L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

dorian

Un gabarit pour paumelles à lacets

Un gabarit pour paumelles à lacets
+

La mise en place des charnières nécessite de la précision pour assurer une bonne esthétique. Dans ce tutoriel, nous discutons de la conception d’un gabarit utile à la pose des charnières dites « paumelles à lacets ». Elles sont couramment utilisées dans la conception de meubles traditionnels. Les informations présentées se veulent accessibles de tous. Les professionnels et les amateurs avertis pourraient trouver ces lignes verbeuses mais aucun sous-entendu ne sera fait. Nous voulons faciliter la compréhension pour le lectorat. Si tel est le cas, nous leur conseillons de consulter uniquement les schémas et formules.

Liste des articles


Partager  

Paumelles à lacets ?

Les paumelles à lacets sont des charnières dégondables. Cela signifie qu’elles sont démontables en deux parties : l’une destinée à l’ouvrant, l’autre au bâti. Les portes du meuble peuvent ainsi être retirées facilement. L’illustration ci-dessous représente ce type de charnière :

La difficulté de mise en œuvre réside dans le forage des cavités nécessaires à l’insertion des deux sections filetées. S’il n’est pas parfaitement d’équerre, il sera difficile d’ajuster les charnières lors du montage des portes. Le résultat final sera inesthétique. Or, à main levée ce n’est pas toujours facile de forer droit. Pour éviter ce problème, nous proposons de réaliser un gabarit simple. Il s’agit d’un morceau de bois dur percé de trois trous. Ce gabarit est exposé sur la photographie ci-dessous :

Publié Mis à jour

Partager  

Mesures préalables

Munissons-nous d’un pied à coulisse. Nous avons à effectuer une série de mesures sur les charnières. L’illustration ci-après reprend notre modèle de charnière annoté des cinq mesures à effectuer :

Ainsi, nous avons cinq mesures :

  1. Diamètre de l’axe central
  2. Diamètre d’un lacet (I.E. les tiges filetées)
  3. Longueur de la section non filetée des lacets
  4. Longueur d’un bord externe à l’autre bord externe des deux lacets
  5. Longueur de la section filetée des lacets

Les mesures sont effectuées à la précision maximale du pied à coulisse. Pour plus d’information sur l’utilisation de cette instrument, cette ressource peut être consultée. Les parties mâles et femelles des charnières étant simplement emboitées, elles se séparent facilement l’une de l’autre. Il est possible de les maintenir ensemble à l’aide d’un ou deux morceaux de papier collant. L’épaisseur ajoutée est négligeable. Si les lacets sont totalement filetés, nous conseillons de compter 5 à 6 mm pour la mesure n°3. Il nous reste à déterminer la valeur d’entre-axe pour les lacets. Elle se calcule comme suit :

Entre-axe = Mesure n°4 – Mesure n°3

Nous avons maintenant l’ensemble des mesures nécessaires au traçage de notre gabarit. Passons à la réalisation.

Publié Mis à jour

Partager  

Réalisation pratique

Avant toute chose, nous devons disposer d’un morceau de bois dur raboté et parfaitement d’équerre. Nous avons utilisé un morceau de « yellow pine » de 20x40 millimètres (I.E. Épaisseur x Largeur). Des essences telles que chêne, frênes ou hêtre conviennent également. La photographie ci-après présente en bleu les traits à tracer sur la pièce de bois. Nous les avons réalisés à l’aide d’un pied à coulisse, d’un trusquin et d’une équerre. Les numéros sur l’image montrent l’ordre dans lequel le tracé a été réalisé. Le report de la mesure n°3 se réalise au trusquin réglé avant traçage et utilisé tel quel pour l’ensemble des opérations. Ainsi dans l’ordre :

  1. Tracer à l’équerre un axe de référence
  2. Report de la mesure n°3 au trusquin à gauche
  3. Report de la mesure n°3 au trusquin à droite
  4. Tracer un axe parallèle à l’axe de référence à une hauteur égale à l’entre-axe calculé. Nous désignons ce nouvel axe sous le nom de tracé d’entre-axe dans la suite de cet article.

Reste à reporter les traits sur les champs de notre pièce de bois. La photographie ci-dessous représente le champ gauche du gabarit. Les numéros indiqués représentent l’ordre de traçage des repères. Ainsi, deux opérations sont à réaliser sur chacun des champs :

  1. En prenant la face arrière pour référence, reporter la mesure n°3 à l’aide du trusquin.
  2. En prenant la face avant pour référence, reporter à l’équerre le tracé d’entre axe.

Une fois tous les traits reportés, reste à percer le gabarit. Pour cela utilisons une mèche qui se rapproche le plus du diamètre des lacets par défaut. Par exemple, si nous mesurons un diamètre égal à 5,3 MM alors nous prenons une mèche de 5,0 MM. Pour garantir la perpendicularité du perçage nous utilisons une foreuse sur colonne. La publication de cet article n’était pas prévue au départ. C’est pourquoi les cavités apparaissent déjà percées sur les photographies. Le résultat final est celui exposé sur la seconde illustration de cet article. Les trous sur la face avant du gabarit servent à percer le bâti du meuble tandis que les trous réalisés sur les champs du gabarit sont destinés aux ouvrants. La mèche utilisée pour le perçage du gabarit sert également au perçage du meuble.

Publié Mis à jour

Partager  

Utilisation pratique

Ce gabarit s’utilise selon deux configurations possibles, selon que l’ouverture des portes se fasse par la gauche ou par la droite. Ces deux cas sont illustrés ci-dessous. Le gabarit a été schématisé sous la forme d’un bloc jaune. Les flèches rouges désignent les trous à utiliser pour le forage. Nous plaçons le gabarit par rapport au bord supérieur ou inférieur de l’ouvrant. La partie mâle de la charnière, fixée dans le bâti, doit être positionnée à environs 10 centimètres du bord de l’ouvrant. Gabarit et ouvrant doivent être maintenus en place sur le bâti à l’aide d’un ou plusieurs serre-joints. Le perçage se réalise à la perceuse.

Nous avons utilisé ce gabarit pour la réalisation d’un meuble. Réalisé avec précision, il fait gagner un temps précieux et assure le rendu esthétique. Ce meuble est exposé sur la photographie ci-après. Nous terminons par un dernier conseil. Surtout ne pas se tromper de sens pour les charnières : la partie mâle dans le bâti du meuble ; la partie femelle dans l’ouvrant. La partie mâle, le gond, doit être tournée vers le haut. Sinon, on constate très vite que les charnières n’ont pas encore la capacité de défier les lois de la gravité.

Publié Mis à jour


Discussions

dorian a publié le pas à pas "Un gabarit pour paumelles à lacets".il y a 11 jours
trente six seb
 

Merci de ce tutoriel. Effectivement,il est très clair et explicite. N'hésite pas à en faire d'autres ! 🍻

dorian
 

Merci beaucoup :)

racm terroff

Fiche à lacets!
Paumelle à lacets?

dorian
 

Hello,
Dans le vaste monde de la quincaillerie, fiches et paumelles à lacets existent toutes les deux. Le tutoriel traite juste des paumelles mais avec un peu de bon sens, on devrait aussi pouvoir l'appliquer aux fiches 😉

racm terroff

On en découvre tous les jours.

cricris

Bonjour, Merci très bel article, j'ai un gabarit de marque de fiches et un trous ai en oblique et pas droit ? je croyait que les paumelles à lacet était les anciennes paumelles de meuble ou il faut faire un trous rectangulaire pour passer le lacet et ils mettait deux clous sur le champ, je ne sait pas si je m'explique bien ?

dorian
 

Bonjour merci pour le retour :-). Je comprends les principes du modèle don tu parles mais je n'en ai jamais vu. Cependant, si les trous de ton gabarit sont obliques c'est qu'il doit y avoir une bonne raison. Dans le cas des paumelles à lacets telles que présentées dans le tutoriel, les trous sont nécessairement droits sinon c'est la galère lors du montage.

cricris

Oui il y a un angle, je dirait a vu d'œil 10 degrés, je pense que c'est plus adapté pour les fenêtres ??? cela s'apelle des paumelles à larder, j'ai du en commander une fois pour un vieux meule

cricris

RE, en voyant ton atelier je pense que tu ai un prof, ou menuisier? je me permet de te poser une question, je vait faire un Balcon en bois, fixé sur la facade, en Douglas, je ne trouve que du bois pas complétement sec, la scierie me dit que ce n'est pas bien grave du fait que c'est à l'extérieur, donc soumis à la pluie, qu'en pense tu ?? merci de ta réponse

dorian
 

Ni prof ni menuisier : tout juste apprenant. Professionnellement parlant, ma spécialité c'est l'informatique. J'ai pris cette photo sur un des établis de l'atelier où je poursuis actuellement mes cours après le boulot.

De mon humble avis, plus le taux d’humilité de tes bois sera proche de celui du lieu où tu vas les utiliser, mieux ce sera. Si tu prends du bois sec, il va se ré-humidifier naturellement et potentiellement bouger plus que si tu avais du bois à un taux d'humidité plus élevé. J'espère que ma réponse pourra t'aiguiller dans tes choix. N'hésites pas à demander d'autres avis.

cricris

merci

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
228 vues
11 commentaires

Contenus associés

0 plan
0 processus
0 fournisseur
Voir aussi
Table des matières
Admin