L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Fof

En attendant l'établi scandinave.

En attendant l'établi scandinave.
+

L'établi nordique avec sa presse en L, sera très polyvalent. Hors, j'ai pu me rendre compte qu'en ce qui concerne le mortaisaisage et le tennonage (la construction de cadres, en somme), que ses plus d'1m de haut sera de trop. j'ai pu constater en ce qui me concerne, que la meilleur hauteur pour mortaiser, c'est la pièce à hauteur des bijoux de famille. Don celui ci sera à 95 cm de hauteur. Peu profond, long, une presse frontale, des greppes, un valet, des coins et basta. Et évidemment, construction lourde. Pour le mortaisage et le rabotage lourd, c'est important. C'est très inspiré Roubo. Et oubliez les pieds arrières inclinés, vu la profondeur, ça sert à rien. A la différence du roubo, j'ai prévu une traverse "tablière", qui contreventera, et qui sera affleurante au parement de facade. Elle permettra un complément de serrage en plus de la servante, et ne gênera en rien. Pour le serrage à plat, c'est le boulot du valet.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

1/ Fiche de débit, débit et corroyage.

Après mon griboullis, je peux établir mon carnet de débit, et je sors des plots de merisier (pas trop sec, mais c'est pas bien grave pour un piétement d'établi) et de frêne où j'aurais tout pour le plateau et le piétement. Ensuite je tronçonne, et je fais mes pré délignagne à la scie circulaire portative. Un bazar de 2m20 de frêne, 65 mm d'apaisseur, 55 de large, je passe pas ça en machine, merci.

Publié

Partager  

2/Collage du premier bandeau de plateau

Je colle mes première pièces du plateau (environ 2 tiers), pendant que ça colle, ça me permet de bosser l'autre bandeau, où il y aura les greppes. Collage à plat joint, j'ai juste passé vite fait un coup de rabot à replanir pour virer les ondes d'usinages. En fait j'avaias fait ça pour repasser chaque demi plateau en raboteuse, mais vu le peu que j'ai à rettraper, au rabot ça ira très bien.

Publié

Partager  

3/Entaillage des greppes.

Il est plus simple d'entailler les greppes avant de coller, que de mortaiser une fois plateau assemblé. Traçage (faire en sorte de ne pas tomber dans les tenons des pieds...), on amorce les coupes à la scie à dos, et règle une cale en bois avec des serre joint dessus pour ne pas contrôler sans arrêt la profondeur (en faire le plus gros sans cette cale, ça désécquilibre la scie, et elle est plus lourde). Le 'entaillage est terminé au ciseau. Et je fini par coller mon deuxième bandeau.

Publié

Partager  

4/Mortaisage tennonage du piètement.

Allez c'est parti, on attaque le lourd. Le bédane de 14 faut cogner dessus. Pour régler le trusquin de mortaisage, je plante mon bédane à peu près au milieu de ma pièce, et je règle directement mon trusquin sur cette entaille, c'est ce qu'il y a de plus précis.

Et c'est parti, on établit et on tenonne.

Ensuite mortaisage et perçage des chevilles. Les tenons sont enquillés, je pointe mes perçage de chevilles sur tenon, ceux ci en place, je retire, je reperce à 2 mm plus loin vers l'arasement pour faire un chevillage à tire.

Pour la mesure des arasements longs, on obtient une bonne précision en faisant de la sorte. Il suffit ensuite de reporter ses arasements sur les autres avec la première pièce de faite, on ne cumule pas les erreurs à chaque mesure.

La vache, juste emboîté à blanc, c'est déjà indéformable à la main 😄 Collé, chevillé, avec le plateau enfilé là dessus, je m'inquiète pas une seule seconde de la rigidité globale.

Publié Mis à jour

Partager  

5/dressage des joints et collage des deux bandeaux.

Un petit coup de propre sur les joints, et on colle les deux morceaux, je vais pouvoir ensuite m'attaquer aux alèses, qui seront tenonnées, après un petit planage du plateau à la varlope.

Publié

Partager  

6/ Tenonnage des pieds, et assemblage avec les traverses.

J'ai fait un tenon double sur les pieds, qui seront borgne. Il seront maintenus en place par un tirefond qui passera entre les deux tenons (je travaille en fonction de mes bédanes).

Je replanis très succintement pour enlever les plus grosses beignes, histoire de faire propre. Un rabot de ce poids pour replanir des grandes pièces, c'est redoutable, quand il est lancé, rien l'arrête, même pas les noeuds 😄

Je prépare ensuite mes chevilles de 10 mm. Après sciage, taille de la pointe en clou au ciseau, et calibrage de celles éventuellement de trop grosses sections. Et je finis par assembler ma mi structure, à la sangle poids lourd. j'ai collé, mais c'était pas franchement utile à mon avis.

Publié

Partager  

7/ Je vous ai dit que tout était de récup sur cet établi ?

J'ai commencé à décaper au vinaigre la vieille vis qui ira sur l'établi. Le filetage est en parfait état ! Après brossage, je vais y mettre un coup de peinture. Ca tiendra pas longtemps sur la tige, mais c'est pas grave.

Publié

Partager  

8/ Mortaisage et perçage du pied accueillant la presse frontale.

Pour percer droit, on s'aide d'équerres, en ayant au préalable pointé son perçage de chaque côté, on va faire rejoindre les deux trous. On arrive à faire des chose plutôt bien alignés de cette manière.

Ensuite je mortaise pour le guide parallèle de bas de presse frontale. J'aurais pu le faire au bédane, en mortaisant de chaque côté, ça aurait été aussi précis que des perçage succesifs, et finition au ciseau. En termes de temps, sensiblement pareil je dirai.

Publié

Partager  

9/ Planissage du plateau, rectification du chant de référence.

J'ai plané succintement le plateau à la varlope, je dresse mon chant (celui de la presse, l'autre on s'en cogne un peu) bien d'équerre, et bien droit. Tout ça en vu de la pose des alèses tenonées.

Publié

Partager  

10/ Pose des alèses.

je commence par mortaiser mes alèses, une vieille poutre en chêne. C'est fait au bédane, en faisant deux petites mortaises suivant les traçage, et je viens casser la partie centrale ensuite. J'ai mesuré pour une mortaise de 90x30 profondeur 40 mm : 15 minutes tout rond au bédane. C'est pas insurmontable. Et ensuite le tenon, j'ai oublié de le prendre en photo fini. Je le ferai à l'autre si j'y pense. Bon ça à la pogne c'est moins simple. J'ai pas voulu faire ça au guillaume, trop de matière à enlever. J'ai descendu les arasements à la scie à dos, et tout fait sauter avec un ciseau de 40 mm. Finition au guillaume. Faudrait que je me fabrique deux rabots scie, un à tronçonner, un à déligner, pour faire ce genre de tenon.
Les tenons sont interrompus par une rainure, pour ne pas trop fragiliser l'alèse.
Ensuite je place mon alèse, je pointe au dessus, je pointe en dessous, je la retire, je perce dans mon pointage perceuse penchée vers l'extérieur de l'établi, et je perce de la même façon de l'autre côté. Ca fait une tire plus douce qu'un décalage complet de trou, et facilite l'insertion de la cheville (en section 10 mm, j'avais peur qur une hauteur de 90 mm).
Ensuite je cheville, c'est pas collé. A grosse cheville, gros marteau. j'ai également paraffiné les chevilles pour faciliter leur insertion.
Je découpe ensuite mon alèse. La surcote avait été laissée, évidemment pour pouvoir enlever l'alèse avant assemblage chevillé.

Publié

Partager  

11/ Profil des traverses avant pour la servante.

je vais un profil triangulaire au rabot sur la traverse basse (pour un établi éviter de faire un profil creux, ça va être un nid à cochonneries), et un rainure sur celle haute à la défonceuse (j'avais pas de bouvet pour cette taille 😛 )

Publié

Partager  

12/ Pose des baguettes support de plancher.

D'abord, un coup de scie à ruban dans quelques chutes. Section 10x20 mm. Et ensuite je cloue mes baguettes sur mes traverses (ligne repérée à l'équerre à combinaison), le planche sera libre (embrévé si j'ai le courage), et maintenu par des liteaux. C'est cloué, ça reste un établi.

Publié

Partager  

13/assemblage du piétement, et pointage des tenons sur le plateau.

J'assemble le reste de mon piétement (finalement j'ai rien collé, que du chevillage à tire). Et je viens pointer mes mortaises. je ne pointe qu'une joue, étant donné que mes tenons ont été tracés suivant le bédane que je vais utiliser pour les mortaises. Le merisier est une sombre blague à mortaiser, le frêne, c'est plus coriace, très ressort comme bois.

Publié

Partager  

14/ Assemblage plateau/piétement.

Après quelques coups de masse sur les pieds (il est impératif de contrôler ses mortaises en profondeur avant d'assembler, des masses pareilles à manipuler, moins on le fait, mieux on se porte), c'est assemblé. Ca ressemble bien à un hybride Roubo/établi anglais avec la traverse tablière, affleurante. C'est totalement indéformable dans le sens de la longueur, c'est bien ce que je recherchais.

Et viens mettre les tirefonds, dans chaque pied (ils passent entre les tenons de chaque pied). Je lame à la dimensions de mes rondelles, et je perce au diamètre de mes tirefonds sur la hauteur du plateau. Comme mon merisier était moyennement sec, j'ai décidé de visser directement les tirefonds sans avant trou (j'aime le risque). Ma foi, bien paraffinés, ça c'est bien passé. Si vous faites ça dans du chêne bien sec, cherchez pas, ils vont écourter, il faudra faire un pré trou (par exemple, percer à 5 ou 6 pour un diamètre de filetage de 8).

Publié

Partager  

15/pose de la presse frontale.

Je débite ma pièce qui servira à la presse frontale, je travaille pour le moment sur une pièce plate, la pente intérieure sera donnée à la fin. je repère d'abord mon trou pour la vis, et je perce. Je la mets ensuite en place, bien à l'applomb, et je pointe l'empatement du guide parallèle, par l'arrière du pied avant.

Ensuite je tennone mon guide parallèle, et je mortaise ma pièce de presse. ce sera un tenon traversant à queues de renard. J'ai fait un arasement encastré, je peux donc travailler de façon orthogonale, il faut juste prévoir suffisamment d'encastrement d'arasement en fonction de votre pente de presse. Il fut également nécessaire de caler l'écrou (les vieux trucs, c'est solide, mais souvent brut de fonderie à l'extérieur).

Vu que ma presse est une ronce, avec quelques gerces, 3 petits papillonnages, pour prévenir d'un éventuel agrandissement de fente et gerce.

je colle une pièce d'usure sur mon guide parallèle, et je l'indente. Et je visse mon petit levier de blocage, actionnable au pied. J'ai vu ça sur un très vieil établi.

Je fais ensuite ma pente intérieur, d'environ 1°. Et je donne un poil de creux à l'intérieur.

Je peux désormais assembler définitivement mon guide parallèle. Je taille mes queues de renard et j'assemble.

je vérifie que tout va bien, que ça serre correctement, et ma foi, je suis pas mal. Pour le levier de blocage, mon guide parallèle est suffisamment ajusté, pour que pour les serrages courants (modérés) de tenonnage et de rabotage de chant ne nécessitent pas la pose de la bride. Avec la bride dans une dent, on peux serrer comme un ours, et ça bouge plus. Et je finis par coller mon cuir. Je n'en colle pas sur le bâti, je veux que toute la face avant reste dans le même plan.

Publié

Publications associées


Discussions

Fof  a publié le pas à pas "En attendant l'établi scandinave.".
il y a 7 mois
trente six seb
( Modifié )

Moralité : les serres joint Dictum plient plus que les vintages. 😁

Fof
( Modifié )

Ou mais c'est même pas comparable ! Mais ils ont l'avantage d'être légers. Les vieux, ça écrase le bois avant de vraiment cintrer, mais c'est moins maniable ! Mais je ne les echangerai pour rien au monde contre des neufs.

trente six seb

+1 quand j'en choppe un en brocante, je me prive pas !
2 c'est mieux !
Mais des grands, c'est rare.

Kentaro
( Modifié )

Non, non, ça va pas du tout!

Tu as pris du bois tout simple, avec les fil bien parallèles, pas de dessins, pas de truc tarabiscoté! Je suis très déçu! J'espère qu'il y aura au moins des incrustations...

Fof

Haha je m'en doutais 😄 J'ai pensé à toi pour la presse frontale et la servante 😛 Mais pas trop de chichi quand même, du beau bois pourquoi pas, mais mes surfaces de travail, je les ménage pas.

Fof  a publié l'article "5/dressage des joints et collage des deux bandeaux.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "6/ Tenonnage des pieds, et assemblage avec les traverses.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "7/ Je vous ai dit que tout était de récup sur cet établi ?".
il y a 7 mois
Elokaze
( Modifié )

Une petite question, pourquoi des tirefonds plutôt qu'un chevillage à la tire ?

Fof
( Modifié )

Pour le plateau ? Pour un éventuel démontage, modification ou maintenance.

dneis
( Modifié )

Tiens Fof, comment termines-tu le calibrage de tes chevilles ?
Tu as une boîte à chevilles ou bien tu fais ça à main levée ?

Mais dis donc, tu n'as pas d'établi pour l'instant ?? Parce que là ça fait deux nouveaux qui arrivent !

Fof

Pour le chevilles, j'ai une boite avec une simple rainure ou je peux calibrer les chevilles jusqu'à 10. Je les contrôle au pied à coulisse et je reprends celle où c'est nécessaire.
Si evidemment j'en ai un autre, mais pas adapté pour le meuble, juste les petits ouvrages, et c'est chiant de démonter le patternmaker et la moxon à chaque fois.

dneis
( Modifié )

Fof tu me fileras une photo de ta boîte à chevilles ? Je la mettrai dans mon pas à pas sur les outils à fabriquer soi même si tu es d'accord...

Fof
( Modifié )

dneis je veux bien, mais c'est vraiment de la bricole, c'est juste une boîte pour caler ma cheville qui me permet de passer quelques coups de rabot de paume 😃 Une rainure vite fait au bédane de 10 et zou.

trente six seb
( Modifié )

dneis si ça t'intéresse, dans le même thème, j'ai un calibre que m'avais fait un prof pour tailler, les chevilles à la scie à ruban.

dneis
( Modifié )

trente six seb pourquoi pas. On verra si je l'intègre, mais tu sais la sélection est rude, faudra une dérogation si c'est pas fait pour le travail à la main 😉

trente six seb
( Modifié )

dneis lol 👍

OPinacle
( Modifié )

Fof Question sur les dites chevilles, quand tu les tapes, t'as jamais d'arrachement en sortie ? J'en ai fait cet aprem (mes premières), bah 2 sur 8 ça a éclaté en sortie... 😒

Fof
( Modifié )

OPinacle ah non jamais. Tu dois pas tailler assez en pointe le bout de la cheville. Il va de soi que la diagonale de ta pointe doit faire moins que le diamètre du trou pour ne pas éclater en sortie. Et beaucoup moins dans le cadre d'une chevillage à tire.

OPinacle
( Modifié )

Fof Ouais ça devait être ça, j'ai pas prévu beaucoup de surlongeur, du coup la pointe j'ai pas taillé sur beaucoup. C'est ça quand tu réfléchis après, mais effectivement, ça s'explique comme ça. Merci

Fof  a publié l'article "8/ Mortaisage et perçage du pied accueillant la presse frontale.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "9/ Planissage du plateau, rectification du chant de référence.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "11/ Profil des traverses avant pour la servante.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "10/ Pose des alèses.".
il y a 7 mois
trente six seb
( Modifié )

On a loupé la grosse queue d'aronde !
Mais les chevilles en wengué, ça rattrape ! 👍

Fof

A y réfléchir, je trouve qu'une queue d'aronde sur une alèse, ça la fragilise beaucoup trop. Là c'est vraiment costaud !

trente six seb

Bien ajusté comme tu sais les faire, c'est super costaud une queue d'aronde 😁
En fait ça dépend de la géométrie de la queue aussi.

dneis

La queue d'aronde enlève beaucoup plus de matière dans l'alèse que de faire plusieurs tenons. Car tu es obligé de la faire sur toute la longueur pour pouvoir la faire coulisser. C'est donc beaucoup plus fragile (rien n'empêche "d'ouvrir" la queue de l'alèse...)

Tu prévois quel jeu latéral pour les trous de cheville dans les tenons pour faire face aux mouvements hygrométriques du plateau ?

Fof
( Modifié )

dneis J'ai laissé du jeu sur la largeur des tenons, mais pas sur les trous de cheville, le plateau fait que 500 mm de large, on verra bien ce que ça fait, ça reste un établi.

dependancesbois
( Modifié )

comment une défonceuse !!!!! un mythe qui s'effondre ! 😱
oui ben quand y faut y faut !
tu n'as pas de rabot a rainure avec lames interchangeables ?

dneis
( Modifié )

rabot a rainure avec lames interchangeables

😱 😱
Bouvet à approfondir, bouvet à approfondir bon sang !

dependancesbois
( Modifié )

dneis milles escusssssessss !!!! 😜
c'est parce que à la maison je dis "mon 45"! du coup je ne sais plus (pas à rainurer ?)
Le fait de pouvoir changer la largeur des fers change t'il le nom de l’outil d'ailleurs ?

dneis
( Modifié )

dependancesbois non, le nom ne change pas. Le bouvet à approfondir vient avec un jeu de fers complet allant de 4mm à 16mm environ, tous les 2mm.

A ne pas confondre avec le bouvet à joindre, en une pièce ou deux pièces, dans lesquels tout est fixe, adapté aux fers. Pour la confection des panneaux.

On voit la différence entre les fers de bouvets à joindre et à approfondir dans ce catalogue Peugeot n°751.

[il va falloir que je rassemble tout cela dans un pas à pas sur tous les rabots spéciaux... en réflexion pour l'instant]

Fof  a publié l'article "12/ Pose des baguettes support de plancher.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "13/assemblage du piétement, et pointage des tenons sur le plateau.".
il y a 7 mois
Fof  a publié l'article "14/ Assemblage plateau/piétement.".
il y a 7 mois
trente six seb

Ben c'est fini, non ?
Enfin, il ne manque que la presse.

Fof  a publié l'article "15/pose de la presse frontale.".
il y a 7 mois
dependancesbois
( Modifié )

Super le coup du guide parallèle indenté ! je retiens!

Fof

Honnêtement à l'usage, c'est bien mieux qui des trous et des tourillons, t'as pas à te baisser si tu fais le levier suffisamment long. Les anciens avaient des bonnes combines !

dependancesbois
( Modifié )

Fof Je cherchais un système simple pour ma presse (pour l'instant c'est avec une chute de bois de la même épaisseur) et là c'est d'une simplicité géniale, les anciens sont malins effectivement.

trente six seb

+1 !

jacquespatry

mais oui!, moi aussi, j'avais déjà vu ça et je n'étais dit que le ferai... j'ai retrouvé:le plan de l'établi dans le Jamin

jacquespatry

y'a plus qu'a

trente six seb

👍

trente six seb
( Modifié )

jacquespatry : j'ai le Jamin mais je ne retrouve pas ce plan d'établi... tu peux m'aiguiller ? Il n'est pas dans le sommaire et en sélectionnant quelques planches, je ne l'ai pas retrouvé non plus.
Je me lance dans un établi dans les jours qui viennent ! 🤙

jacquespatry

j'ai l'édition relié Vial page 155 du tome 2, la planche 36

trente six seb

D'accord, merci. Je vais regarder. Mon édition est plus ancienne, avec un atlas des planches à part. Mais la numérotation des planches est peut être conforme à l'original.

dneis
( Modifié )

trente six seb tiens, tu as le Jamin complet ou juste le texte ?
Dans le Roubo, il y a l'établi allemand planche 279... Tu as choisi ton modèle ? J'ai un faible pour le Marovian et l'english workbench, je les trouve simples à fabriquer et ils m'ont l'air efficaces.

PS: la planche 36 avec l'établi de Jamin

trente six seb
( Modifié )

Non j'ai les atlas aussi. C'est toi qui m'avait refilé le tuyau d'ailleurs.
Effectivement j'ai tout retrouvé dans le Jamin, texte et planche. (Merci jacquespatry )
La forme générale sera proche d'un Roubi / Établi français de Schwarz. Avec quelques petites personnalisations comme une étagère intermédiaire et une presse arrière notamment.
Mais le plan n'est pas fait.
J'avais du bois débité pour ça depuis longtemps. Je vais vérifier les sections et longueur. Ça va me donner une bonne partie des dimensions. Du plateau en tout cas.
Donc je vais finaliser le projet d'ici 2 jours je pense.

dneis

La presse est prise dans une fourche de merisier ?
J'ai pas saisis où était le 1° de pente...

AdrienC

Pour les dents du guide parallèle, tu as orienté le fil de la pièce d'usure pour qu'il soit parallèle au "dos" des dents?

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
971 vues
41 commentaires

Publications associées

0 collection
0 question
0 plan
0 processus
0 fournisseur
0 école
Autres pas à pas de Fof 
Voir aussi
Table des matières