L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Boris19

Métiers en tensions filière bois Limousin

Bonjour,

je me suis inscrit il y a peu de temps sur ce site, et bravo pour cette communauté que vous développez. J'espère pouvoir y participer activement quand mes connaissances le permettront.
Petite présentation rapide : je suis en phase de questionnements pour une reconversion. J'ai 49 ans, corrézien. Des études de lettres, journaliste quelques années, puis commercial auprès des particuliers
D'abord pompes à chaleur, chauffage bois, puis automobile. J'ai eu le nez creux, j'ai démissionné de ma concession en janvier, puis repris en février pour une autre marque... Confinement pendant la période d'essai non terminée, je vous laisse deviner la suite... Il se trouve que j'ai envie de faire quelque chose de plus constructif et qui me correspond plus depuis un bon moment, c'est l'occasion. Je touche un peu au bois depuis longtemps, mais sans m'y être mis vraiment, me disant que c'était trop tard, qu'il y avait toujours quelque chose de plus urgent. Pendant le confinement, j'ai monté avec mon épouse un hangar bois de 200 m2 (on vit dans une petite ferme où on accueille des chevaux), et je me suis rendu compte que je ne m'étais pas senti aussi bien depuis longtemps (dans d'excellentes conditions de travail cela dit). Après discussions, on est tombés d'accord que c'était sûrement le moment idéal pour se lancer.
J'avais à peu près la même question que trente six seb l'an dernier, mais je souhaitais, si c'était possible, avoir des réponses plus régionales. Quelqu'un sait-il ce qu'il en est pour le Limousin, et pour la Corrèze ?
J'ai demandé à un copain qui a une scierie familiale autour de Brive, qui me semble un peu défaitiste.
Je vous copie sa réponse :
"je ne crois pas du tout économiquement à l'ébénisterie. Soit ces professionnels sont des poseurs de préfabriqués qui doivent oeuvrer pour des constructeurs dont le but est de les payer le moins cher possible ; soit ce sont des indépendants mais ils n'arrivent pas à en vivre sans compléments d'activités et doivent se démarquer des simples agenceurs, ce qui nécessite de se constituer un stock de bois secs fiable, ce qui demande des années.
Ajoutons que les clients méprisent les artisans et sont de plus en plus procéduriers, ne tolèrent aucun défaut et de toute façon les gens sont fous (et de plus en plus). Bref je suis très très pessimiste sur cette profession (qui disparait d'ailleurs).
Sur la basse Corrèze la construction est intensive, donc il est potentiellement évident de vivre du travail de charpentier. Mais la profession est maintenant constituée d'indépendants qui sont susceptibles de s'associer sur des chantiers d'envergures, ce qui nécessite de s'intégrer à un réseau.
Nous sommes dans une région forestière, le bois est à des prix attractifs, et les prestations de charpentiers rivalisent sans difficultés avec les fournitures industrielles des constructeurs.
Sinon, autre opportunité, s'installer (après formations) comme éco-constructeur ou accompagnateur de projets, c'est à dire proposer à des particuliers d'échafauder des projets de maisons individuelles en utilisant des matériaux naturels et de la main d'oeuvre locale. Cela peut se prospecter, la demande existe à condition de se faire connaitre, et nous disposons d'un vivier intéressant d'artisans."
Qu'en pensez vous ? Bon, ce n'est qu'un son de cloche, mais ça rejoint à peu près ce qu'on m'a dit à la Fédération Compagnonnique à Limoges. J'aurais aimé m'orienter vers l'ébénisterie plutôt que la charpente, même si les deux m'attirent, mais ça me refroidit un peu.
J'ai lu pas mal de posts ici sur les reconversions. J'ai retenu ce qu'écrivait Kentaro, qu'on pouvait toujours trouver du boulot dans l'ébénisterie pour peu qu'on aie des idées (pardon si j'ai compris de travers).
Voilà, pardon pour la tartine, mais je voulais vous donner le tableau général.
Merci de votre aide.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

11 réponses

4
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Hello

En charpente , a 49 ans c'est un peu tard (physique oblige) , Pour l’ébénisterie il faut sinon maîtriser , Pouvoir se démarquer (traditionnel/ design) peux y arrivent !

Je ferais un bon apprentissage cap de menuiserie qui permet de bien tâter la matière et les techniques et de faire de l'"alimentaire" sur les chantiers , et en parallèle de façon autodidacte en potassant et en travaillant aller de l'un à l'autre pour trouver ton chemin !

ce n'est que mon avis !

Mis à jour
racmterrof
( Modifié )

Sois heureux de faire de la Menuiserie!
Appréhende ce métier comme un métier de service. Nombre de personnes ont du mal à exprimer leurs besoins le Menuisier fait des propositions et aide à la décision.
L'Ebenisterie est tout autre Elle demande un savosavoir-faire différent.....
Idem pour la Charpente.
Que les Menuisiers ne se choquent pas de mon propos . Il s'agit de métiers différents qui demandent une approche et un savoir-faire différents.
Quelque soit ta voie, si tu Sais, si tu es Fiable, Loyal Disponible et un peu de gingin.la réussite est sur ton chemin.

MonsieurBella

Bonsoir,
Pour avoir de bons amis charpentiers, je suis souvent surpris de voir que leur métier est souvent bien plus adapté au levage de charge que le nôtre.
Pour le coup je trouve que la partie manut inhérante à la menuiserie est parfois plus barbare que celle de la charpente (vous savez, ce parquet à monter au 4è ou bien ce petit dressing demonté à aller installer au 3è...)

J'ai eu la chance d'assister à quelques levages à la corde avec chèvres... magique, pour les curieux de cela je vous conseille de vous rapprocher de Mr Cassé Phillipe qui fait des formations d'ergo levage vers Toulouse, ça m'a laisser réveur..

P

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
3
Kentaro
( Modifié )

Bon, ben, j'allais redire ce que j'avais déjà dit, mais puisque tu m'as déjà lu, pas la peine.

En effet, avoir des idées que les autres n'ont pas, se faire une niche, se différencier, c'est le principal.

J'ajouterais que si on écoute toutes les études de marché, de potentiel, etc, on ne se lance jamais. Pour se lancer, il faut être un peu fou (et même beaucoup...), avoir une (très) grosse niaque, savoir qu'on risque d'en baver, de ne pas toujours bien dormir, mais si on est agile, malin, on doit pouvoir se débrouiller.

Si tu te lances à ton compte, fais en sorte de minimiser au maximum les frais fixes, les emprunts, etc. Sois toujours dans la situation où tu te dis que tu peux arrêter demain sans y laisser des plumes.
Prends des vielles machines d'occasion, pas la peine d'avoir le nec plus ultra pour commencer.
Ensuite, il faut sentir la demande. Se faire un réseau. Si tu as des clients qui ont des chevaux, on peut supposer qu'il s'agit de gens un peu upperclass, un peu bobo, qui ont des réseaux. Sert toi de ces réseaux. Si tu as été journaliste et vendeur de voitures, tu sais être malin, fouineur, et tu sens les gens. Utilise tes talents... 😉

J'ai un copain dans le Morvan, qui s'est mis à faire des sculptures à la tronçonneuse. Et ça marche! Il a toute une clientèle de gens avec des maisons secondaires, il fait les marchés artisanaux, etc. Il en bave pas mal, mais il est tout surpris que cela fonctionne!

Mis à jour
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
2
Bonbonveronbi

Bonjour
je suis toujours admiratif des personnes qui veulent Vivre leurs passions et en faire leur métier. Et je pense que c'est possible mais il ne faut pas se mentir Charpente, menuiserie,
ébénisterie c'est des métiers . Et le métier il faut l'apprendre, le plus dur pour vous serait de trouver une entreprise qui accepte de vous former dans le cadre d'un cap par exemple. De plus beaucoup de gens idéalise nos métiers le lapin charpentier se voie tailler
la charpente de Notre-Dame et peut être pas poser de la fermette ou conduire une k3. La réussite d'un projet comme le votre passe par la compétence et elle se trouve chez les professionnels . Trouvez un bon patron, prenez votre pied en exerçant un de nos métiers ,
Leur jour ou le singe trouvera que vous êtes rentable alors vous serez prêt à partir.
Bonne chance

JPA33
( Modifié )
2flow

Yop ! +1

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
Boris19

Bonjour,

je ne participe pas trop, mais lis assidûment le site.
Je souhaitais juste vous dire qu'après avoir fait quelques journées "découvertes" chez plusieurs pros cet été, j'entrais en formation charpente chez les Compagnons du Tour de France à Limoges.
Test d'évaluation début septembre, on m'a juste demandé d'apporter un crayon et un compas, je vais réviser ma géométrie :-)
Merci à tous ceux qui ont pris le temps ici de me conseiller et me donner leur avis.

Neiru

Bonne nouvelle !

Oak
Je suis d'accord

Top

Kentaro
( Modifié )

Bravo! Va voir les pas à pas de sylvainlefrancomtois sur les charpentes, l'art du trait, etc... Si tu montres que tu sais dessiner un arêtier, ils vont être emballés!

trente six seb

Cool, bonne continuation à toi.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
Oak

Salut.

Désolé mais il me semble que ton ami est peu objectif. Sûrement le spectre de son histoire personnelle.

De mon côté je fais de la charpente et de la couverture. Depuis peu un peu de menuiserie, et le travail est là.
Je ne fais pas de com. Je n'ai pas de site.
Et pourtant je peux travailler en continu.

Alors je crois que lorsque l'on a de l'envie, c'est communicatif. Je pense que le bonheur est la principale source de motivation. Je sais que mon application, celle qui me fait trouver des chantiers, est la conséquence immédiate de mon épanouissement dans ce taff.

Pour la voie a choisir en particulier, je ne sais pas, mais si tu es en forme, ne te mets pas de barrières.
Tu n'es pas ceux qui te conseillent, au pire tu auras vécu une aventure incroyable, car le travail du bois, c'est une chose extraordinaire.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
RenS

Salut Boris,

Je vais te donner ma vision en cours de reconversion.

J'ai 32 ans et j'ai bossé pendant 10 ans dans une grosse boite de gestion des déchets auprès des entreprises. J'étais chargé d'affaire sur 3 départements. Après tout ce temps plus d'envie, plus d’intérêt, juste un travail alimentaire. J'ai touché au bois, à la menuiserie et je suis piqué. J'ai fait un bilan des compétences, une demande de financement auprès du FONGECIF pour financer un CAP de Menuisier Fabricant que je n'ai pas eu. J'ai démissionné et je me finance ma formation.

Aujourd'hui je n'ai jamais été aussi heureux et pris autant de plaisir chaque jour. Demain (cet été) je me lance en micro pour tester le marché et voir comment ça se passe. Possibilité de travailler en collaboration avec mon maitre de stage actuel.

Pour ma part je veux faire les choses à un petit niveau, travailler pour moi et pas pour les banques, pas d'emprunts, des achats d'occasions et de la mutualisation avec mon maitre de stage actuel. Pour la clientèle, elle se fera toute seule par du travail de qualité et qui doit se démarquer des autres surtout.

J'ai aussi parlé avec des pessimistes plus ou moins anciens et qui ne crois en rien. Je les écoute et garde dans un coin de ma tête leurs idées mais il y'a tellement plus de bonne choses à récupérer à droite et à gauche auprès de personnes plus moteur. Je suis dans le fin fond du Puy de Dôme et il y'a plein de possibilité de travailler avec d'autres acteurs du bois, des gens qui font de la rénovation, des association qui rénovent des fours, moulins auprès de qui des choses sont aussi à prendre.

Nous avons fait en début d'année une cuisine pour un particulier qui voulais la prendre chez IKEA au début. Il faut arriver à se démarquer avec une philosophie à proposer. Des gens y seront sensibles et auront le budget pour faire travailler des petits artisans.

Voila, je te donne un retour, je sais pas ce qu'il vaudra mais je suis a disposition si besoin,

@+

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
SebD

Une question bête mais est ce que l'activité qui te correspondrait le plus (pour en vivre dans ta zone et pour te faire plaisir) ce ne serait pas une activité un peu à la Olivier Verdier. Il a fait des vidéos sur son métier de "menuisier de campagne" qui sont pas mal je trouve.

Et au final ça se rapproche du conseil de trente six seb

Folgansky

Menuisier de village ^^

sylvainlefrancomtois

completement ! je trouve que son travail illustre parfaitement éclectisme de la profession !

Boris Beaulant
( Modifié )

Attention que pour être rentable sur YT, il y a de gros investissements à faire aussi (matos vidéo, logiciels, ordi, ...).
Et c'est aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps. De mal à très mal rémunérer par YT.
Sans compter que pour garder une place un minimum rémunératrice sur YT, il faut au minimum 1 à 2 vidéos par semaine. C'est beaucoup d'heures. Et question liberté, c'est pas foufou. Il faut aussi savoir tabler sur ce qui marche. L'originalité ne fonctionne que sur le long-terme. Mais avant, on y a laissé des plumes.
Y a pas d'Eldorado par là, seul le travail paie sans compter que ça paie pas fort. Quoi qu'il arrive les pubs de brico sur YT se vendent moins bien que les pubs d'objet plus grand public.

Bref, viser un boulot d'ébéniste me semble moins hasardeux que celui de Youtubeur, si on veut en vivre.

La magie, par contre, c'est que c'est accessible à tout le monde.

Stef64
( Modifié )

+1 Boris Beaulant
a cela je rajoute que faire des vidéos c est pour montrer des choses, pas une inieme vidéo sur "comment coupé droit avec une scie sauteuse". Sur le flot de proposition que l on trouve sur YT combien se démarquent ? Peut a mon sens (sans parler de la sécurité dans certain cas ou c est la cata).
Pour être honnête, quand je vois le temps que je passe pour développer ma boutique et la faire vivre je ne vois pas comment trouver le temps de faire des vidéos en plus, pour moi Boris et Olivier sont des extraterrestre ou ils ont inventés la journée de 48h.

SebD
( Modifié )

Je ne parlais pas de faire Youtubeur mais de s'inspirer de ce qu'il présente de la façon de faire son métier de menuisier qui pouvait être en adéquation avec les attentes de Boris19 .

JPA33
( Modifié )

Stef64
Surtout que la plupart des vidéos.... montrent.... mais ne démontrent rien !!... mais parfois ça peut donner quelques idées.... à creuser.

Boris Beaulant
( Modifié )

JPA33 montrer c'est déjà une part de la transmission. Et ça aiguise la curiosité du spectateur. Ce qui est bien mieux que la passivité que l'on pourrait avoir devant un process tout expliqué. Enfin, c'est mon avis :)

JPA33
( Modifié )

Boris Beaulant

La plupart des Vidéos (Sur le thème choisi), "montre…. mais ne démontre pas grand chose", c'est que du pur visuel….. surtout s'il n'y a aucune explication sur le pourquoi et le comment faire/tracer !!

Si c'est pour dire "Donnes-moi les côtes" pour que je m'y mette" !!.... Je ne vois pas ou est la Transmission !... sans un minimum utile à l'apprenant.

De plus, vouloir reproduire un Assemblage par Q.A. pour son futur Maillet, ce peut-être merveilleux….. quand on a compris… le comment faire/tracer (C'est à dire passer par une petite Epure !).... et non en se basant sur une Vidéo qui vous montre comment une "Tricherie" a été employée (Et reconnue par son auteur) pour réaliser son propre modèle !! Je trouve cela, pas normal et néfaste pour des apprenants.

Une simple Epure aurait montrée la non faisabilité dans la conception de ce cas précis, et le pourquoi !.... A moins de trouver et de démontrer que des solutions proches existent, et respectant le Visuel final de l'Ouvrage une fois monté.

La curiosité Oui, mais il faut pouvoir aller jusqu'au bout !!.... avec une connaissance minimale que seul un Praticien peut fournir (Dans le cas présent, par un Process détaillé, et/ou par une Epure à l'Echelle Vraie Grandeur ici)..... ou se faire Coatcher.

Mes Jeunes (Dans d'autres domaines du Bâtiment) connaissaient ma Devise : "Faire avec…. mais pas pour", et venaient me voir….. avec 'quelques choses' dans les mains pour en discuter.

Cordialement.

executionbois

Absolument d'accord aucun intérêt de se taper une vidéo de 25 minute pour regarder un gars qui pense savoir et qui sans s'en rendre compte montre des énormités bien souvent je fait des saut pour abréger la torture et si c'est répétitif je passe mon chemin

Kentaro

D'accord sur l'inanité quand à la forme, de pas mal de videos qui ne sont la que pour satisfaire l'ego des auteurs.

D'accord également sur les règles de sécurité de base qui ne sont pas toujours respectées.

Par contre, même si c'est mal fait, pas dans les règles de l'art du "vrai praticien", très souvent, ça marche, et cela permet aux bricoleurs de bricoler et de se faire plaisir avec un bout d'bois. C'est l'objectif.

Ces videos ne sont pas des cours pour devenir un vrai praticien, mais pour donner des idées à des bricoleurs.

JPA33
( Modifié )

Kentaro

Oui bien sur.

trente six seb

Et certains ne voient que ça et pensent que les youtoubeurs sont les inventeurs de certaines réalisations ou certains procédés. C'est parfois vrai, mais ce n'est pas si fréquent.
Certains youtoubeurs ne font que parler et c'est chiant AMHA.
D'autres sont très pratico pratique.
Bref, il y a de tout et ça permet à tout le monde d'y trouver son compte au final.

Kentaro
( Modifié )

En fait, il faudrait qu'il y ait plus de (bons) professionnels qui fassent des (bonnes) videos... Mais ce n'est pas nécessairement dans leur culture... et ils ont d'autres choses à faire...

trente six seb
( Modifié )

Kentaro exact ! en tout cas c'est mon attente à moi, personnellement, individuellement.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
Honorin Noel
( Modifié )

Salut,

Pour moi, il y a du boulot, le plus dur c'est de se faire connaître, un carnet d'adresse se fait sur toute une carrière.
Je t'explique une chose que j'ai vécu il y a deux ans, je sortais de mon BTS SCBH que j'ai fait en alternance chez un artisan menuisier/ébéniste, qui part en retraite un janvier 2021,
j'avais le choix de reprendre son carnet d'adresse ou de travailler comme dessinateur dans une grosse boite de construction bois, je devais faire ce choix à l'âge de 20 ans, mais j'ai eu la peur d’être mon propre patron à 22 ans, je me disais que je n'allais plus avoir de vie, plus le temps de profiter de ma jeunesse donc j'ai choisi d'être dessinateur.
Je le regrette énormément car son carnet d'adresse c'était de l'or en barre et c'était un boulot que j'apprécier énormément.
Donc je fais mes meubles ect en dehors de mon temps de travaille, avec le bouche à oreille je fais quelques trucs par ci par la, et dès quand j'aurais trop de demande la je penserais à en faire mon métier.
Donc c'est pour dire que il y à du boulot mais tu en auras pas en claquant des doigts ça se fait avec le temps et le bouche à oreille.
A 49 ans si tu débutes dans le métier et que tu espères avoir du boulot par dessus les épaules tu te trompes à mon avis.
Ça peut commencer par un ami ou de la famille et la suite c'est que du bouches à oreilles.

Mis à jour
Folgansky
( Modifié )

Avec Internet il y a bien plus que le bouche à oreille. Mais tout dépend de la zone géographique couverte par le métier choisis.

Le bouche à oreille permet notamment que d'autres fassent notre promotion et c'est toujours plus convaincant d'être vanté par un autre que soi-même

Honorin Noel

Oui, je parle de mon expérience personnelle, je n'ai jamais travaillé à l'aide d'internet, je pense que ça ne peut être que bénéfique si tu exposes tes créations et tes idées, mais comme tu le dis, si je dois embaucher quelqu'un pour faire quelque chose je privilège un artisan du coin ou j'ai entendu de bons échos que une personne sur internet que je ne connais ni d'adam ni d'eve.

Stef64
( Modifié )

+1 Honorin Noel
Internet c est bien mais faud avoir du contenus a mettre dessus et quand tu debute il n y a pas hrand chose a mettre.
Le bouche a oreille, se montrer localement ( par le biais de diverse manifestations) sont a mon avis les points a privilégié en premier.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
trente six seb

Salut Boris19, ce qui t'arrive n'est pas très agréable mais je suis sûr que c'est un mal pour un bien et que tu vas te régaler dans ton nouveau futur métier.

Concernant l'ébénisterie et la charpente, je suis arrivé aux mêmes conclusions que ton scieur. D'ailleurs, depuis lors de stage, j'ai vu beaucoup de menuisiers qui avaient une formation d'ébénistes mais n'avaient pas trouvé de travail dans ce secteur.

Ceci dit, un ébéniste m'avait dit également, qu'à force de dire qu'il y avait pas de débouchés, les débouchés se tarissaient effectivement car ceux qui recherchent ne trouve pas. Mais c'est le seul témoignage qui nuance un peu tout ce que j'ai pu en conclure.

Il faut toutefois reconnaître que Boris Beaulant exerce avec passion le métier d'ébéniste. Mais son ébénisterie me semble modernisée et dépoussiérée. Kentaro me corrigera si je dit une bêtise mais je pense que c'est le genre d'exemple qu'il a en tête quand il dit que c'est possible.

La charpente m'a paru trop physique, c'est pour ça que j'ai opté pour la menuiserie.

J'avais trouvé quelques sources d'informations locales :

Ensuite, pour avoir des informations locales, tu peux t'adresser :

  • à la CAPEB
  • à la Fédération Française du Bâtiment
  • à la Chambre des Métiers
  • aux organismes de formations (MAIS ATTENTION, LEUR SECTEUR EST EN CRISE et certains sont prêts à dire et vendre n'importe quoi)
  • ... etc

J'avais eu un contact avec un expert de la filière bois. Je vais voir si je retrouve ses coordonnées et je te les envoie en MP.

Bon courage à toi, bonne réussite surtout, il te faudra de la persévérance mais ça vaut le coup.

@+

Seb

Boris Beaulant
( Modifié )

Il faut toutefois reconnaître que Boris Beaulant exerce avec passion le métier d'ébéniste.

Arf, je crains fort ne pas pas pouvoir être cité comme un exemple de réussite. Je me paies en dessous du seuil de pauvreté depuis 6 ans. Je pense franchement qu'il y a assez peu de gens pour rêver de vivre d'amour et de copeaux frais.

Après, je ne dis pas qu'il n'y a pas de boulot. Le métier a un avenir, je ne suis pas pessimiste là dessus. Mais faut rien donner et avoir les dents affûter. Comme toutes les activités indépendantes.

trente six seb

L'aspect financier est autre chose. C'est évidemment super important, et notamment dans le cadre d'une reconversion. En effet, on accepte de baisser les revenues ... mais jusqu'à quel point ?

Ce que je vois, c'est ton niveau d'activité. Il y a eu une discussion sur ce sujet il y a quelques temps. Il est toujours possible de poser des fenêtres en plastique pour arrondir les fins de mois. Par choix ou par obligation.

Et surtout, sur ta page YT, tu te présentes comme "Ebéniste".
(alors que sur ton site, c'est créateur de mobilier et objets en bois : j'ai eu peur de m'être fourvoyé^^).

Autre point à souligner : tu dis que financièrement c'est difficile (je le traduis comme ça, ce n'est peut être pas exactement ta pensée et c'est sans doute un euphémisme). Alors que tu as un niveau de maîtrise significatif dans ton domaine. Il faut bien imaginer, que sans ce niveau, ça serait pire. (ça fait partie des raisons pour lesquelles mon projet perso n'est pas de m'installer à mon compte même si je n'exclus rien).

Boris Beaulant
( Modifié )

Je pense que c'est même pas obligé de faire du bon boulot pour avoir de bons revenus. Limite le bon boulot est un frein à la rentabilité. Il n'a l'avantage que de mieux participer à ta communication.

La caractéristique principal de tout entrepreneur c'est de ne pas se sous estimer. De savoir se vendre au prix qui lui sera juste et de défendre cette position. Bref, être bon dans son métier est une réelle valeur avec un patron, mais ce n'est que la moitié du boulot si on son propre patron. L'autre moitié étant partagée entre le commercial et le gestionnaire :)

Les finances sont tendues, non pas parce que je n'ai pas de boulot, mais parce que je passe trop de temps sur des choses qui ne me donnent aucun revenu. Et même si je ne le regrette pas. Sans ça on serait pas en train de parler ici. Sur le long terme, il y a un équilibre qui se cherche.

Wep, récemment, j'ai osé me présenter sous l'étiquette "ébéniste". Et je dois avouer que c'est autant marketing qu'une étape personnelle.

Avec le recul, ce que je dis à tous les jeunes qui me contact ou les moins jeunes qui veulent se reconvertir, c'est que ça reste un métier physique qui demande de gros investissements. Humains et financiers. Que l'autoformation est bien mais lente. Que la formation est indispensable et participe à la création du réseau. Mais au delà de ça, il faut investir pas mal d'argent pour commencer et pas trop tarder. Faire avec 4 bouts de ficelles n'est pas rentable à moyen terme.
Mais surtout, il faut aimer ce qu'on fait, ça se verra et ça donnera un bon relationnel avec les clients. Répondre dans les temps et plus important que de livrer de l'exra beau.

Oak

Je suis si d'accord...

trente six seb
( Modifié )

Oak C'est ce que j'allais dire : Oak il a dit presque la même chose il y a quelques minutes.

Boris Beaulant : on est bien d'accord que l'aspect financier est déconnecté du bon boulot. Mais le "bon boulot" peut se voir sous 2 angles différents. D'un côté, c'est le résultat obtenu, l'effet waouh du client, qu'il faut arriver à monétiser. Et ça, c'est compliqué. Les échelles de valeur se sont perdues. Je me souviens d'une vieille vidéo d'Olivier Verdier qui disait qu'il achetait des charnières plus chères chez son fournisseur (avec ses prix pros) qu'en les achetant chez IKEA... avec le caisson qui allait autour.

L'autre côté du "bon boulot", c'est la capacité professionnelle à obtenir ce résultat. Si on est son propre patron, c'est aussi pour faire les choses comme on le souhaite.

Tu es peut être trop perfectionniste (quoique dans ton dernier bureau, tu as eu du mal à faire des assemblages d'équerre^^) mais tu maîtrises ton sujet. Quelqu'un qui ne ferait que du traviole mais sans le faire exprès aurait du mal à faire rentrer les factures.

Pour ce qui est de l'investissement tu as parfaitement raison, même si là aussi ça se discute. Le plus important reste d'être sélectif dans les investissements, de ne pas mégoter mais de n'investir que dans le vraiment utile (et rentable).

MonsieurBella

En tout point d'accord!

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
jaimelebois

Bonjour,
C'est sûr que s'installer c'est toujours un challenge, après il faut aussi se diversifier dans son activité et pour ça il y a une tendance intéressante, c'est le développement de l'intérêt des néophytes pour les métiers du bois en hobby, retour à la matière ...
Aussi pourquoi ne pas proposer d'animer des "ateliers menuiserie" d'une journée de temps en temps pour aider des personnes intéressées à commencer à toucher au bois pour faire un petit objet ou un petit meuble ?
Il y a ça sur kookooning.com...r-faire/...mais ils sont un peu en perte de vitesse.
Sinon il y a un nouveau site moments-france.fr qui se développe depuis le confinement département par département pour faire local et ils recherchent des ateliers à proposer !
Bon courage à tous les entrepreneurs !

SebD

Je ne sais pas si c'est facile à faire pour quelqu'un qui vient de s'installer mais c'est ce que fait le menuisier chez qui je prends des cours et c'est effectivement relativement fréquenté.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
executionbois
( Modifié )

Je vais essayer de rester dans le sujet, je risque de ne pas être si objectif que ça, je me suis installé dans les années 90 et comment dire j’ai tout fais, de la menuiserie de la charpente, du pvc, de la résine, de la restauration de meuble, de la fabrication de mobilier régional en fait j’ai survécu
Je suis issu de la filière bois depuis toujours, pas de reconversion, sortie des écoles je me suis formé sur les chantiers puis j’ai enfin réussi à intégrer l’atelier, 4 années après avoir intégré cette entreprise je prends le poste de chef d’atelier, j’étais le seul à l’époque à avoir une maîtrise, à 25 ans j’ai 25 personnes à diriger des chantiers de grosse ampleur à gérer les commandes à faire bref de l’expérience je m’installe a 30 ans mais pas sans contrats mon bosse de l’époque avais besoin de personnes hyper compétentes le jour de mon installation j’avais suffisamment de factures pour pouvoir me payer quelques machines.
Mes dernières armoires lorraines, mes cuisines tout en massifs, les escaliers, 2 ans de boulots d’avance, tout s’écroule il a 10 ans et aujourd’hui je me suis séparé de mon personnels j’ai investi dans des machines pour le traitement des produits semis finis et je dois dire que pour un boulot moins chronophage plus rapide en exécution je vends le mobilier au même prix avec moins de stock une rentabilité de 70 % mais attention cela grâce a des architectes des collègues qui ne trouvent pas de personnel et pour qui je vends souvent ma main d’œuvre et là la rentabilité et encore meilleur puisque je n’utilise pas de matières premières tout est fournis par les collègues.
Conclusion la conjoncture et les tendances ne sont plus du tout comme avant les années 2000 il faut se réinventer travailler différemment je pense que si vous souhaitez changer de direction il ne fait pas vous limiter à vos seules envies mais prendre ce qu’il y a à prendre, ce qui permet de quelques fois avoir quelques retombés plus intéressantes il en vas de la survie d’une entreprise.
Bon courage à vous dans votre nouveau métier.
Encore une fois je n’expose que mon vécu et celui de quelques-uns de mes collègues avec qui je partage les mêmes analyses .

Mis à jour
sylvainlefrancomtois

belle analyse !

Stef64
( Modifié )

Je n ai moi que 2 ans de recul et malgré cela je rejoins l analyse de executionbois .
Si le metier a changer c est que les envies de clients a evoluer aussi. Ce qui a mon sens a bcp d importance c est que les clients d aujourd hui ont on un peu marre des standards actuels et veulent des produits qui leur ressemble tout en ayant un côté moderne et fonctionnel.
Il faud etre capable de touché un peut à tout ,produit semi fini , le massif et autres, proposer ce que les clients veulent et allé vers l utra-personalisation.
Investir modestement et seulement quand c est vraiment necessaire , etre tres attentif aux finances sont aussi pour moi des criteres tres important, cela ne veut pas dire être radin mais plutot être malin et parfois savoir faire avec ce que l on a.

Boris19

Merci pour toutes vos réponses et vos conseils.
J'assistais ce matin à des webinaires de la Fédération Compagnonnique du Tour de France. Pour la charpente, l'intervenant m'a dit un peu ce qui revient ici : la question du physique n'est pas vraiment importante, les solutions de levage existent et sont bien développées. Il rajoutait que le seul port important était celui du cerveau :-)
Je vais toquer à quelques portes pour faire des journées d'immersion, histoire d'être dans le concret, et voir de quel côté je me tourne.
Charpente et ébénisterie m'attirent. Le coeur penche plus pour l'ébénisterie, et comme dit plus haut, avec le web on peut toucher une clientèle un peu plus large. L'habitude est largement prise de payer même si on n'a pas le produit sous les yeux, et même pour de beaux objets. Il n'y a qu'à voir les ventes aux enchères online.
La charpente, ce serait peut-être plus une "valeur sûre" dans ma région, il faut que je voie ça plus en détails.
Effectivement, si on écoute toujours ceux qui disent "c'est mort", "ça a eu payé", etc... on ne fait jamais rien. Vers 30 ans j'ai créé ma maison d'éditions (terme pompeux, j'étais tout seul) et monté un magazine. Pas mal de gens m'avaient dit que ça ne marcherait pas, que la presse était morte, bref, les Cassandre habituelles. J'ai tenu deux ans avant de leur donner raison. Ca a planté, j'y ai passé toutes mes économies, j'ai mis des années à m'en remettre financièrement, mais je l'ai fait, et je ne le regrette pas une seconde. Cela dit, au lieu de monter sa propre entreprise, je trouve la solution de Boris Beaulant intéressante, via Oxalis. Ca viendra peut-être plus tard, une chose à la fois.
Merci à vous en tout cas, suite bientôt si tout va bien !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
505 vues
11 réponses

Publications associées

0 collection

Licence

Licence Creative Commons
Autres questions de Boris19 
Navigation