L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
sylvainlefrancomtois

Construction d un escalier louis XIV débillardé à balustres chantournés droits et rampants

Construction d un escalier louis XIV débillardé à balustres chantournés droits et rampants

Voici les détails de fabrication de cet escalier ,les photos sont extraites depuis des vidéos misent en numérique , cela explique la mauvaise qualité hélas des tirages , mais néanmoins illustre bien la chronologie d exécution de l ouvrage .
Il y a quelques étapes qui n ont pas été filmées ,dommage !!!
Je vous livre donc un condensé le plus complet possible .

L aventure à commencée , quand il m a fallut étudier la fabrication d un ouvrage situé dans un univers rustique ,ma salle à manger salon (60 m2) ,surmontée d une mezzanine périphérique laissant un jour de 4 mètres sur 4,7 mètres en son centre .

Il fallait un escalier de gros cubage pour remplir tous ces vides

Mes premières réflexions , m ont amener à faire un escalier balancé style louis XIII /XIV (balustres chantournés droits et rampants).
Puis vint l étude proprement dite , ou au moment de tracer la ligne de foulée au compas sur la vue en plan , depuis l axe je me suis prêter à rêver en traçant aussi le limon courbe au compas !!!

Trop tard je ne pouvais plus reculer , de plus je n avais jamais fait de limons débillardés massif à taille réelle monoxyles .

Ayant déjà fait des noyaux , du lamellé collé ,et connaissant les principes et techniques de la courbe , donc en avant !!
Pourquoi faire un escalier comme chez les autres !! Faire un escalier que l on aurait jamais eu la chance de concevoir au boulot , c était le top !!

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Les balustres

Le débit et corroyage et tenonnage des balustres droits

D après l étude , les blocs capables était imposants , et pour cela , il y avait une poutre sommier de plafond à la française que l on devais changer ( environ 6 mètres x 40 cmm x 40 cm ) , et le centre entre les entailles me laissait 20 cm de bois , donc compatible . Donc au final je me retrouve à faire un ouvrage ,tout en vieux bois !

Le démontage de cette poutre devait avoir lieu dans plus d un mois , donc pour ne pas perdre de temps , j ai décidé de commencer par les balustres .
Apres calcul sur l étude , j ai trouvé 56 balustres droits et 7 rampants ,section de 120 mm X 80 mm corroyés ,pfuuuuuuuu je suis givré mais j aime cela !!!!!!
J ai fait débiter les pièces dans des plateaux de chêne ancien 100 mm (60 an de sciage).

En premier lieu , il m a fallut dégrossir à la scie circulaire puis couper l âme centrale restante à la scie à ruban , car ma pauvre combinée luren 260 aurais pas aimer ,les bois étant lourd et dur comme du bois lolll .

Apres avoir dégrossi et corroyé (plusieurs heures) , j ai exécuté les tenons des balustres droits pour qu ils soient calibrés avant chantournage .

le façonnage des balustres droits

Apres avoir tracé mon profil de champs des balustres et exécuté un gabarit de traçage , j ai commencé l usinage de mon tas de bois !!!

1 On trace sur le champs le profil .
2 On chantourne les faces depuis les champs à la scie à ruban .

Du 120 mm à chantourner , c est long , et la lame de scie n avale que 4/5 balustres (complètement chantournés) environ avant de la réaffûter .Bref ça couine !!!

3 On place le balustre dans des cales de devers , puis au compas on trace l arête de moulure qui sera le tracé à chantourner .
4 On découpe ensuite les champs .

Il faut compter une moyenne de 8 balustres complètements chantournés brut par jours (8 h) .

Apres avoir tout chantourné , évidemment on fini râpe , lime et on pooooooonce !! ces p........... de balustres !!

En moyenne 4 par jours ( c est très long) .

Publié Mis à jour

Partager  

Tracé de l épure

Enfin la grosse poutre à été démontée et se trouve chez mon ancien patron et amis "maitre jacques" .
Les balustres droits étant terminés (ouf!!! je commençait à en rêver la nuit !!) , j attaque l épure de l escalier .

Moment crucial de la taille d un escalier , j ai la chance de pouvoir m installer dans la pièce ou il sera posé et à l aplomb de son propre chevêtre !
Le tracé d épure se fera sur deux feuilles de cp 5 mm (305 X 185) scotchées .
ma cage n étant pas d équerre , en tablettant les parois j ai pile mon angle des murs d echiffre.

J aurais aimer vous donner plus de photos claires , mais c est tout ce que j ai put extraire d exploitable .

Ensuite , depuis la vue en plan , on extrait sur des panneaux (isorel dur de 5 mm) les portions utiles des courbes à élever .
Depuis les extrait , on trace par projection les élévations , puis en traçant tangent aux élévations nous obtenons la largeur et longueur des blocs capables , que nous pouvons ainsi débiter et corroyer .

1 bloc de 700 X 320 x 145 mm (portion de limon départ).
1 bloc de 650 x 320 x 140 mm (portion de limon arrivée).
2 blocs de 1000 x 340 x 185 mm (les 2 portions intermédiaires).

1 bloc de 700 x 155 x 145 mm (portion de main courante départ).
1 bloc de 650 x 150 x 140 mm (portion de main courante arrivée).
2 blocs de 1000 x 160 x 185 mm (les 2 portions intermédiaires).

y a qu à !!!!!!!!!!!!

Publié Mis à jour

Partager  

La main courante ,débit ,traçage, corroyage et montage brut

Tracé des blocs capables

Que ce soit le traçage des limons ou des main courantes , on part de la même épure , se plaçant dans la partie haute de l élévation pour les mains courantes .

Il faut aligner les blocs sur l élévation aux tracé de ceux ci , puis à laide d une pièce carrée , on relève toutes les génératrices nécessaire depuis l épure sur les deux faces de celui ci .
Ensuite , au compas (balustre type stanley) , nous prenons les écarts correspondants au creux de la courbe , pour les transférer sur le bloc .
enfin à l aide d une cerce on trace suivant les points les calibres rallongés des courbes qui serviront de tracés précis d usinages .

Il y a intérêt de n être pas dérangé pour ces étapes !!! même le cameraman ne devais rien dire !!!

Exécution de la main courante

Helas, ici pas de photo de la taille des blocs , ni de l assemblage des portions .
Juste la main courante débillardée finie brute avec les portions assemblées .
coupes droite , depuis l épure , gougeons métalliques et tige filetée de 18 mm de diamètre .

Les écrous ont été noyés judicieusement sous des futur balustres .

Publié Mis à jour

Partager  

Le limon ,débit ,traçage, corroyage et montage brut

Corroyage des portions du limon

Apres traçage (vu plus haut) des blocs , il faut les tailler !! N ayant pas la chance de posséder une scie pendulaire radiale , ce sera à l "ancienne" !
Il est vraiment tombé sur la tète le francomtois ce coup ci !!!

Face concave :

Nous commençons toujours par la partie concave du bloc , pour ce faire ,on commence par tracer des aplombs , puis on fait une série de trait de scie de profondeurs différentes en fonction de ce que nous donne le tracé ,

Puis à l aide d un gros ciseau à bois nous faisons sauter les portions de bois chute données par les traits de scie pour dégrossir l ensemble de la face courbe .

Enfin au rabot à débillardé , nous corroyons cette face (parfois 3 cm de bois à raboter dans un chêne sec depuis 400 ans ) hargggggghh 😂

Une fois les traits du calibre rallongé approché et les aplombs droits à la règle , la face courbe est finie brute de corroyage .

Face convexe :

Apres avoir retourné le bloc , on le cale .

Même procédé que pour les faces concaves , on fait une série de traits de scie aux aplombs , puis on dégrossi au ciseau à bois .

Enfin ,cette fois à l aide d une demi varlope (stanley) on dresse les faces convexes .
Dés que le tracé du calibre rallongé est approché et que les aplombs sont droits à la règle ,la face est finie corroyée brute .

Assemblage des portions de limon avec joints à crochet

Ce principe ancestrale , est le plus aboutit en terme d art de l escalier , il permet d avoir deux coupes droites au façonnage séparées par un repos trapézoïdale , puis on y perce des alésages pour incorporer des gougeons et une tige filetée .
On s arrange pour noyer les écrous dans les entailles de marche pour les cacher .

si dessous le premier joint brut de sciage avant ajustage au rabot et ponceuse (fait à la scie égoïne futée comme un rasoir).

Une fois les portions assemblées entre elles , j ai tracé à l aide de la cerce les lignes de tracé pour débillarder les champs du limon .
Enfin en faisant une serie de trait de scie , puis en enlevant les parties chutes , j ai corroyé à l aide du rabot à débillardé les champs proprement dit .

Publié Mis à jour

Partager  

L echiffre ,assemblages et montage brut

Assemblage et entaillage des balustres rampants

La première étape, a été de façonner les tenons sur les balustres rampants bruts .

Ensuite , il m a fallut relever les génératrices des balustres sur les champs , puis y tracer les emplacements des balustres .

A l aide de ma perceuse j ai dégrossi les mortaises ,puis je les aient équarries .
Puis à la défonceuse j ai dégrossi les entailles d embrèvements , puis j ai équarri le tout au ciseau à bois .

J ai ensuite ajusté tous les balustres , dans la main courante et dans le limon .
Enfin , j ai préparé le chevillage "à tire" des assemblages de ceux ci .

Montage à blanc de l echiffre

Tous les assemblages étant terminés et ajusté , on monte "à blanc" l echiffre pour les dernier ajustages .

Ci dessous les photos parlent d elles même ! Ça fait du bois !!!!!!!!!!!

Une fois le tout ajusté , j ai assemblé les poteaux de départ et d arrivée par embrèvement cote du limon et tenons et mortaise à la main courante .

Entaillage des marches et contremarches

1 Depuis le tracé des marches contremarche , tracé sur les faces après leur corroyage courbe , j ai tracé leurs largeurs d usinage .
2 A l aide d un gabarit souple , j ai entaillé à la défonceuse les marches , puis les contremarches .
3 Avec un morceau de marche mouluré j ai façonné les entailles moulurées des nez .

Publié Mis à jour

Partager  

Façonnage de finitions des pièces

Chantournage des balustres rampants

J ai procédé avec la technique du panneautage pour les travailler en série , ceux ci étant tous identiques .

Toupillage de la main courante

après avoir démonté la main courante brute , j ai toupillé la moulure à l arbre et au fer les éléments , et j avais fait une cale gauche pour la table de la toupie .
Cela à été plus facile que je ne l avais pensé !! Le fait d avoir des bois compacts et une bonne prise en main ,ainsi que des fers bien affûtes les passes ont été rapides .
Par contre pas le droit à l erreur les coupes d assemblage étant finies .

Fallait pas trrrreeemmmbler !!!

Montage définitif de l echiffre

Ici aussi je n ai pas d autres vues hélas , je ne peut quand même pas engueuler le cameraman 20 ans après :!!!!!!!!

Donc après ponçage des parties pas accessible , j ai monté définitivement l echiffre de maniéré classique , puis j ai procédé à la finition ultime de cet élément .

Ayant pré percé le logement de la tige filetée de l echiffre dans la solive du chevêtre , avec l aide de mes amis , nous avons sorti l echiffre de l atelier , puis nous l avons directement emmenée , posée , calée et boulonnée à son emplacement final .

Façonnages divers de finitions

Je me suis attaqué ensuite aux tètes de poteaux , puis aux chanfreins arrêtés (toupillage et finition ciseau ) sur les arêtes ceux ci .

Publié Mis à jour

Partager  

Les gardes corps

Ce fut aussi un gros boulot !!!

le débit et corroyage des pièces , longues et lourdes !!

112 mortaisessssssss !

Les tenons fait à la main !

toupillage ou il a fallut déplacer la toupie !!

Ponçage très long (toupillage au fer et à l arbre)!

Montage assez facile , mais beaucoup de temps entre les manutentions ,car besoin de plusieurs personnes à chaque fois pour retourner et déplacer les monstres !

Publié Mis à jour

Partager  

Les marches contremarches et crémaillères

Les marches et contremarches

Débitées dans du chêne mi centenaire , ont été corroyées établies ,puis collées à l aide de fausses languettes en cp .
Les marches étaient faciles à tracer avec un gabarit , car étant toutes rayonnantes , il n y avais qu à tracer les queues de marches .

Toutes les marches et contremarches ont été tracées et coupées avant la pose

Les contremarches , pas de soucis particulier étant classiques .

Les marches cintrées de départ , ont été extraites depuis l épure , ainsi que leurs contremarches massives .

Les crémaillères

Elles ont été tracées sans développement à l épure , avec la méthode dite "à la sauterelle" !!
Puis découpées de manière classique .

Publié Mis à jour

Partager  

Finition et pose

La finition

L ensemble à été passé à l huile de lin siccative étalée au pinceau et à la brosse .

L echiffre sur place , les garde corps et autres au sol et au mur .

La pose

j ai eu du renfort , et il en fallait !!!

Les gardes corps ont été monté à l étage et installés en 25 minutes chrono !!

Pose des marches

étant toutes déjà coupées et ajustées , il y a eu peu de retouches !!

Les marches de départ ont été posées provisoirement dans un premier temps , pour pouvoir les démonter à la pose du carrelage .

Habillage des chevêtres

A l aide de planches de 27 mm rabotées au rabot rond en demi travers puis huilées , embrevées dans une lisse nez de marche elle même entaillée en feuillure sous les lisse de gade corps .

La fin enfin !!!

les finitions d usages , plinthes , tètes de poteaux , habillage de l arrière des marches de départ , etc ...

Ce fut une expérience très enrichissante professionnellement , et un challenge qui n était pas gagné de suite , mais avec un peu de courage , de ténacité , et de cœur , on y arrive !!
Un grand merci à mes potes pour leurs aides et encouragements ! Jean Pierre , David ,Fabrice et feu "Maître Jacques"

place aux jeunes !!!

Publié Mis à jour

Contenus associés


Discussions

sylvainlefrancomtois a publié le pas à pas "Construction d un escalier louis XIV débillardé à balustres chantournés droits et rampants".il y a 1 an
Boris Beaulant
 

Merci pour tout ces détails ! ... ça donne envie de voir la vidéo ;) ...

kajmed
 

Ah oui !!! Pfouuu ! Je serais bien venu avec toi ! C'est de l'escalier ! Et on doit avoir des antennes je viens de publier une trouvaille qui est tout à fait raccord avec ton œuvre .

sylvainlefrancomtois
 

oui j ai vu kaj ,je connaissait déjà leur site c est beau a voir ! sinon j aurais bien travaillé avec toi aussi !!!

sylvainlefrancomtois
 

de rien @zeloko

executionbois
 

Bonjour

je me serai bien joint a vous la c'est un métier là il y as de la connaissance
chouette boulot surtout avec du bois de recup merci de me montrer de la belle ouvrage
aujourd’hui je donne plus dans le contemporain mais je ne rechigne pas les techniques.

sylvainlefrancomtois
 

merci !!! sinon tout à fait on peut tout aussi bien trouver de la belle technique ancestrale dans le contemporain si on veut!
un escalier de ce style en bois neuf n aurais pas été pas beau à mon gout !!

FMJ
 

Nom de diou, quel boulot ! L'escalier, c'est vraiment le summum de la menuiserie !

Klaus Loose
 

Bravo !

sylvainlefrancomtois
 

merci !

matvia
 

tres beau, un boulot de fou ....

sylvainlefrancomtois
 

merci , mais oui je suis fou lolll

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
750 vues
11 commentaires

Contenus associés

0 plan
0 processus
0 fournisseur
Voir aussi
Table des matières