L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
MOWD

Défonceuse sous table

par MOWD 

Navigation

Mis à jour

Partager  

Cahier des charges

Pour le moment, j'ai ça:

Ça fonctionne, mais c'est très rudimentaire.

Ma défonceuse, une BOSCH POF1400 ACE, n'est pas prévue pour être montée sous table. Il faut donc shunter la sécurité avec une pièce en bois qui efface les deux boutons. Pour démarrer la défonceuse, celle ci est branchée sur mon aspirateur qui est asservi: quand je lance l'aspiration, ma défonceuse démarre.

Deux tiges filetées retiennent la défonceuse, avec des trous percés dans des blocs. Pour régler la profondeur de passe, on enlève la plaque à chaque fois... bref, du bidouillage!

Je cherche un système avec:
-guide parallèle et aspiration
-possibilité de changer la profondeur de passe de la fraise sans tout démonter
-démontage de la défonceuse possible
-rangements en dessous pour mes fraises.

Je n'ai appris le travail du bois qu'à partir de vidéos sur internet, donc je reste dans la même veine pour trouver quoi faire. J'ai selectionné une vidéo intéressante
https://www.youtube.com/watch?...

Je veux réaliser le même principe de table mais avec un meuble rigide en dessous!!!

Je ne fais pas de plan: comme je n'ai pas de combiné, je ferai avec ce que je trouverai comme bois raboté dans mon magasin de bricolage au fur et à mesure en fonction de la partie en cours. Je sais juste que je pars sur une table en 600x600mm...

Publié Mis à jour

Partager  

Première partie: la table et la structure du support

Par un heureux hasard, on avait au boulot des grandes planches de contreplaqué qu'on allait jeter... j'ai récupéré! Il y a quelques trous dedans, mais pour ce que je veux faire, ça ira bien.

Comme après rainurage, je trouvais que ça ne glissait pas super bien, j'ai sacrifié une bougie chauffe plat pour rendre le tout plus glissant en éliminant des frottements: ça marche du tonnerre. Je vais devoir élargir mes rainure pour les vis, c'est ça qui fait frotter maintenant.

Je n'ai pas encore défini comment j'allais fixer mes presseurs, si quelqu'un a une idée???

Ceci étant fait, il faut que je crée mon système pour pouvoir changer la profondeur de passe sans tout démonter à chaque fois... Je ne l'ai pas encore terminé, et pour cause: c'est bien d'avoir le plateau, mais il me faut des bords sur lequel fixer ma tige filetée qui va tendre mon câble appuyant sur la défonceuse.

J'avais réalisé il y a quelques temps une mortaiseuse (http://lescopeaux.asso.fr/Tech...) que je n'avais pas encore eu le temps d'essayer avec mes adaptation pour utiliser précisément des faux tenons: c'est chose faite.

Comme vous pouvez le constater, je n'ai pas fait ça de manière très centré, ce qui m'a valu de devoir régler mon gabarit trois fois (une fois pour toutes les barres transversales, une fois pour chaque côté de mes poteaux verticaux). Mon gabarit de mortaisage n'est pas parfaitement au point, il va falloir que je l'améliore...

Si on oublie le fait que le bois raboté de chez mon magasin de bricolage habituel gauchit (des tasseaux sapin de 2m50 à l'origine), le résultat est assez propre. Je passerai un coup de rabot une fois tout monté et collé, et ça ne devrait plus trop se voir après le passage à la ponçeuse

J'ai encore pas mal de travail. Une fois la défonceuse en place, il faut que je vois ce qu'il restera comme espace afin de définir les emplacements pour faire des tiroirs pour la partie basse.

Pour la partie haute, le plateau ne sera pas vissé ou chevillé afin de pouvoir le basculer en mettant des charnières. Ça complique un peu la donne parce que du coup, il faut que je vois si ça passe avec la défonceuse une fois installée, et il faut que je trouve un système pour fixer ma vis de remontée de défonceuse; celle ci ne pouvant pas être fixée dans le bâti...

Pour les côtés, je prévois du contreplaqué de 5mm pour assurer la rigidité. Pour le fond, je pense à du contreplaqué de 10mm, mais je ne sais pas si ça supportera bien les roulettes que je pense rajouter. Qu'en pensez vous?

Publié Mis à jour

Partager  

Deuxième partie: le système de remontée

J'y ai passé l'après midi, mais ça y est, je peux remonter ma défonceuse quand elle est fixée en dessous!

Le matériel:
-tige filetée
-vis et papillons
-insert bois
-câble de frein à main de vieille voiture
-anneau d'ancrage (trouvé par terre dans la rue il y a quelques temps)

comme ma planche fait 10mm d'épaisseur, j'ai fraisé un emplacement correspondant à la semelle de ma défonceuse sur 3mm de profondeur. J'ai peur qu'à plus ça ne devienne trop fragile.

Comme le câble avait des embouts métalliques, j'ai préféré les garder et créer un système de tendeurs. J'ai également conservé deux morceaux de la gaine:
-Le premier pour protéger le câble sur ma pièce de bois qui sert de poulie. En effet, il n'y avait pas ce que je voulais dans mon magasin de bricolage...
-Le second pour protéger le passage de câble dans une pièce de bois qui sert de renvoie d'angle. La fixation de celui-ci fait un peu bricolage (deux vis de biais), mais il sortait de son logement!

Pour régler la tension de mon câble, j'avais estimé la longueur de câble à tirer pour descendre au maximum, j'en ai déduit la longueur de ma course de la pièce tire-câble sur la tige filetée, en prenant de la marge.

J'ai ensuite descendu ma défonceuse au maximum et tiré la pièce tire-câble au maximum (moins une petite marge au cas où). Grâce à cette petite bobine (reste d'une boite d'inventeur offerte quand j'étais enfant), j'ai ensuite tendu le câble. Et le tour était joué... enfin presque! J'avais laissé ma jauge de profondeur pour qu'elle ne tombe pas, du coup j'ai du recommencer pour avoir toute la profondeur.

Si d'autres veulent essayer... attention! J'ai déjà du repercer pour déplacer mes plaques de maintien des barres parce que trop près, elle ne tournaient pas, donc c'était galère pour mettre la défonceuse (il fallait enlever les papillons, ressorts, rondelle et plaque, ce qui est long et deviendra aléatoire quand elle sera vraiment montée à l'envers.

Et en faisant mon test, je me suis rendu compte que ma vis n'était qu'à un cheveux des poignées, et ce des deux côtés... j'ai eu du bol. Je peux serrer les papillons un peu plus, mais dans la configuration de la photo, on ne descend au maximum que parce qu'il est parallèle à la poignée!

J'ai résolu mon problème pour pouvoir basculer le plateau à l'avenir: la vis de remontée est fixée sur une barre un qui laissera passer le cadre. J'ai fait la découpe dans le cadre qui permettra de laisser passer la vis et de relever tout le plateau (non, je n'ai pas encore calculé si ça passait avec la défonceuse, mais j'ai bon espoir. Au pire, je laisserai en plateau fixe).

Il me reste encore à usiner une barre pour avoir plus de facilité à monter et descendre la défonceuse; mais c'est de la finition.

Maintenant, je ne vais plus pouvoir reporter, il va falloir que je regarde où je vais mettre les tiroirs, une porte d'accès (en plus de la table qui se relève) et que j'envisage la manière dont je vais pouvoir rainurer les montants...

Publié

Partager  

Troisième partie: essai réel et conception du meuble

Je n'ai pas résisté à l'envie d'essayer mon système. Comme je ne peux pas le poser sur un meuble, je l'ai mis sur des tréteaux. J'ai usiné mes pieds. Ce n'était pas indispensable puisque pour l'atelier, mais bon...

Ça m'a permis de détecter quelques petits problèmes:

-ma rondelle contre le bois le brûlait à cause de la traction, du coup j'en ai rajouté une de plus. Elle vont frotter entre elles.
-pour plus de sécurité, je règle la hauteur, je verrouille et je dévisse le système de remontée.
-une fois sous table, on sent le poids de la défonceuse avec les ressorts, ce n'est pas la même chose que par dessus: il faudra peut-être que je renforce quelques endroits, je verrai à l'usage.
-je me sentirais plus en sécurité avec le meuble. Même si je ne pense pas que le câble puisse se rompre comme il est protégé à tous les endroits de friction, ça sera tout de même plus sécurisant...

Mais aussi quelques satisfactions:

  • l'aspiration aspire à peu près tout...
  • avec les presseurs en place, on a un passage très régulier et on n'a pas peur pour ses doigts, ni que la pièce soit entraînée!

Voilà la structure. Tout est assemblé à faux tenons... enfin presque. Je n'en avais pas fait assez, du coup avant de quitter mon atelier ce soir, j'ai usiné mon tasseau dédié (avec la défonceuse sous table, évidemment).

Sur les côtés, rien. Juste une séparation pour le plaisir et la rigidité.
Devant une porte qui permettra d'accéder au mécanisme et à la défonceuse; et en dessous 2 à 4 tiroirs (je n'ai pas encore décidé 4 c'est plus long...
Derrière en bas, je mettrai deux portes qui permettront de ranger la boîte assez énorme de la défonceuse.

Cette fois-ci c'est fini pour quelques jours, suite le WE prochain si tout va bien.

Publié

Partager  

Quatrième partie: rainurage et assemblage

Pour m'avancer cette semaine, j'ai fait mes rainures le soir en rentrant du travail.

Très vite je me suis rendu compte que mon problème rencontré pour mes faux tenons allait se retrouver pour mes rainures: mes fraises à rainurer ne me permettent pas d'enlever moins de 7mm de profondeur. Du coup j'ai du les faire assez près de mes montants. Du coup en finissant au ciseaux à bois, certaines se sont fendues, ce qui m'a obligé à un peu de collage...

Pour mes faux tenons, j'ai vite trouvé une solution.

Ensuite j'ai découpé le contreplaqué aux bonnes dimensions et fait un essai à sec. Mon cadre supérieur m'a demandé un peu plus de travail à cause de son emboîtement à queues droites, les rainures se prolongeant dans la pièce contiguë à chaque fois.

Evidemment, je n'avais pas assez de contreplaqué, j'ai donc du passer en grande surface de bricolage. J'en ai profité pour acheter le kit de roues qui me permettra de déplacer ma table par la suite, et un plaque d'OSB en 10mm (c'est ce qu'il y avait de moins cher) pour faire le fond du meuble ainsi qu'une tablette intermédiaire qui empêchera à la sciure de rentrer dans mes tiroirs.

Par contre, impossible de trouver un interrupteur de sécurité de machine outil chez eux; et comme je ne voulais pas un interrupteur de lumière, je n'ai rien pris... du coup, je ne sais pas où je peux trouver ça sinon sur internet.

Ensuite j'ai tout démonté et poncé. Comme mon contreplaqué avait différentes teintes, toutes foncées, j'ai décidé de le passer au "chêne doré" pour uniformiser les couleurs. Les montants sont quant-à eux passés en vernis incolore.

J'ai fini par monter les côtés en les collant cette fois ci. L'un après l'autre puisque je n'ai que 2 grand serre-joints 1m. Les parties du haut avec le montant intermédiaire ne sont pas encore collées, mais sont là pour la rigidité.

C'est là qu'on voit l'avantage du faux tenon: les épaulements sont bien perpendiculaires, donc quand on colle le cadre, on est forcément à angle droit.

Avant de relier les côtés en installant les faces avant et arrières, il faut que je prévoie les rails pour mes deux tiroirs que j'aurai devant.

Les emplacements de mes gonds à l'avant et à l'arrière sont déjà prévus; et rajouter des portes après montage ne sera pas un problème.

J'ai fait les photos au fur et à mesure avec mon portable, donc la qualité est médiocre. Si certains en veulent des plus précises, il suffira de le dire, je sortirai l'appareil photo familial.

Publié Mis à jour

Partager  

Cinquième partie: les tiroirs et leurs rails de guidage

Avant de faire mon assemblage, il faut que j'installe mon système de rails pour faire glisser mes tiroirs. Pas de roulement à bille, juste une glissière en bois côté bâti, et rainure sur le tiroir.

Pour mes tiroirs, je vais essayer cette fois-ci de les faire par assemblage à queue droite alors que je cheville d'habitude. Je vais en faire 2 avec des séparations amovibles.

Pour ça, je décide de faire un gabarit que j'utiliserai sur ma table de défonceuse.
Comme j'ai une fraise droite à copier de 16mm, je me dis que ça sera bien comme entre-queue. Mon bois fait 18mm d'épaisseur, c'est parti!

Après un premier test, je ne trouve pas ça très propre, mais après tout, je n'ai pas fixé mes morceaux test sur mon gabarit avec un serre joint, ils ont donc bougé un peu.

Je me lance donc dans la réalisation réelle de mes tiroirs.

Erreur! l'OSB qui sert de guide pour ma roulette de fraise à copier a brulé à cause de la chaleur et mon gabarit n'est plus droit. Si les queues de la face sont acceptables, celles du premier côté sont... un échec.

Je refais un gabarit en me disant que ça irait peut-être mieux avec du contreplaqué.

Bien évidemment, ça ne change rien. En effet, comme ma fraise à copier est de 16mm, j'aurais du prendre au moins 18mm d'entre-queue. En ayant fait une entre queue de 16mm, la roulette appuie des deux côtés en même temps. Du coup si elle tourne dans le bon sens d'un côté, elle frotte forcément à l'inverse de l'autre et brûle le bois...

Je me résouds donc à faire les queues manuellement, ce qui est forcément beaucoup plus long, car il faut ajuster chaque coupe.

Comme j'avais commencé avec 16mm d'entre queue, je poursuis à la main avec cette même mesure.

Comme mon bois gauchit un peu, le collage final ne va pas être drôle.
La réalisation des rainures intérieures pour le fond ou les séparations, et extérieures pour mes rails n'est qu'une formalité avec la défonceuse sous table.

Il suffit de positionner mes tiroirs pour marquer l'emplacement des rainures afin de poser les rails.

Les tiroirs sont juste emboîtés, pas encore collés, tout comme le caisson et les supports de rail, et tout se passe bien. Au dessus des tiroirs viendra prendre place une plaque d'OSB afin d'éviter que la poussière ne les remplisse lors de l'utilisation de la table.

Juste avant de rentrer manger, je fais un test de montage complet. Comme j'ai collé le cadre supérieur pour des raisons pratique d'assemblage final, ça force un peu pour mettre tous les panneaux de contreplaqué dans les rainures. Il y aura un ou deux ajustements à réaliser aux ciseaux à bois avant l'assemblage final, mais ça prend forme.

*

Il me reste encore quelques étapes importantes à réaliser:

*

-finir les tiroirs en prévoyant une poignée (j'ai déjà le gabarit, ça ira vite), coller, poncer et vernir... je le ferai en dernier pour ne démonter ma défonceuse sous table qu'une fois.
-réaliser la porte d'accès à la machine en façade. Les morceaux sont déjà coupés, il faut encore rainurer pour insérer une façade plexiglas et faire les mortaises pour assembler par faux tenon.
-réaliser les deux portes arrière
-installer l'interrupteur de sécurité que j'ai commandé sur internet (pas encore arrivé) relié à une rallonge, et une prise de branchement pour la défonceuse
-fixer la table au caisson par des gonds pour pouvoir la relever
-réaliser un chariot, mais je ne sais pas encore trop comment...

*

et puis il y aura les finitions

*
-rectifier les bords de la table
-refaire des joues plus épaisses incluant des rails de guidage pour y fixer un presseur vertical
-installer les roues pour pouvoir déplacer le meuble facilement
-régler à nouveau de la tension du câble de remontée (je suis en butée de pièce sur ma tige filetée.
-finir le levier de remontée de défonceuse. Il s’insérera dans l'anneau existant et permettra d'aller un peu plus vite en montée-descente.

Merci
à tout ceux qui suivent ce projet qui est de loin celui qui comporte le plus d'assemblages combinés, et qui est également le plus long de tout ce que j'ai fait jusqu'à présent. Ça fait plaisir de voir que mon projet intéresse tant de monde et ça motive pour faire des photos au fur et à mesure.

Je ne sais pas si je suivrai exactement les étapes mentionnées plus haut, mais il y a visiblement encore quelques heures de boulot et du coup quelques épisodes avant d'avoir fini ce projet.

Publié

Partager  

Sixième partie: collage du bâti et fixation de la table

Comme les côtés étaient déjà collés et mes rails de tiroirs en place, j'ai pu assembler le meuble en reliant les côtés par la façade et l'arrière.

Je n'ai pas encore mis les plaques de façade et arrière puisque la partie supérieure n'est pas encore collée. En effet, je veux attendre d'avoir installé mon bloc d'alimentation avant de les insérer.

Pendant le collage, je regarde ma fraise à copier qui a salement chauffé avec l'histoire du gabarit. La roulette est grippée. Pas question de la laisser comme ça, je vais en avoir besoin pour mes tiroirs. Je sais qu'il existe un produit d'entretien pour les fraises, mais ils n'en ont pas dans mon magasin habituel. J'ai donc démonté puis trempé ma fraise et son roulement dans de l'alcool ménager. J'avais oublié qu'elle était verte à l'origine! Du coup, j'en ai profité pour faire toutes mes fraises. Une fois sorties de l'alcool (aïe, le coup de ciseaux à bois de vendredi se fait sentir), je les frotte pour enlever la résine brûlée et je les huile pour éviter qu'elle ne rouillent.

J'y ai passé une heure, mais ça valait le coup. Mon roulement fonctionne parfaitement, ma fraise est prête à être utilisée.

Et puis vient le moment de mettre des fixations pour la table. A l'origine, j'avais bien prévu la cadre afin que celui-ci s'ajuste pile à l'extérieur de mes renforts (la tables est une planche de contreplaqué de 10mm avec une deuxième bande de renfort de 10mm sur environ 10cm de largueur). J'ai donc pu fixer dans le cadre des tasseaux qui dépassent de 9mm et viennent s'insérer dans les angles quand on baisse la table.

Je n'avais rien calculé en les achetant, et mes gonds sont trop larges...

Dans un premier temps, je passe mes tasseaux rajoutés à la ponceuse à bande pour enlever quelques millimètres d'épaisseur. Ensuite je perce un trou plus près de l'axe et je coupe à la scie à métaux la partie qui dépasse.

Une fois le tout fixé et les vis en place, le moment est venu de savoir si on peut effectivement lever la table sur le meuble quand la défonceuse est montée, ou si il faudra systématiquement la passer par la future porte.

Même si je n'avais pas trop d'inquiétude, tout se passe sans problème. En revanche, il faudra prévoir une barre de blocage fixée sur le plateau pour pouvoir travailler en sécurité sans risquer de tout se prendre malencontreusement sur les doigt.

Comme j'ai un peu de place, je vais également faire un récupérateur pour la sciure que ne manquera pas de tomber dans la partie supérieure.

Après cette étape, on n'a pas l'impression d'avoir fait des gros travaux. Mais quand on voit le résultat sur pieds (enfin sur roulettes) on est assez content de voir le résultat. En plus l'établi a vu disparaître les petites pièces coupées depuis le début du projet pour être montées, il n'a jamais été aussi... (je cherche le mot parce que rangé n'est pas encore approprié).

Publié

Partager  

Septième partie: porte de façade et montage électrique

J'ai donc commandé sur internet un bloc électrique de sécurité. Le temps de l'avoir, j'ai attaqué ma porte de façade et préparé mes rallonges pour pouvoir tout monter dès le système arrivé.

Et puis hier soir, j'ai reçu le bloc. C'est conforme à la photo d'internet. Le problème, c'est qu'avec, en dehors des vis, il n'y a rien. Pas un schéma électrique, pas une explication de montage, rien. ça ressemble donc à ça...

J'essaye de comprendre comment il faut brancher, mais c'est l'heure de rentrer diner, donc je me dis que je verrai plus tard.
Ce matin, j'emmène donc mon matériel prévu pour cette commande électrique en me disant que les électriciens du boulot pourront me montrer les branchements.

Oui mais voilà, c'est beau, c'est pas trop cher, mais il n'y a pas tout. Il manque des relais. Coup de bol, l'électricien en a démonté un il y a quelques années sur une perceuse à colonne HS au cas où... Il m'a donné un coup de main pour identifier les fils, faire les quelques points de soudure. En rentrant chez moi, il ne me reste plus qu'à brancher tous les fils sur mon interrupteur, créer une boite pour installer le relais (ben oui, il n'y a pas la place dans celle des interrupteurs).

Un test avec une lampe me permet de vérifier que mes montages sont corrects avant de tout installer.

Comme je n'attendais plus que cet élément pour finir la partie supérieure du meuble, je cheville le tout. . Pour ça, j'utilise des pics de brochette en bois. Ca fait 4mm de diamètre, c'est donc parfait vu la taille de mes traverses qui sont déjà rainurées pour les planches de côté et qui ne supporteraient pas du 6mm standard.

Je monte la porte de façade. Celle ci est tout sauf ajustée...

Pour résoudre le problème des jours, je coupe en biseau un morceau de plinthe fine que j'avais et je la colle sur le tour, sans oublier de découper le passage de la pièce qui retient ma vis du système de remontée.

Pour le bouton, je coupe un morceau de barre de rideau (en bois bien sur) que je passe à la fraise quart de rond. J'ai mis en place un système aimanté pour maintenir la porte fermée.
Après ponçage du tout, le résultat est très correct. Il faudra juste que je vernisse à l'occasion.

J'ai mis en serrage mes deux portes arrières pour la nuit et remonté la table pour contrôler que tout allait bien.

Suite demain soir si tout va bien.

Publié

Partager  

Huitième partie: modifications et portes arrières

J'ai apporté quelques modifications à ma table. La première, ça a été de remplacer la tige filetée du système de remontée. En effet, celle-ci n'était pas neuve et a été plusieurs fois maintenue par une pince monseigneur. Morale: ce matin impossible de s'en servir. La partie mobile qui tire le câble en translation le long de la tige était irrémédiablement bloquée.

Comme il fallait que j'en change, j'en ai profité pour retendre un peu le câble. Ça fonctionne désormais mieux qu'au début!

Pendant que le premier tiroir était en train d'être collé, j'ai décidé de poncer et cirer le dessous du guide parallèle. Ça donne une belle couleur dorée au tout, et surtout ça glisse beaucoup mieux qu'avant. J'en ai profité pour faire une rainure dans la table afin d'accueillir mon futur chariot; puis j'ai ciré la table.

Comme je n'ai au final que 6 serre-joints (oui, je sais, c'est peu) dont deux avec une ouverture d'un mètre, autant dire que je suis rapidement limité. J'ai donc rainuré un presseur et installé des vis à demeure sur les joues afin de ne pas être obligé de me servir de serre joints à chaque utilisation de ma table. Il faudra que je trouve un système pour le presseur horizontal.

Comme ma cire était sortie, j'ai ciré la baguette de la porte de face et le bouton, ainsi que les portes arrières avant de les installer.

J'ai également ciré le premier tiroir qu'il a fallu réajuster (une fois le bâti collé, il passait un peu juste).

Fin de journée, toujours en progrès!

Publié

Partager  

Neuvième partie: chariot et dernier tiroir

Pendant que mon deuxième tiroir est mis en colle, j'attaque mon "chariot". C'est un peu présomptueux comme terme, mais comme je ne l'avais pas prévu à l'origine, impossible d'insérer un rail dans la table (pas assez épaisse).

J'ai de la baguette en hêtre de 18mm par 13mm. j'ai donc fait une rainure de 14mm sur la table et mon guide coulisser sur cette baguette.

Un simple T ne sera pas assez rigide, je crée donc des renforts pour m'assurer l'équerrage en permanence.

Je vais tout faire à la main, mon garage jouxtant la chambre du voisin qui m'a demandé de ne pas faire de bruit pour faire la sieste.

Renforts coupés à 45°, tenon, mortaise, rien de bien compliqué, mais ça demande un peu de précision. Au moment du collage, je me suis assuré de l'angle droit, et en tapant un peu plus sur un renfort ou l'autre, on obtient parfaitement les 90° recherchés.

Pour le tiroir, c'est la mauvaise surprise. Une fois collé, je rectifie les queues puis je ponce. Et là, pas de chance, je m’aperçois qu'en façade, il y a un trou qui a été pseudo-rebouché avec une sorte de coton amalgamé avec une substance verte. C'est l'inconvénient du lamellé-collé en grande surface, il y a des défauts et celui là a été masqué de salle façon.

J'ai donc enlevé au ciseau à bois la matière et mis un peu de pâte à bois. Si j'avais eu des bagues de copiage adaptées, j'aurais sans doute fait un fraisage d'inclusion pour masquer, mais là...

Du coup, je ne pourrai pas finir ce soir comme j'espérai. Il faut attendre que ça sèche pour poncer à nouveau et cirer ce tiroir.

J'ai profité d'un serre joint disponible pour installer mon levier servant à remonter la défonceuse. Le tiroir rentre à sa place sans problème, la chariot glisse parfaitement.

Il ne me reste qu'à trouver un système pour mon presseur vertical, prévoir l'aspiration intérieure pour quand je fais du rainurage et ce projet sera fini.

La prochaine et dernière partie sera consacrée aux finitions et sans doute à une petite vidéo permettant de voir le travail terminé, et l'utilisation.

Publié

Partager  

Dixième partie: aménagement et fin

Il ne reste plus que les options à finaliser:
un bouchon au fond du compartiment de défonceuse pour pouvoir aspirer la poussière lors du rainurage.
Le scotch de peintre n'aime pas la sciure: je remplacerai plus tard.

Le verrouillage de la table ouverte:
mise en place de deux blocages de tréteaux. Ils sont un peu durs pour le moment, mais à force, on devrait les verrouiller/déverrouiller plus facilement.

Pour finir, le presseur horizontal. Je l'ai verrouillé sur une barre qui coulisse sur la table et que je peux serrer sans utiliser un de mes serre-joints qui se font trop peu nombreux.

Et voilà la vidéo promise qui clôt ce projet.

Ce pas à pas est terminé! J'espère que celui-ci vous a plu, n'hésitez pas à me dire ce que vous voudriez voir amélioré pour les suivants!

Publié

Contenus associés

On en parle ici

MOWD a publié le pas à pas "Défonceuse sous table".il y a 3 mois
Pierro
 

Je vais suivre ton pas à pas avec intérêt ! Cogite bien ! Et essaye d'intégrer un charriot ou quelque chose qui s'en approche, au pire 1 rail alu.

MOWD
 

Je n'avais pas pensé au chariot...
Pour les rails, en général je les fais moi même en bois avec une fraise en T. Il n'y en a pas en alu dans mon magasin de bricolage; et comme j'ai toujours quelques tasseaux qui traînent... d'ailleurs c'est ce que j'ai utilisé pour la mortaiseuse!

Niouniou
 

ben,tes presseurs, tu peux les fixer à l'aide d'une vis ou mieux, 2, dans ta rainure qui te servira pour ton "chariot"

Zorro
 

Ce pas à pas est une très bonne idée. Je suis exactement dans la même situation que toi, hormis que je n'ai pas passé le cap de me lancer. J'ai exactement la même défonceuse et la même envie de la mettre sous table. Ton système m'intéresse donc beaucoup... Merci d'avance de toutes les explications.

MOWD a publié l'article "Deuxième partie: le système de remontée".il y a 3 mois
MOWD
 

@zorro , dis mois si tu veux des photos plus précises de mes montages, je te ferrais ça. J'avais regardé sur des forums, mais tout le monde s'accordait à dire que c'était trop compliqué de shunter la sécurité (ils essayaient de bidouiller l’électronique) et que ça poserait trop de problèmes de régler la remontée. Il n'y avait pas de schéma, du coup j'ai essayé...

Zorro
 

Il est clair que les boutons de mises en route sont un problème pour la mise sous table mais j'avoue que ta solution pour y remédier est simple et efficace. Le réglage de la profondeur m'a beaucoup étonné mais semble lui aussi être parfaitement fonctionnel alors je suis rassuré. Je pense que je vais me laisser tenter à copier le principe. Encore merci pour l'idée et je n'hésiterai pas à t'embêter pour avoir quelques photos supplémentaires.

MOWD a publié l'article "Troisième partie: essai réel et conception du meuble".il y a 3 mois
niconathy
 

Selon ce que tu veux ranger, c'est ce qui décidera le nombre de tiroirs. Si il sont trop haut, et pas assez nombreux, tu râleras tous les jours que tu les ouvriras. Un jour de job en plus vaut bien une facilité de tous les jours. Je suis ton pas à pas depuis le début, très intéressant.

MOWD
 

Au niveau hauteur, je n'ai la place que pour deux. La question c'est en terme de largeur: est-ce que j'en met un qui fait la largeur ou est-ce que je fais une séparation au milieu pour en mettre deux de large...

niconathy
 

Fait ta séparation dans le tiroir. Si un jour tu as besoin de toute la largeur tu enlèves une planchette. En plus tu perds pas l'espace entre les côtes et la séparation plus l'épaisseur des côtés.

MOWD
 

J'avais calculé la perte et en étais arrivé à la même conclusion. Je pense même créer un système de rainures pour pouvoir choisir les dimensions des compartiments...

Mais j'aime bien les tiroirs, donc en avoir 4 me tente quand même.

MOWD a publié l'article "Quatrième partie: rainurage et assemblage".il y a 3 mois
niconathy
 

Mais bien sûr que l'on veut de belles photos.
Pour l'interrupteur regarde dans la fournissothèque.

MOWD
 

Je viens de regarder, mais il n'y a aucun magasin référencé à proximité qui a l'air de vendre ça. Je vais commander via Amazon. Vu le prix que ça coûte, si ce n'est pas de la super qualité, ce n'est pas trop grave.

MOWD a publié l'article "Cinquième partie: les tiroirs et leurs rails de guidage".il y a 3 mois
MOWD a publié l'article "Sixième partie: collage du bâti et fixation de la table".il y a 3 mois
Nico39
 

Ton principe de levage de def fonctionne t'il bien? Au final faut débloquer en permanence le blocage de plongée sur la défonceuse?

MOWD
 

Le principe de levage fonctionne parfaitement. Il faudra que je repense à décaler un peu mon "tendeur" parce que la marge initiale a presque disparue, mais c'est tout.

Le "rajout" fixé à la table de défonceuse a tendance à être tiré un peu vers l'intérieur à cause de la tension du câble; mais mon cadre va le retenir naturellement une fois en place.

J'ai dévissé la poignée rouge de remontée pour sortir le ressort de son emplacement, puis j'ai remis la poignée (avec le ressort en dehors de son logement pour ne pas le perdre).

Quand je veux changer la hauteur, je déverrouille la poignée.
Une fois ma hauteur réglée, je reverrouille avec la poignée (pour éviter qu'il y ait le moindre jeu) et je détend un peu le câble par sécurité.

Si je veux à nouveau un verrouillage automatique, c'est l'affaire de 2 minutes en remettant le ressort en place. Pour le moment je n'ai que cette défonceuse, mais je ne m’embête même pas à remettre le ressort à chaque fois que je la reprend à la volée.

MOWD a publié l'article "Septième partie: porte de façade et montage électrique".il y a 3 mois
MOWD a publié l'article "Huitième partie: modifications et portes arrières".il y a 3 mois
MOWD
 

@niouniou j'ai pris ton idée pour le presseur vertical comme tu peux le voir.

@pierro pour le chariot, je vais devoir me limiter à une simple rainure puisque mon CP ne fait que 10mm d'épaisseur, pas assez pour insérer un rail. On verra demain ce que ça donne.

MOWD a publié l'article "Neuvième partie: chariot et dernier tiroir".il y a 3 mois
AlexWeb

Magnifique table !
Tu as réuni ici pas mal de bonne idées, c'est très intéressant. Surtout que c'est un de mes projets futurs ;)
J'aurais une évolution à apporter si c'était pour moi : coller des fines plaques de mousse sur les parois intérieures, pour aténuer le bruit de la défonceuse. Elle fera toujours du bruit, mais quelques décibels en moins c'est toujours apréciable. Mais je ne sais pas quel est le bon matériau à employer (liège, mousse polymère haute densité, plaque polystirène extrudé/expansé...)

MOWD
 

Excellente idée en effet, à étudier. Le retour d'expérience m'intéresse, d'autant que je n'ai pas complètement fini. Je vais sans doute poursuivre ce soir et demain...

MOWD a publié l'article "Dixième partie: aménagement et fin".il y a 2 mois
FlashOver
 

Je ne suis pas intervenu jusqu'à maintenant mais j'ai suivi assidûment et avec envie ton pas à pas. Ça fourmille de bonne idées et de"trucs" assez simples à réaliser quand on n'a pas nécessairement bcp de matériel ni d'expérience...ce qui est mon cas. En tous cas bravo 👏, tant pour le projet devenu réalité que la qualité du pas à pas, ce qui est sûr c'est que je le garde de côté parmi un ou 2 autres pour (fortement) m'en inspirer 😉

MOWD
 

Merci @FlashOver ! Comme je n'ai moi même pas beaucoup d'expérience et assez peu de matos, ça doit être réalisable par pas mal de monde.

NinjaRouge
 

Superbe réalisation ! 😄
bravo ! 👍

François Chalopin
 

Tres belle realisation. A propos du bloc electrique de securite, j'ai eu exactement le meme probleme. J'avais commande un joli bloc avec des jolis boutons et il est arrive sans aucune instruction de montage. Je n'ai jamais reussi a le faire fonctionner correctement :-(

Tu parles d'un relais qu'un electricien de ton boulot a recupere. Qu'est ce que c'est ce truc ? A quoi ca sert ? Il se pourrait bien que ca soit cela qui me manque :-)

En tout cas merci pour le partage

MOWD
 

Concrètement, en appuyant sur les boutons, tu laisse passer le courant à un endroit pendant un court instant. Celui-ci actionne une bobine qui va faire "coller" des languettes (relais), lesquels vont faire ensuite transiter le courant directement vers le moteur. Quand le courant est coupé les languettes se remettent en place, et même en remettant le courant, la machine ne redémarre pas. Quand on actionne un bouton rouge, l'impulsion coupe la bobine.

Ce que j'ai reçu, c'est juste le bloc des boutons, sans relais.
Le schéma n'est pas très beau, mais explique les branchements (en 220V mono)

François Chalopin
 

Super, merci pour le schema. J'ai pige et il me semble bien que c'etait ca mon probleme parce que quand j'appuyais sur le bouton vert, le moteur se mettait en route mais des que je le relachais, ca s'arretait. Mainteant que j'ai vu ton schema, ca me parait assez logique puisque je n'avais pas de relais donc pas de bobine pour "coller" les languettes :-) Il ne me reste plus qu'a trouver un relais. Merci du tuyau, je me coucherai moins con ce soir :-)

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
Voir aussi