L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
sylvainlefrancomtois

Chiffonnier moderne en arêtier courbe

par sylvainlefrancomtois 

Navigation

Chiffonnier moderne en arêtier courbe

Quelques boiseux ,m ont récemment poser des questions à propos de l arêtier cintré ,. c est pour cela que je propose ce petit chiffonnier moderne comme base de travail pour en expliquer la technique de l arêtier courbe !

Je suis toujours dans la même optique des derniers projets , partir de l épure ,et expliquer pas a pas le façonnage!

Du taf en perspective qui dit banco !!

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Mise en forme du projet sur sketchup

Dernièrement ,j ai décider de ne pas mourir idiot lolll ,je me suis téléchargé sketchup , Faut bien vivre avec son temps !! D habitude je fait un petit croquis au 1/10 eme sur papier quadrillé 5x5mm .
Apres avoir non sans mal , réalisé le coffre à jouet et la poubelle sur ce logiciel ,je me suis attaqué à la création en direct .

C est assez plaisant en fait !! voila donc deux autre vues de ce projet .

ce petit chiffonnier mesure 1500 mm x 760 mm x 470 mm il serait fabriqué en bois massif pour l armature et le reste en dérivés .

prochain article l epure traditionnelle !!

Publié Mis à jour

Partager  

Épure étape 1

mise en place de l épure

Pour la première phase de ce genre d ouvrage , il faut en tracer l épure en échelle 1 ,de manière à pouvoir développer les traits et courbes que l on ne connait pas et avoir les cotes réelles de fabrication .

Le principe est à la base le même que l arêtier droit ! il faut tracer son élévation (vue de face) et sa ou ses vues de cotes (droite gauche) puis une vue de dessus ou en plan et le développement .Dans le cas de notre projet , il faut les trois vues car il faut visualiser l 'emplacement dissymétrique des tiroirs .
Comme ce projet est de mesure imposante nous tracerons au sol ,nous devons prendre une plaque assez grande pour l élévation et les rabattements des cotés et pouvoir y accoler d autres plaques pour de futurs développements .
Dans l absolut ,un ouvrier qualifié développe une partie minime mais essentielle de son ouvrage ,la gymnastique cérébrale se faisant de fait par son expérience !
Ici , nous allons tracer l ensemble ,pour une lecture plus aisée de la marche à suivre .

traçage de l élévation et des vues droite et gauche

En tout premier lieu ,nous traçons des rectangles incluant aux extrémités ,les mesures d encombrement exactes de nos vues ( veillez à bien vérifier l équerrage). Ensuite ,nous traçons par des fuyantes les épaisseurs matérialisant le plateau du dessus et le plateau bas .
Nous fabriquerons maintenant une pige avec une latte droite et équarrie ,et nous relevons en traçant des traits ,la longueur totale ainsi que les emplacements et épaisseurs des plateaux ,puis à la herse nous divisons les emplacements de tiroirs !(photo 1)
Ce procédé est utilisé généralement pour l escalier ,il permet de prendre la longueur à diviser ,de la diviser ,et ensuite de pouvoir positionner cette pige ou l on veut et avoir des divisions très fiables et constantes à reporter ou vérifier (exemple en escalier vous avez à reporter vos divisions 6 ou 8 fois pour développer les limons et crémaillères il serais aléatoire de re diviser à chaque fois).
En se servant de votre pige divisée et tracée ,et en partant du trait de sol , nous reportons sur notre épure tout les points de division de part et d autre de nos vues ,et nous pouvons maintenant tracer toutes nos hauteurs de tiroirs sur l élévation et les cotes .
Cela nous donne donc nos emplacement de tiroir ce qui nous divisera la courbe future à développer ,ainsi que l emplacement d équerre placé entre le second et troisième tiroir (photo 2).
Nous traçons ensuite les points d arrivée de la courbe voulue sur la vue de face (photo 2)
1 le point d arrivée du dessus (reculement depuis le bord ici 30 mm)
2le point d équerre de la courbe situé entre le second et troisième tiroir (mesure prise sur le croquis au 1/10)
3 le point de reculement par rapport au plateau bas
Voila donc trois points définis ,par lesquels nous allons faire passer notre courbe des montants .

traçage de la courbe
Procédé souvent utilisé pour retrouver un centre d une courbe connue , ou faire passer une courbe par trois points définis , cette technique est incontournable dans l art des métiers faisant appel aux dessins technique .
Donc les trois points nous donne deux segments !
Sur ces deux segment par des arcs de cercles on élève la bissectrice perpendiculaire xy et x'y'à chacun des segments ab et bc ,ainsi construit l intersection des bissectrices nous donne le centre 0 de l arc de cercle passant par les trois points (photo 3 j ai exagéré la courbe pour la lisibilité )

A l aide d un compas à verge (peut être réalisé avec une grande latte) nous traçons notre courbe et sa parallèle qui représente les montants vue de face et de cotés , ainsi que les montants arrière . (photo 4)

Publié Mis à jour

Partager  

Épure étape 2

nota
comme vous pouvez le voir photo 1 aux deux régles positionnées sur les bissectrices ,le centre est très éloigné de notre épure ,cela indique que pour éviter un montage aléatoire pour pointer le centre du compas à verge et pouvoir tracer vos bois futur ,c est pourquoi il vaut mieux exécuter l épure sur des panneaux au sol (comme un escalier ou un travail de charpente ! de mon coté ,n ayant pas de matériel adéquate ,j ai tracé mes courbes au pistolet ,elles ne sont pas régulières mais constantes cela ne changeras pas grand chose au principe du développement qui reste le même !

tracé final des vues

Nous matérialisons nos bois par une coloration avec une craie nos montants et nos plateaux haut et bas (photo 2) ,comme déjà dit dans le coffre à jouet ,ce n est pas du coloriage ,juste une indication légère pour la bonne lecture de votre épure !
Ensuite nous finissons de tracer tout les tiroirs ,en les faisant correspondre d équerre aux naissances des courbes .
Ensuite sur les vues de face et cotés ,nous traçons leurs longueurs en laissant un retrait de 5 mm (en parties cachées , pointillé sur le dessin ) avant et arrière ,cela nous laissera du jeux pour tout ajuster le meuble futur car dans la courbe il y a toujours des "millimètres qui se promènent" ,il faut pouvoir tricher un peut ! Tout le monde en a fait l expérience ,il vaut mieux un joli retrait qu un laid affleurage !
Seules les futures façades de tiroirs partiront d un point zéro de la naissance des courbes !(photos 3-4-5)

Nous traçons aussi les profondeurs d entailles d assemblages entre le plateau haut et les montants (20 mm) .

Nous matérialisons les façades de tiroir ouvrantes et notre épure de base est terminée ! a ce stade ,elle nous donne déjà beaucoup d 'indications de fabrication !
1 Les cotes de chaque caissons de tiroir et définir les tiroirs proprement dit !
2 Les cotes des façades (nous pouvons les fabriquer ,mais laisser un peut de bois en longueur et les ajuster au final )
3 La longueur des montants arrières ainsi que leur courbes de fabrication
4 Les cotes de fabrication des plateaux

Ne manque pour la fabrication de notre projet ,que le développement pour la fabrication des arêtiers cintrés !!

Publié Mis à jour

Partager  

Épure développement de l aretier

généralités

Nous voila arrivé au stade très intéressant du développement de l arêtier (régulier plan à 45°)!, Celui ci nous permettra d avoir les mesures exact du bloc capable intégrant nos pièces courbes et de les façonner ,avec les "déformations" induites par la position dans l espace de nos montants .
Dans notre cas ,Il existe trois grandes manières de développer un arêtier en vue d ouvrages divers !
"1" Arêtier courbe sur un plan carré (vue en plan à 45°) avec faces d aplomb (généralement en charpente)
"2" Arêtier courbe sur un plan carré (vue en plan à 45°) avec les chants d équerre (celui que nous allons exécuter ,usage en menuiserie)
"3" Arêtier courbe sur un plan carré (vue en plan à 45°) avec les chants d équerre et développement du plat de la courbe de l élévation (menuiserie d art et ébénisterie)
dans l absolut la technique est toujours identique (élévation ,vue en plan ,et retours à l équerre des points vers le développement .
Je met dans la section plan à télécharger un exemple assez simple pour illustrer la marche à suivre !!

Installation de l épure

(nous ajoutons des panneaux pour tracer si il y a lieu , dans notre cas j ai fait un transfert sur un autre feuille) ,Nos panneaux successifs doivent être maintenus pour ne pas bouger au traçage (vissage ,ruban adhésif ..) si nous avons tracé la vue de face parallèle à notre panneau ,nous pouvons nous servir d un traînard pour faire filer les fuyantes utiles , sinon nous devrons reporter les parallèles en prenants les mesures au compas et et tracer à la règle .

travail sur l élévation

"1" Sur la courbe de l arêtier de l élévation ou vue de face nous numérotons les sections induites par les divisions de tiroirs ,point zéro correspondant à l arasement haut ,ensuite 1-2-3-4-5-6-7-8-et 9 pour le trait de sol .
"2" Depuis les points ainsi nommés sur la courbe ,nous élevons les perpendiculaires à la courbe de chaque points (tracé photo 3), en traçant à l aide d un arc de cercle quelconque deux point sur la courbe depuis un point donné,puis avec un écartement de compas plus grand ,on trace des portions de cercles qui se croisent ,enfin nous relions les intersections des portions de cercles par une droite ,et l on obtient les perpendiculaires à la courbe aux point donnés. Nous les nommons ar'- a-b-c-d-e-f-g-h-et i pour l équerre au trait de sol .
"3"Depuis ces points ,nous traçons des droites ,qui seront des hauteurs à retracer pour le développement futur .Nous transférons ces divisions sur notre pige de référence en les nommant a-b-c -etc ... (photo 1)

"Nota" C est la qui est intéressant d avoir la pige de référence indiquée au article plus haut ,elle permet d avoir une division très précise et un gain de temps pour les transférer sur une autre épure ,( l épure du développement)!!

tracé de la vue en plan ou de dessus

1 Sous l élévation Par des fuyantes , nous abaissons les extrémités du montant (pour notre cas la ligne 6 et le point extrême arasement (ar)). Nous traçons ensuite une droite a 45° qui coupe les fuyantes qui serons nommés 6' et ar'(oups je ne les ai pas noté sur le dessin)!
2 depuis 6' sur la vue en plan ,je trace de niveau une droite et sur celle ci j abaisse ensuite le point 6 depuis l élévation sur la vue en plan ,ainsi qu une autre d aplomb depuis le point 6'et je trace enfin le carré (je rappelle que le point 6 étant de niveau sur l élévation représente la seule partie équarrie de ma pièce ).
3 maintenant ,prenant comme base les points du carré ,avec des droites a 45° je trace les arêtes de chants de ma vue en plan
4J abaisse ensuite depuis l élévation sur ma vue de dessus les points zéro ar ar' et je trace ma vue d about .
Nous matérialisons celle ci et nous découvrons notre vue en plan
5Dans notre cas ,nous abaissons enfin les point sol 9 et i qui nous donnent à tracer en parties cachées l about du pied au sol

article suivant la suite (rabattement et développement )

Publié Mis à jour

Partager  

Épure développement de l arêtier suite

mise en place et développement de l arête de l arêtier

1 En tout premier lieu ,nous élevons une perpendiculaire depuis la vue en plan à partir du point zéro ou ar
2 Sur cette droite fuyante à l aide de notre latte de référence ,nous traçons tous les points de zéro à 9 (sol) et nous les nommons 1-2-3 etc....
3 Depuis tout les points ,nous traçons des lignes de niveau (nous nous servons de notre latte de référence sur une ligne fictive en face de notre ligne de référence pour les tracer ,cela évite d avoir à élever les lignes depuis les points avec des constructions longue ,pratique non ??) .
4 Depuis l élévation , nous abaissons le point 9 sur la vue en plan sur la ligne symbolisant l arête ,et depuis ce point donné sur la vue en plan ,nous élevons une perpendiculaire sur la ligne de niveau 9 du développement .L Intersection ,nous donne le point 9'(point de départ depuis le sol de notre développement de l arête .
5 Nous procédons ainsi pour tout les points à mesure et nous les nommons 8'-7'-6' etc... le point zéro ou ar étant l arrivée de notre arête !
6 Nous voila avec tous les points du développement de l arête de l arêtier ,que nous relions avec une cerce ,ce qui nous donne la première courbe développée de l arêtier .

nota Dans notre projet , la courbe étant de grande dimension ,il serait assez hasardeux de la tracer à la volée à moins d être à deux personnes ! Pour la tracer seul ,je préconise de faire comme dans la poubelle débillardée , à l aide de pointes clouées à chaque points enserrant la cerce (photo 3) ,ce qui sera pareil pour tracer notre futur bloc capable !

traçage des arêtes des chants (délardement)

1 depuis l élévation ou vue de face ,nous abaissons le point f sur la vue en plan , qui correspond à la seule section équarrie de notre montant ,(même ligne de niveau que 6) ,qui est aussi l angle du carre de base de la vue en plan .
ensuite nous élevons la perpendiculaire sur la ligne de niveau 6 du développement .la distance entre ce point donné qui sera nommé 6' et l arête déjà tracée ,nous donne la largeur vue du délardement !

2 maintenant C est très simple ,il suffit de prendre un écartement de compas de la longueur 6-6' et de la reporter sur toutes les lignes de niveau depuis l arête déjà tracer et ensuite avec la cerce de les relier !
Cela nous donne les arêtes des chants de l arêtier ! Comme nous le voyons les deux courbes ainsi tracées ne sont pas parallèles ,c est normal elles ont subie la déformation dans l espace qui correspond au changement d angle à mesure que la pente s accentue sur la courbe !

nota * pourquoi *les arêtes alors que nous n en voyons qu une ??? Car elles serons tracées de part et d autre de notre futur bloc capable ,mais sur l épure elles sont confondues du fait que nous sommes dans de l arêtier régulier (45°) .Dans de l arêtier irrégulier (élévation et vue de cote avec pente différente) ,il y aurais deux lignes distinctes du fait de la dissymétrie des délardements .

a suivre finalité de l épure

Publié

Partager  

Épure finalité

traçage de la dernière courbe l arête inférieur

La marche à suivre est similaire au traçage de l arête de l arêtier ,sauf que à ce moment la les points a-b-c etc .. une fois abaisser sur la vue en plan ,seront élevés sur le développement non pas sur les lignes de niveau en chiffre ,mais sur des lignes de niveau correspondant aux perpendiculaires de la courbe sur l élévation !!

1 Donc nous reprenons notre latte de référence ,et nous reportons sur le développement cote gauche ces nouveaux points ,nous les nommons et nous y traçons les nouvelles lignes de niveau ar'-a'-b'- etc...

2 Puis nous abaissons les points lettre sur notre vue en plan ,et depuis celle ci nous élevons tous les points sur le développement ,nous les nommons et les relions avec la cerce . Cette dernière courbe nous donne la pièce dans son entier .

3 A l aide des différents points , nous traçons la vues d about et nous la matérialisons .Nous pouvons aussi matérialiser en parties cachées les différentes sections de notre montants !

4 A l aide de tangentes ,passant aux extrémités hautes et basses ainsi que des courbes ,nous traçons l emplacement du futur bloc capable (c est ici qu il faudra le positionner) ,le rectangle ainsi tracé nous donne aussi sa longueur et sa largeur à corroyer (attention il faut ajouter un peut de bois ,j en expliquerais l utilité dans un article prochain).
pour son épaisseur ,ce sont les arêtes de la vue en plan qui les donnent (voir photo)

Voila notre épure terminée ,ouff ,nous pourrons ensuite développer au gré de notre façonnage différentes choses comme par exemple les entailles etc ...
Comme a chaque fois ,nous découvrons l incontournable utilité de tracer une épure en échelle 1 et la précision qu elle doit donner .
en outre elle permet virtuellement de fabriquer en totalité un ouvrage ,et d en découvrir toutes les difficultés ou vices à contourner

a suivre le façonnage des montants droit et arêtier

Publié Mis à jour

Partager  

Débit et corroyage des blocs capables

Débit

Donc ! notre épure terminée, nous avons tracé des tangentes à notre vue développement ,ce qui nous donne longueur et largeur théorique de nos bois ! ainsi que notre épaisseur capable qui correspond à la largeur totale de notre vue en plan .
Pourquoi théorique ? car ce sont les mesures exact sans jeu ! En effet pour tracer un bloc capable (http://www.lairdubois.fr/pas-a...).
Il nous faut une référence fiable pour reporter les mesures prise au compas .
sachant qu il est aléatoire de tracer depuis une arête ,nous traçons un trait de trusquin à 2 ou 3 mm de cette arête pour pouvoir y piquer les pointes du compas !
De fait ,il faut ajouter ces 2 ou 3 mm au corroyage (si votre largeur est de 96 mm sur l épure ,nous tirerons de large à 98-99 mm). (photos 1-2)
Nous ajoutons aussi environ 1 mm en épaisseur qui nous garantira une petite protection du futur traçage si nous avions besoin d effacer des erreurs !!

Nous pourrions et ce serais préférable ,à l aide d un gabarit pris depuis l épure ,débiter nos montants courbes dans des plateaux déjà cintrés naturellement et rabotés en épaisseur ! Pour les montants arrières , il y à deux faces planes et la courbe à plat , cela ne pose pas de problèmes majeur à débiter et ajuster (mise en place sur l épure et traçage des courbes au compas à verge) .Par contre pour un arêtier ,nous devons partir d un bloc capable pour pouvoir le tracer !
Si nous débitons les arêtiers dans des plateaux cintrés ,nous les corroyons brut à l épaisseur ,et nous ajouterons une règle qui servira de guide au traçage pour remplacer le bois manquant (photo 3)

Maintenant si nous n avons pas la chance d avoir des plateaux cintrés naturellement ,nous débiterons nos blocs dans du bois équarri ! Ce faisant ,après traçage et sciage des blocs cintrés d arêtier ,nous récupérons les chutes et nous les collerons ,pour ensuite y débiter les montants arrières ,sachant que les courbes sont moins prononcées , il faut une petite gymnastique de l esprit pour déterminer si avec ce principe la courbe des montants arrières passe !! voir ajouter un peu de bois au bloc capable si besoin .

nota montants arrières Si notre courbe le permet ,il vaudrais mieux redresser les portion de courbes des chutes et coller à l arrière ,ce qui nous préserverais une face sans joint apparent sur le plat de la courbe , sinon nous recollons comme la (photo 4) en accommodant au mieux les fils pour un joint futur le plus discret possible .Apres il nous restera à les tirer d épaisseur à 50 mm puis de les placer sur l épure et de tracer au compas a verge nos courbes d usinage.

nota montants arrières Que le débit soit fait sur des plateaux cintrés ,ou que nous partions d un bloc équarri ,j insiste sur le fait qu il faut travailler au propre en préservant bien les faces ,et que celles ci soient corroyées avec soins ,car ne subsistera au final que l arête des chants ! Donc si un choc ou une rayure profonde altère l endroit ou sera placer votre arête future ,elle risque de ne pas sortir net ,et tricher dans ce genre d ouvrage n est pas du tout aisé .

à suivre ,le traçage du bloc capable

Publié Mis à jour

Partager  

Traçage du bloc capable

mise en place sur l épure

J ai fait une petite maquette du bloc capable en racine de rosier du Bengale loll pour illustrer la marche à suivre! Donc notre bloc équarri je l établi (un signe de montant suffit),puis je trace au trusquin sur la face du dessus ainsi que celle du dessous une parallèle à l arête droite de environ 2 mm ,ensuite je le place sur l épure le plus précisément possible par rapport au tracé des contours du bloc .
Normalement un des trait d épure est cachée à cause de la portion de bois supplémentaire au corroyage !Ce n est pas grave ,pourvu que l on aligne un chant ou l autre .
Des que celui ci est en place ,le fixer par pression ,serrage voir une goutte de glue à un endroit non stratégique ,car il ne doit absolument pas bouger tant que toutes les génératrices ne seront pas relevées !!.

relevé des génératrices

1 La première étape est le relevé des génératrices chiffres et lettres sur les chants du bloc ,pour cela nous nous munissons d un crayon 3h bien taillé et et une pièce carrée (équerre pleine en matériau rigide fin) ,puis nous relevons toutes les génératrices de part et d autre de notre bloc 1-2-3-etc a-b-c-etc ..et nous les nommons.(photo 1)

nota nous pouvons aussi relever seulement des point de piquage et seulement après les tracer à l équerre traditionnelle ,il faut faire attention de bien nommer les point et génératrices à mesure !

2 Ensuite , nous rabattons sur les faces dessus dessous avec une équerre tout les traits nommés des deux chants ,en prenant soins de les arrêter à peu prés au milieu des faces ,ceci pour éviter de les confondre par la suite et nous les nommons .(photo 2) Cela nous donne une série de traits 1-2-3 etc.. et a-b-c- etc.. qui vont nous permettre de tracer les lignes de niveau nécessaire à l exportation depuis l épure de tout nos points des courbes futures.
Pour tracer nos lignes de niveau ,il faut se référer aux points de sol ,aux points d about haut ou aux points 6-f ,qui sont les seuls représentant un niveau de notre projet global.(photo 3)

3 Nous prenons une sauterelle ou fausse équerre ,et nous la réglons sur 6-f ,pour avoir l angle exact de nos lignes de niveau d un chant à l autre ,et nous traçons sur le dessus et dessous toutes nos lignes de niveau en chiffres et lettres (photo 4) ,cela nous donne une série de ligne parallèles (il faut pour une lecture facile les tracer d une autre couleur par exemple en rouge et,arrêter le traçage des lignes en lettres à peu près au milieu du bloc )

tracé de l arêtier

Ce munir d un compas à vis de réglage type stanley (c est préférable). Depuis la ligne tangente du bloc sur l épure ,relever les écartements des points chiffres un par un et les transférer sur le bloc ,en piquant bien le compas sur le trait de trusquin du bloc et en traçant une petite portion de cercle sur chaque ligne de niveau correspondantes .
Enfin à l aide d une cerce ,relier tous ces points . Ceci nous donne la courbe de l arêtier ! (photo 5-6)

nota IL n est pas nécessaire de retracer cette courbe sur le dessous ,elle seule suffira à chantourner le bloc ,
seule la ligne d arête des chants sera à tracer sur les deux faces

prochain article suite

Publié Mis à jour

Partager  

Traçage du bloc capable suite

traçage des arêtes des chants

Nous voila à la seconde étape du traçage des courbes ,en l occurrence la courbe des arêtes des futurs chants!
c est la seule courbe nécessaire à tracer sur les deux faces dessus dessous ,car elle nous servira de base au délardement ,à la fois pour les faces de l arêtier et de ses chants .
Pour cela elle doit être parfaitement symétrique d une face à l autre !

1 Nous prenons un écartement de compas sur la ligne de référence niveau 6-f de l épure (qui je le rappelle est la ligne de niveau "0") depuis la courbe d arêtier à la courbe de l arête des chants .(photo 1)
2 Nous reportons cet écartement sur toutes les lignes de niveau chiffre 1-2-3-4 etc ..et sol et ar ,depuis la courbe déjà tracée de l arêtier (je rappelle ici que cet écartement constant depuis les lignes de niveau induirons la "déformation" de la future courbe) .(photo 2)
3 nous reprenons notre cerce et nous relions tous les points donnés .

nota attention pour le tracé à la cerce ,nous ne devons pas utiliser les clous guides pour cette courbe ,les trous pourraient êtres visibles sur les délardements futurs ,il serait judicieux d être plusieurs pour tenir la cerce ,ou par serrage mettre des cales pointues aux points de traçage , dans l absolut il faut que les courbes soient linéaire et sans cassures c est important !!

4 Cette courbe est à tracer aussi sur la face du dessous ,pour ce faire ,nous prenons l écartement de compas depuis l épure de chaque points ,de la tangente jusque à la courbe d arête ,mais sur les lignes de lettres , et nous reportons ces écartements sur les lignes correspondantes de la face du dessous depuis notre trait de trusquin .
5 Nous vérifions bien les concordances avec le compas ,que les points ainsi tracé ,correspondent bien à la ligne déjà tracée sur la face (elles doivent êtres impérativement symétriques) , et si tout est bon ,nous relions les points avec la cerce . (ce sera la seule courbe sur la face de dessous)

traçage de la dernière courbe

Celle ci sera le chantournage de la courbe intérieur de l arêtier ,elle nous donneras la "déformation" induite par le façonnage des chants

le principe est le même ,sur l épure ,nous prenons les écartements de chaque point depuis la tangente ,jusque au point donne par la courbe sur les lignes de niveau en lettres ,puis nous reportons chaque écartement sur le bloc.
Puis à l aide de la cerce nous relions ces derniers (utilisation des clous guides).(photos 3-4).

finition du traçage

nous procédons de même pour le second bloc (et oui nous avons 2 montants en arêtier dans le projet).Nous pouvons gagner un peu de temps ,en transférant de bloc à bloc les germinatrices à l aide de l équerre ! Ainsi que nous pouvons marquer chaque report au compas sur les deux blocs à mesure (attention toutefois ,si il y a une erreur de traçage ,elle sera sur les deux !!cqfd)

Enfin ,nous mettons nos établissements d usinage ,croix, hachures etc ...

voila les blocs tracés et prêt à être exécutés ,ils devraient ressembler aux photos 5-6

Dans tout tracé de bois ,faisant appel à un développement ,la rigueur du relevé de points est primordiale ,il vaut mieux vérifier plusieurs fois son traçage !!
la géométrie descriptive , associée à l art du menuisier devient essentielle à de beaux ouvrage ,et elle ouvre des portes insoupçonnées pour les novices , à de la créativité sans limites .
bien sur ces techniques demande du temps et plus de bois à utiliser à une époque ou tout va vite ,c est pour cela qu il est triste de constater la perte progressive de ces savoir faire .

à suivre le façonnage des bois (re bonjour rabot à débillarder) !!

Publié Mis à jour

Partager  

Façonnage des arêtiers cintrés

introduction

Les arêtiers cintrés sont par définition des bois courbés avec des plats et arêtes non constantes , c est pour cela qu ils se tracent avec des points et s exécutent par enlèvement successif de chaque faces indépendamment des autres.
A part la scie à ruban ou le rabot Electrique qui permettent de dégrossir "à la volée" vos bois , seul les outils à main sont appliqués à ce genre d usinage ,cela parait compliqué ,mais en fait c est très gratifiant et intéressant de se retrouver à la place de nos anciens !
le corroyage de ce type vous assure une parfaite finition (à l époque il n y avait pas de papier de verre ,seul des outils parfaitement affûté et le travail de qualité vous sortait des bois d aspect brillant et des arêtes nettes brutes de rabot !!

étape 1 le chantournage des blocs capables

La scie à ruban ,reste le meilleur pour cela ,elle permet de suivre les tracés interne et externe parfaitement !!
Donc nous commençons par chantourner nos 2 blocs ,nous laisserons nos traits sur les blocs de manière à pouvoir finir nos chants ,en les calibrant avec un rabot à semelle cintrable ou au bloc à poncer sur la toupie , sachant qu il doivent par superposition sur notre épure ,correspondre au tracé du développement !
C est important car vos courbes correspondent aux arêtes futures .(photo 1-2-8)
Comme indiqué plus haut ,vos chutes serons recollées et recalibrées pour les montants arrières de notre projet, en associant du mieux les fils . Pour ceux ci même chose ,il faut les recalibrer de manière à ce qu ils épousent l épure .(photo 2)
Un avantage ,c est que si vous êtes partit d une courbe régulière ,vous pouvez les tracer depuis le compas à verge de l épure (gain de temps et précision par rapport à un gabarit).

étape 2 les délardements

Voici nos blocs chantournés et calibrés ,il faut maintenant à l aide d un trusquin (au crayon pas à la pointe) tracer deux lignes sur les chants de nos bloc ,au centre qui matérialiserons nos arêtes futures ,et serons nos tracés d exécutions des délardements.

L opération 1 sera d exécuter en premier les courbes concaves ,en effet elles sont plus compliquées à finir (rabot à débillarder) ,et la présence des plats du bloc encore existant permettent d avoir une bonne surface de serrage à la presse d établi .
Nous dégrossirons les plat à la scie à ruban à la volée (photo 3) (cela demande de l expérience ,un trait mordu = pièce perdue),ou une série de traits de scie à main suivie d un enlèvement ciseau maillet du bois chute (dessin photo 4-8). Puis au rabot à débillarder nous corroyons nos faces en approchant "moitié de trait" nos tracés ,et la vérification des plat avec la lame d équerre positionnée parallèlement aux lignes de niveau (elles seules sont constantes). (photos 4-5-6)

Très important des que vos faces sont corroyées ,il faut impérativement retracer vos ligne d abouts et emplacements important (plateaux,tiroir) il serais fastidieux de les retrouver après exécutions des faces !!!
Il est possible ,de marquer les coupes d abouts avant de délarder ,en les amorçant au 3/4 de part et d autre et de les finir une fois les arêtier corroyés complètement (attention aux éclats de contre fil au rabotage).

L opération 2 ,maintenant les délardements convexes à exécuter ,la marche à suivre est la même ,par contre l usage d un rabot traditionnel est requise , quelle que soit la face ,toujours travailler en fil !!!
des que toutes les faces sont executées ,vos bois sont corroyés la photo 8 vous montre que la pièce finie "colle" parfaitement à l épure !!

il n y a rien de compliqué ,juste de la rigueur et de la patience ....

les maquette ci dessous sont en carton plume ,pas facile d Etre très précis avec un cutter mais montre bien les étapes .
En bois cela sent bon , les copeaux sifflent ,et les faces terminées brillent comme si elles étaient cirées ,j espère que vous en ferez l expérience

à suivre les plateaux !

Publié

Contenus associés

On en parle ici

sylvainlefrancomtois a publié le pas à pas "Chiffonnier moderne en arêtier courbe".il y a 9 mois
jeanco77
 

On a hâte de voir la suite.

keke83
 

Oui...je bave déjà!

Keke

Zeloko
 

Bah je reste bluffé par ta rapidité de prise en main de Sketchup ;)

sylvainlefrancomtois
 

hello zelo !merci ! en fait je fait comme si je fabriquais en bois ,je vais à l essentiel montant traverse etc ...,et je découvre petit à petit les fonctions ! par contre si tu connais un plugin pour les vues éclatées ,les infos sont bienvenue

sylvainlefrancomtois a publié l'article "Épure étape 1".il y a 9 mois
mattlalielouise
 

pour les vue éclatées il suffit de demander voila .
mais je crois que tu l'à.

sylvainlefrancomtois
 

merci mattla ,le problème ca me marque désolé nous ne pouvons pas prévisualiser le fichier ??? je connais pas trop en informatique ,il faut faire quoi ??

mattlalielouise
 

Une fois que tu a télécharger le ficher Eclate_Deplace.rbz
tu lance sketchup, tu clique sur fenêtre puis préférences, extension, installer l'extension puis tu clique sur le fichier télécharger: Eclate_Deplace.rbz puis tu valide.

sylvainlefrancomtois
 

il y a marqué en haut s inscrire ? ,je n ai rien qui télécharge ?

mattlalielouise
 

il n'y a pas télécharger (2,1KB) ?

mattlalielouise
 

effectivement le lien semble mort teste ici

sylvainlefrancomtois a publié l'article "Épure étape 2".il y a 9 mois
executionbois
 

hello comment tu annime tes tiroirs je n'ai pas vu de détail a ce sujet ,
j'aime bien le concept.

foal
 

j'admire ta maîtrise de ce logiciel, je n'ai pas encore franchi le pas,pourquoi huit tiroirs?ça ne me "chiffonne pas",un par jour de la semaine est très classique ,c'est vrai et le 8 est entre autre le symbole de l'équilibre cosmique!!!bravo ,j'ai hâte de voir la "bête" terminée.

sylvainlefrancomtois
 

hello exe et foal !les tiroirs sont dans des caissons indépendant des uns des autres ,on peut tout imaginer (coulisse en bois ,traditionnel à vif sur les chants,coulisse à roulettes)
pour le logiciel cela fait à peine un mois que je l ai téléchargé ,en fait je fait un volume qui correspond aux cotes de mon modèle ,et je trace comme si je construisait (montants ,traverse etc... )puis petit a petit je découvre les fonctionnalités .
un avantage en étant expérimenté ,c est que un ouvrage que l on dessine (papier ou informatique )il est déjà construit et détaillé dans la tète ,cela deviens un automatisme de le re transcrire .
huit tiroirs car la division permet d avoir deux tiroirs sur les cotés ,et puis quand on crée il faut ce lâcher un peut non !!!

sylvainlefrancomtois a publié l'article "Épure développement de l aretier".il y a 8 mois
keke83
 

Après avoir fais 7 ans de dessin technique à l'école je pensais être pas mal mais tu me montre comment fair mieux.
Merci pour ce cours magistrale.

keke

sylvainlefrancomtois a publié l'article "Épure développement de l arêtier suite".il y a 8 mois
sylvainlefrancomtois a publié l'article "Épure finalité".il y a 8 mois
sylvainlefrancomtois a publié l'article "Débit et corroyage des blocs capables".il y a 8 mois
sylvainlefrancomtois a publié l'article "Traçage du bloc capable".il y a 8 mois
sylvainlefrancomtois a publié l'article "Traçage du bloc capable suite".il y a 8 mois
sylvainlefrancomtois a publié l'article "Façonnage des arêtiers cintrés".il y a 8 mois
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 168 vues
14 commentaires

Contenus associés

Voir aussi