L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

JClaude

Construction de mon établi

  Ce pas à pas présente un projet en cours de réalisation.

Construction de mon établi

Projet de création.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Le projet

Images du projet

Voilà, je laisse tomber ma planche sur 2 tréteaux et je me suis lance dans la construction de mon établi. J'ai récupéré par un copain d'un copain, des morceaux de palettes... en hêtre avec lesquels je vais faire un plateau de 8cms d'épaisseur et le bâti. Après quelques bonnes séances de corroyage (les chevrons d'environ 9,5 X 8 avaient une fâcheuse tendance à être en hélice d'avion), je me pose des questions et je fais appel à votre expérience : l'idée est de faire un plateau comme disposé sur ma photo avec un fourezitout amovible au milieu. mais comment assembler mes 2 fois trois chevrons sachant que je mettrai des alèses à chaque bout (en queue d'aronde si j'ai le courage de me lancer dans l'opération !). Est-ce que juste coller suffit ? ou avec une fausse languette ? J'ai vu aussi que certains percent dans la largeur et serrent avec des tiges filetées et écrous. Pour info, j'ai un combiné Lurem C2000, mais pas de défonceuse digne de ce nom. Merci d'avance de vos conseils

Publié

Partager  

C'est parti...

après dégauchissage et rabotage pour voir ce que j'avais exactement comme bois exploitable, j'ai pu faire un plan de mon établi. pieds et plateaux seront en hêtre, les alèses et la presse en noyer. Je ne suis pas encore décidé pour la presse en bout, une presse allemande me parait trop compliquée pour mes compétences, je vais peut-être opter pour un mécanisme qui se visse sous le plateau comme ce qu'il propose chez HM Diffusion.

Puis j'ai attaqué la mise à dimension des pièces, et les premiers tenons mortaises. J'ai fait les tenons à la scie japonaise, je trouve cet outil vraiment génial. Je me guide quand même sur une petite cale pour rester bien d'équerre !

Et enfin un premier assemblage à blanc, juste pour voir :-)
Le plus dur reste à faire !

Publié

Partager  

Mise à jour

Je m’aperçois que j'ai commencé ce pas à pas (et la construction de mon établi donc), il y a déjà un an. Et depuis, il n'est toujours pas fini, même si sa construction continue. Mais entretemps sont venus se greffer d'autres tâches, jugées plus urgentes, telles que la construction de placard, de volets intérieurs, de cabane à hérisson etc, ce qui fait que mon pauvre établi ne bénéficiait que de quelques heures par ci par là. Mais petit à petit il prend tournure et aperçoit le bout du tunnel. Je vais donc faire le point en quelques photos. Je tiens ici a remercier tous ceux qui proposent ici des pas à pas détaillés avec force photos et vidéo. Je me rends compte a quel point c'est précieux pour ceux qui comme moi s'en inspire, mais aussi combien cela demande d'attention et de patience pour penser à prendre une photo et prendre le temps de la prendre ! En fouillant dans la mémoire de mon smartphone, je m'aperçois qu'il me manque pas mal d'étapes de cette construction. Je vous promets de faire mieux pour le prochain projet.

A la suite des différentes et judicieuses remarques reçues, j'ai modifier un peu mon projet initial. Inquiet de la tenue du plateau dans le temps (c'est du hêtre, mais de bois de palettes récupérées et qui m'a donné pas mal de travail au corroyage) j'ai décidé de le maintenir par des tiges filetées. Pour la fixation du plateau, je décide aussi de ne faire que les deux pieds de devant en tenons à queue d'aronde. vu le temps passé pour ajuster ces assemblages, je ne regrette pas mon choix !!

Pour aplanir mon plateau, qui ne passe évidemment pas dans ma dégau, je n'ai que deux solutions : à la main ou a la défonceuse. Après avoir visionné pas mal de vidéos, la solution défonceuse ne me tente guère. J'ai, de plus, un peu de mal a apprivoiser cet outil que je possède depuis peu. Et j'ai une vieille varlope goldenberg, trouvée à 5 euros dans un vide-grenier, avec une poignée que je viens de refaire en noyer, celle d'origine étant cassée. Je tente le coup et très vite, je suis bluffé par le travail obtenu, moyennant quelques efforts physiques tout de même. Mais quel plaisir de faire du copeau à la main et d'obtenir un résultat très satisfaisant. Dans la foulée j'attaque la presse verticale. Un morceau de hêtre, du noyer et une vieille vis donnée par un copain. Un fois dérouillée et repeinte, elle est comme neuve. Et je n'ai pour l'instant payé que les tiges filetées héhé !

Ensuite il faut faire les feuillures dans les alèses. Je ne le sens pas trop à la toupie, un peu peur pour mes doigts et beaucoup de matière à enlever. J'opte finalement pour la scie sous table et le ciseau à bois. Plus long, mais plus sécure à mon goût. Voilà ou j'en suis. Reste à poser les alèses, cacher les tiges filetées avec des bouchons, faire le "fourzitout" amovible, et se décider pour percer le plateau, avec peut-être une presse latérale. A voir.

Publié

  Ce pas à pas présente un projet en cours de réalisation.


Discussions

JClaude a publié le pas à pas "Construction de mon établi".il y a 1 an
Atelier bois couleur
 

La surface de collage est plus que raisonnable vu l'épaisseur des pièces. Je pense qu'un simple collage à plat joint devrait suffire. Par contre il faut que le dégauchissage soit correct et que les chevrons soit placés de manière à éviter le tuilage.

sylvainlefrancomtois
 

hello beau projet !! perso je collerais avec fausses languettes en contreplaqué , puis normalement des emboîtures en bout .

JClaude
 

Bon, j'ai dû abandonner l'atelier pendant une bonne semaine, mais je vais essayer de m'y remettre cette semaine. EN attendant merci pour vos réponses Atelier bois couleur et sylvainlefrancomtois . Je crois que entre le simple collage à plat joint et le boulonnage avec tige filetée, je vais prendre le juste milieu et faire des fausses languettes :-)

JClaude a publié l'article "C'est parti...".il y a 1 an
sanglier
 

Bonjour le nouveau
c'est du materiel indispenssable ...attention à la hauteur suivant l'utilisateur ... le hetre est valable mais bien sec (le bois de palette avec mauvais noeuds et fil biais se tortille au sechage ) eviter le bois echauffé (première phase de pourriture ) surtout dans des assemblages ....curieux la rigole au milieu du plateau (en general coté c'est oposé à lutilisateur )
la photo gros plan du tenon montre une mauvaise technique pour descendre un tenon ..l'arasement se fait à la volée sur le bon coté du trait tracé avec equerre
l'assemblage "pied d'etabli "est indispenssable seulement pour le pied de presse avant ... la queue d'aronde 2 faces donne à ce "tenon" une section plus forte à sa base pour le cisaillement dû au serrage de la presse AV ...la partie basse de la machoire de cette presse : pas trop fine car elle flechit au serrage de presse ...une cremaillère basse avec lond loquet que l'on manoeuvre du bout du pied ....3 trous pour valet sur plateau (equarir ou tailler les mortaises mains ) et la griffe (avec systeme anti chute ) si utilisation de varlope et racloir d'ebeniste ...
un port à faux plus important à droite ? ?? J'ai decalé mes traverses basses pour avoir de longs tenons j'ai preferé un rayon à mi hauteur plutot que le traditionel tiroir ...mon plateau : 3 gros tourillons et 2 tiges carrées prologé par quelques cm de tiges filletées
mais chacun fait à sa façon suivant ses analyses et experiences

Pierro
 

Salut JClaude, j'espère que cela n'est pas trop tard dans ta conception et l'avancement de ton projet. Je te conseillerai humblement de mettre ton porte matériel, fourre-tout, non pas au milieu mais à l'opposé de ta presse, comme te l'a dit sanglier. À l'usage, il me semble que ce sera bien plus pratique pour toi.
Ce même porte matos pourrait être escamotable et éventuellement venir par simple décalage créer une cale/butée pour du rabotage de faible épaisseur. Ceci est aussi assez pratique quand on travaille avec des outils à main.
Enfin, n'hésite pas à inclure dans ton projet une presse de bout, car elle sert vraiment beaucoup.
Voila, j'espère que cela t'aidera dans ta réflexion, même si cet apport se veut modeste. C'est un joli projet que de se lancer dans la fabrication de son établi.

JClaude
 

Merci a sanglier et Pierro pour vos conseils. C'est un peu pour ça que j'ai fait ce pas-à-pas, je ne suis qu'un amateur et c'est un gros projet pour moi. Pour répondre aux remarques de sanglier, la hauteur final sera de 94cm ce qui pour mes 1,78m et mon aversion à me pencher de trop devrait me convenir. Pour le bois de palette, il y a un petit moment que je l'ai et je l'ai amené progressivement aux bonnes dimensions, en le laissant reposer un bonne quinzaine entre chaque dégauchissage et rabotage. Il a l'air maintenant stabilisé, c'est pourquoi j'ai attaqué l'usinage. Pour la rigole au milieu, qui préoccupe aussi Pierro, l'idée est de la faire amovible pour pouvoir utliser des serres-joints et réversible pour m'en servir de butée. l'autre idée est, du coup, d'avoir 2 plateaux de 20cm, ce qui correspond à la largeur maxi de ma dégau et donc de ne pas trop galérer après collage pour le rabotage ! Mais peut-être que ce n'est pas une bonne idée, pour l'instant rien n'est définitif pour le plateau, sauf la longueur ! Je vois que Pierro a fait lui aussi 4 assemblages de pied en queue d'aronde sur son (superbe) établi. J'avoue que c'est le point qui m'inquiète le plus et la remarque de sanglier m'a conforté dans mon idée première de ne faire cet usinage que sur le pied de la presse, mais en même temps je trouve ça très beau ! Je vais commencer par un et je verrais comment ça ce passe !! Avec quelle technique as-tu usiné les tiens Pierro ? Pour la presse, j'ai dessiner ça vite fait sur sketchup mais ça ne me convient pas trop, il faut que je revois ça et je vais prendre en compte la remarque de sanglier . Pour la presse en bout je pensais à ça chez HM Diffusion, celle de Pierro me fait rêver, mais je pense que c'est un peu trop technique pour moi !! Peut-être pour le 2ième 😂
Merci encore pour vos conseil. Et je me marre encore de voir que sanglier est capable de se rendre compte de ma mauvaise technique rien qu'en voyant la photo d'un tenon (dont j'étais si fier 😂 )

sylvainlefrancomtois
 

hello ,voila un lien incontournable pour le pied d établi ! si tu le connais pas ! , son établi est un chef d oeuvre qui peut t inspirer !! https://www.lairdubois.fr/crea...

https://www.lairdubois.fr/crea...

JClaude
 

Merci sylvainlefrancomtois pour le lien, bien sûr pour avoir visionner toutes ses vidéos, je connaissais cet établi. Mon projet est beaucoup moins ambitieux, mais plus à la portée de mes "compétences" 😂 . Mais je vais revisionner çà, pour le plaisir !

Pierro
 

Salut JClaude j'allais te poster exactement le même message que sylvainlefrancomtois. Autre possibilité, c'est la trouvaille de David Barron : ici

J'ai fait une sorte de mix des deux. Il faut pas mal de précision, mais sans se presser, on y arrive. Je t'encourage vraiment à te lancer dans ce genre de défi, tu en seras le premier satisfait ... même si on passe parfois par des moments de doute.

Mig
 

Je ne peux que t’encourager dans ton projet, éventuellement te faire part de mon expérience en regardant ici.
Concernant la hauteur, je fais 1,90 m et mon atelier est calé à 1 m pile poil, doit tenir compte de l’usage d’un outil dans ta main gauche par rapport à un maillet dans la main droite. En rabotage, il n’est pas mal d’être un petit peu en surplomb (plan de travail un poil plus bas). La règle conventionnelle consiste à placer le plan de travail à peu près à la hauteur de la ceinture du pantalon, sauf si celui-ci est un peu trop taille basse !!!

Pour les en emboitures, même si le travail de Samuel Mammias (Toutenbois) est en tous points remarquable, je partage largement l’avis de Zeloko car les emboîtements droits sont les plus solides. Outre le problème de contreventement lors d’un effort latéral type rabotage, c’est surtout la fixation du plateau en risque de décollement qui doit te préoccuper. Parfois les pièces sont lourdes, parfois on s’énerve un tantinet avec de vitupérants « srcogneugneus »… Il faut que ça tienne.
En ce qui me concerne, j’ai monté le plateau avec des fausses languettes hêtre dans hêtre et j’ai collé le tout avec de la colle époxy car la meilleure des colles blanches (ROC pour ne pas la nommer !) présentera toujours un risque de dégradation en atelier très humide ou en présence de solvants accidentellement renversés sur le plateau.

J’ai moi-même utilisé une presse sensationnelle et facile à monter de chez Bordet qui reste indispensable selon ma pratique.

ICI> http://www.bordet.fr/presse-a-...
ICI> http://www.bordet.fr/mecanisme...

elles ne sont pas très difficiles à monter

attention : le plateau ce rectifie toujours au dernier moment avec un rabot à planer 12°

Mig
 

Ah, j'oubliais la réalisation de mon établi est ici ICI

JClaude a publié l'article "Mise à jour".il y a 3 mois
Kentaro
 

Beau travail!

Attention, tu as mis des traverses entre les pieds, sous le plateau, qui lui va être solidement fixé sur les pieds par les queues d'arondes. Si le plateau se rétracte (et il va se rétracter, le mien s'est rétracté de 5 mm cet été...), il y aura un phénomène d'injonctions contradictoires: le plateau va tirer sur les pieds, et les traverses vont dire, non non, je ne veux pas! Le plateau va donc se fendre.

Avec un plateau solidement fixé sur les pieds, il vaut mieux ne pas mettre de traverses dessous, le plateau sera suffisamment solide par lui-même (où laisser les traverses libres, avec un jeu entre la traverse et le pied, mais c'est peut-être ce que tu as fait).

JClaude
 

Merci pour cette remarque, mais mon plateau est en fait en 2 parties séparées par le "fourzitou" qui sera lui soutenu par les traverses. Par contre, suite à ta remarque, je vais ovaliser les trous des chevilles qui maintiendront les alèses par mesure de précaution.

Kentaro
 

Ah ok, je n'avais pas vu que le plateau était en deux parties. Autant pour moi, j'ai parlé trop vite...

JClaude
 

Kentaro non, c'est bien d'avoir évoquer ce point technique auquel je n'avais pas pensé. Du coup je vais faire attention à ne pas bloquer le plateau avec les alèses 😁

sylvainlefrancomtois
 

Très bien de redécouvrir l'efficacité d'une bonne vieille varlope !!

dneis
 

+1
Et finalement, je ne suis pas certain qu'on gagne tant de temps que ça à faire la planéité du plateau avec une défonceuse, vu le temps nécessaire à faire le montage dédié... Avec la varlope, il suffit de retrousser ses manches et c'est parti ;)

JClaude
 

Effectivement, j'ai été surpris, mais j'ai trouvé ça plutôt facile. Et pourtant je ne suis pas un champion de l'affutage. Et j'avais quand même de beaux desafleurs. Et pourtant je n'ai pas passé plus de deux heures pour arriver à un bon résultat. Rien que construire et mettre en place le guide pour la défonceuse m'aurait pris plus de temps 😉

JClaude
 

Et quel plaisir de travailler à la main, sans casque antibruit et sans masque à poussière 😀

sylvainlefrancomtois
 

JClaude si tu avais des copeaux qui sifflent , c'est que l’affûtage était bien !

JClaude
 

Je peux améliorer mon affûtage alors, parce que ce n'était pas un sifflotage joyeux mais plutôt un sifflement asthmatique 😂😂

sanglier
 

3 phases pour descendre un tenon à la main .. en 1 ere et 2 ème phase on surveille à ne pas "bouffer le tait de trusquinage sur le 1er chant pour la 3ème phase de descente le bois est retourné dans la presse avant pour visualiser le trusquinage du 2è chant ... des details que les pros connaissent et controlés dans les epreuves de C.A P. bois brut d'equarissage et corroyage (car verication abscence de cales )

JClaude
 

sanglier merci pour la doc, je vais adopter cette méthode pour les prochaines fois 😀

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 661 vues
23 commentaires

Contenus associés

0 collection
0 plan
0 processus
0 fournisseur
Autres pas à pas de JClaude 
Voir aussi
Table des matières
Admin