L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Valentin S

Bibliothèque traditionnelle

Bibliothèque traditionnelle
+

Bonjour à tous,

Je vais vous présenter un petit pas à pas de ma première réalisation, il s'agit d'une bibliothèque 2 corps en chêne et frêne massif. Toute la structure est en chêne, les panneaux de fond et les étagères sont en frêne pour des dimensions finales d'environ 1,6m x 2,4m x 0,5m (Longueur,Hauteur,Profondeur).
4 portes et une grande étagère ainsi qu'une tablette de lecture sur la partie basse, 8 étagères montées sur crémaillère pour la partie haute.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Partie basse

Je commence par le piètement de la partie basse, les pieds ont une section de 9cmx9cm , il sont constitués de 4 planches collées ensembles. Les traverses sont assemblées aux pieds par tenon-mortaise qui seront chevillés à la fin. Les montants sont aussi assemblés par tenon mortaise et les deux petites traverses sur le dessus coulissent dans une rainure en queue d'aronde arrêtée, elles serviront de support pour la tablette de lecture.

Vient ensuite la réalisation des portes, elles ont une épaisseur de 22mm, toujours assemblée en tenon mortaise mais cette fois-ci l'assemblage sera collé et non chevillé, j'ai eu un peu peur de fendre le bois, je trouvais le tenon aussi bien que la mortaise assez fine. Elles seront montées sur pivot.

Je passe ensuite aux panneaux latéraux et des portes qui recevront chacun une plate bande. Ils sont tous en chêne d'épaisseur 20mm. Ne possédant pas encore de l'outillage adéquat pour la toupie j'ai usiné les plates-bande à la scie sous table et à la défonceuse.
Ils sont monté flottants dans des rainures de respectivement 10mm pour les panneaux latéraux et 8mm pour les portes.
Je réalise aussi dans la foulée la tablette de lecture, un petit panneau monté dans un cadre de 22mm d'épaisseur.

Les panneaux arrières sont plus simples à réaliser j'ai simplement refendu et raboté des planches de frêne jusqu'à 10mm d'épaisseur, et après collage les panneaux sont montés dans des rainures de 10mm également.
Le plancher est constitué de planches de largeur variable simplement assemblées par rainure et languette et posées sur des carrelets vissés dans les traverses du bas.

Je passe à la réalisation du plateau, 22mm d'épaisseur, 2 montants de 155cm et 3 traverses forment un cadre accueillant 2 panneaux et montés par rainure et languette. Il est simplement posé sur le piètement et quelques morceaux de carrelets vissés par dessous viennent le centrer sur ce dernier.

Je peux alors procéder à un premier montage à blanc de l'ensemble.
L'étagère intérieur est constitué de frêne et est montée sur des crémaillères, rien de particulier ici si ce n'est qu'elle est d'un seul tenant et seulement soutenue aux extrémités, pour l'instant pas de fluage malgré quelques kilos déjà entreposés dessus.

Dernière étape pour cet article, la finition. J'ai ajouté une petite moulure sur l'avant et les côtés du plateau et un arrondi sur les coins des pieds, j'ai ensuite tout poncé au grain 120 puis tout est passé au Rubio Oil plus 2C couleur natural.

Ensuite assemblage et chevillage des tenon-mortaise légèrement à tire.

Publié

Partager  

Partie haute

Maintenant la partie basse terminée, je passe à la partie haute qui sera simplement posée sur le plateau du premier corps. Je pensais d'abord utiliser quelques tourillons pour le positionner correctement sur le plateau mais finalement vu le poids que ça fait déjà sans les livres il suffira de le positionner correctement à la mise en place et ça ne bougera plus.

La structure, comme pour la première partie, est en chêne, les pieds ont une section de 7cm x 7cm, les traverse une section de 7cm x 3cm et le tout est assemblé par tenon-mortaise chevillés. Les pieds et les montants et traverses arrières sont rainurés en 10mm de large pour accueillir les panneaux.
Les mortaises sont toujours usinées à la défonceuse (pour plus de stabilité j’accole 2 ou 3 montants pour augmenter la surface d'appui pour la défonceuse) et équarries au bédane, les joues des tenons sont faites à la toupie avec une lame scie et un chariot bricolé sur ma petite toupie, il suffit de couper le morceau restant à la scie circulaire.

Ensuite usinage des panneau, en chêne 20mm pour les côtés et en frêne 10mm pour l'arrière.
Cette fois-ci pour les panneau en chêne je me suis équipé d'un outil à plate-bande pour la toupie, c'est quand même un peu moins archaïque que la scie.
Ensuite montage à blanc pour vérifier que tous les panneaux se montent bien en place, et en même temps ça évite aux panneaux en frêne assez fins de trop travailler.

Le plancher et également posé sur des carrelet vissés dans les traverses du bas et les lattes simplement emboitées par rainure-languette pour éviter les désaffleures.
La paroi du milieu est en chêne 20mm, elle est montée entre deux rainures de 5mm de profondeur dans les montants avant et arrière et vient s'encastrer dans une rainure dans le plancher.
Les crémaillères pour le support des étagères sont usinées à la scie circulaire dans des planches de chêne, elles ont une section de 22mm x 16mm. Elles sont vissées dans les montants et dans les pieds avec des vis en laiton à tête fraisée.
Sur les traverses du dessus j'ai effectué une feuillure pour poser les lattes qui fermeront le dessus du meuble. Ces lattes comportent deux feuillures chacune pour qu'il y ai un petit recouvrement et sont juste posée dans la feuillure, celle du milieu a reçu une rainure permettant d'y caler la paroi en chêne.

Les huit étagères sont faites en frêne d'épaisseur 22mm, longueur 740mm et profondeur 400mm, j'ai ajouté un chanfrein sur l'arête du dessous en façade de chaque étagère pour les affiner un peu. Pour les découpes au niveau des pieds et des crémaillères j'ai fais une étagère à la scie et finition au rabot et au ciseau et une fois bien ajustée je l'ai utilisé comme gabarit et j'ai usinée les 7 autres à la défonceuse avec une fraise à copier. J'ai juste mis un coup de ciseau pour équarrir les coins laissés arrondi par la fraise. Si tout est bien d'équerre et qu'il n'y a pas besoin d'ajuster chaque étagère individuellement c'est rapide et facile, il ne faut juste pas se planter sur la première.

J'ai ensuite passé la finition, toujours du Rubio Oil Plus 2C, à peu près 100ml d'utilisé pour cette partie, entre tous les panneaux et les huit étagères ainsi que le plancher et les lattes du dessus c'est raisonnable.
Et tous les tenons-mortaises sont chevillés, chevilles carré faites dans des chutes de chêne et perçage à 8mm de diamètre.

J'ai donc pu poser le corps du haut sur le premier, et je confirme que ça ne bougera plus, on n'était pas trop de trois pour le soulever et il n'y avait pas les étagères à l'intérieur.
Une fois en place j'ai réalisé la corniche, il me restait des morceaux de bonnes longueurs mais pas trop large en chêne, parfait pour faire les usinages des moulures et les assembler ensuite pour former la corniche. L'assemblage d'onglet se fait à plat joint et est simplement collé, je voulais rajouter par la suite un contreventement de chaque côté pour renforcer mais finalement c'est costaud. Pour l'instant elle est juste posée sur le dessus, je vais rajouter 3-4 vis pour que ce soit bien plaqué sur le meuble partout.

J'ai également monté les portes sur la partie basse, je n'avais pas encore pris le temps de le faire, il ne reste donc plus que les poignées à ajouter. J'ai commandé des poignées bouton, j'en ai pris en laiton et en verre de couleur noir pour voir ce qui ira le mieux, celles en trop seront utilisé pour un autre projet, les idées ne manquent pas.

Publié

Partager  

Finitions et bilan du projet

Pour finir voici les poignées choisies pour cette bibliothèque : une poignée en laiton vissée en applique pour la tablette et des boutons en verre noir pour les portes. Pas de difficulté particulière à cette étape juste veiller à bien alignée les poignées des portes et à centrer celle de la tablette.

Petit bilan de ce premier projet pour ceux qui voudraient se lancer :

Ça a été un petit défi, je ne pensais pas rencontrer autant de difficultés quand je me suis lancé, il y a plein de petites choses qui paraissent simples mais qui en fait ne le sont pas tant que ça au début. Ajuster un assemblage tenon-mortaise, anticiper les mouvements du bois, dégauchir des longues planches sur une petite machine ou encore gérer l'affleurement des planches lors des collages des panneaux. A part ça pas de difficulté particulière sur cet ouvrage, il n'y a que des assemblages à angle droit, pas de tiroir, pas de pièces courbes, je n'ai pas voulu accumuler les difficultés trop tôt l'objectif c'était que ça reste un plaisir.

Au niveau tarif, j'en ai eu pour environ 1 000€ de bois (du chêne qualité A, et du frêne qualité AB), sachant que j'aurais pu être un petit peu plus économe au début, j'avais vu vraiment large sur les sur-longueur et j'ai eu énormément de chutes. Et il faut rajouter une centaine d'euro de quincaillerie (poignées, charnière et vis)

Et niveau temps passé bon là ça s'envole, au cumul j'ai dû y passer quelque chose comme 350-400 heures. Si je devais le refaire avec les acquis accumulés, je pense que je pourrais baisser à 250-300 heures en m'organisant mieux. Et réduire encore le temps passer en continuant à m'équiper.

Publié

Publications associées


Discussions

Valentin S a publié le pas à pas "Bibliothèque traditionnelle".
il y a 25 jours
Marc38
( Modifié )

Bonsoir, ce pas à pas m intéresse grandement car j ai pour objectif de me faire une vitrine pour mes minéraux je je pensais la faire dans ce style. En tout cas super cool .merci à toi

Valentin S

Merci,
Si ça peut t'aider, à refaire j'aurais fait la partie haute moins profonde, là j'ai des étagères de 40cm de profondeur et je pense que 30cm aurais suffit. Selon le type et la taille des minéraux que tu veux exposer essaie d'ajuster au mieux la profondeur.

Marc38

Valentin S , merci pour l info , je pensais partir avec une profondeur maxi de 40 cm( car le meuble serait sur un passage) et du coup partir sur un profondeur moindre pour le haut.
Mais pour l instant c est un projet, pas encore dessiné et je sais pas trop comment, je ne l ai pas encore défini c est pour cela je glane des idées un peu de partout histoire concrétiser un jour ce projet .
En tout cas très belle réalisation que tu as partagé ici

Valentin S a publié l'article "Partie haute".
il y a 24 jours
Neiru
( Modifié )

Bravo, pour un première c'est une belle première !

Valentin S

Merci.

DamienBe
( Modifié )

Je vais vous présenter un petit pas à pas de ma première réalisation

🧐😅
Bravo, c'est magnifique.

Valentin S

Merci

Fof

Beau travail ! Et il y a l'air d'avoir des lectures bien saines dedans 🙂

Valentin S

Merci, c'est vrai que les livres sont jolis aussi, il s'agit de la collection Jules Verne qui a commencé il y a quelques temps et de la collection Victor Hugo qui vient de commencer. Je n'ai même pas eu le droit de mettre mes revues Le Bouvet à côté. 😁

racmterrof
( Modifié )

bravo! belle démonstration avec un outillage "simple"

Valentin S

Merci

Kentaro
( Modifié )

C'est impressionnant, pour un premier ouvrage.

Est-ce à dire que tu as utilisé la toupie, comme çà, sans formation spéciale ? Fais très attention, quand on n'a pas d'expérience et que l'on a pas été brieffé, cela peut être un outil extrêmement dangereux.

Valentin S

Je n'ai aucune formation en ce qui concerne l'utilisation des machines à bois c'est vrai. Par contre dans mon cursus j'ai eu l'occasion de manipuler fraiseuse et tour conventionnels (où j'ai pu voir la pièce d'un camarade voler à travers l'atelier car mal serrée dans l'étau) et je suis à l'aise avec les notions d'usinage. La toupie je sais qu'elle peut être dangereuse et je suis toujours très attentif quand je travail dessus, je répète quasi systématiquement l'opération toupie éteinte avant de me lancer, pour préparer le placement des mains et vérifier que rien ne me gêne, surtout lors d'usinage de pièces pas très large ou avec l'outil travaillant par le dessus.

Olistan
( Modifié )

Superbe réalisation, félicitations ! Comme quoi, avec un équippement 'réduit' (j'ai le même que toi), il y a moyen de faire des belles choses.

Si je vois bien, tes plates bandes sont usinées par le haut. As-tu volontairement acheté un outil pour travailler par le haut ? Quel modèle as-tu choisi ? C'est quand même limite au niveau sécurité sans entraieur, non ? Tu n'as pas été trop limité pour la taille de la plate-bande ?

Sur une des photos, on devine un presseur vertical 'maison'. Pourrais-tu en dire un mot ?

Encore merci pour ce partage et je suis impatient de découvrir ta deuxième réalisation !

Valentin S

Merci beaucoup, c'est vrai que ces machines sont vraiment petites, c'est surtout limitant pour tirer de grandes longueur, notamment au dégauchissage où il faut jouer des servantes à rouleaux, après en n'étant pas trop bourrin le reste se fait assez bien.

Oui les plate-bandes sont usinées par le haut, elles sont faites avec l'outil à plate-bande Kity de la mallette trois outil (rainure, profil/contre-profil et plate-bande) en alésage 20mm qui était disponible à l'époque de la machine. C'est le seul outil dont je dispose pour les plate-bandes donc pas trop le choix. Mais si j'avais dû en acheté un pour l'occasion je l'aurais de toute façon pris en version usinage par dessus, d'une parce-que le puits de la Kity n'est pas très grand, donc il aurait peut-être fallu que je rajoute une fausse table par dessus la table pour pouvoir usiner par dessous, et aussi parce-qu'en usinant par le dessus je m'assure que la partie qui sera glissée dans la rainure des montants est d'épaisseur constante.
Niveau sécurité avec les deux presseurs à rouleau juste avant et juste après l'outil et étant donné la surface d'appui sur la table qu'offre un panneau, je trouve que ça n'est pas ce qu'il y a de plus dangereux. Il y a toujours de la place pour les mains assez loin de l'outil et finalement du fait qu'il soit bien visible il n'y a pas de risque d'être surpris en fin d'usinage par un outil qui débouche d'un coup par en dessous.

Les presseurs bleus, ils viennent d'un lot d'outillage pour la toupie que j'ai choppé d'occase, apparemment ils étaient utilisés comme presseur dans un atelier métal auparavant et celui à qui je les ai acheté les avait reconverti pour sa toupie. En fait il y a un ressort à l'intérieur qui vient contraindre le petit bras au bout duquel se trouve le rouleau, donc je le règle environ 5mm sous la surface supérieure de ce que j'usine et le ressort se charge de plaquer les pièces sur la table. L'inconvénient par rapport à un peigne c'est qu'il n'y a pas l'effet anti-retour, sinon c'est assez pratique vu que ça roule au lieu de glisser, je peux presser fort sans laisser de marques sur la pièce.

Le prochain meuble est au stade de la modélisation 3D, je suis parti sur un bureau style "ministre", j'ai envie de m'essayer aux queux d'aronde pour les tiroir (et puis c'est surtout le souhait de la "cliente"). Il y a encore quelques points sur lesquels je dois réfléchir pour obtenir des assemblages pas trop alambiqué. La réalisation ne se fera pas dans l'immédiat, je veux d'abord me faire quelques servantes d'atelier et éventuellement bricoler un peu la table Kity, les roulettes sont mortes et j'aimerais bien ajouter des rallonges amovibles aux tables de la dégau (sur le principe de celles de Boris).

Olistan
( Modifié )

Valentin S Super, merci pour toutes ces précisions.

Il est en effet bien dommage de ne pas savoir baisser l'arbre suffisament dans le puits. Ayant un outil plate-bande pour travailler par le dessous, je vais devoir en effet jouer avec une fausse table (pas encore essayé).

En tout cas, je vais suivre tes travaux, car un bureau imposant est aussi sur la liste de ma "cliente". Et des rallonges de table de dégau ne seraient en effet pas un luxe !

Herlem

Je suis impressionné

Valentin S a publié l'article "Finitions et bilan du projet".
il y a 10 jours
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
970 vues
17 commentaires

Publications associées

0 collection
0 question
0 plan
0 processus
0 fournisseur
0 école
Voir aussi
Table des matières