L'Air du Bois est une plateforme numérique Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les passionnés et curieux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Pierro

Partie #2 - Miroir de la SDB en frêne

par Pierro 

Navigation

Partie #2 - Miroir de la SDB en frêne

Dans la foulée du meuble de SDB sous vasque, je continue sur la lancée ... sinon, je sais que ça pourrait durer un petit moment.

Viendrait alors, s'intercaler d'autres projets. Et là, je crois que j'entendrais parler du pays !

Rapide "pas à pas", dans la suite du premier. Essentiellement pour montrer quelques petites astuces, enfin que je trouve intéressantes, sur les queues d'aronde traversantes.

Bonne lecture et merci pour vos conseils et commentaires !

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

L'idée de base

Pour ce miroir, l'idée est de faire un miroir tablette, qui permettent de poser éventuellement un flacon, ou autre chose dessus.

Rien d'extraordinaire à ce niveau, si ce n'est qu'il faut que la planchette soit solidement maintenue par la structure du miroir.

L'option des queues d'aronde est évidente à mes yeux, mais je n'étais pas forcément sûr s'il fallait une version traversante ou recouverte en terme esthétique (pas forcément quelque chose où je suis naturellement doué : plus tendance aux choses pratiques en général ...).

Bref, je fais un rapide dessin.

Il faut, dans les contraintes de ce miroir, pouvoir changer la vitre au cas ... J'ai déjà réalisé des petits miroirs, mais j'avais choisi de ne pas mettre de par-close ...

Du coup, je me suis dis qu'une petite planchette avec un embrèvement à l'arrière permettrait de recouvrir la rainure et d'enfiler éventuellement un miroir par le haut.

Comme je n'étais vraiment pas sûr de mon coup, j'ai testé sur 2 morceaux d'épicéa la solidité et la faisabilité de la chose... bof, et c'était évident dès le départ : en coupant à travers fil, je fragilise l'embout qui fini par éclater si l'embrèvement est trop serré.

Retour à la case départ !

Publié Mis à jour

Partager  

Préparation du bois

J'ai donc commencé ce projet par préparer un stock de planches.

Mon souci principal est que je n'ai pas la place (comme beaucoup) d'entreposer de grandes quantités de bois dans l'atelier. Conséquences, je n'ai qu'un petit "reste" de mon meuble sous vasque dispo, et les plots sont rangés sous des tôles ...

Il pleut !

Donc je revois mes côtes, et compose avec ce que j'ai. Le miroir aura des bois de 2cm d'épaisseur pour les planches du bas et du haut et 15mm pour les côtés.

J'attaque la préparation de la première planche de frêne.

Pas si mal, mais il me faut 4 belles planches, puis 2 traverses ...

Je vais donc refendre en hauteur (Scie à ruban) en utilisant un guide fait "à l'arrache" pour ce type de travail. Il faudrait que je me fabrique un "vrai" guide parallèle, comme celui de Nico. Trop bien ... mais quand j'ai du temps de dispo, ... ? aie aie, toujours reporté ! Promis, je mettrai un post le jour où ce sera fait.

Un simple bout de CP 18mm, avec 2 coup de défonceuse pour passer les serre-joints rapides. J'ai aussi fait une encoche sur le haut (3ème photo), pour rapprocher le guide assez proche de la lame.

Entre parenthèse, j'ai plusieurs types de lame sur ma SAR :
- denture trempée
- bi-métal "flex-back pro" 25mm (outillage2000 si j'ai bon souvenir)
et cette dernière est un petit bijou tellement elle coupe admirablement bien. Je n'ai pas une grosse machine (volant de 480mm), mais honnêtement, j'ai refendu jusque 25cm de frêne sans souci avec.

Publié

Partager  

Recalage

Pas de secret au niveau des assemblages ... il faut recaler.

J'ai déjà fait plusieurs table à recaler. Celle de Paul Sellers est super.

Recaler consiste a assurer une coupe à 90° avec un rabot, sur le bois de bout. J'ai ici utilisé un bout de mélaminé d'un vieux meuble de marque suédoise, avec un peu de CP et un morceaux d'épicéa ... rien d'extraordinaire en soit, mais ça change tout en terme de précision.

Je n'ai pas de rabot dédié à cela. Au début je n'avais que mon No4 (assez vieux, probablement 1920, mais toujours excellent), et on m'a offert un magnifique Jack (No5) neuf ... du coup, je le préfère au No4, car il est bien plus lourd (=inertie).

Le frêne-olivier me réserve de petites surprises de couleurs ... je le trouve superbe, mais les tonalités parfois sombre (étonnantes pour du frêne) ne facilite pas le tracé.

Du coup, pour "tester" la forme et la taille de mes queues, j'utilise une nouvelle fois du scotch de peintre.

Il y a 5 queues sur la planche du bas (4 grosses et une plus petite au centre), et sur la planche du haut, il y en aura 4. Avec la traverse arrière, cela fait 20 queues à réaliser.

J'ai opté pour une version traversante, avec un rapport de 1:7. Je m'étais fabriqué un "guide" de traçage il y a quelques mois, encore trop rapidement... pas de finitions, juste que ça fonctionne et basta.

Le guide a 2 faces, et sur chacune un angle à 90° et un avec le rapport 1:7 (soit 8,13°=ArcTan(1/7) ).

Pour ce type de queue d'aronde, je trace d'abord la partie "tenon", comme cela, même si je ne suis pas précis, j'adapterai la partie "mortaise" ou partie femelle de la queue d'aronde.

Ne pas oublier les petites croix sur les parties à enlever, histoire de ne pas couper la queue d'aronde !

On fait une fois la connerie et puis après, on s'en souvient :-) .

Je trace donc les 10 queues du bas et les 8 du haut.

Publié Mis à jour

Partager  

Coupe des queues, ajustage et montage à blanc

une deux astuces extra pour couper à la main des queues d'aronde, est sont:
- couper la partie mâle en premier
- couper juste à l'extérieur du trait

Pour faciliter la coupe, plutôt que de passer par les phases classiques :
- traçage
- marquage au couteau
- petit biseau au ciseau
- coupe

Il est plus simple de mettre le pouce et d'appliquer la scie sur le côté, en s'appuyant sur le pouce (on évite de se couper le doigt, ce n'est pas du tout l'objectif). 3 ou 4 traits de scie permettent de faire un premier "sillon" qui guidera correctement la lame de scie.

Mon geste n'est pas encore toujours parfait, mais ça progresse.

Je commence avec l'angle gauche, je fais ce petit coup de scie sur les 5 queues, puis je retourne la planche pour faire l'angle opposer, tout en gardant le même geste.

Une fois les parties "verticales" coupées, je commence par couper les 2 épaulements, toujours à la scie à dos.

Petite remarque concernant la scie à dos :
- 14 à 16 tpi (dents par pouce) ça va bien et c'est encore assez facilement aiguisable
- 20 tpi et au-delà, ça fait une très belle coupe, très fine ... mais bonjour les yeux pour arriver à l'aiguiser !

J'utilise ici ma Spear & Jackson (14 tpi).

Pour couper les partie à enlever, j'utilise une scie à chantourner.

Je passe un peu de temps à ajuster ma ligne d'épaulement à l'équerre, avant d'entreprendre le tracer suivant. Les queues seront complètement fignolées lors de l'ajustement finale.

Je dispose mes planches (haut et bas) sur l'établi, en prenant bien soin de repérer le bon côté (dessus, dessous) ... pareil, l'erreur on ne l'a fait qu'une fois ... si, si, je l'ai faite celle là ... bon, ok, il y a prescription ... 😏

Pourquoi intercaler une hauteur de planche pour ce marquage ? Tout simplement pour assurer un alignement :
- s'il y a un jour : mauvais alignement
- pas de jour et contact en bois de bout : parfait

Une nouvelle fois, on coupe juste en dehors du trait (faut que je mette mes lunettes... :-D ). L'ajustement se fait au ciseau par petites passes. Les queues forces, mais pas trop ... surtout pour les 2 à l'extérieur : risque important de fentes sur une partie de la longueur !

Lors des essais, j'utilise l'oreille pour contrôler le "forçage" et l'oeil pour repérer les gros points de frottement.

Parfois, on met un coup de ciseau un peu trop vite, et résultat ... petit trou. ahhhrrrr

Publié Mis à jour

Partager  

Collage et finitions avant vernis

Le collage est relativement simple par rapport à mon meuble précédent. Il y a tout de même un aspect à prendre en compte c'est la force de serrage.

En serrant trop fort d'un côté, on risuq ede faire rentrer le côté et modifier l'équerrage. Un contre-ventement en diagonale pourrait être utile.

Avant le collage, j'ai rainuré au rabot No50 (bouvet à combinaison). Ca va assez vite avec l'expérience. Le miroir fait 6mm d'épaisseur, et j'ai rainuré à 1/4 de pouce (6,35mm). Il faut que je rajoute dans les fournisseur, celui où j'ai acheté le miroir, il est extra (même s'il ne faut pas être pressé ... mais bon, en l'occurrence, c'est plutôt le miroir qui a attendu son cadre ... heu, ... assez longtemps ... )!

Après une nuit de séchage, j'attaque le dernier "round" avant finitions.

Je regarde les petits désafleurements que je rabotte au rabot de paume. Sur un angle, j'ai un léger désafleur de la planche du haut que je rectifie au No3 règlé très fin. Ne vous fiez pas aux jolies poignées, elles sont "quasi" (5 ans) neuves, car celles d'origines ont cassé.

Dernier passage aux racloirs (d'abord "le gros", puis le "minus"). Je l'appelle le gros, car il est assez épais, et fait de beaux copeaux. Il chauffe assez vite aussi ... le minus, est assez large, mais fait des copeaux bien plus fins, par contre son mord-fil est à refaire assez rapidement ... en gros il tient une grosse séance de racloir, après il faut l'affûter.

J'ai prévu 4 séances de vernissage (toujours avec le même produit : V33 PureProtect - incolore). Léger ponçage entre chaque au P240 usé.

Ça avance ! madame est ravie :-)

Publié Mis à jour

Partager  

Premier test grandeur nature entre 2 couches de vernis

J'étais très impatient de voir le résultat global ... du coup, après avoir fini la seconde couche (sèche au toucher en 30min et entre 2 couches : 3h d'attentes), j'ai mis en place au mur, le système d'accroche (french cleat).

Puis, le cadre du miroir ... je transpire à chaque manipulation de la vitre .. du coup, je préfère faire le montage sans.

Quelques détails de montage :
- traverse arrière qui sert de support pour l'accroche au mur ("french cleat")
- haut gauche du miroir avec "le cache" monté. Cette traverse supérieur recouvre la rainure du miroir et permet via les visses, d'accéder aux rainures du cadre.

Pas à dire, ça sent la fin de ce deuxième acte ! Les outils ont bien mérité une bonne pause ! l'ouvrier aussi :-)

Bonne fête aux mamans ! Je termine une dernière couche demain matin ! Et ce sera au mur de la SDB dans la foulée !

Publié Mis à jour

Partager  

La créa est au mur

Voila, done it !

A découvrir sur le site, dans la rubrique création.

Merci de vos retours ;-)

Publié

Contenus associés

On en parle ici

Pierro a publié le pas à pas "Partie #2 - Miroir de la SDB en frêne".il y a 6 mois
niconathy
 

Tes queues d'arronde doivent être précises pour que ça reste solide avec quelques flacons dessus. Traversantes, je pense qu'elles seront plus solides, mais on ne les verra pas, sauf si je n'ai pas compris comment tout ça allait être monté.

Pierro a publié l'article "Préparation du bois".il y a 6 mois
Pierro a publié l'article "Recalage".il y a 6 mois
Pierro
 

Exact, elles seront sur le côté. De face on ne verra rien, et sur le côté on ne verra que la partie "tenon".

niconathy
 

J'ai du mal à visualiser le concepte. J'attends avec impatience, mais j'attends gentillement. Je crois que je n'ai pas d'argument pour imposer un plan. 😂😂😂

Pierro a publié l'article "Coupe des queues, ajustage et montage à blanc".il y a 6 mois
Pierro
 

:-D

Zeloko
 

Piouf, mais c'est joli tout ça !!

Pierro
 

Merci @zeloko ... la suite peut-être demain soir ! Je termine le mirroir je pense dans le week-end, si tout va bien, et que je trouve un peu de temps pour poster tout ça ;-)

niconathy
 

Elles ne sont pas régulières tes queues d'aronde? Pourquoi? Quel est leur nom exacte?

Pierro
 

@niconathy tu as 4 queues identiques et une plus petite au centre. Pas de nom spécial ici, juste "free-style" je crois ! L'angle de prise de vue ou la luminosité à un impact sur la perception des lignes, à moins que mon trait de coupe soit plus penché ?

Au départ, je voulais faire une demi-queue sur celle du milieu (cf dessin en haut), mais vue la tête des fibres des 2 planches verticales, j'ai préféré la version un peu plus simple, pour limiter le risque de casse lors du montage.

Deux liens intéressants :
- sur la résistance des queues d'aronde
- la page wiki ENG sur les queues d'aronde

Pierro
 

J'oubliais dans l'explication : d'autres contraintes de construction :
- le miroir est enfilé dans une rainure d'1/4 de pouce par le haut
- cette rainure doit être cachée par les queues (j'utilise un rabot No50 qui oblige d'aller au bout ou de faire une mortaise de la largeur de la rainure)
- à l'arrière du miroir il y a une traverse qui permettra de suspendre le miroir au mur (french cleat)
- du coup, je n'ai pas réussi à avoir 5 queues de même taille répondant à ces contraintes.

Pierro a publié l'article "Collage et finitions avant vernis".il y a 6 mois
Pierro a publié l'article "Premier test grandeur nature entre 2 couches de vernis".il y a 6 mois
Pierro
 

Le truc jaune, sur la dernière photo n'est pas une pâle copie de R2D2 (c'est le surnom que je lui ai donné). C'est juste une erreur de casting, le seul aspirateur de chantier, dont son propre fil est un obstacle infranchissable ! Ceci dit, il marche bien, mais faut pas trop en demander quand même.

Pierro a publié l'article "La créa est au mur".il y a 6 mois
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
Autres pas à pas de Pierro 
Voir aussi