L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

dneis

Pierres à huile naturelles : bloc-notes

Pierres à huile naturelles : bloc-notes
+

Après avoir acheté une pierre Arkansas et trouvé une vielle pierre du Levant, j'ai voulu en savoir plus et j'ai fait quelques recherches sur le sujet.

Ce pas à pas constitue un bloc-notes et sera donc alimenté en fonction de mes découvertes, au fur-et-à-mesure, et probablement de manière épisodique.


Pour les meules en grès, c'est par ici:


Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Les pierres dans les catalogues anciens d'outillage

Allons faire un tour dans les catalogues anciens d'outillage, afin de voir quelles pierres étaient proposées

Outillage américain

  1. Tiersot 1898;
  2. Martinage, 1928

Manufrance

  1. Manufrance 1905
  2. Manufrance 1935

XXX Cet article est en cours de rédaction, il manque une analyse des différentes pierres proposées

Publié Mis à jour

Partager  

Ce qui Paul N. Hasluck écrit sur les pierres à huile naturelles

Cassells' carpentry and joinery, 1907

Paul Halsuck décrit les différentes pierres existantes à l'époque:

Oilstones. — On an oilstone the joiner sharpens his tools, which have been previously ground to shape on the grindstone. The oilstones in most general use are four in number — the Charnley Forest, Turkey, Washita, and Arkansas.
The Charnley Forest is of a greenish-slate colour, and sometimes has small red or brown spots — the lighter the colour the better ; it may take a little more rubbing than other stones to get an edge on the tool, but that edge will be keen and fine.
Some Turkey oilstones are of a dark slate colour when oiled, with white veining and sometimes white spots ; they give a keen edge, but wear unevenly, and also are very brittle ; they are notoriously slow -cutting, and are expensive.
The cheapest oilstone at first cost is the Nova-Scotia, or Canada stone, which is brownish yellow in colour when new, changing to a yellowish grey by use, and wearing away rather quickly.
The Washita stone cuts more quickly than a Turkey stone, and also more regularly. Some kinds are of a whitish grey or light buff colour when oiled.
The Arkansas stone is compact and white, and finer in grain than the Washita. It wears well and cuts slowly, producing fine edges.

...les dimensions courantes des pierres:

Oilstones generally are about 8in long, 2in wide, and 1in thick, a very convenient width being 1.5in. A small oilstone of 4in by 1.25in is useful for sharpening spokeshaves, and pieces or slips of stone of various sizes and shapes are required for gouges, router cutters, etc. It is usual to keep an oilstone in a box or case (Fig. 118).

...la manière de lubrifier les pierres:

Neat's-foot oil or sperm oil commonly is considered best for oilstone use ; lard oil containing sufficient paraffin to prevent it going thick in cold weather is also recommended. Many other oils are used for the purpose, but all tend to harden the surface of the stone much more quickly than neat's-foot or sperm. The oil can be kept in a bench oil-can, which will come in generally useful.

et enfin traite des pierres artificielles:

Emery Oilstones and Oilstone Substitutes. — Emery oilstones are an American introduction, and are made of Turkish emery, one face being of fine and the other of medium coarse material. They have the advantage over any natural oilstone of being uniform in texture, and of not being brittle. Oilstone substitutes are strips of zinc upon which is sprinkled a little flour emery and oil, this working more quickly than a proper stone, but not giving so finished an edge.

The mechanic's workshop handybook, 1893, p95

Halsuck y donne cette fois plus de détails, notamment sur les pierres Turques, ou pierres du levant, ce qui est la même chose:

Hones or oilstones are usually of some slaty stone [slate=ardoise]. They are obtained from the varieties of metamorphic schists, which are sufficiently compact, and in which the particles of quartz are extremely minute and regularly disseminated, thereby giving them a fine and uniform texture. This texture, and also the hardness of the stone, differs considerably in the various kinds employed. A good stone is often thrown away as worthless when the trouble is that it is merely oil-soaked. If this is the case, lay it in benzine to soak from one to three days, until the old oil is eaten out ; then on using it to polish again, with fresh oil, it will be found as good as new.

Instead of oil, which thickens and makes the stones dirty, a mixture of glycerine and alcohol is used by many. The proportions of the mixture vary according to the instrument operated upon. An article with a large surface — a razor, for instance, sharpens best with a limpid liquid, as three parts of glycerine to one of alcohol. For a graving tool, which is very small, employ glycerine almost pure, with but two or three drops of alcohol.
Turkey oilstones, which are obtained from the interior of Asia Minor, are in very general use for imparting a fine edge to every kind of edge tool used by workers in both wood and metal. This stone is of very fine grain. As a whetstone it surpasses every other known substance, and possesses, in an eminent degree, the property of abrading the hardest steel. It is, at the same time, of so compact and close a nature as to resist the pressure necessary for sharpening a graver or other small instrument of that description. Little more is known of its natural history than that it is found in the interior of Asia Minor, and brought down to Smyrna for sale. The white and black varieties of Turkey oilstone differ but little in their general characters. The black is somewhat harder, and is imported in larger pieces than the white. It is often cracked and flawed, and for this reason is generally cemented to a slab of slate, or sometimes embedded in wood. Sir Thomas Gresham paved the old Royal Exchange with Turkey stone. In the catalogue of a large Sheffield firm it is now priced at fifteen pence a pound.
Arkansas stone, imported from North America, is perhaps the finest variety of oilstone to be found in the market ; its high price — about five shillings a pound — being the chief bar to its general introduction. It is a fine white stone, composed of upwards of 99.5 per cent, of silica, rather brittle, and having an excellent bite. Stones of this kind, and other expensive varieties, are used as thin slabs, mounted on a backing of inferior value. Also as small slips sometimes, about the size of a goose-quill.
Ouachita (or Washita) stone somewhat resembles the last-named, but is of a coarser grain. The price is about eighteenpence to two shillings a pound. It is quarried in blocks of from two to four feet square, often of irregular shape, which are then split and shaped into oblong slabs. This stone comes from the same quarries as the preceding variety.
A cheap and excellent stone for general purposes is called Nova Scotia oilstone, and nearly resembles the Washita or Ouachita stone already spoken of, the price being about one-third.
Norway ragstones are adapted for rapid grinding, they being the coarsest variety of hone slates. Scotland and Russia also furnish ragstones, which are merely highly silicious tough portions of mica schist, obtained from the metamorphic or crystallised schists.
Snakestone and water-of-Ayr stone are used principally with water, and are of a decidedly slaty nature. A hone now widely known as the Tam O' Shanter, and manufactured by Mr. Montgomerie, of Dalmore, Ayrshire, is obtainable at most tool dealers'. These stones have stood the test of years, and are highly approved by practical men. The Tam O' Shanter hone is made in several grades of grit. All the stones previously spoken of may be used dry or lubricated with oil or water.
Amongst other varieties of stone possessing useful qualities may be named Charnwood Forest stone, quarried in Leicestershire, and forming a strong, useful hone; Welsh slate, a tough, fine-grained slate of rather unequal texture; Hindostan stone appears to be not so well known in commercial circles, though it is an excellent stone, and sells at a moderate price ; German razor hones, imported from the slate mountains in the neighbourhood of Ratisbon, on the left bank of the Rhine, sometimes cut in thin slabs, which are cemented to slate, though sometimes the combination is natural.

Différence entre huile et eau:

Used dry the hone soon becomes filled with particles of the abraded metal, and ceases to cut satisfactorily. Water will to an extent obviate this, and it has the advantage of cleanliness and costlessness. Oil gives a finer cut, and has almost universally superseded water in every trade. The edge produced is finer, and the liability to rust is removed.

...puis vient la description de l'utilisation des pierres.

Manual of traditional wood carving ne nous apprend pas grand chose sur le sujet.

Working with hand tools

Deux pages sur les différentes pierres. XXX Voir si le texte apporte des éléments nouveaux...

Publié Mis à jour

Partager  

[XVIIIe] L'Encyclopédie : affiler, affûter, pierres à l'huile et à rasoir

Un petit tour par l'Encyclopédie

Affiler

Affiler (terme commun à presque tous les Arts où l'on use d'outils tranchans, & à presque tous les ouvriers qui les font.) Ainsi les Graveurs affilent leurs burins ; les Couteliers affilent leurs rasoirs, leurs couteaux, ciseaux & lancettes.

Ce terme se prend en deux sens fort différens.

  1. Affiler, c'est donner à un instrument tranchant, tel qu'un couteau, une lancette, &c. la derniere façon, en enlevant après qu il est poli, cette barbe menue & très-coupante qui le borde d'un bout à l'autre, que les ouvriers appellent morfil.
  2. Affiler, c'est passer sur la pierre à affiler un instrument dont le tranchant veut être réparé, soit qu'il y ait bréche, soit qu'à force de travailler il soit émoussé, en un mot un tranchant qui ne coupe plus assez facilement.

Il y a généralement trois sortes de pierre à affiler:

  1. une grosse pierre bleue, couleur d'ardoise, & qui n'en est qu'un morceau, sur laquelle on ôte le morfil aux couteaux quand ils sont neufs, & sur laquelle on répare leurs tranchans quand ils ne coupent plus. Cette pierre ne sert guere qu'à affiler les instrumens dont il n'est pas nécessaire que le tranchant soit extrèmement fin.
  2. Pour les instrumens dont le tranchant ne peut être trop fin, comme les rasoirs, on a une autre pierre blanchâtre plus tendre & d'un grain plus fin que la premiere, qui se trouve en Lorraine : celle-ci sert à deux usages. Le premier, c'est d'enlever le morfil : le second, c'est en usant peu-à-peu les grains de l'acier, à rendre le tranchant plus fin qu'il n'a pû l'être au sortir de dessus la polissoire ; aussi la pierre d'ardoise n'a-t-elle pas plûtôt enlevé le morfil des couteaux & des autres instrumens auxquels elle sert, que ces instrumens sont affilés. Il n'en est pas de mème du rasoir, ni des autres outils qui veulent être passés sur la seconde pierre blanche, qu'on appelle pierre à rasoir. L'ouvrier fait encore aller & venir doucement son rasoir sur cette pierre long-tems après que le morfil est emporté.
  3. Il y a une troisieme pierre qu'on appelle pierre du Levant, dont la couleur est ordinairement d'un verd très-obscur, très-sale, & tirant par endroits sur le blanchâtre ; son grain est fin, & elle est ordinairement très-dure : mais pour qu'elle soit bonne, on veut qu'elle soit tendre. C'est une trouvaille pour un ouvrier qu'une pierre du Levant d'une bonne qualité. Cette pierre est à l'usage des Graveurs ; ils affilent sur elle leurs burins : elle sert aux Couteliers qui affilent sur elle les lancettes : en général elle paroît par la finesse du grain, propre pour les petits outils & autres dont le tranchant doit être fort vif, & à qui on peut & on doit donner cette finesse de tranchant ; parce qu'ils ont été faits d'un acier fort fin & à grain très-petit, & qu'ils sont destinés à couper promptement & nettement.
  4. Il y a une quatrieme pierre du Levant d'un tout-à-fait beau verd, sur laquelle on repasse aussi les petits outils, tels que les lancettes, & dont les ouvriers font grand cas quand elle est bonne.

Pour repasser un couteau on tient la pierre de la main gauche, & l'on appuie dessus la lame du couteau qui fait avec la pierre un angle assez considérable : de cette maniere la lame prend sur la pierre & perd son morfil. On fait aller & venir quatre à cinq fois le tranchant sur la pierre, depuis le talon jusqu'à la pointe, sur un des plats en allant, & sur l'autre plat en revenant ; la pierre est à sec.

Le rasoir s'affile entierement à plat ; & la pierre à rasoir est arrosée d'huile. Mais comme le morfil du rasoir est fin, que le grain de la pierre est fin, & que la lame du rasoir va & vient à plat sur la pierre, il pourroit arriver que le morfil seroit long-tems à se détacher. Pour prévenir cet inconvénient, l'ouvrier passe légerement le tranchant du rasoir perpendiculairement sur l'ongle du pouce : de cette maniere le morfil est renversé d'un ou d'autre côté, & la pierre l'enleve plus facilement.

La lancette ne s'affile pas tout-à-fait tant à plat que le rasoir ; la pierre du Levant est aussi arrosée d'huile d'olive, & la lancette n'est censée bien affilée par l'ouvrier, que quand elle entre par son propre poids & celui de sa chasse, & sans faire le moindre bruit, sur un morceau de canepin fort fin que l'ouvrier tient tendu entre les doigts de la main gauche.

Il y a des instrumens qu'on ne passe point sur la pierre à affiler, mais sur lesquels au contraire on appuie la pierre. C'est la longueur de l'instrument, & la forme qu'on veut donner au tranchant, qui déterminent cette maniere d'affiler.

Affûter

AFFUTER, v. act. parmi les Graveurs, les Sculpteurs, & autres ouvriers, est synonyme à aiguiser. On dit, affuter les outils, pour aiguiser les outils. Voyez Aiguiser.

Les Peintres & les Dessinateurs disent, affuter les crayons, pour dire, aiguiser les crayons.

Pour affuter comme il faut les burins, il suffit seulement de les aiguiser sur trois faces ab, ac, & sur le biseau abcd, (sig. 17. Pl. II. de Gravûre.) On aiguise les faces ab, ac, en les appliquant sur la pierre, & appuyant avec le doigt indice sur la face opposée, comme on le voit dans la figure 6. & poussant vivement le burin de b en a, & de c en d, & le ramenant de même. Après que les deux faces sont aiguisées, on aiguise le biseau abcd, en l'appliquant sur la pierre à l'huile, & le poussant & ramenant plusieurs fois de e en f & de f en e, ainsi qu'on peut le voir dans la figure 8.

Il y a cette différence entre aiguiser & affuter, qu'affuter se dit plus ordinairement du bois & des crayons que des métaux, & qu'on aiguise un instrument neuf & un instrument qui a déjà servi ; au lieu qu'on n'affute gueres que l'instrument qui a servi. Aiguiser désigne indistinctement l'action de donner la forme convenable à l'extrémité d'un instrument qui doit être aigu ; au lieu qu'affuter désigne la réparation de la même forme altérée par l'usage.

Aiguiser

entrée non trouvée dans l'Encyclopédie...

Pierre à l'huile

PIERRE À L'HUILE, (Graveur.) pierre qui sert à affuter les outils. (Voyez Affuter), & qu'on appelle ainsi, parce qu'elle est mouillée d'huile : elle est ordinairement ajustée sur une planche de bois qu'on appelle sa boëte. Voyez les figures, Planche de la Gravure, qui représentent la maniere d'aiguiser les burins sur la pierre.

Pierre à rasoir

PIERRE À RASOIR, (Perruquier.) est une sorte de pierre polie & dont le grain est très-fin : on s'en sert pour aiguiser les rasoirs en y répandant de l'huile, & passant obliquement le rasoir par-dessus de côté & d'autre. Ces pierres sont ordinairement ajustés sur un morceau de bois qui leur sert de manche, au moyen duquel on se sert plus commodément de ces pierres.

Publié


Discussions

dneis  a publié le pas à pas "Pierres à huile naturelles : bloc-notes".
il y a 1 mois
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Cette fois ci , tu deviens la référence outillage traditionnel sur l'air du bois !! 👍

dneis

Oulala, merci. Je suis juste très curieux et j'aime faire des recherches sur les sujets qui me passionnent !

redliner
( Modifié )

Dneis le Larousse de l outillage de adb

dneis

😉

José Das Neves
( Modifié )

C'est certainement très intéressant mais moi j'ai un problème avec l'anglais.
En Portugais ça serait plus facile 😉

dneis

Mince, l'espagnol serait possible pour moi mais pas le portugais 😉
Cela dit, pour l'instant j'ai assez à faire avec les ouvrages numérisés par la BNF, sur gallica.fr.... A suivre.

D'ailleurs je cherche l'équivalent (ouvrages numérisés nationaux) dans les autres pays. A bon entendeur...

dneis  a publié l'article "[XVIIIe] L'Encyclopédie : affiler, affûter, pierres à l'huile et à rasoir".
il y a 11 jours
caveyu de dégustation des vins de Boudry, le 04.08.2017
( Modifié )

Bonjour, je me demandais, dans quelle catégorie faut-il ranger la pierre de schiste (celle-là, pour être précis)?

son site : pierre-a-aiguiser-naturelle.com

dneis

Euh, pierre naturelle à eau.

Je réalise, avec mes lectures sur les pierres à affiler les rasoirs notamment, que certaines pierres naturelles, même très dures, s'utilisent à l'eau. Les pierres naturelles japonaises sont à l'eau également, mais elles s'usent assez vite.

Peut-être devrais-je retirer la mention "à huile" de mon titre de pas à pas... ?

caveyu de dégustation des vins de Boudry, le 04.08.2017
( Modifié )

Peut-être devrais-je retirer la mention "à huile" de mon titre de pas à pas... ?

Je pense pas

D'ailleurs, Hasluck dit que l'huile donne un affûtage plus fin,mais peut-on vraiment toujours utiliser de l'huile ? J'aurais toujours pensé que la choix du lubrifiant dépendait de la pierre, et qu'on risquait de l’abîmer en utilisant le mauvais lubrifiant !?...

dneis

TheSwissWoodworker oui, le liquide utilisé dépend de la pierre. Les pierres Arkansas/Novaculite/du Levant sont poreuses et nécessitent de l'huile. L'eau est déconseillée pour ce genre de pierres.

caveyu de dégustation des vins de Boudry, le 04.08.2017

dneis Merci !

benjams

Ma courte expérience me fait dire que certaines pierres s'encrassent vite avec l'eau. Je dirais que plus elles sont poreuses, plus elles s'encrassent. En général l'huile donne un tranchant plus fin

Paco64
( Modifié )

Beau travail! Il y avait autrefois à Paris dans le quartier du Marais la maison Gelfi et Birolleau qui vendait uniquement des pierres à affûter/affiler pour tous les métiers, elle a malheureusement fermé dans les années 80. A voir si je ne retrouve pas un catalogue.

Paco64

Après recherche j'ai trouvé ça qui a l'air d'être une mine sur les pierres à affiler mais plutôt orienté rasoir: razorlovestone...rolleau-family/, et c'était Ghelfi et pas Gelfi.

Paco64

Papier à en tête

dneis
( Modifié )

Héhé, tout cela est très intéressant, merci.

Je suis en ce moment en train de me documenter sur les pierres à affiler, notamment pour les rasoirs, d'où mes lectures :

Article à venir 😉


Quelques documents Ghelfi et Birolleau similaires à celui que tu présentes. Ce qui mène ensuite au site historyrazors.wordpress.com/

Paco64

Pour l'affutage il recommande un mélange eau/glycérine sur les pierres La Lune, ça met tout le monde d'accord sur la préférence eau ou huile!

benjams
( Modifié )

Pour avoir justement une pierre la lune "only for good razors", j'avoue voir très difficilement la différence avec une pierre des Pyrénées type levant... elle est un peu plus fine mais je trouve que ce n'est pas flagrant. Par contre l'affutage a l'huile produit un meilleur résultat qu'a l'eau

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
310 vues
18 commentaires

Publications associées

0 question
0 plan
0 processus
0 fournisseur
0 école
Autres pas à pas de dneis 
Voir aussi
Table des matières