L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

21 commentaires
Marcel Delhez

A ta disposition pour tenter de répondre, au mieux, à tes questions par rapport à l'affûtage. Je précise que ce sont des sujets dont on a jamais fait le tour et que l'on apprends toujours malgré les années de route.

Marcel Delhez

Je pense que vous n'avez pas bien compris ma question. Les aciers au carbone rouille t-ils plus vite que les aciers aux chrome ?
Lors du achat de vieux matériel, est-ce une des clefs d'identification pour déterminer la composition de l'acier?

Marcel Delhez

C'est vrai que l'on ne s'improvise pas métallurgiste ni forgeron et qu'il faut bien prendre ce que le marché vous offre.

Marcel Delhez

Salut ebenober, sais-tu pourquoi la planche des ciseau japonais est creuse ?

Marcel Delhez

Je n'ai rien contre les ciseaux japonais mais, je n'ai rien pour non plus puisque je n'en ai pas. Ce qui m'importe, c'est de faire tomber les mythes quand qu'il ne sont que des mythes (d'où l'expression: tomber comme des mites). Je pense que nous nous accordons sur ce principe là.

Marcel Delhez
( Modifié )

Très intéressant mais, comment connaitre la composition de l'acier? C'est indiqué quelque part?

Marcel Delhez
( Modifié )

azes Merci pour toutes ces précisions. Si l'acier à tendance à rouiller assez vite, c'est vraisemblablement un acier au carbone ?

Marcel Delhez
( Modifié )

dneis Wahoo ! Merci pour ce travail de recherche, je pense que je ne regarderai plus les vieux outils de la même façon quand j'irai sur les brocantes.

Marcel Delhez
( Modifié )

Entièrement d’accord avec toi, Michaël. Il n’empêche que l’on ne peut apprécier la qualité d’un acier qu’à l’usage. Cette qualité n’est pas toujours constante même quand on se fend de 35€ pour un ciseau de marque.
La petite histoire :
Il y a quelques années j’ai été pris d’une envie inextinguible de m’offrir des ciseaux Bhacko que l’on considérait, à l’époque, comme la Rolls à la suédoise du ciseau. J’avais des Peugeot, des Goldenberg et quelques Stanley mais, non, il fallait que je sache ce qu’il y avait derrière le rideau mythique suédois.
La dépense fut faite et la déception qui s’ensuivit fut à la hauteur aussi…L’affûtage de ces ciseaux était particulièrement long et le résultat final était décevant.
A l’usage le fil du tranchant se dentelait immédiatement lorsque je frappais une découpe à travers fil.
L’acier était donc trop dur et, par conséquent, cassant, c’est en tout cas la conclusion que j’en tirai.
Qu’à cela ne tienne et sur les conseils d’un métallurgiste, j’ai entrepris de détremper mes ciseaux (bousillant au passage les manches en plastique) en les oubliant dans un feu de charbon et en laissant refroidir l’acier tout doucement jusqu’à extinction complète du feu.
Je ne sais pas s’il est utile de le préciser à ce stade mais, ce que j’espérai, c’est que l’acier fut détrempé et donc moins cassant.
Actuellement, je me sers de ces ciseaux comme ciseaux marthyrs car j’ai totalement abandonné l’idée de faire en sorte qu’ils coupent un jour.
La conclusion que j’en tire, c’est que la composition d’un acier ne s’improvise pas et que si elle n’est pas bonne, l’outil ne sera jamais qu’un outil médiocre malgré un affûtage aux petits oignons.
Cela n’arrive probablement pas souvent mais, j’imagine qu’en usine, ils doivent de temps en temps « rater » une fournée d’outils car ceux que j’ai achetés étaient de la vraie m…, malgré l’image de marque véhiculée.
Je ne sais pas si je succomberais, à nouveau, aux miroirs aux alouettes car on parle beaucoup des ciseaux japonais comme étant le nirvana de l’outil de coupe. Les publicités s’arrangent bien pour véhiculer une image de perfection qui n’est jamais qu’un mythe.
Je reste persuadé que certains artisans forgerons et couteliers détiennent plus le secret de l’outil parfait que l’industrie et que, par le passé, mode de vie oblige, il a existé des outils de cette qualité.

Marcel Delhez

Enorme dossier ça et vaste sujet oh combien intéressant, à tel point, que je ne sais pas très bien par où commencer…
Faut-il acheter des ciseaux neufs ou ceux d’occasion peuvent-ils faire l’affaire ?
Il n’y a pas de raison pour que la qualité de l’acier d’un vieux ciseau soit moins bonne que celle d’un ciseau neuf donc, sur ce plan, pas de souci, un bon acier reste un bon acier. Je suis bien conscient qu’en disant cela, je dis tout et, en même temps, je ne dis rien car la vraie question est de savoir comment il est possible de déterminer la qualité de l’acier avant d’acheter. Moi, perso, je n’en connais pas, puisque je ne m’en rends compte qu’à l’usage ou déjà lors de l’affûtage. Difficile de demander au vendeur une période d’essai avant d’acheter…
Tout ce qui brille et tout ce qui coute cher n’est pas de l’or mais, il faut éviter d’acheter des ciseaux à trop bas prix (genre 3 ciseaux pour 20€) dans les magasins low cost. C’est, à coup sûr, de l’acier au chocolat !
A ce stade, je préfère ne pas parler de marque car je pense être complétement hors du coup au niveau de l’évolution du marché puisque mes mains tombent automatiquement sur les mêmes outils depuis plus de 40 ans.
Avant d’aller plus loin, il y a une distinction importante à faire entre un ciseau et une gouge. Un ciseau est un outil plat avec un biseau et, sur son autre face, une planche. Pour les opérations d’affûtage qui vont suivre, il est préférable (essentiel pour moi, vu la façon dont j’affûte mes outils) que cette planche soit parfaitement plate. Voilà déjà un critère tangible qui permet d’écarter, d’un seul coup d’œil, une bonne partie des ciseaux d’occasion dont la planche ne serait plus plate ou arrondie.
A éviter aussi, un ciseau qui n’aurait plus, en lieu et place du fer, qu’un moignon.
Je suis à ta disposition pour te parler, pas à pas, de l’affûtage et de l’affilage mais, je te laisse le temps de réagir à ce premier jet, en sachant qu’en règle générale, d’autres questions surviennent en cours de route.

Marcel Delhez

Enorme dossier ça et vaste sujet, à tel point, que je ne sais pas très bien par où commencer…
Faut-il acheter des ciseaux neufs ou ceux d’occasion peuvent-ils faire l’affaire ?
Il n’y a pas de raison pour que la qualité de l’acier d’un vieux ciseau soit moins bonne que celle d’un ciseau neuf donc, sur ce plan, pas de souci, un bon acier reste un bon acier. Je suis bien conscient qu’en disant cela, je dis tout et, en même temps, je ne dis rien car la vraie question est de savoir comment il est possible de déterminer la qualité de l’acier avant d’acheter. Moi, perso, je n’en connais pas, puisque je ne m’en rends compte qu’à l’usage ou déjà lors de l’affûtage. Difficile de demander au vendeur une période d’essai avant d’acheter…
Tout ce qui brille et tout ce qui coute cher n’est pas de l’or mais, il faut éviter d’acheter des ciseaux à trop bas prix (genre 3 ciseaux pour 20€) dans les magasins low cost. C’est, à coup sûr, de l’acier au chocolat !
A ce stade, je préfère ne pas parler de marque car je pense être complétement hors du coup au niveau de l’évolution du marché puisque mes mains tombent automatiquement sur les mêmes outils depuis plus de 40 ans.
Avant d’aller plus loin, il y a une distinction importante à faire entre un ciseau et une gouge. Un ciseau est un outil plat avec un biseau et, sur son autre face, une planche. Pour les opérations d’affûtage qui vont suivre, il est préférable (essentiel pour moi, vu la façon dont j’affûte mes outils) que cette planche soit parfaitement plate. Voilà déjà un critère tangible qui permet d’écarter, d’un seul coup d’œil, une bonne partie des ciseaux d’occasion dont la planche ne serait plus plate ou arrondie.
A éviter aussi, un ciseau qui n’aurait plus, en lieu et place du fer, qu’un moignon.
Je suis à ta disposition pour te parler, pas à pas, de l’affûtage et de l’affilage mais, je te laisse le temps de réagir à ce premier jet, en sachant qu’en règle générale, d’autres questions surviennent en cours de route.

Marcel Delhez

Une petite merveille... c'est un support publicitaire qui marque les esprits. Bravo !

par cereus45 il y a 3 ans
Marcel Delhez

C'est vraiment balaise! Il fallait y penser et surtout l'oser avec une technique irréprochable...chapeau bas !

par Wil il y a 3 ans
Marcel Delhez

Quel bonheur, une belle luge à l'ancienne comme on en voit de moins en moins. C'est, à coup sur, un objet qui sera habité par des souvenirs de folles escapades dans la neige.
Le charme du frêne ne se dément pas, ici, mais z'if faut hêtre conscient que c'est un sacré bouleau, j'en tremble d'avance de peur de m'y noyer.

Marcel Delhez

Maîtrise sans faille, je suis très impressionné! Merci pour ce partage, à l'occasion je tenterai de reproduire.

par Nico39 il y a 3 ans
Marcel Delhez

D'accord avec Nico39, coller 4 pièces de 7x7 en intercalant une feuille de papier journal à l'endroit des collages et tourner les quatre pièces ensemble. Les pièces se décollent facilement, après tournage, en donnant un petit coup de ciseau à l'endroit du des joints. Ou alors, c'est à la toupie mais, faut-il encore en avoir une. Si pas de tour ni de toupie, il reste le rabot...bien affûté, ça devrait faire l'affaire.

Marcel Delhez

Très beau travail et très durable puisqu'il est en robinier. N'hésite pas à mettre un joint de silicone translucide sur le dessus des traverses inférieures pour empêcher l'infiltration d'eau dans les rainures.

Marcel Delhez

A ne surtout pas oublier !