5 retours d'expérience
trente six seb
( Modifié )
Après 3 semaines de chantier de pose

Alors, signalons pour commencer que cette caisse à outils a autant vocation à aller en atelier que sur chantier. C'est "ma" caisse à outil (accent mis sur le singulier, il n'y en a qu'une).

Elle vient de faire 3 semaines de chantier en pose de menuiseries extérieures).

Voici donc quelques réflexions après ce test grandeur nature :

- Inconvénients :

  • elle est lourde mais ça reste gérable
  • elle est encombrante une fois ouverte car le plateau supérieur est quasiment inutile sur chantier à quelques exceptions près, rares de surcroît

- Avantages :

  • elle est solide : on a même pu monter dessus pour travailler à hauteur plus confortable pour poser une fenêtre dans un escalier.
  • la sangle et son système d'attache ne montre aucun signe de faiblesse
  • la longueur de la sangle ne permet pas de la porter au dos mais ça serait lourd, en tant que poignée, elle est très bien et il ne faudrait pas qu'elle soit plus courte sinon elle ne passerait pas derrière le couvercle

- Contenu :

N'ayant pas fait d'atelier et uniquement de la pose en rénovation et en dépose totale, certains outils n'ont pas été du tout utilisés, certains plus que d'autres.

  • les ciseaux "cachés" évitent que tout le monde se servent dedans, pour la dépose, c'est un métier un peu bourrin
  • le support d'embout qui remplace les tournevis est super pratique, il n'est pas faut pour mais j'ai tapé dessus au marteau (pour bien mettre l'embout dans l'empreinte de vis recouverte de plusieurs couches de peintures) et lui aussi, ne marque aucun signe de faiblesse
  • marteaux et maillets ont été très utilisés
  • le mini pied de biche également
  • le ciseau à bois le plus large a également été bien utile
  • la spatule a servi à de nombreuses reprises
  • enfin, le cutter est l'un des outils les plus utilisés

- Toutefois, on pourrait rajouter :

  • un vieux ciseau à bois (assez large, mini 30 mm) qui craint moins que le beau ciseau d'atelier
  • un ciseau à pierre
  • 1 ou 2 limes
  • une scie à métaux
  • j'avais oublié : des lames de cutter de rechange, un porte embout universel pour perceuse (ceux que j'ai ne sont pas assez solides pour une utilisation professionnelle)

- Améliorations possibles :

  • une butée sur le couvercle pour maintenir les choses que l'on scie dessus
    apport d'Erebor : prévoir 2 baguettes avec chant à 45 ° pour bloquer les pièces rondes
    et en développant l'idée, pourquoi ne pas prévoir : une fente pour la coupe d'onglet et une autre pour les coupes droites ?
  • une support pour le couvercle ouvert : en effet, si le couvercle n'est pas adossé, il force sur les charnières et à terme, il y aura de l'arrachement
  • trouver un système pour accéder directement au fond et avoir une configuration atelier ou chantier, par exemple :
  • supprimer un casier et le remplacer par un tiroir en dessous à la place
  • ou le remplacer par un rangement vertical pour les ciseaux notamment
  • ou solidariser les 2 casiers de manières à pouvoir mettre celui que l'on veut au dessus pour l'accessibilité, et pouvoir retirer les 2 casiers d'un seul geste
  • l'agrandir : trop pleine (mais c'est maladif chez moi) ce qui fait qu'il faut tout ranger très soigneusement pour pouvoir fermer la caisse
  • autre solution, créer 2 caisses, l'une pour le chantier et l'autre pour l'atelier. Mais j'ai déjà beaucoup d'outils en double pour la caisse et mon atelier perso, s'il faut les avoir en triple, même en achat brocante, ça devient onéreux et peut être encombrant suivant les évolutions professionnelles.

Conclusion :

Ce premier retour d'expérience pourra être utile à ceux qui veulent se faire leur caisse et me sers de bloc notes pour la prochaine.
Mais au final, je suis plutôt satisfait d'elle, elle a bien travaillé et bien rempli son rôle. Elle est fonctionnelle et assez pratique même si on peut l'améliorer.

trente six seb
Après 2 semaines d'atelier professionnel

Déjà, le premier point, c'est que ça a été très bien vu que je vienne avec ma caisse. J'avais hésité, de peur que ça fasse un peu prétentieux mais pas du tout. Mon tuteur m'a même dit que ça lui faisait plaisir et que ça faisait longtemps qu'il n'avait pas vu quelqu'un venir avec sa caisse.

Ensuite, le côté pratique, c'est que tout le monde n'a pas les mêmes habitudes et ça permet de ne pas être trop perdu dès le début : on sait ce qu'on a, donc on ne perd pas de temps à le chercher, et en plus on sait l'utiliser. C'est déjà pas forcément évident de découvrir un nouvel atelier, de savoir où tout est rangé, etc... Du coup, ça donne un peu plus confiance en soi.

En atelier, c'est à l’entreprise de fournir le matériel normalement donc il n'y a pas grand chose à rajouter dans la caisse. Peut être une griffe à stratifié comme présenté par Bonbonveronbi dans son pas à pas sur le stratifié : lairdubois.fr/...06-loutillage-1

Par contre, à l'usage, ça confirme la nécessité de prévoir un arrêt au couvercle pour le maintenir ouvert. Ce qui permet de mettre un des casiers dans le couvercle.

Mais l'autre souci est le fait qu'elle soit trop petite (ou trop pleine) et que donc elle est difficile à fermer). Et ouverte, elle a tendance à se remplir de poussières !

Elle m'a donc été moins utile que la première fois mais son contenu m'a quand même servi tous les jours.

par trente six seb il y a 2 mois
trente six seb
Comme y'a des connaisseurs, on s'en met un peu dans les oreilles

😈

trente six seb
Rajout d'un tiroir

1°) je n'ai pas beaucoup de place
2°) y'en a qui font qu'à nous donner envie de faire des tiroirs

Du coup, rajout d'un cadre en frêne et d'un tiroir en frêne également avec une façade rapportée en noyer. Le fond est en résineux.

Construction assez traditionnelle : grosse queue d'aronde, fond en rainure juste vissé sur l'arrière.

Pour la moulure, j'ai galéré à lé défonceuse (ma triton est trop grosse pour ces petites choses). Du coup, j'ai "fignolé" à la gouge. Les moulures du cadre sont faites avec le même rabot à moulure que le support principal. Les moulures autour de la façade sont faites à la défonceuse sous table avec un mini quart de rond dont le rendu me plait bien.

Et une fois rempli avec les pinces à avoyer (et la caravane passe) dans le tiroir. Et des cales à poncer au dessus avec les embouts les plus utilisés, dont une fraise à chanfreiner.

trente six seb
( Modifié )
En avril les poids sont testés ! :tropical_fish:

🐠 Bien sûr LE test a été réalisé pour mettre du poids sur ce chevet. 🐠

Il s'agit donc bien évidemment d'un meuble... pour l'atelier.😁
Il permet de promener tranquillement la scie sur table et de la faire culminer à une hauteur de 95 cm, ce qui est la hauteur générale de la plupart des futurs meubles d'atelier y compris l'établi.

Le plateau est consolidé parce qu'il y a un trou au milieu. J'avais vu ça quelque part, de faire un tiroir pour évacuer la poussière.

Ça explique aussi le silicone pour étanchéifier un peu la partie haute.

Quelques images seront très explicites, en commençant par ce qu'on trouve sur la scie quand on la retourne.

Elle est bien plus stable et à hauteur plus confortable que l'ancien piétement qui était une console pour rétroprojecteur. Cette console a été recyclée pour la perceuse à colonne.

Très bon mois d'avril à tous !!! 🐠🐟🐡