L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Kentaro

Métier à tisser piloté par un ordinateur en bois


Voici une réalisation avec quelques mécanismes en bois, comme je les aime. J'adore en effet les mécaniques improbables, qui ne devraient pas marcher, et qui pourtant fonctionnent...

Il s'agit d'un métier à tisser permettant de réaliser des tissages avec des motifs un peu compliqués, grâce à un mécanisme de contrôle analogue aux systèmes des cartes perforées des orgues de barbarie, une "ratière", fonctionnant selon un système binaire, qui est en fait l'ancêtre de n'importe quel ordinateur.

Qu'est-ce qu'un métier à tisser ? C'est un système permettant d'entrelacer des fils, de manière à constituer un tissu. Les fils dans la longueur, les fils de chaine, sont tendus sur un bâti, entre des rouleaux, les ensouples. Les fils entrecroisés transversaux sont les fils de trame. Un système de peignes (ou de cadres), permet de soulever certains fils de chaine, par exemple, un sur deux, de manière à pouvoir passer le fil de trame, et qu'il soit entrecroisé avec les fils de chaine. Au passage suivant, on intervertit les cadres (on baisse l'un et remonte l'autre), de manière à alterner les fils.

Avec plusieurs cadres, on peut alors créer des motifs avec des entrecroisements plus ou moins compliqués.

Les métier à tisser artisanaux ont en général 4 ou 8 cadres, actionnés par des pédales avec les pieds. Mais quand on veut plus de cadres (et donc, des motifs de plus en plus compliqués), on ne peut plus gérer avec les pieds 12 ou 20 pédales. D'où la nécessaire mécanisation, avec les métiers Jacquard, au début du 19ième siècle, puis les métiers à ratière, vers 1850 (Dobby loom).

Dans ce projet, il y a donc plusieurs choses:

-1- Un métier à tisser classique, constitué de:

  • Un bâtis: le cadre carré horizontal, et au milieu, ce qu'on appelle le "château", les 4 montants verticaux et les planches horizontales en haut. Pour ce bâtis, j'ai voulu faire un montage un peu original, pas d'assemblage à mortaises, mais des planches entrecroisées et un bloc vertical qui assure la cohésion. J'ai essayé de donner un coté "esthétique", avec les lignes verticales en gros madrier de bois exotique, et les planches horizontales en chêne.

  • Les "ensouples": ce sont les deux rouleaux (habillés de toile à matelas), sur lesquels vont s'enrouler les fils de trame (de l'arrière vers l'avant), Elles sont réalisées avec un tube en gros carton, un axe central, et des cercles de bois aux extrémités et au milieu pour rigidifier.

Les ensouples sont dotées d'une roue à cliquet, qui permet de les faire tourner (pour avancer les fils et le tissus), et empêcher qu'elles ne retournent en arrière afin que les fils restent bien tendus.

  • Les deux "ronds" de hêtre, transversaux, à l'avant et à l'arrière, parallèles aux ensouples, appelés '"poitrinière", qui tendent le tissus.

  • les "cadres", en bois foncé, placés verticalement à l'intérieur du "château", sur lesquels seront fixés les "lisses", des cordons verticaux, avec une boucle au milieu, dans laquelle on fait passer les fils de chaine (avant/arrière). Quand on soulève un cadre, on soulève le fil, et on peut passer la "navette", qui permet de faire passer le fil de trame (transversaux), entre les fils de chaine (ceux qui ont été soulevés, et ceux qui ne l'ont pas été).

2- La mécanisation du système de levée des cadres (la ratière):

Habituellement, quand on a 4 cadres, ceux ci sont soulevés par des cables reliés à des pédales (4 pédales), actionnées au pieds.
Si on veut mettre plus de cadres (pour faire des motifs plus compliqués), il faudrait trop de pédales, cela devient ingérable.

Le principe est donc de mécaniser le système de levés des cadres.

C'est un truc que l'on ne voit pas souvent sur les métiers à tisser pour amateurs.

A- Le bâtis:

B - Les ensouples et les cliquets:

C - La ratière:

Principe:

Les peignes (ou cadres) sont reliés par des cables et des poulies à des leviers qui permettent de les monter ou descendre. La ratière permet de sélectionner les leviers qui doivent monter, comme montré sur les schémas: Le picot jaune pousse le levier vert et les autres (les rouges), restent en repos. Quand on monte la barre orange horizontale, elle prend en charge uniquement le levier vert, qui est "avancé". Les autres restent en place.

  • les leviers:

Je n'ai réalisé pour l'instant que 4 leviers, mais il y en aura in fine une douzaine, comme les cadres.

Les barres perforées de la ratière et le rouleau d'entrainement: Les picots sur les barres, disposés spécialement, permettent de sélectionner les leviers qui seront levés.

Ce qu'il faut, c'est que les "picots" (qui seront fixés dans les trous de la "carte perforée" ) soient bien en face des leviers correspondants, et que l'avance du levier soit suffisante pour qu'ils soient pris en compte par la barre de levée des leviers.

Il faut aussi que les leviers ne se mettent pas de travers quand ils sont levés.

Il faut aussi que la "carte perforée" se positionne bien sur son axe, ne dévie pas à droite ou à gauche, et cela, à chaque quart de tour.

Il faut enfin que le mécanisme d'avance par cliquet fasse bien faire exactement un quart de tours à chaque fois, que cela ne coince pas, et que l'on puisse revenir en arrière.

Et bien sur, cela doit être répétitif des centaines de fois, sans que rien ne coince nulle part....

Bref, c'est de la mécanique, mais avec du bois...

Le mécanisme d'avance de la ratière par cliquet:

J'ai fait deux versions:

Version 1:

Ce système fonctionnait, mais c'était un peu compliqué.

Version 2: Plus simple, il s'agit d'une roue de Genêve: Quand on fait un tour sur la roue supérieure, la partie inférieur fait 1/4 de tour, et est ensuite bloquée pendant le reste de la rotation de la première roue. C'est exactement ce qu'il faut pour la ratière:

Et voici une petite vidéo. Mettre le son assez fort pour avoir une idée du bruit que cela fait...

Je dois dire que je n'ai jamais vu de métier à tisser "en vrai", et encore moins de ratière. Les seuls éléments que j'avais sont quelques vidéos glanées sur internet et mes petites idées à moi. Donc, le "petit bonhomme de chemin" a été plein d'embûches, et à chaque étape, je ne savais pas trop si cela allait marcher...

Pour l'instant, cela marche, et j'avoue que je suis content comme un petit fou, à faire tourner ce truc, faire monter alternativement les leviers, faire vivre cette machine qui fait kling kling klong klong, avec seulement deux manettes... et tout cela avec simplement deux ou trois bouts de bois...

IL reste a faire les autres leviers, les 12 cadres/peignes qui vont permettent de monter les fils de chaïne, et le système de poulies pour les soulever.

A terme, il est possible que je mécanise totalement l'ensemble, en "branchant" le tout sur un vélo...

Un peu comme celui-ci:

https://www.skyeweavers.co.uk/...

En pédalant, on actionne l'ensemble des mécanismes, et on a alors un métier à tisser entièrement automatisé... et tout en bois... (bien sur, le vélo sera en bois...;) )

En réalisant ce métier à tisser, j'ai également découvert qu'il existe tout un nouveau monde, autre que le travail du bois et les télescopes, ce qui a été un choc... ;) . Il y a en effet une foule de passionnés et passionnées du tissage, sous toutes ses formes. Il y a également tout un réseau de fabricants de métiers à tisser, des petites sociétés ou des artisans, qui réalisent des métiers en bois, la plupart en Scandinavie, Pays-Bas, Canada et les vendent dans le monde entier. Peut-être un débouché pour un menuisier un peu malin et furtif ? (sans nécessairement fabriquer de ratière...).

Par exemple:

http://www.gavglimakra.se/en/l...

http://www.louet.nl/en/home


Discussions

Kentaro a publié la création "Métier à tisser piloté par un ordinateur en bois".il y a 3 mois
Emilien
 

Woaw, le travail de conception est impressionnant, et la réalisation superbe ! Qu'est-ce que t'a motivé pour un tel projet ? Commande d'un client, projet perso/familial ?

OlivierV
 

Je trouve ça d'autant plus impressionnant que tu dis avoir fait ça juste en piochant sur internet.
Quand je vois ta situation géographique, je ne saurais trop te recommender une petite visite du quartion de la colline de Croix-Rousse à Lyon. Là tu aura le plaisir de voir ces métiers en pleine action à la "Maison des Canuts", musée vivant où sont exposés les différentes évolutions de cette fabuleuse machine. ils seraint surement intéressé par la tienne ...
Ensuite pour le fun tu retournes dans la ville basse par les fameuses traboules qui permettaient aux canuts de descendre leur production en rapidement et tu finis ta journée dans un bouchon en dégustant une cervelle de canuts, et voilà un WE sympa à organiser.
Merci de toujours nous épater avec tes mécaniques improbables

kajmed
 

super réalisation! Pour moi ce sont des souvenirs: mon père était tisserand et travaillait avec des métiers à navettes dans une salle de 320 métiers et lui était chargé de s'occuper de 32 métiers à la production. Pour donner une idée du bruit une vidéo et des photos d'une navette de l'époque. La menuiserie fait du bruit, mais croyez moi ce n'est rien à coté d'une salle de tissage: ça tape! Mettez le son à fond et vous serez encore loin de la réalité!
Pour ceux qui ne connaissent pas observez les bras qui chassent la navette d'un côté à l'autre.

Kentaro
 

Merci à vous! En fait, c'est une idée qui m'est venue comme ça... Quand j'étais enfant, à l'école primaire, il y avait un petit métier à tisser, et j'avais fait quelques tissages, pieds de poule, etc. J'ai vu une video sur le net, d'un grand métier, et je me suis dit que je devrais essayer d'en faire un. Et puis, j'ai découvert le principe de la ratière, et je me suis dit: "il faut que j'en fasse une"... Voila pour la motivation...

Je connais un peu Lyon, j'y ai été étudiant. Mais je ne suis jamais allé au Musée des Canuts. Il faut que j'y retourne!

Il y a aussi un métier du tissage à Bussières:
http://www.museedutissage.com/

Génial, Kajmed, la vidéo! Merci!

Nicoel
 

C'est superbe et tu t'es surpassé, chapeau bas !

Tu vas effectivement intéresser du monde : artisans, musées, etc

JMA
 

Impressionnant!!!!!!!!!!!!!
J'en reste bouche bée.....
Admiratif, devant tant de compétences....

sylvainlefrancomtois
 

superbe tu as mis combien de temps pour la conception et la réalisation ????

Pierro
 

Excellent !! As-tu également prévu un système de gestion des navettes, pour envoyer des fils de couleurs différentes ?
Bravo pour la conception. Poste une photo de tes premières réalisations avec ! ☺️

Kentaro
 

Je ne sais pas trop combien de temps j'y ai passé... Le plus long, cela a été de mettre au point les systèmes de cliquet pour faire avancer la ratière, système que j'ai finalement abandonné pour la roue de Genêve...

Pour les navettes, je pensais faire un système de navette volante, mais il faut que je comprenne mieux comment cela marche...

bluecat
 

wauuu .... J'adore, j'en ai un à la maison mais c'est manuel. Toutes mes félicitations pour ce beau travail.

dependancesbois
 

Alors là ! Wahouuuu!!!

foal
 

Du grand art Maestro! génial.

Kentaro
 

Merci! ;)

MDSVDM
 

Chapeau, c'est du super boulot. Respect.

Smaug
 

Bluffé. Tout simplement.

FMJ
 

Wahou !!!! Il ne manquait plus qu'une illustration d'un tissage !

TyCoat

Quel génie tous ces amateurs! Je suis émerveillé de ton ingéniosité, merci pour ce partage.

Ty Coat

PhilippeCichon

Salut
très belle réalisation! Bravo!

Mais tu dis:
"Il s'agit d'un métier à tisser permettant de réaliser des tissages avec des motifs un peu compliqués, grâce à un mécanisme de contrôle analogue aux systèmes des cartes perforées des orgues de barbarie, une "ratière", fonctionnant selon un système binaire, qui est en fait l'ancêtre de n'importe quel ordinateur. "

En fait, c'est un peu le contraire! Les orgues de barbarie étaient conçus comme les boites à musique avec des rouleaux à picots puis ils se sont équipés de cartes perforées comme le métier à tisser de Jacquard en s'inspirant de son principe vers 1801 (j'ai vérifié).
Il remporte un succès foudroyant: En 1812, on dénombrait près de 11.000 métiers Jacquard sur le territoire français. Il y en avait 20.000 à la fin du XIXème siècle.
le métier à tisser Jacquard

Avant Jacquard, Vaucanson avait présenté un métier à tisser en 1745 qui à été détruit à coups de sabots par les tisserants et c'est de là que vient l'expression "saboter" et donc il a été un échec parce que trop innovant.
le métier vaucanson

l'origine du mot sabotage
Il y a d'ailleurs dans cet article des confusions entre les métiers de Vaucanson et Jacquard puisque l'introduction du mot "saboter" à été isncrite en 1808 dans le dictionnaire à l'époque de l'invention de Jacquard.
Réciproquement chez les historiens de l'orgue, on fait souvent remonter l'utilisation des cartes perforées à 1745, ce qui est tout aussi faux, car le métier Vaucanson n'en a pas.
Comme quoi l'internet est trop souvent une source inéxacte et non vérifiée

Le musée des arts et métiers à Paris possède un exemplaire du type Jacquard en exposition permanente.

Personnellement je fabrique des orgues de barbarie et toute sorte d'instruments mécaniques ou plutôt pneumatiques. Une autre façon de faire des ordinateurs en bois...Un autre virus chronophage.

sylvainlefrancomtois
 

hello !!

cela serait intéressant de faire un pas à pas sur un orgue !

Kentaro
 

Oui, j'ai été un peu rapide dans l'explication, mais c'est le même principe, un truc binaire, 0 - 1, ça passe, ça passe pas...

Je suis fasciné par les orgues de barbarie, en construire un fait partie de mes projets...
Je connaissais tes créations:

https://orgue-bernard.blog4eve....

IL y a à coté de chez moi un Festival d'orgues de barbarie, le 28 Avril, à Montcenis, 71. Peut-être y seras tu ?

PhilippeCichon

Salut
je connais une cinquantaine de festivals d'orgue de barbarie!
Impossible d'y participer à tous. je ne partricipe plus qu'à celui des Gets au mois de juillet.Mais il y a aussi les rassemblements de tourneurs et constructeurs amateurs en avril et septembre:
festivals et rassemblements

Pour ceux qui sont intéréssés par un stage d'orgue de barbarie:
stage d'orgue des passionnés du bois

il reste 1 place pour le prochain stage du 19 au 21 mai prochain mais il y a un stage chaque semestre et chaque année, donc autant choisir la période en fonction de ses disponibilités.

Pas besoin de pas à pas j'ai un blog sur le sujet comme le signale Kentaro:
l'orgue de Bernard

le festival de montcenis y est désigné comme le plus proche dans l'agenda de la page d'accueil!

Abgz

Bravo. rien a dire.

Benwood
 

Dans tout les cas c'est impressionnant...
Comme beaucoup de commentaire, Bouche bé....
Bonne continuation

Kentaro
 

Merci!

ecto1
 

tout simplement énorme.

Kentaro
 

:)

Rascal
 

Bluffant !
chapeau bas

Dicktagnan

Salut Kentaro,

Pour cet été, ce serait un beau projet que de réaliser ta propre Chilienne avec du tissu réalisé avec ton métier à tisser !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 307 vues
28 commentaires

Caractéristiques

0 essence
 0 outil
 0 finition

Contenus associés

0 plan
0 pas à pas
0 processus
0 fournisseur
Autres créations de Kentaro 
Voir aussi