damas il m arrive de creuser les planche de certains fer cela me simplifie le polissage et l affûtage je ne fais pas de contre biseau a mes fers mais chez certain le contre biseau se fait naturellement car leur pierre son creuse
le sujet est vaste
merci de votre reponse
bien amicalement l' homme qui aime les rabot du fait qu'il est né dans un tas de copeaux

Fof
( Modifié )

etiennedesthuilliers Je rectifie souvent aussi mes planches sur le côté d'une meule de touret !
Pour la rectification par martelage après trempe, vous avez tout à fait raison, la littérature dit qu'il faut le faire sur une enclume plate. Mais il s'avère que pour "repousser" l'acier de façon très localisée côté glace, je trouve ça plus efficace sur un tas bombé (ou une panne de marteau). Par contre il faut taper exactement dans le même axe que le point de contact entre glace et enclume, sinon il y a un risque de casse. Je me règle au bruit pour faire ça. Ce n'est peut être pas très orthodoxe, mais j'y trouve mon compte.
Et en effet j'ai l'impression que le sujet est vaste, et si chacun a ses petits trucs en plus, c'est à n'en plus finir 😃

dneis
( Modifié )

Ah, ça tombe à pic, je cherche à raboter correctement du buis et de l'olivier, tous deux ondés. Et j'ai du mal a avoir une absence totale d'éclats.

Du coup, je me pose quelques questions:

  1. quel est l'angle d'attaque (ou de coupe, ce qui est la même chose) sur ton rabot infill ?
  2. et quelle est la taille de la lumière ?
  3. est ce qu'un angle d'affûtage particulier permet de limiter les dégâts ? (En général je suis autour de 30°, ce qui combiné à une pente de 45° du fut donne une dépouille de 15°)
  4. si bien que je me tâte à me faire un rabot avec un angle de coupe réduit, 35° ou 40° (donc un fer plus vertical), est ce quelque chose à tenter ou bien une mauvaise idée ?
Fof
( Modifié )

Ah ça c'est de la blague à raboter à côté du movingui 😃
Là on est sur un angle d'attaque de 45°, j'aurai préféré 50°. Pour l'angle d'affûtage, plus tu montes, moins tu as une bonne coupe, mais plus elle est durable. 30 ça tient bien, mais ça pourrait couper mieux. Pour les bois très difficiles, j'ai tendance à dédier des rabots à ça, avec des biseaux dans les 25°. Sinon oui tu peux augmenter l'angle d'attaque (en prenant l'horizontale en référence), 50, voire 55. Au dessus ça marche encore mieux, mais ça devient vraiment raide à pousser, et de plus, il faut des fers très épais, on augmente les vibrations en augmentant cet angle, je mettrai rien en dessous de 4 mm au biseau sur ce genre de rabot. Et il faut combiner tout ça avec une attaque en crabe, avec le rabot dévié de l'axe de rabotage d'environ 45°, et une lumière étroite c'est mieux. Et des fois à travers fil, ça passe mieux que dans le fil, faut voir avec son bout de bois dans quel sens il veut être pris 😁 Sinon le combo rabot à dents et racloir, c'est redoutable aussi.

dneis

Merci Fof pour cette réponse précise.

Alors je vais dans un premier temps me pencher sur l'utilisation du rabot à dents.
J'avais déjà essayé rapidement, mais sans conviction. Je vais donc commencer par les affûter correctement. J'en ai deux, plus deux fers supplémentaires, c'est bien le diable si je trouve pas le fer idéal 😉

Côté racloir, ça va, je m'en sors depuis que j'ai trouvé un affiloir... 🙂

Je me ferai un rabot dédié dans un second temps, je n'ai pas encore fixé le design (50° ou 55°, avec ou sans contrefer... ???). Quitte à partir de zéro, je suis tenté par un rabot de type asiatique à poignée, comme le rabot de finition de HNT Gordon. Son exotisme et surtout son efficacité clamée m'attirent ! Ce sera le moment de d'utiliser mon morceau d'azobé.

Fof

Pou l'affûtage des fers à dents, ta planche tu la dresses une seule fois, après à chaque affûtage, tu démorfiles au cuir. Sinon passé un moment, bah t'as plus de dents.

Si tu fais un rabot à fort angle d'attaque, tu peux te passer de contrefer, tu viens pas trancher la fibre et la soulever (cause de l'arrachement), tu viens plus la racler, la forme de copeau sera différente, en frisoti. Par contre tu peux en mettre un, qui servira plus à rigidifier encore plus ton fer.

C'est pas idiot de rajouter des poignées sur ce type de rabot, parce que c'est sport à pousser (vu qu'on se rapproche d'un raclage que d'une coupe). Enfin c'est à partir de 60 que c'est vraiment dur. Les rabots à dent c'est souvent encore plus, mais du fait qu'il y a des dents, l'effort est monumentalement réduit.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
311 vues
11 commentaires
Autres trouvailles de Fof 
Voir aussi