L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Toutenbois

Le lit d'Ywen

par Toutenbois

Navigation

Le lit d'Ywen

Les grandes lignes d'une construction ou la chronique de mes premières courbes en bois

Liste des articles


Partager  

La conception

Ce Lit est démontable, en effet même s’il est construit pour durer, il ne servira pas plus de trois ans. Le sommier est réglable en hauteur et la barrière facilement démontable.

Sécurité

  • un espacement des barreaux du lit de bébé entre 4,5 et 6,5 cm.
  • une hauteur intérieure d'au moins 60 cm
  • un matelas parfaitement adapté à la taille du lit de bébé
  • des angles arrondis.

Matériel

Mon bouffe-tout mesure 80mm, mon arbre de toupie sort de 120mm, ce qui signifie qu’en tenant compte de l’épaisseur de mes gabarits et en montant le bouffe-tout avec un manchon bout d’arbre, pour gagner encore 20mm, je peux chantourner des pièces d’environ 10 cm de haut en deux passes. Cette mesure est une contrainte forte.

Le bois

Pour un bois clair et facile à cintrer, mon choix se porte sur le frêne que je connais bien, mais que je ne trouve hélas qu’en 27 et 41mm d’épaisseur sur l’île.

Le plan

Je ne connaissais pas encore sketchup, j'ai utiliser doublecad un clone gratuit d'autocad pour imprimer le plan à l’échelle 1 des gabarit en recollant des feuilles A4 entres elles

Publié

Partager  

Les gabarits

Epaisseur du CP pour les gabarits

j’ai longuement hésité avant de choisi du CP de 16 pour mes gabarits. D’un côté plus le CP et fin plus j’augmente ma capacité d’usinage et plus je peux accentuer les courbes du lit. Mais en contrepartie, il devint de plus en plus difficile de fixer solidement les sauterelles et les butées, sans compté le manque de rigidité...

La découpe

Comme j’utilise la méthode des gabarits simple, il m’en faut donc deux pour chaque pièce. Je colle des extrais du plan grandeur nature sur le CP, les épaulements les butés sont marqués précisément. Ensuite il ne me reste plus qu’a découper à la scie à ruban et à poncer.

Publié

Partager  

Les pièces chantournées

Pour toutes ces pièces, je préfère tenonner en premier, afin de ne pas avoir à faire ce travail sur des pièces chantournées et donc à multiplier les gabarits.

Les deux longerons

ils ne posent pas de grandes difficultés. Leurs tenons sont doubles avec un épaulement central afin de ne pas affaiblir les pieds avec une mortaise trop longue.

Les traverses basses

Ne possédant pas de bois suffisamment épais je dois réaliser un collage afin d’obtenir les 6,5cm nécessaires. Le corroyage terminé, je marque les épaulements et effectue les tenons. Pour la suite, Je trace la courbe en utilisant le gabarit, puis découpe au plus proche à la scie à ruban avant de calibrer à la toupie. Ceci pour les deux faces intérieures et extérieures.

Les traverse haute

C’est un peu plus compliqué, J’utilise la technique du calibrage en série afin d’économiser du bois et Il faut usiner les quatre faces. Je commence par tracer les courbes que je découpe le plus précisément possible à la scie à ruban, Je calibre ensuite le haut et le bas. Pour réaliser la deuxième courbe, Il faut repasser sur la scie à ruban. Je dois donc recréer une surface d’appuis, pour cela j’utilise la chute du précédent découpage en la maintenant avec du scotche de peintre. Après réflexion, de la colle à chaud aurait été préférable, puisqu’elle aurait comblée les vides. Certains diront que ce n’est pas précis, et qu’il aurait été plus simple de tout découper avant, à la scie à ruban. Mais dans ce cas, le calage des pièces brut de sciage dans les gabarits aurait été plus délicat… c’est mon choix, il est discutable ! Les derniers calibrages se font en deux passes, mon bouffe-tout ne mesurant que 80mm.

Ces quatre traverses doivent être rainurées, pour cela je fabrique un guide continu arrondi que je fixe sur ma défonceuse, c’est très pratique et l’opération devient aisée.

Les longerons de la barrière

j’utilise à nouveau la technique du travail en série, avec tout de même une petite variante : l’immobilisation est réalisée en visant par dessous le gabarit dans les surplus de longueurs. Ces bois de section 2x2 étant trop souples, j’ajoute des cales sur l’arrière durant les opérations de calibrage.

Publié

Partager  

Les pieds act 1

Une fois encore je dois utiliser deux épaisseurs de bois pour les réaliser.

La pièce 1 supporte l’intégralité de la courbure intérieure, Celle-ci mesurant plus d’un quart de rond je dois la réaliser en deux passes. La première est faite en appui sur l’angle de 78° préalablement découpé. La deuxième est faite après assemblage des pièces 1 et 2.

La courbure extérieure est reportée car le façonnage des mortaises et des rainures nécessite des surfaces d’appuis franches.

Publié

Partager  

Les panneaux

L’assemblage est classiquement réalisé avec un fer dent de scie, par contre comme Ils devront être trempé pour le cintrage, je décide d’utiliser de la colle PU pour être certain de la bonne tenue de l’ensemble durant l’immersion. Autre différence par rapport à un panneau classique, je n’alterne pas le sens des planche, le cœur du bois est toujours tourner vers l'intérieur du lit, je crée ainsi une tendance naturel à cintrer. Pour la mise aux dimensions un CP de 3mm est ajusté et assemblé à blanc dans le cadre avant de servir de gabarit.

Le cintrage est fait en quatre temps, pour commencer une nuit à tremper dans une piscine improvisée ; ensuite je fabrique un moule en CP en réutilisant les gabarits. Les panneaux trempés sont alors posés sur le moule et cintrés avec des serres joints. J’emboite les traverses hautes et basses qui maintiennent le galbe en attendant l’installation des pieds. L’ensemble est maintenu serré le temps du séchage, environ 72h.

Celui-ci terminé, j’ajuste les panneaux et recommence les mêmes opérations pour l’assemblage définitif. Sans oublier de poncer au préalable les petits coins qui seront difficilement accessibles plus tard

Publié

Partager  

Les pieds act 2

La courbure extérieure des pieds du lit est effectuée au rabot électrique par facettes successives. Je commence par faire un chanfrein qui vient tangenter la courbe. J’en fais ensuite deux autres pour casser les angles… et ainsi de suite.

L’étape finale est réalisée à la ponceuse.
Il faut également mettre en forme le haute des pieds pour que ceux-ci réunissent harmonieusement la courbe des barrières avec celle des deux côtés. J’ai dégrossi cette courbe en retirant des morceaux à la scie japonaise et fini le tout au ciseau à bois.

Publié

Partager  

L’assemblage

Le lit doit rester démontable, les longerons seront donc assemblés par un simple chevillage à la tire sans colle afin de permettre un futur démontage du lit

Publié

Partager  

Les barrières

Pour réaliser les quarts de rond des barreaux, j’ai improvisé pour la première fois un montage sous table de ma défonceuse.

Les mortaises recevant ces barreaux me posent des difficultés. En effet, elles doivent toutes être parallèles et verticales, il faut pourtant les réaliser dans une pièce en forme d’arc de cercle ! Pour résoudre ce problème, je réutilise le gabarit de chantournage afin de créer une référence rectiligne, je trace alors l’emplacement de chaque mortaise sur ce gabarit, j’immobilise le longerons et j’utilise la mortaiseuse de ma combiné en changeant le réglage à chaque usinage. C’est long mais le résultat est satisfaisant.

A ce stade, je ne sais toujours pas comment fixer la barrière. Finalement, je choisis de réaliser un assemblage par mortaises et faux tenons me permettant de simplement glisser la barrière par le haut pour l’emboiter. L’assemblage est suffisamment serré et ne nécessite pas de verrou. Je dois vous dire que je ne suis pas totalement satisfait de ce système, car dans un an ou deux, quand mon fils dormira dans son lit sans barrière, ces quatre petites mortaises disgracieuses seront visibles.

Publié

Partager  

Le sommier&matelas

Les deux traverses doivent être chantournées, je recycle une troisième fois mes gabarits. Cependant, lors d’un premier essai, ma pièce est éjectée ; il faut dire qu’au niveau des extrémités le bois est franchement de travers. Je suis donc obligé d’utiliser la symétrie des pièces et travaille en deux temps en retournant celle-ci. L’usinage demeure délicat, il faut le faire tout doucement mais le résultat est bon. Le reste du sommier est simple, le cadre est assemblé classiquement par tenons mortaises, les lattes sont visées… je fais une petite entorse à mon règlement.
Le sommier est simplement poser sur des taquets métalliques pour les deux étages supérieurs et sur les chevilles base pour le RDC. Ce système est largement suffisant à condition que le sommier soit ajusté au plus proche du tour de lit.

Les dimensions standard d’un matelas sont 70X140, il faut donc le découper pour l’ajuster au plus proche de la bordure du lit. Je me charge de cette tâche à la scie à ruban pendant que ma femme adapte la housse qui devient par la même occasion démontable.

Publié

Partager  

La finition

La finition, j’ose à peine en parler. En effet, la construction de ce lit s’est étalée sur environ 4 mois, il est urgent qu’Ywen prenne ses nouveau quartier, il commence à être très à l’étroit dans son berceau. Je me contente donc d’un ponçage soigné et d’une couche d’huile de lin. Ce n’est pas l’idéal pour mettre le lit en valeur mais je ne regrette rien car au moins je sais que mon bébé ne mange pas de produit chimique... Il a maintenant un an, et le lit a déjà quelques belles séries de coups de dents.

Publié

Contenus associés

On en parle ici

Zeloko
 

Beau projet et bien expliqué ! Ca me donne envie d'en faire un. Il a de la chance ce petit homme, d'avoir un si beau lit.

Toutenbois

J'aime le système de bascule sur le tien, il faudrait faire un mix

chado

Trouvant ton lit vraiment sympa, je me suis permis de le copier pour ma première petite fille.
N'ayant pas les outils adéquates pour profiler en 3D, je l'ai fait en 2D.
Tu pourras voir toute sa réalisation sur le site Metabricoleur.com

chado

Le trouvant vraiment sympa, je me suis permis de la copier pour ma première petite fille.
Mais n'ayant pas les outils pour profiler en 3D, je l'ai fait en 2D.
Toute sa fabrication est décrite sur le site Metabricoleur.com

kezado

Bonjour,
je suis débutant et je me demandais comment tu as réalisé l'arrondi sur la troisième photo de "Les pieds act 1" ?
en te remerciant, bonne continuation (pour mon plus grand plaisir ;-))

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
6 405 vues
4 commentaires

Contenus associés

Tags

Licence

Licence Creative Commons
Autres pas à pas de Toutenbois
Voir aussi