L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

dneis

Paire de tréteaux bas et costauds


Introduction

J'ai déjà fait une paire de tréteaux, toutefois:

  • le copain à qui je les ai filés trouve qu'il lui en faudrait d'autres !;
  • les pieds inclinés gênent au sciage.

C'est donc reparti pour en faire deux nouveaux.
Exactement la même hauteur (495mm).
Bois de récupération.
L'occasion d'essayer le chevillage à tire.

Tenons-mortaises

Rien compliqué. Un trusquin double permet un traçage plus aisé à la largeur du ciseau-bédane employé.

Décoration

Emploi de deux outils à moulure pour casser les angles et faire plus zoli.
XXX noms des profils utilisés à venir.

Chevilles

Confection des chevilles

J'ai d'abord été chercher un morceau de robinier pas loin de chez moi (j'ai vu que les arbres avaient été élagués...). Ensuite j'ai dégrossi les chevilles à la plane, en vérifiant le profil avec un gabarit en carton.

Finition des chevilles à la boîte à chevilles. Pour la fabriquer, il m'a fallu d'abord me faire une petite guimbarde.

Chevillage

Un premier essai de chevillage à tire avec les chevilles brutes de planage. Bof. Mieux vaut bien les calibrer avec la boîte. J'ai aussi fait l'erreur de les enduire de paraffine, ça rentre mieux mais le but étant qu'elles restent en place, c'est pas terrible (merci sylvainlefrancomtois pour les conseils en cours de route !).

Dimensions des chevilles

Les chevilles sont légèrement coniques (ou pyramidales). J'ai essayé de suivre les dimensions fournies par Heurtematte.

Perçage

Perçage de la pièce mortaisée à la mèche torse et vilebrequin.

Astuce profondeur de perçage : connaissant le pas de la vis d’entraînement de la mèche, il suffit de compter les tours pour connaître la profondeur percée. Cela permet de s'arrêter juste quand la mèche débouche sur le tenon.

Voir plus bas les conseils de sylvainlefrancomtois de perçage à tire.

Mise en place

Là il faut frapper avec énergie (c'est la vitesse de la tête du maillet/marteau qui compte) pour enfoncer la chevilles rapidement .
La masse du maillet/marteau a aussi son importance (trop faible et ça va être difficile). J'ai essayé au maillet de 750g, puis au marteau de 1kg (mais avec le marteau il faut être précis et pas frapper à côté au risque d'abîmer la cheville et de ne plus pouvoir continuer à l'enfoncer).

Résultat du chevillage

On peut voir la différence entre le tréteau 1 et le 2: les chevilles sont plus proches de l'arasement du tenon. C'est nécessaire pour bien plaquer l'assemblage malgré les variations dimensionnelles qui peuvent survenir.

Petite bibliographie Chevillage

Voir page déjà cité.
J'ai craqué et refais la figure en couleurs... Je peux fournir le code Python.

Dans le chapitre "Consolidation des assemblages", à la section "chevillage":

Les chevilles sont de petites pièces de bois, ayant une section carrée, dont la forme est légèrement conique. On les fait en bois dur en se servant du ciseau ou d'une boîte spéciale. Elles doivent se placer près du joint (fig. 5), un des côtés de leur section étant parallèle à celui-ci. Les trous doivent être décalés pour ne pas trancher les mêmes fibres. Le retrait entre la cheville et l'arasement est très faible et l'assemblage ne "bâille" pas en cas de séchage.

Conseils glanés

Merci à Fof pour ses conseils ici.

Et pour finir, les précieux conseils de sylvainlefrancomtois

Il ne faut jamais s’arrêter de taper et la planter en une seule fois , sinon elle fendra ! Enfoncer la cheville jusqu'à quelle ne veuille plus allez plus loin, ou que le trou soit borgne, ou encore qu'elle dépasse a ta convenance à la sortie.

tu peux araser les chevilles de suite sans soucis , et éventuellement mettre une goutte de colle avant de l'enfoncer, cela évite quelle ressorte par séchage dans le temps !

Pour la tire, exemples:

  • pour du bois tendre:
    • percer à 10 mm dans les mortaises,
    • puis assembler et repérer les trous avec un perçage en 6 mm décalés sur les tenons
    • et enfin, après démontage, repercer à 10 les tenons et tu as ton décalage à tire
  • pour du bois dur, idem, marquer les trous en 8 mm

En charpente , on décale avec la tarière en biais !

On "graisse" les chevilles de charpente à tire , mais on colle ou on met un prisonnier en menuiserie et ébénisterie ! Je crains que en prenant du jeu , ton chevillage auras tendance a ressortir. Dans ce cas, plus tard, tu reperces et chevilles plus fort.

Mis à jour

Discussions

dneis  a publié la création "Paire de tréteaux bas et costauds".
il y a 11 mois
dependancesbois
( Modifié )

super tes petits tréteaux ! ils vont m'inspirer ! et merci pour toute cette documentation!
Les conseils de sylvainlefrancomtois sont une fois de plus très instructifs!

Fof
( Modifié )

Hoho ils seraient parfaits en trétaux de mortaisage ! Pour la distance arasement/première cheville, bord de cheville à une section/diamètre de cheville, de l'arasement, ça plaque bien, la deuxième idéalement placé à un diamètre plus loin.

dneis

C'est vrai. J'ai déjà utilisé les précédents tréteaux bas pour tailler des assemblages, assis sur le bois, c'est pratique.

J'avoue que pour une première, j'avais peur de mettre la première cheville trop près de l'arasement... Surtout avec ce bois de récup un peu "mou"

FMJ

La plupart du temps, on fait des tréteaux hauts sur patte (je viens d'ailleurs de m'en refaire une paire de "légers" mais costaud en frêne qui font 85cm de haut, ça ne se trouve pas facilement dans le commerce), mais on oublie que des tréteaux bas s'avèrent tout aussi indispensables pour travailler sur des meubles.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
620 vues
4 commentaires

Publications associées

0 question
0 plan
0 pas à pas
0 processus
0 fournisseur
0 école
Autres créations de dneis 
Voir aussi