L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Arcantar

Poids du chêne frais ?

Salut,

Je viens de réceptionner un tronc de chêne de 2m50 avec un diamètre de 24 cm de moyenne (43 cernes comptés) abattu il y a plus d’un an.
Si je calcule son cubage pi * 0.12 au carré x 2.50 me donne 0,1131 m3
Son poids est de 131,4 kilos
Soit 1,158 tonne au mètre cube

Cela me semble beaucoup trop lourd non ?

Vos chênes, en France (suis en Finlande), sont dans les 1 tonne au mètre cube plus ou moins non ?

etiennedesthuilliers
( Modifié )

bonjour
je comprend mal le sens de votre question
en France la densité du chêne varie de 0,6 a plus de 1 pour du cœur de chêne
vous nous donnez pas l' espèce du chêne dont vous parlez
comment comparer si nous n avons pas plus de renseignements
le chêne qui vient d être abattu ne flotte pas
de plus les fiches de classement donne les densité moyenne car le cœur n'a pas la même densité que les parties extérieures , et la quantité d'eau n est pas la même d un sujet à un autre
en conclusion ma question est quoi faire avec un bois aussi jeune qui une fois débité risque de vous poser beaucoup de problème

Arcantar

Bonjour,

Malheureusement, je ne suis pas biologiste et n’ai pas la possibilité de tracer sa provenance ni son espèce.
Pour répondre à votre question, j’ai prévu de le débiter en bois à outils pour une part et en placage scié main pour le reste.

Cordialement

etiennedesthuilliers

Arcantar bonjour
le choix de faire dans un bois aussi jeune du placage ne me semble pas un choix judicieux
et de faire des outils sur un bois de chêne si petit non plus mais il vous est loisible de faire ce que vous désirez , ensuite je vous expliquerai le pourquoi de la chose
un vieux sage
etienne desthuilliers

Arcantar

Bonjour etiennedesthuilliers ,
je serai très heureux que vous me partagiez votre savoir sur l’utilisation, ou non, d’un jeune chêne en bois de placage et d’outillage, je vous avoue y être intrigué.

Un tout aussi vieux mais bien moins sage que vous.

Norbert Saint Georges

etiennedesthuilliers

bonjour
ce n ai pas facile de vous détailler le pourquoi, je ne connais pas votre niveau dans la connaissance du matériaux bois , ni votre parcours , aussi simplement je vous dirais par expérience les bois on une utilisation qui doit être adaptée à
l' usage ,l' endroit dans l arbre aussi et l'age ,et l' endroit ou il a poussé est important , mais pour tout vous expliquer il va me falloir vous écrire un vrai roman , si vous n étés pas très versé sur le sujet faites confiance a ceux qui au bout de 60 ans de carrière disent je ne ferme pas la porte au questions mais je ne peut vous faire un cours magistral sur le sujet qui vous préoccupe
je reste a votre disposition

Arcantar

etiennedesthuilliers Mon parcours est assez simple, apprenti ébéniste chez les frères Cerfontaine à Laeken (Bruxelles, Belgique) à l’âge de 13ans en 75, j’ai toujours travaillé dans le domaine jusqu’à ce jours conjointement au domaine de l’informatique depuis 81, je ne débite mes propre troncs que depuis mon arrivé en Finlande il y a quelque année, principalement des bouleaux madré.
J’ai depuis toujours fabriqué tous mes outils (quand possible) en prenant « en main » le bois nécessaire à celui-ci d’où ma question à la prise en main de ce pied qui m’a semblé trop lourd pour sa taille (et j’avais sans doute raison car il est très dur à scié à la main alors que toujours vert après un an de coupe).
Maintenant, je n’attends bien entendu pas un cours magistral (quoi que :-) ) mais concernant le placage scié je ne comprends absolument pas la contre-indication éventuel.
Concernant le bois à outils, il peut toujours être conseillé de meilleur choix mais le son et sa résonance, après quelque mois de séchage naturel, me renseignera pour son emploi éventuel.

très cordialement,
Norbert

etiennedesthuilliers

Arcantar bonjour
le cœur de chêne est fortement duraminisé dons plus dur et comme je n ai pas de vue de la bille ni de vue en bout le diag n est pas facile
le placage scier dans des bois dur et peu stable donne des résultats désastreux en general et en plus pas sec le séchage après coup est souvent impossible on ne fait pas de placage scier dans du bois vert
vous voulez faire des outils dans du chêne , pourquoi pas ? quel outil ?
les outil japonnais anciens sont souvent en chêne mais ce n est pas la même espèce
si cela était du chêne vert il est possible de faire certain outils j ai un rabot et une varlope dans ce bois
sur les problèmes de résonance je ne savait pas que cette technique peu être utilisé pour faire un choix pour débiter du placage ou faire des outils , j 'ai sans doute beaucoup a apprendre
il y a un très bonne ouvrage écrit par un ami sur les bois de resonance mais est utilisé a d'autres fins
je vous souhaite une bonne soirée

Arcantar

etiennedesthuilliers Bonjour,

J’ai annexé deux photos reprenant une vue de la tête du pied en question.
Concernant le cœur, cela ne me pose aucun problème pour le placage car je le débite sur maille.

Je ne suis pas d’accord avec vous concernant le sciage en placage de bois vert, c’est justement le meilleur moyen pour le débiter naturellement et son séchage est très court. Je vous parle bien de débitage manuel et non mécanique qui demande un trempage ( et même à l’eau chaude sous pression pour certain comme le movingui ) ce qui n’est pas apprécié de tous.

Quel outil ? rabot/riflard, bloc à onglet, manche de bédane,…. Ceux qui ont besoin de semelle sont réalisée en fruitier du jardin.

Je ne parle pas de résonnance pour des pipos ou lutherie, le bruit doit être sec et franc à la frappe exactement comme pour faire le choix d’un manche de pioche que l’on laisse rebondir sur un sol en pierre, il doit « sonner » et rebondir droit sinon le fil et la densité n’est pas bonne ; faite le test par vous-même.

Bien à vous,
Norbert

etiennedesthuilliers

Arcantar bonjour
j adore les gens qui ne sont pas d accord avec ce que je dit ou il sont très fort ou bien il non pas bien compris le sens de mes réponses
pour les qualités de votre bille elle a un cœur excentré ce qui est le signe évident d 'un bois a problème car il a des zones de tension , de plus la bille n' est pas a mon avis droit fil mais elle est vissée bois tords
le debit des placages sciés se fait depuis la nuit des temps sur des bois sec
questionner le fils George un scieur de placage au bois montant un ami et un puits de science en la matière je vous aurai bien conseillé un autre ami pierre ramond un marqueteur de renom qui nous a quitté lui aussi
vous pouvez aussi scié votre placage sur maille mais sur une bille de petit diamètre en plus vissé je serait curieux de la façon de faire et du résultat et de plus de la perte occasionné et d'un placage qui aura le fil tranché .
au sujet de l outillage
je vous avait dit que certain type de chêne pouvaient être utilisé chez les japonais mais le votre ne fait pas partie de cette espèce .
le bois pour faire les outils est en general un bois homogène et peu fissile et dur ce qui n est pas le cas pour votre type de bois
ce sont donc les qualités mécanique du bois qui rentre en ligne de compte et non pas une qualité de raisonnance
j' ai manier des milliers d outils français en bois et j' ai même eu le vice d 'ecrire des ouvrages sur le sujet et peu d 'outil en chêne me sont passés entre les main sauf quelque boites a graisse ou a pierre a huile , donc un nombre extrêmement limité j 'ai exclu le chêne vert bien Evidemment
il y a des exceptions bien sure mais elle sont rare
je vous souhaite bonne chance dans vos aventures , mais poser vous la question pourquoi les autres font différemment, il doit y avoir une raison
bien amicalement
un menuisier qui ne demande qu'a apprendre
etienne

Lucien le Forestier

Reste plus qu'à trouver un éditeur

etiennedesthuilliers
( Modifié )

Lucien le Forestier bonjour
je n ai pas de problème pour éditer , mais comme vous ne m'indiquer pas sur quel sujet doit se porter ma publication je ne sais quoi faire , mais si le sujet a déjà été traité je tacherai de vous faire parvenir des orientations bibliographique
le menuisier qui essaie de partager son peu de culture
bien amicalement

Arcantar

etiennedesthuilliers Bonjour,

*

j adore les gens qui ne sont pas d accord avec ce que je dit ou il sont très fort ou bien il non pas bien compris le sens de mes réponses
*

123kg n’est pas très fort, juste fort et concernant le « ou » il y a beaucoup d’autres possibilités :-) .

Toutes les billes ont une tension qui doit-être prise en compte lors de son débit et il me semble assez rare de trouver un cœur parfaitement centré sur toute la longueur, en tout cas je n’ai pas accès au bois poussé en laboratoire.

Je vais vous le répéter une dernière fois, « scié à la main », c’est donc absolument pas scié au bois montant !!!. Une scie à bois montant est effectivement le seul moyen d’avoir un placage d’un bois sec mais également de scié de l’ivoire ou métaux. Profiter de votre amitié du fils de pour vous renseigner si les scieurs de long travaillaient également des bois sec ? et également pourquoi son collègue C. Dutelle, qui a développé sa propre scie à bois montant, utilise une lame si particulière POUR BOIS VERT ?

Comment faite vous pour avoir de la perte, autre que celui du sciage et d’un redressement éventuel au rabot, en débitant du placage sur maille ?

Absolument, je vous confirme que ce n’est pas un chêne japonais mais finlandais maintenant je suis intéressé par votre expertise sur son type et espèce n’ayant pas la connaissance suffisante ni reçu de certificat.

J’ai déjà pu remarquer que beaucoup d’erreur/incompréhension proviennent essentiellement d’un défaut de dictionnaire commun/synonyme des mots utilisés, perso je parle de résonnance quand je frappe à bois debout un carrelet et en écoute le son.

Il serait merveilleux que vous poussiez le vice à prendre en main des outils non Français ( par exemple ici, vous trouverez beaucoup de dressoir à 4 mains en bouleau et semelle de fruitier.
Ps : un dressoir est une espèce de grosse varlope courte ayant deux bois transversal servant de poignée au deux travailleurs redressant les troncs de bois vert servant à la construction de bâtiment en bois ).

Il est bon de sortir de sa zone de confort et de constater éventuellement que les pratiques et façon dans d’autre région que la France existe et conviennent pour le travail des bois locaux, par exemple en Australie, l'angle du lit de certain rabot sont à 60° ce qui est très difficile d'utilisation pour un bois d’île de France) . Dans mon cas, j’ai un chêne local qui va me servir à faire des outils ainsi qu’un petit lot de placage dit à maille de 3 à 5mm d’épaisseur et m’engage à vous faire savoir si des problèmes serait constatés à l’utilisation.

Très respectueusement,
Un ébéniste qui trouve que 131 kilos est trop lourd pour 0.11 mètre cube de chêne vert

etiennedesthuilliers

Arcantar bonjour effectivement je m' incline devant votre savoir sur le sciage manuel des bille de bois et le rabotage manuel
pour votre information j ai participé a l' écriture d' un ouvrage sur le sciage de long en deux tomes ,la grande histoire des scieurs de long, pour se faire j' ai voyager dans le monde pour comparer les différente façon, de faire , nous avons chez nous une grande culture sur ce problème car nous avons scier de long jusque dans les années 50 ce qui explique mes relations dans ce milieu et les échanges que nous avons eu
sur le problème des rabots il existe un excellent livre de pierre Bouillot sur le sujet auquel j ai aussi participé et deux livres , outils et machines des métiers du bois pour lequel j ai aussi beaucoup écrit . je vous engage a écrire sur votre savoir cela permettra un échange fructueux sur les façons de travailler le bois dans toutes les parties du monde dans l' attente de vous lire je vous exprime mon profond respect
le menuisier

Arcantar
( Modifié )

etiennedesthuilliers Re bonjour,

Parlez-vous du livre :

« La grande histoire des scieurs de long » d’Annie Arnault
roelly.org/~fl...gne/scieurs.htm

Au lire de l’extrait, cela me semble instructif pour certaine région de France qui parle d’un métier saisonnier lié à celui de bucheron.
Concernant les autres livres, je ne trouve rien d’autre que « Les Rabots. Histoire, technique, typologie, collection ».

Concernant votre demande à écrire sur mon savoir, je viens déjà de le faire alors que ce n’est certainement pas une passion ni mon métier.

Excellente continuation à vous, Monsieur le menuisier.

etiennedesthuilliers

Arcantar vous voyez je fais un effort pour partager
ce n est pas que un métier saisonnier car je vous signalais que les scieurs de long travaillait aussi à poste pour les entreprises lisez les 500 pages et il y a certainement des choses a apprendre sur les rabots édité chez vial ce livre qui m' a occupé 4 ans devrait vous apporter des renseignements 350 pages . le dernier ouvrage de jean François robert en deux tomes m 'a aussi pris beaucoup de mon temps il y a 500 pages de lecture il est vrai un peu moins technique édité chez vial
et si une de mes spécialisées vous intéresse n’hésiter pas à le lire
mains courante bois rampes débillardées il partage la technique et certaines réflexions personnelles
si vous étiez dans la régions parisienne je me ferais un plaisir de vous donner accès a ma bibliothèque certes modeste mais instructive
mais si vous avez publié je suis intéressé par vos travaux
pour moi écrire n est pas une passion ni mon métier mais simplement le choix que j ai fait de passer au autres le peu de chose que je sais, et pense être digne d’être écrit, car le travailleur manuel est rarement un passeur
le menuisier

Arcantar

etiennedesthuilliers Tout d’abord, je tiens très sincèrement à vous remercier pour vos partages et réponses que j’ai pu lire sur ce site et en rien ne me permettrai de créer une polémique pour « le sport » et sais d’expérience que ma façon d’écrire peux être incomprise ou mal vécue, ce ne doit pas être le cas ici et ai beaucoup de respect à votre égard.

Concernant la partie saisonnière, je ne puis, à ce jour, que lire dans l’extrait du livre que c’est écrit comme cela, extrait ci-dessous :

*> A la fin de la saison le patron distribuait les gains.

S'ils savaient qu'ils revenaient au même endroit à l'automne prochain, ils laissaient leurs outils.*

Il est certain que beaucoup de scieur de long devait travailler à l’année mais je suis également certain qu’ils ne devaient pas travailler des troncs sec et tout comme moi, des troncs maintenu à un niveau de fraîcheur « travaillable ».

Maintenant je suis intéressé, vraiment, par vos écrits mais ne les trouvent pas avec certitude.. Auriez-vous une liste des isbn les concernant ?

Concernant le travail de délignage en bois de placage, je vous rappelle que cela m’occupe une très grosse partie de mon temps depuis quelque année et ne peux qu’être surpris par une affirmation qui va à l’encontre de ce que je vis journellement.

Je développe mes propres lames de scie en fonction des billes à travailler, au début de la bille je peux obtenir 6 à 8 feuilles par jour (en fonction de beaucoup de contrainte différentes) qui tombe à 2 à 4 en fin de bille, mais si la bille est trop sèche, j’arrive à tirer 1 à 2 feuille par jour et d’une qualité presque inacceptable. Autant avec un bois vert vous pouvez « guider » votre lame et ceci sans trop d’effort à contrario d’un bois sec ( 12 à 18 % d’humidité) qui plus en est rendu cassant .
Petite précision à un connaisseur, je ne travaille qu’avec des lames de 0.5, 0.7 et 1mm, et n’ai qu’une lame 1.6 d’un ancien scieur de long qui ne me sert qu’à refendre un pied/bille en deux pour faciliter sa manutention que j’ai dû retourner car j’ai plus de facilité à tirer en force que de pousser.

Cordialement,
Norbert

etiennedesthuilliers

Arcantar bonjour dans chaque pays on scie les bois que la foret procure et qui son utile a notre production , soit pour le menuisier soit pour d autres usage
de scier du peuplier n est pas la même chose que scier du chêne
les sciages de premier débit se font toujours sur des bois frais
les sciage de placage ou feuillet se font sur des bois sec et la problématique n' est pas la même les bois d'importation sont différents en taux de silice que les bois français et en dureté en France le sciage manuel des placage a cessez vers les années 1920 pour laisser place au sciage a plat ou au sciage au bois montant a partir de 1932 nous scions avec une scie a plat car le sciage etait de bien meilleurs qualité même pour faire du feuillet de chêne de 4 ou 5mm au sujet des dentures et des avoyage nous sommes passé de la denture triangulaire a la denture a crochet et les avoyages on changé dans le temps de la pince a avoyer au tas avec un marteau
les affûtages dépendent bien souvent de l' affûteur de son matériel et de sa culture nos scie de long ont des lames de 1,6 mm ou 1,4mm car le bois ne coûtait pas cher et la main d'oeuvre aussi. pour le sciage des placage les lames de scie sont aujourd'hui différente adapté au type de bois a scier a la tension que l'on peu lui donné a la pression sur celle ci a la largeur du plot a scier et elle peu être a simple ou double action avec peu de voie et dans des aciers alliés
la famille George qui scie depuis 3 générations est assez avare sur les scies qu'ils emploient sauf si il peu glaner un renseignement ou une expérience qui peu l 'aider dans son travail
de parler du sciage manuel dans d 'autres parties monde ne présentera que peu d' intérêt pour le sujet qui vous intéresse il pratique un travail qui est le même que celui de mon grand père sauf l emploi du cran les aciers sont de médiocre qualité il suive pour certains les même techniques que les pays qui les ont occupés denture triangulaire dent avoyées au tourne a gauche , affûtage au tiers point
en résumé suivant le matériel dont on dispose, du travail à faire , de la culture dont on dispose ou de l' expérience que l' on a acquise , on essaie de faire au mieux
mais il est toujours bon de regarder et comprendre comment font les autres et bien souvent dans des métiers qui ne son pas les siens pour prendre une idée ou une façon de faire que peu servir pour son problème
nous avons souvent des œillères et nous ne regardons pas assez les techniques des autres , le sujet du sciage est vaste et peu traité dans nos professions du bois
j' arrête la pour aujourd'hui
bonne lecture si cela vous sied

Arcantar

Bonjour etiennedesthuilliers ,
Je vous remercie pour votre partage et suis plutôt d’accord avec vous.
Je n’utilise « le tourne à gauche » que sur des lames de plus d’un millimètre et pour des lames de pré-débit. Mes lames de délignage de feuille de placage n’ont pas besoin de voie ou très peu car je ne travaille que le bois frais, elles sont généralement en acier avec 0.75¨% de carbone (xc75) ou en 1095 (1% Carbone) photos en annexe.
Mes lames sont à crochet mixé avec deux séries de « cross cut ». En fonction de la bille j’utilise un cadre de tension mais c’est rare et préfère (mon épaule en tout cas) travaillé avec une lame volante à poignée sans poids.
Concernant la famille George, je n’ai trouvé que deux vidéos décriant leurs scies à bois montant qui semble usités de simple lame « rip cut », le seul point intéressant, à mon sens, c’est quand il argumente contre le sciage a la ruban qui, effectivement, chauffe trop le placage.
Je ne connais pas le délignage de placage avec une scie à plat, auriez-vous un lien quelconque sur le sujet ?

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

2 réponses

0
sylvainlefrancomtois
Meilleure réponse

non c 'est juste , le chêne est à peu prés 610/980 kg /m3 sec , ça colle pour du chêne vert coupé ;)

Arcantar
( Modifié )
Arcantar

je ne savais pas qu'il pouvait avoir une tel différence.
Merci encore

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Lucien le Forestier

Bonjour,
A l'école on m'a dit que le chêne de belgique pèse entre 700 et 800 kg/m3 sec.
Donc 1158 kg/m3 humide m'a l'air possible.

Arcantar
( Modifié )
Arcantar

le chêne Gaumais est, en général, de très belle qualité :-)

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
317 vues
2 réponses
0 vote

Publications associées

0 collection

Tags

Licence

Licence Creative Commons
Voir aussi
par titoou  6 réponses
Navigation