L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Pierreyves1234

Plan de travail de cuisine impossible ?

Bonjour à tous
Merci d'avoir créé ce site qui est une mine d'infos !
Malheureusement je n'ai pas trouvé la réponse à ma question...
Je voudrais faire un plan de travail de cuisine en noyer (ou chêne si vraiment c'est trop risqué). C'est un îlot d'1,25m par 2,6m de long en 40mm d'épais.
J'aimerai faire ça sans aboutage et avec des lames pas trop étroites !
Ma question est simplement : est ce réalisable en massif par rapport au risque de tuilage/gerces etc... ? Ou est ce que coller, disons 10mm de massif sur 30mm de CP/agglo avec une alèse est plus raisonnable ? Quelle est votre préconisation svp ?! Je suis perdu...

Merci !!!

Pierre

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

7 réponses

2
etiennedesthuilliers

bonjour
tout est toujours possible en noyer si vous avez les moyens , en chêne si vous le désirer
il y a des condition a respecter , choix du bois, mise en oeuvre , finition , le problème du funambule est de ne pas se casser la gueule , en langage claire trouver une personne capable de jouer au funambule , vous réaliser votre rêve dans les meilleures conditions ce doit être possible ma table de bureau a un plateau de 3 mètres cinquante sur 1 mètre de large et est simplement posé sur le piétement , depuis 30 ans je n ai pas pris le temps de le fixer et il n est pas en gondole , mais le bois est de bonne qualité et les éléments font entre 15 et 25 cm de large collé a plat joint épaisseur 34 mm
le tout est de trouver l' acrobate
bonne soirée
etienne desthuilliers
ps le noyer est encore lui plus stable

Pierreyves1234

Merci à tous pour vos réponses (qui divergent quand même pas mal !) mais je pense que je vais tenter l'aventure !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
Bonbonveronbi

Bonjour
Comme écrit Monsieur E.DESTHUILLIERS tout est possible.
La menuiserie et a un point commun avec la cuisine le primordial est le choix des ingrédients de base .Dans le cas d'un plan de travail massif il faut choisir un bois sec cela sans dire , droit de fil pour mettre toutes les chances de votre cote.
Au débit éliminer le cœur et les pieds de bille, ne pas utiliser des planches trop larges utiliser les planches en quartier et faux quartier, si possible ne pas utiliser dosses et fausse dosse.
Débiter laisser votre bois minimum une semaine se stabiliser avant corroyage plus c'est mieux. A ce stade vous pouvez voir comment se comporte votre bois .
Passons a l'établissement je vous donne la méthode que je pratique pour un plateau de table: Pour s'opposer au tuilage le plus possible il faut alterner l' orientation des cœurs des bois un dessus un dessous, on commence au bord avec une planche de cœur dessus puis on alterne , marier les couleurs des bois et orienter le fil du même coté. Ceci est la recette de base évidement il se présente bien des cas ou il faut s'adapter et déroger à la règle.
Dans une cuisine je collerai à la polyuréthane , La finition doit protéger et s'opposer a la reprise d Humidité elle doit être équilibrée (dessous,dessus, chants).
La fixation doit permettre au plateau de pouvoir jouer, le brider et on prend le risque de le voir Fendre.
Après il existe la solution Ébéniste qui consiste a brider le bois (plaquettes massives minces collées polyuréthane sur support inerte alésé rendu extérieur identique mais technique plus difficile à mettre en oeuvre sans presse )
J' ai utilisé des termes de métier et je suis surement peu clair de plus la disposition des bois peut être un peu différente selon les personnes .

Bon copeau

gege731
Je suis d'accord

J aurais pas dis ni fait mieux pour la technique de mise en œuvre ou juste fait un assemblage avec des lamelo ou a dents de scie

Pierreyves1234
( Modifié )

Merci à tous pour vos réponses (qui divergent quand même pas mal !) mais je pense que je vais tenter l'aventure !

Yvon Rolland

Bah, je ne pense pas que les avis soient si divergents que ça. Chacun répond en fonction de ses expériences, de ses moyens, équipement, habitudes, etc. Mais personne ne te dis que c'est impossible. Même si sylvainlefrancomtois te répond en commerçant prudent (un aspect que ne doit pas négliger tout artisan ou chef d'entreprise. Qui quelle que soit sa spécialité, doit d'abord vendre ce qu'il produit... Mais il doit aussi en assurer le SAV, au besoin, et par voie de conséquence, les coûts induits). Mais si on peut préférer éviter certains risques si c'est pour des clients, il est moins risqué de les prendre pour soi même, d'autant plus que si des désordre apparaissaient, il serait plus aisé d'y remédier, moins couteux, et sans conséquence pour son entreprise.
D'autre part, plusieurs t'apportent différentes options de solutions, des conseils ou solutions possible, ou encore t'indiquent certaines erreurs à ne pas commettre.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

hello
Perso , jamais de bois massif en plan de travail (avec présence d'eau (salle de bain , cuisine, etc ) ) y compris en crédence , préconiser les surfaces inertes : la paillasse carrelée sur aggloméré marine , ou les plans en résine, pierre reconstituée, béton, métal , formica , etc ...

Et je n'ai jamais pris le risque chez un client !

Mis à jour
Pierreyves1234

Merci pour ces premières réponses ! D'autres avis ? J'ai vu une personne sur ce forum faire ça, c'est si risqué ?Plan cuisine

executionbois

hello
comme Sylvain si tu cherche les ennuis tu fais un plan en massif sur que tôt ou tard tu le regretteras.
perso la résine j'en ais fais pendant longtemps avec corian bon produit et j'ai 20 ans de recule peut être plus le stratifié est une alternative économique inintéressante pour le plan carrelé c'est d'une autre ère et les joints c'est pas terrible avec les graisses.
voilà j'oubliais le compact très tendance en ce moment pour réaliser des plan minces et nous sommes sur une matière imputrescible.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Mattdu89

J'ai 2 plans de travail en chêne, épaisseur 32 mm. Un fait 210 x 75, l'autre 310 x 75.
Chêne massif, vissé sur les meubles en CP18 (ou plutôt l'inverse : les meubles sont vissés sous le plan de travail !!) avec appui uniforme. Chaque morceau fait entre 10 et 16 cm de large, assemblés en inversant les sens, collage à plat joint.
J'ai fait ça il y a 2 ans, ça ne bouge pas. C'est sûr dégauchir et raboter des grands morceaux, c'est sport. Et il y a de la perte.
Du chêne acheté en scierie qui étuve certains plots. Et beh, ça ne bouge pas !
Et j'ai plein d'autres plateaux faits de la même façon. Même résultat.

Ce n'est que mon avis de petit boiseux amateur ;-)

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Yvon Rolland
( Modifié )
  • Plan de travail en massif de 2,60 x 1,25 en épaisseur ? Tout-à fait possible

  • En épaisseur 40mm ? Pas de problème particulier de tenue dans le temps en une telle épaisseur.
    *A savoir tout de même que ça n'est pas l'épaisseur finie la plus adéquate, par rapport aux épaisseurs commerciales courantes en plots comme en avivés. Il existe bien l'épaisseur 45, mais peu courante (contrairement au 41 et au 54mm), mais encore un peu juste pour une longueur finie de 2,60M (plus c'est long, plus un éventuel rond ou gauche aura d'impact pour obtenir au moins une face parfaite et la sous face plane, mais avec encore quelques restes de traces de sciages résiduelles). On trouve parfois du 50mm... mais c'est encore plus rare que le 45. Sauf à disposer d'une bille que tu fais scier à la demande puis sécher, bien sûr.

  • Pour une cuisine ? Possible aussi.
    Ou en y appliquant une finition adaptée et à même de protéger de l'humidité, en prenant garde à l'usage de ne jamais lui faire subir de chocs, de coups d'outils coupant, d'y poser de récipient chaud, de ne jamais utiliser d'éponges ou produits abrasifs pour le nettoyer...etc.
    Ou à l'extrême opposé, en prenant le parti de ne lui appliquer qu'une protection minimum (huile... voire rien) de temps en temps, et de faire avec les défauts inhérents à son usage qui apparaitront avec le temps.

  • Avec des lames pas trop étroites et sans aboutage ? Facile avec du chêne, moins avec du noyer.

  • 10mm de massif sur un support et alésé en périphérie ? Pourquoi pas, mais alors juste posé. Parce que s'il est collé au panneau support, quelque soit la matière et l'épaisseur de celui-ci, et sans contrebalancement adapté, il y a de fortes probabilités que pas longtemps après l'avoir réalisé, ton dessus ne soit plus un "plan", mais plutôt un rond de travail !-

Mis à jour
Pierreyves1234

Merci pour votre réponse détaillée !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
racmterrof

Regarde la table de grande dimension de Samuel Mamias, Ponce au 320 toutes les faces une couche de fondur cellulosique "surgand",cinq couches FINES de vernis polyuréthane "surgand"
En respectant le mode d'emploi.

Pierreyves1234

Merci pour la découverte de ce menuisier de talent !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
DewhitYoussef

Une piste dans ce pas à pas:

Pierreyves1234

Merci !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
425 vues
7 réponses

Publications associées

0 collection

Licence

Licence Creative Commons
Navigation