L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Vincent Trouilliez

Planche à recaler

par Vincent Trouilliez

Navigation

Planche à recaler

Balbutiant à peine dans la menuiserie, depuis quelques semaines seulement, et déjà il apparaît évident qu'il me sera impossible de faire quoi que ce soit de propre et précis sans une planche à recaler pour obtenir des extrémités bien planes et d'équerre. Donc... avant même de commencer mon premier projet, me voilà embarqué dans la fabrication de mon premier outil "Made by Bibi (tm)".
Mon oeuvre est sans prétention aucune, que ce soit dans le look ou dans les matériaux utilisés. Mon budget et mes priorités ont dicté l'ordre du jour:

  1. simplicité (temps/complexité de fabrication, coût des matériaux)
  2. robustesse et stabilité
  3. grande taille pour pouvoir y travailler une planchette de 600mm de long, car mon premier projet est basé là-dessus.


Partager  

Construction

Dimensions : 70cm de long par 45 de large (dont 40 pour la table et 5 pour la piste du rabot).

Base: plan de travail de cuisine de récup, 40mm d'épaisseur, en agglo stratifié.
Table: MDF de 10mm d'épaisseur
Butées: tasseau sapin de 63x37mm de section.

Construction:

J'ai commencé par tailler le plan de travail à la largeur voulue (le panneau de MDF était prédécoupé et faisait 40cm de large), soit les 40cm du MDF plus 5cm pour la piste du rabot... qui une fois n'est pas coutume sera placée à gauche et non à droite, étant gaucher.
N'ayant pas encore de scie circulaire ni de scie sauteuse, je l'ai coupé avec ma scie égoïne Stanley "Fatmax", qui à ma grande surprise a coupé ce monstre avec une précision et une rapidité que je n'aurais pas imaginées. Comme quoi, avec des outils simple et pas cher, on peut faire des choses...

Ensuite j'ai collé le MDF sur le plan de travail, après avoir copieusement entaillé celui-ci à l'aide d'un râpe, pour aider la colle à adhérer. Les problèmes ont vite commencé : avec seulement deux serre-joints et un bout de planche tordue en guise de presse, le MDF glissait dans tous les sens à mesure que je serrais, et la moitié non pressée du panneau se soulevait de 2mm ! A peine commencé et déjà mon projet avait le mot "catastrophe" écrit partout sur lui, en gros caractères gras, OUPS ! Finalement, en me battant avec les serre-joints j'ai fini par immobiliser le MDF là où je voulais, et en mettant tout mon poids sur l'arrière du panneau, j'ai réussi à le maintenir bien plaqué sur l'agglo, le temps que la colle prenne un peu. Ensuite quand j'ai vu que le MDF ne se soulevait plus, j'ai mis des poids de fortunes pour maintenir un peu de pression (voir photos... on fait avec ce qu'on a sous la main ! :-/ )

Une fois sec le lendemain, un coup de râpe et de cale à poncer pour ajuster l'affleurement des 2 pièces, que ce ne soit pas trop moche quand même.

Ensuite j'ai continué par la butée inférieure (pour appuyer la planche contre le bord du bureau), que j'ai coupée avec ma boite à onglet Stanley en plastique... j'ai pas trouvé moins cher comme système. La qualité et précision de la coupe m'ont surpris. En étant un peu minutieux/attentionné, on arrive à un truc pas mal du tout, bon équerrage et coupe propre. Bonne surprise de ce côté là donc, bon investissement. C'est sûr c'est moins précis qu'une scie circulaire radiale, mais c'est pas le même prix ! Et puis une fois la planche à recaler finie, le résultat final sera le même de toute façon: ce sera d'équerre.
N'ayant pas trouvé de vis de la bonne longueur, j'ai pris des vis un peu courtes, et les ai descendues un peu à l'intérieur de la butée, en réalisant un lamage à l'aide d'une petite mèche à bois plate de 10mm. Ensuite j'ai pré-percé le plan de travail en agglo à 2mm de diamètre, pour libérer un peu la contrainte, puis encollé et vissé aussitôt. Le résultat est bien, solide pas de doute.

Ensuite il reste la butée supérieure/principale. Là j'ai raté mon coup. Comme pour la butée inférieure, j'ai d'abord positionné les vis afin de pré-percer l'agglo, et ENSUITE encollé. Grave erreur, car dans la manip j'ai raté l'équerrage de la butée, de beaucoup (2mm de déviation sur les 40cm de longueur de la butée, et bien sûr une fois les vis mises, impossible de la bouger pour rectifier... j'ai donc viré les vis rapidement, mais c'était déjà trop tard: la colle avait déjà immobilisé la butée en place ! :-(
Une fois sec, j'ai tenté de rectifier l'équerrage en travaillant la butée avec les moyens du bord, un peu à l'arrache : râpe, rabot, cale à poncer, ciseau... mais c'était la misère et ça tournait au carnage.

Le lendemain, j'ai fini par prendre la décision extrême mais qui s'imposait: supprimer la butée et en refaire une autre, correctement cette fois.
J'ai donc scié à la Fatmax la butée, à 2mm du MDF pour ne pas risquer de l'endommager,

ensuite j'ai fait sauter facilement les restes avec mon ciseau de 20mm,

puis ai restauré une planéité correcte à l'aide d'une grande cale à poncer.... me voilà revenu à mon point de départ, une seconde chance que j'entendais ne point gâcher !
J'ai donc décidé de ne plus faire la butée en sapin, mais de faire un effort et de prendre du bois dur. J'ai trouvé en GSB un tasseau de chêne massif pour 15 Euros, section 44x27. Moins gros que la butée en sapin donc, mais suffisant malgré tout, et beaucoup plus dur donc ça compense.
Je ne l'ai pas regretté: la qualité du bois n'a rien à voir, beaucoup plus fin/précis, plus dur, quel plaisir à prendre en main et travailler, la différence entre le bois "dur" et le sapin, est vraiment impressionnante...
Bref, j'ai coupé une première butée, toujours avec ma boite à onglet, et là on comprend la notion de bois "dur"--> j'ai ramé 3 fois plus pour le scier ! La sciure est plus fine, et la coupe, bien qu'en bois de bout, est beaucoup plus propre et nette que sur le sapin. Ca donne envie de creuser le sujet pour sûr...
Malheureusement, ce premier morceau n'était vraiment pas d'équerre, j'ai préféré ne pas prendre le risque de l'utiliser, craignant que ça tourne au vinaigre de nouveau. J'ai donc coupé un deuxième morceau... heureusement meilleur. 2 faces qui boitaient vraiment beaucoup, mais les 2 autres étaient dans les limites de l'acceptable pour ce projet. J'ai donc encollé d'ABORD, fait l'équerrage avec ma grande équerre de 400mm (la même longueur que la butée), amené les serre-joints, appliqué un peu de pression pour faire dégueuler la colle et amener la butée bien au contact. Se faisant la butée bouge... mais comme la colle glisse on peut facilement la remettre en place en tapotant minutieusement avec une chute de tasseau, ensuite on serre encore un peu plus fort les presses, on réajuste... on fait le serrage final... on contrôle une dernière fois avant que la colle ne commence à prendre sérieusement... et on laisse sécher 24H.
Ce soir je rentre du boulot... j'enlève les presses et oh... la butée est toujours parfaitement d'équerre, OUF ! Comme quoi avec la bonne méthode, y a moyen d'y arriver ! :-)
Ensuite j'ai sécurisé avec 3 vis. Comme c'est du bois dur, et vu la longueur des vis (80mm), j'ai fait les lamages à la mèche plate comme précédemment, puis pré-percé, mais mon forêt de 2mm était court, juste assez pour traverser le chêne, pas le MDF ni l'agglo... quid du résultat.
J'ai enduit les vis d'huile, puis ai vissé.. pas de soucis sur la première moitié du "chemin", mais arrivé à la moitié tout à coup ça s'est durci énormément en grinçant TRES fortement, genre la coque du Titanic qui se déchire sur un iceberg... pas cool ! :-/ De toute évidence c'était le chêne qui faisait ce bruit là.. j'avais donc peur qu'il éclate, ou qu'il arrache la colle et que la butée se sépare de la planche... mais bon foutu pour foutu, j'ai insisté.. bien aidé par ma grouusse perceuse récemment achetée (Bosch GSB 21-2 RE), qui en petite vitesse mécanique + variateur de vitesse au minimum, pouvait tourner assez lentement, et avec suffisamment de couple, pour visser, et me tenait donc lieu de "visseuse", n'ayant pas encore pu investir dans une visseuse-dévisseuse dédiée, vu le prix exorbitant... et c'est pas plus mal car vu la dureté extrême et l'épaisseur (40mm) qu'il restait encore à parcourir, je ne suis même pas sûr qu'une visseuse sur batterie aurait réussi à me tirer d'affaire ! :-/
Heureusement tout s'est bien terminé : malgré le bruit et l'effort intense, et sa relative étroitesse (27mm), le chêne a encaissé le choc : aucune fissure, aucun décollement, et la butée n'a pas bougé d'un iota. J'étais bien content car franchement vu le bruit et la dureté, j'étais persuadé que tout allait exploser ! :-/
J'ai par la suite compris le problème... encore une erreur de débutant sans doute : les vis, très longues (80mm) n'étaient pas filetées sur toute la longueur, les derniers 40mm, sous tête, étaient lisses.. c'est sans doute cela qui a causé le durcissement extrême et le grincement assourdissant, à mesure que la partie filetée forçait la partie lisse à rentrer en force. De plus je n'avais huilé que les filets, pas la partie lisse des vis... ça n'a pas dû aider non plus ! :-/

En tous les cas je suis content d'avoir pris la peine de détruire la première butée pour repartir d'une feuille blanche... le résultat en valait la peine, cette nouvelle butée en chêne est bien plus qualitative/précise/dure que le première, et l'équerrage est nickel chrome.

Voilà.... mon projet, qui devait être simple, aura été l'objet de nombreux petits ratés qui m'auront appris des choses... je ne regrette donc pas mes échecs, ils auront été pédagogiques/utiles, et le but premier a de toute façon été atteint : une planche à recaler confortable/grande, super stable et robuste, avec une butée de qualité et précise.

Publié

On en parle ici

cray

C'est vrai que parfois on part sur quelque chose qui semble simplissime et en fait ..... pas du tout quand on veut un résulte précis.

Une petite remarque : "J'ai trouvé en GSB un tasseau de chêne massif pour 15 Euros, section 44x27", sur une longueur de un mètre ça fait plus de 12000 euros du m^3 ....

Vincent Trouilliez

Il faisait 2 mètres, on descend à 6000 ! LOL ;-)
Oui c'est cher au m3. Mais à l'époque les grandes surfaces de bricolage étaient ma seule source, et donc oui, pour 15 Euros ça aura résolu mon problème. 15 Euros c'est pas cher pour résoudre un problème. Le prix au m3 n'a pas grand sens/importance lorsqu'on a juste besoin d'un bout minuscule.
Il y a 3 semaines j'ai acheté du hêtre en plot de première quaité, étuvé, à 800 HT le m3, de bien meilleure qualité que le chêne abouté de mon tasseau Leroy-Merlin. Oui mais.. le négociant ne vend qu'aux professionnels, je lui ai pris un m3 de hêtre et il avait l'air à peine intéressé pour le vendre, moi pauvre particulier !
1000 Euros (TTC), ça fait cher pour faire une butée de 100 grammes ! ;-)
Donc oui, 15 Euros pour un tasseau sec et raboté dispo en vente au détail et au grand public... dans ce cas là, c'est une chance. C'est bien moins cher qu'un m3 de plateaux, qu'il faut ensuite déligner et débiter et dégauchir et raboter, surtout quand on a aucun de ces outils. Et encore, 1000 Euros c'est pas cher, Batidoc qui vend au particulier, c'est le double, il est pas étuvé et c'est de la moins qualité.
Evidemment, maintenant que j'ai acheté tous ce bois (livraison prévue à la rentrée), la prochaine fois que j'aurais besoin d'un petit bout comme ça, je pourrais piocher dans le stock de chutes de débit, et alors il ne me coûtera rien du tout. Mais quand on débute, pas de stock bois, pas de chutes, donc là on est bien content de pouvoir acheter un tasseau de bois dur en GSB, quel que soit le prix "au m3"...

jfk76

la planche à recaler peut-être réalisée pour pas trop cher en effet. ce qui coute cher c'est le rabot qu'on utilise dessus....

Edouard28

Bonsoir,
Heu, quel est le but de la planche à recaler?
Il y a fort longtemps que j'ai quitté le milieu du bois et je n'ai pas souvenir de cet outil...
Alzeimer me guette!

Vincent Trouilliez

Ca sert à faire une coupe propre et nette sur le bord ou extrémité de petites pièces, en enlevant un minimum de matière. Dans mon cas comme décrit dans l'article, ça m'avait servit à mettre le bord de la planche propre et d'équerre.
C'est très utilisé en lutherie par exemple.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
4 401 vues
5 commentaires

Contenus associés

Aucun

Licence

Licence Creative Commons
Autres pas à pas de Vincent Trouilliez
Voir aussi