5 retours d'expérience
dneis
La famille s'agrandit: nouvelles pierres à huile India et nouvelle boîte

Nouvelle boîte

Après la boîte pour la pierre India Médium, j'ai acheté une autre pierre, fine cette fois et plus récente. alors confection d'une boîte identique.

Petites pierres double face, replanissage

Et puis j'ai également trouvé d'occasion deux autres petites pierres double face (grossier et fin). Pratique pour les petits affûtage ou pour emporter.

Les petites pierres étaient bien creusées, je l'ai ai rattrapées en les frottant sur de l'abrasif gros grain (grain 40, carbure de silicium SiC; de mémoire). On voit encore un reste de creux au centre, que ce soit pour le grain fin ou la face grossière. notez que les grains de la toile abrasive s'usent vite !!

Grande pierre double face

Et pour finir, j'ai récupéré une belle pierre double face, qui me semble assez ancienne. Elle m'a été donnée lors de l 'achat d'un lot d'outils anciens (des années 30 ou 40, à la louche grossière, avec beaucoup d'outils des Mines de Suède). Pas certain que la pierre soit si vieille toutefois, car il y avait également un ciseau plus récent.

La pierre est en très bon état, la faces sont planes. Et j'ai conservé la boîte d'origine, en chêne et peuplier. Je ferai prochainement un couvercle plus mince.

C'est finalement ma pierre préférée pour mettre dans la caisse à outils et l'emporter. Les pierres simple grain prennent de la place quand il faut en emporter deux ! Et la combinaison gros/fin suffit. Je pense que ma pierre médium va moins servir...

Pour conclure, plus ça va, plus j'apprécie les pierres à huile.

par dneis il y a 1 mois
dneis
( Modifié )
Amélioration de la flèche et du caoutchouc d'atellage, bordure de plateau

Caoutchouc d'attelage

Le caoutchouc d'attelage étant constitué de 4 couches superposées, cela manquait de rigidité verticale. Du coup, quand la remorque était bien chargée, il était trop déformé.

J'aurais pu/dû coller les couches entre elles, pour éviter le glissement entre les couches et ainsi augmenter la raideur.

J'ai simplement ajouté un tube rectangulaire en alu pour maintenir le caoutchouc au plus près de l'axe de l'attelage. Et si cela se déforme trop, c'est que j'ai trop chargé la remorque sur l'avant !

La flèche

Le tube rond de la flèche était très juste en longueur totale, si bien que la liaison avec le plateau ne me donnait pas satisfaction. Je pense qu'à la longue les deux perçages du plateau auraient souffert, car trop proches.

J'ai trouvé un nouveau tube de pied de chaise, avec deux coudes, permettant ainsi une fixation plus rigide (4 boulons non alignés).

Bordure de plateau

Une bordure de plateau amovible et démontable me permet de ne pas jouer au petit Poucet sur la route. 4 planches, avec des entailles permettant de s'emboîter sur le cadre de maintient des roues.

Elle a bien voyagé...

... mais ce n'est pas moi qui l'ai tractée !
Je l'ai prêtée à un pote kayakiste, qui est parti deux fois avec:

  • tour du massif des Écrins (~500km !);
  • morceau de la côté Atlantique.

Et elle va toujours bien.
Seul souci: la souplesse de l'ancien bras, qui fait qu'en montée, avec les coups de pédale, ça donne un mouvement oscillant parasite de la remorque d'avant en arrière.

La nouvelle flèche est encore un peu souple, surtout si la remorque est bien chargé, cela se sent toujours dans le pédalage. 🚲

Et elle a fait un déménagement aussi !

Elle n'a pas eu peur des piles de carton et de la machine à laver 😉

par dneis il y a 3 ans
dneis
( Modifié )
D'autres trusquins à clef traditionnels

J'ai dernièrement acheté un caisse à outils datant des années 20-30, et dedans il y avait 3 trusquins (une fois tous le puzzle remonté). Voici les dimensions en mm et essences:

  1. artisanal en framiré (? fiche, bois jaune):
    • tête 60 x 90 x 24,
    • tige 18 x 18 x 240;
  2. artisanal noyer:
    • tête 77 x 77 x 23,
    • tige 22 x 22 x 280, 4 pointes (1/face!);
  3. tête cormier "Aux Mines de Suède":
    • 69 x 104 x 22,
    • je lui ai trouvé une tige en chêne vert 19 x 19 x 220,
    • lien catalogue 1929.

Sur ces trois trusquins, j'ai l'impression que la clé est sous la tige, tenu en main, contrairement au mien. C'est confirmé par l'illustration du catalogue ci-dessus.

Et puis une autre tête de trusquin en chêne vert pour lequel j'ai taillé une tige en buis:

  • tête 72 x 110 x 23, tige 20 x 20 x 275

Enfin, mon trusquin en hêtre va bien:

  • j'aime toujours autant le réglage de la clef à une main en la frappant sur l'établi;
  • la pointe en acier tient le coup, toujours pas réaffûtée;

Seul petit souci, une fente due au coin trop ajusté en largeur (on ne la voit plus, j'ai retiré le point haut dans la mortaise pour y remédier). C'est la deuxième fois que je constate de problème. Attention donc à ne pas forcer avec le coin dans la mortaise sur les faces parallèles de la mortaise (dans l'autre direction on peut, il faut bien bloquer la tige !).

par dneis il y a 2 ans
dneis
Trusquin d'assemblage "Le Menuisier"

J'ai récemment trouvé, dans un lot d'outils, un trusquin double de conception assez semblable au mien. Appartenait au père d'une personne d'une cinquantaine d'année, pour la datation...

  • Double tige en buis, petite rainure et languette, munies de pointes;
  • tête en cormier;
  • serrage des tiges indépendant, par vis en laiton.

J'ai limé l'extrémité des vis, pour améliorer la planéité de la surface de contact, ajouté une pastille de tôle acier mince dans celle en laiton pour augmenter la rigidité, et ainsi moins marquer les tiges avec le serrage des vis.

Dimensions tige : 20x25 x 220mm
Dimensions tête : 60x70x20mm
Les pointes sont à affûter car un peu rouillées.


Sinon, mon propre trusquin va bien, pratique à l'usage, le décalage des deux pointes ne me gêne pas, elles sont bien tranchantes.

dneis
( Modifié )
Nouvelle série d'étuis collés, sans coutures

Les coutures, ça prend du temps, même à la machine (surtout qu'il faut la sortir).

J'ai fait un test d'arrachage de deux pièces collées à la néoprène (côté lisse sur côté pas lisse), c'est en grande partie le cuir qui a cédé, la colle a tenu bon dans l'ensemble.

Alors j'ai fait une nouvelle série uniquement collée à la colle néoprène.
L'astuce consiste à presser la pièce de cuir sur l'outil, de sorte à imprimer une légère marque qui permet ensuite de voir où appliquer la colle.

Cela permet de faire des étuis assez serrés, moins sujets à glisser tout seul (ce qui est l'inconvénient des étuis cousus où il est difficile d'ajuster précisément la position de couture)

J'ai également collé les lanières sur les étuis des planes.