L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Zeloko

Fabrication d'un meuble TV

par Zeloko 

Navigation

Fabrication d'un meuble TV

Quand on y réfléchit, un meuble TV est un vrai symbole de son époque. En effet, c'est tout de même une des rares pièces de mobilier qui doit impérativement suivre la forme et la taille de ce qu'il doit supporter.
On est donc loin ici du meuble TV des années 90. Bref, c'était ma petite intro nostalgie.

Tout ça pour dire que je vais vous présenter ici la réalisation d'un meuble TV d'aujourd'hui.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

La conception

Pour cette réalisation, les contraintes étaient les suivantes :

  • Un meuble de 2 m de long pour environ 50 cm de profondeur et hauteur
  • Le meuble doit être déménageable (entendons par là qu'il doit se démonter un minimum)
  • Le meuble doit contenir deux tiroirs à CD / DVD / BlueRay / télécommandes / ...
  • Le meuble doit contenir deux logements à équipements hifi
  • Le meuble doit contenir un logement à rack.
  • Le meuble doit masquer tous les câbles
  • Le meuble doit faciliter les branchements des équipements

On mixe tout ça et il en ressort une boîte composée de deux caissons ouverts à l'arrière et d'un plateau. Je dis tout ça sur le ton de la blague, mais le dessin original n'est pas de moi. C'est l'oeuvre de son futur propriétaire. Et pour ne rien cacher, c'est grandement inspiré des meubles Team7.

Pour ce qui est de l'esthétique, le choix s'est porté sur le chêne (pour les structures, les façades des tiroirs et le plateau) mélangé à la blancheur monochrome d'un stratifié (pour l'extérieur des portes abattantes). Ce qui nous fait arriver à ça :

Dans l'idée de faciliter les opérations de branchement des équipements hifi, chaque caisson sera monté sur 4 roulettes (non pivotantes) qui vont permettre d'avancer et reculer le meuble sans effort.

Bien entendu un meuble à roulettes, ça fait pas très joli dans un salon. Ces dernières seront donc masquées par un socle lui-même en retrait de la façade du meuble pour donner une impression de "lévitation".

Les fournitures

Pour ce qui est des fournitures, voici un petit récapitulatif des éléments de quincaillerie :

Publié Mis à jour

Partager  

Fabrication des structures des caissons

Ce qui est bien embêtant avec les formes "modernes" des meubles d'aujourd'hui, c'est que bon nombre des techniques établies par les anciens pour palier aux mouvements du bois peuvent aller au placard. En effet, ici il n'est pas trop possible de faire flotter un panneau dans un cadre entre les 4 pieds. Là, on va parler panneau ...

Fabrication des panneaux

Tout ça pour dire qu'initialement, je comptais réaliser ce projet en panneaux 3 plis. Incompréhension avec mon fournisseur, il me vend du latté pour du 3 plis, j'en veux pas. Pris par le temps, je décide changer d'idée et de faire des panneaux en massif moi même.

L'un dans l'autre, j'ai l'impression que sur ce coup, les éléments sont avec moi. A cette époque hivernale le taux d'humidité dans l'atelier est voisin des 40%. Et ça me fait moins peur pour travailler le massif de la sorte. Alors, je je déligne, je dégauchis, je refends (à la scie à ruban) et je rabote.

J'ai prévu les structures finales des caissons en 20 mm d'épaisseur. Je suis donc parti de plateaux de chêne de 27 mm. Et je refends pour pas passer des heures à la raboteuse et surtout générer des centaines de litres de copeaux. Même si je saurais quoi en faire ;) .

Petit truc de cascadeur pour refendre, je trie mes bois par ordre de taille décroissante comme ça je ne fais que descendre le guide lame de la scie à ruban sans arrêter la machine.

Par contre, j'ai pris le temps entre chaque opération. Même si je ne retire que 7-8 mm sur le bois brut, c'est suffisant pour qu'il change de forme entre chaque opération. Rapport aux fait que ça libère des tensions internes, etc ...
Dans la plupart des cas, je suis même obligé de redégauchir après la refente pour rattraper une légère flèche.

Ensuite, j'aboute ! Aux dominos ... depuis que je fais ça, j'y gagne beaucoup en temps. Les bois sont bien affleurants. Mieux que le plat joint simple ou que l'usinage à enture droite.

Usinages des panneaux

Dans cette réalisation, une nouvelle fois le domino sera roi. C'est pas pour ventre le produit, mais puisque j'ai la machine, autant l'utiliser.
En revanche, pour renforcer les assemblages domino / colle, sur les parties cachées, je double tout ça avec des vis. On est loin de la menuiserie traditionnelle, mais l'un dans l'autre le style du meuble aussi. Et puis, les vis m'aident surtout à éviter d'attendre le séchage de la colle en monopolisant les serres joints.

Sur la face extérieure des caissons, je réaliser un assemblage en coupe d'onglet. De cette façon, ça masque seul le bois de fil reste visible. Pour cette coupe, j'ai repris ma technique avec ma butée de rail.

Ensuite, je réalise toutes les autres mortaises.

Il ne me reste plus qu'à réaliser les logement pour les charnières des portes abattantes. Mon choix s'est arrêté sur les charnières Kimana. Pour bien les réussir, je me suis fait un petit gabarit de perçage. Et surtout un essais avant ;)

Dernière subtilité avant l'assemblage, je réalise une petite feuillure à la toupie en haut du côté extérieur des caissons pour qu'il y ait une sorte de rainure entre le caisson et le plateau (histoire de ne pas voir un éventuel désaffleurement.

Assemblage

Et enfin, je peux assembler les structures des caissons.

Usinage des logements pour les roulettes

Dans un monde parfait, on trouve ce qu'on cherche. Dans la réalité, c'est différent.
Après avoir commandé des roulettes de 50 mm de haut, je reçois des roulettes de 60 mm ... Le fournisseur dit "C'était une erreur, mais en fait on a pas plus petit que 60".
Alors il faut improviser.

Du coup, j'usine le fond des caissons pour gagner les 10 mm. L'un dans l'autre, c'est pas bien gênant.

Chaque caisson comporte 4 roulettes. Ainsi le pourra être avancé et reculé sans effort.

La plinthe

Afin de masquer les roulettes, je réalise une plinthe qui donnera l'illusion que le meuble repose sur un socle. Cette dernière étant 2mm moins haute que les roulettes.

Publié Mis à jour

Partager  

Fabrication des tiroirs et portes abattantes

Les façades

Avant de parler des tiroirs ou des portes abattantes, il me faut vous présenter la contrainte qui m'a amenée à utiliser le mode de construction décrit ci-après.

En effet, les portes abattantes sont prévues pour être recouvertes d'un stratifié sur leur face extérieure, mais doivent rester bois sur leur face intérieure.
Cette contrainte comporte à mon sens le risque de ne pas pouvoir correctement contrebalancer le stratifié et le bois qui n'auront pas les mêmes façons de "vivre" avec l'humidité ambiante. Du coup, il y aurait risque de déformation de la porte.
Pour essayer de réduire au maximum ce risque, j'ai tout simplement réduit la quantité du matériaux bois dans mes façades.

Ainsi, pour les portes, j'ai fait le choix de plaquer le stratifié d'un côté et un placage de chêne (9/10ème de mm) de l'autre. Ceci n'apporte pas un équilibre parfait. Du coup, en âme de tout ça, je me suis tourné vers le MDF. Pas top pour un meuble qui se voulait massif, mais plus intéressant que le contreplaqué pour la raison simple que je peux le mettre à l'épaisseur que je veux.

En effet, en définitive, je voulais de façades de 20 mm d'épaisseur. Or, le Stratifié fait 1,2mm et le placage 0,9mm. Et comme j'ai utilisé la même technique de fabrication pour les façades des tiroirs qui sont elles plaquée chêne sur les deux faces, je devais pouvoir ajuster ce 1/10 de millimètre. Et pour ça, à la raboteuse, c'est encore le MDF qui passe le mieux. Reste que ça attaque bien les fers ...

Et sur les chants, pour masquer le MDF, j'ai collé une alèse en chêne massif.
Le petit schéma suivant sera peut-être plus parlant.

N'ayant sous la main que le MDF de 10 mm, j'ai déjà commencé par coller deux plaques l'une sur l'autre.

Ensuite, j'y ai collé les alèses des chants de la longueur.

Une fois tout ça sec, je passe ces "planches" à la dégauchisseuse, puis à la raboteuse. Pour arriver à mes épaisseurs voulues (17,9 mm et 18,2 mm).

L'état de surface du MDF en sortie de tout ça est pas si pire. Et je pense même qu'il sera parfait pour que la colle des placage accroche.

Ensuite, je recoupe les bouts et je colle les alèses des largeurs et les affleure à la défonceuse.

Dans la foulée, je découpe mon placage et mon stratifié.

Et je mets le tout sous presse.

J'affleure ensuite tout ça à la défonceuse et réalise les différents usinages pour la quincaillerie.

Les tiroirs

Pour les caisses des tiroirs, j'ai repris la technique que j'avais déjà utilisée pour une précédente réalisation. C'est à dire un assemblage par domino.

Mais avant ça, comme il est prévu que les tiroirs soient compartimentés, j'ai rainuré les côtés avant et arrière à la défonceuse.

Ensuite, j'ai usiné les mortaises pour les dominos en maintenant les côtés deux à deux.

Et il ne reste plus qu'à procéder au collage.

Puis recouper l'excédant des dominos et visser le fond en contreplaqué.

Là dessus, je peux faire un premier montage à blanc. Ca commence à prendre forme !

Publié Mis à jour

Partager  

Fabrication du plateau

La fabrication du plateau ne présente pas de particularité spéciale.

Ce dernier devant faire 26 mm d'épaisseur, je suis parti de plateaux bruts de 35 mm que j'ai délignés en lames de 90 mm de larges. J'ai ensuite dégauchi le tout (à l'aide de mes rallonges de table) et raboté à 26 mm.

Pour faciliter le collage, j'ai assemblé ces lames avec des dominos de 10 mm.

Habituellement, je fais toutes ces opérations dans la même journée. Et j'ai souvent constaté un léger tuilage. Du coup, cette fois j'ai décidé de laissé le temps au bois de se stabilisé. Ainsi, je l'ai raboté à 28 mm et laissé ainsi 3 jours dans l'atelier (qui est chauffé). Pour ensuite refaire une passe à la dégau, puis à la raboteuse.

Publié

Partager  

Les finitions

Pour ce projet, il me semblait indispensable que le rendu soit chaleureux pour trancher avec le blanc.
Comme ce n'est pas un meuble d'usage intensif, j'ai opté pour une finition huilée. Et plus précisément, l'huile One-Step de Festool.

C'était le première fois que j'utilisais ce produit et bien je dois dire que je suis satisfait de la qualité de surface et facilité d'application avec le système Surfix. Même si en définitive, j'ai bien l'impression que la longévité des éponges est bien moindre que ce que l'on peut penser au départ. Et que le flacon ne tient pas bien au support d'éponge ...

Après la première couche, l'état de surface me plaisait déjà beaucoup !

Publié

Partager  

Le montage

Une fois l'huile appliquée et sèche sur l'ensemble des pièces du meuble, je peux monter les différents éléments.

Montage des portes abattantes

Le montage des portes abattantes commence par la fixation des charnières.

Puis de l'aimant Tip-On Blum sur la traverse haute. Et la rondelle sur la porte.

Puis les compas Sugatsune.

Montage des tiroirs

Pour les tiroirs, j'ai opté pour les coulisses Movento de Blum. Je reconnais la facilité de mise en place de leur système. Enfin, c'est grandement due au fait que de nombreux réglages permettent de récupérer les petites erreurs.

Ici les tiroirs font plus de 90 cm de large, du coup, j'ai été obligé de prendre la synchronisation des coulisses. Et c'est plutôt efficace. Le tiroir rentre bien droit !

Là dessus, je n'ai plus qu'à visser la façade des tiroirs sur leur caisses respectives. Ainsi que les boîtiers d'accouplement.

De là, je ne résiste pas à l'envie de prendre du recul après y avoir déposé le plateau !

Héhé ... j'ai comme l'impression d'avoir fini !

Publié Mis à jour

Contenus associés

On en parle ici

Zeloko a publié le pas à pas "Fabrication d'un meuble TV".il y a 9 mois
mattlalielouise
 

Combien de temps à tu passer juste sur la conception de ce meuble TV ?
je trouve aussi qu'il est difficile de créer des meuble moderne avec les technique traditionnelle.

Zeloko
 

Sur ce projet, c'est difficile à compter. Une partie de la conception a été réalisée par le client. Je devait juste rendre ça faisable.

mattlalielouise
 

Quelque bonne heurs de réflexion donc.
en tout cas impatient de voire le meuble finit et bon courage pour la suite.

tomailya
 

je suis en train de finir un meuble colonne avec un chariot vertical...j'ai tres peu de marge et des charnieres classiques empeche la sortie du chariot.
peux tu me dire l'epaisseur de tes charnieres plates ,si elles sont en applique ou recouvrement et leur marque stp .

je suis la réalisation avec toujours autant d'interet

niclasse
 

Déjà bravo... et merci pour le clin d'oeil à team7 ( j'ai d'ailleurs mis un de leur meuble tv dans les trouvailles )

J'ai eu le plaisir de visiter leur atelier et ils font juste un travail magnifique.

B45T13N
 

Je suis ! Encore un projet sympa !

Zeloko a publié l'article "Fabrication des tiroirs et portes abattantes".il y a 9 mois
jeremycmdd
 

j'ai hâte de le voir fini, le style est complètement dans l'ère du temps^^

Zeloko
 

Ca va venir @jeremycmdd ;)

Quentinarbre
 

Salut Boris,

Tu as collé le stratifié avec quel genre de colle ?
J'adore l'esprit du meuble !

Zeloko
 

Tu as collé le stratifié avec quel genre de colle ?

@quentinarbre, à la colle blanche (Kleiberit 332.0).

B45T13N
 

Sympa lastuce des dominos visibles ;)

Zeloko a publié l'article "Fabrication du plateau".il y a 9 mois
Zeloko a publié l'article "Les finitions".il y a 9 mois
Zeloko a publié l'article "Le montage".il y a 9 mois
mattlalielouise
 

pourquoi avoirs choisi la colle blanche et pas de la néoprène pour le strat?

Zeloko
 

Parce que c'est bien plus simple avec la colle blanche ;)
Je comprends l'usage de la Néoprène quand on a pas de presse. Mais dans mon cas, j'ai et donc je limite mon stress en ne faisant pas un collage sans droit à l'erreur !

jeremycmdd
 

surtout que dans le temps la colle blanche perdure plus longtemps que la néoprène

tomailya
 

boris
peux tu me donner les ref de tes charnieres plates,stp

super boulot !!

Zeloko
 

J'ai juste leur nom Kimana.

mattlalielouise
 

@zeloko Je ne trouve pas que la néoprène sois compliquer enfin surtout que c'est une petite surface et puis tu aurais gagner en temps de séchage.
@jeremycmdd je ne savais pas que la colle blanche perdurais plus longtemps que la néoprène merci de l'info

Zeloko
 

@mattlalielouise, il y a toujours un autre truc à faire le temps que la colle sèche ;)
De mon point de vue la complexité de la Néoprène, c'est son application. Là, j'ai mon rouleau encolleur qui va bien pour mettre juste ce qu'il faut (et en répartition homogène) et il fallait le salir pour coller le placage bois. Donc les deux faces des 4 façades ont été faites en même temps.

mattlalielouise
 

Oui c'est vrais qu'il faut une petite habitude avec la néoprène, et si tu a coller les deux face opposer en même temps effectivement c’était plus judicieux de tout faire a la colle blanche en une fois.

bene569
 

Beau boulot Boris, je ne comprends pas pourquoi vous avez des problèmes de mise en œuvre de la Néoprène , sauf si vous utilisez la version liquide, c'est la seule colle qui m'a permis de coller les dalles prévues pour le sol sur le mur des "WC japonais"
Question @jeremycmdd pourquoi dit tu que la colle blanche perdure plus longtemps que la néoprène?

Denis79
 

Bonjour a tous,
Boris je voulais te demander apres coup ce que tu penses de ce type de structure moderne en bois massif et sur sa tenue dans le temps ?
La question est interessee car je viens de boucler un plan sketchup de table de chevet ces "panneaux" modernes assembles par domino mais j'hesite a me lancer dans la realisation par peur que tout cela vieillisse mal.
Je suis un petit nouveau sur le site mais je vais essayer de publier le plan skp pour illustrer la chose.

Zeloko
 

Bonjour @minouchon.
Que le bois "bouge" n'est pas forcément un problème si tu lui as laissé la liberté de le faire et surtout si ça ne change rien visuellement.
Dans le cas de ce meuble, le fil est quasiment partout dans le même sens, les dommages dus aux déformations du bois sont donc peut gênantes.

Nico39
 

Bonjours,
Tu as utilisé des aimants tip on, j'aimerai savoir si un montage sur une porte avec une coupe a 45° est possible. J'avais dans l'idée de faire une encoche pour placer la rondelle bien a 90° (plan rapide la position/forme pouvant être différente)

Plusieurs contraintes malgré tous, qu'elle est la taille de la rondelle et de la vis (car l'épaisseur restante de la porte sera faible)?

Zeloko
 

Le hic, c'est qu'il faut qu'il te reste assez de bois pour mettre la vis qui tien la rondelle. Et de l'autre côté, dans mon souvenir, le tip-on est quasiment rentré à fond. Il va donc peut-être y avoir une forme complémentaire à celle que tu proposes à faire de l'autre côté.

Nico39
 

Je vois 15mm de rondelle sur le net pour le coup ça fait faire une sacré encoche, es t'on obligé de mettre si gros alors que l'aimant du tip on ne fait que 6mm? J'avais pas fait gaf à la du tip on pour le coup ça complique quand même alors qu'ils font des supports!!!

Nico39
 

Je vient de recevoir mes charnières kimana et j'ai comme un doute sur l'épaisseur maxi. J'avais prévu de tous raboter en 21mm mais sur le site richelieu le maxi semble 20 (contrairement au site internet où je l'ai acheté qui écrit 22mm). Quelle valeur est exact?

Zeloko
 

Je sais pas trop. Je crois me souvenir que j'étais à 20mm.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
3 149 vues
27 commentaires
4 références

Contenus associés

Autres pas à pas de Zeloko 
Voir aussi