L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

cocoM

Finition gomme laque pour tournage

Bonjour à tous,

Pour obtenir des finitions relativement étanches sur mes pièces tournées, j'applique après un bouchage de pores à l'huile de lin et à la cire une ou deux couche de gomme laque. Le résultat me satisfait mais je dois appliquer la gomme laque au tampon hors du tour sinon de grosses traces apparaissent. C'est sympa mais c'est long.

J'aimerais bien une recette de gomme laque applicable directement sur le tour, sachant que le mien n'a pas de variateur et ne peut donc pas descendre en dessous de 450T/min. Je crois me souvenir d'un commentaire sur une création où quelqu'un parlait d'une dilution moindre de la gomme laque pour pouvoir l'utiliser en tournage (par rapport au vernis tampon), mais pas moyen de retrouver.

En attendant de trouver une recette maison, j'utilise du friction polish de marque chesnut, mais l'absence d'indication sur la composition me fait peur pour l'utiliser sur des objets potentiellement en contact avec des aliments.

merci d'avance

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

1 réponse

0
bernardrebout
( Modifié )

Salut,
Désolé je suis surbooké en ce moment et tout le temps d'ailleurs.
J'ai commenté le sujet "Brulé" de Nicoel et c'est là que j'ai parlé de la concentration.
lairdubois.fr/nicoel
Par contre je ne comprends pas pourquoi , tu mets huile de lin ( qui va foncer ) , de la cire (très fragile) dessus, tu as un objectif particulier!

Mis à jour
cocoM
( Modifié )

Merci bernardrebout !
C'est bien là que j'avais vu cette info merci.
Pour l'huile et la cire, je les applique à chaud, elles vont donc plutot imbiber la surface du bois que former un film. Certe cela fonce le bois, mais sur les essences que je travaille en ce moment j'aime bien la manière dont l'huile fait ressortir les veines du bois (noyer, platane et fruitiers principalement). Après cette application, je ponce au grain très fin (1200) avec un peu d'huile de lin pour lubrifier ; après séchage cela donne un état surface proche de celle obtenue avec un rempli à la ponce en préparation de vernis tampon.

bernardrebout

Je trouve bizarre, ta manière de finir la surface et je pense qu'avec du vernis à 300g/litre tu auras encore plus de problèmes.
Le ponçage au 1200 est infiniment trop fin pour qu'un produit tienne sur cette surface.
Il y a une règle applicable dans tous les cas, c'est appliquer gras sur maigre, l'inverse occasionne des décollements de couches ou carrément l'impossibilité de la couche suivante d'adhérer sur la précédente comme un effet verglas.
Ce que je te disais pour l'huile de lin, c'est que le côté foncé arrive plus tard , l'huile de lin est composée de 9 ( si je me souviens bien) acides gras dont certains ne s'oxydent pas parce qu'ils n'ont pas la structure chimique adéquate...en gros 70 % du volume est oxydable , oxydable ça veut dire absorber l'oxygène de l'air pour durcir.
Tu comprends facilement qu si cette huile est dans le bois, elle rendra le bois hydrophobe, mais n'apportera pas de caractéristiques mécaniques.
Donc c'est là que le ponçage au 1200 m'intrigue...cette valeur de grain est utilisée sur les produits polymérisés ( donc très durs) en vue de réaliser des finitions haute brillance par polissage!
De plus la cire est le produit le plus fragile dans la hiérarchie des produits de finition bois.
est ce que c'est le résultat d'essais personnels ou tu as vu sur des tutos.
Perso je ponce maxi au 400 et ma femme qui fait de la dorure et des laques utilisent des abrasifs jusqu'au 4000.

trente six seb
( Modifié )

+1, en lutherie on ne vas pas trop loin non plus. D'ailleurs les anciens s'arrêtaient au racloir. Mais affûté parfaitement et utilisé de main de Maître. Dans mon humble expérience, je m'arrête souvent au 320.
Il m'arrive d'aller plus loin : jusqu'à 12 000 ! Mais c'est pour polir un bois qui n'aura pas de finition. Typiquement la touche de la guitare dans un bois adapté.

bernardrebout

Les anciens utilisaient le racloir, mais les anciens contrairement aux ikeistes et autres theoriquement modernistes spécialistes du parallélépipède, travaillaient , les galbes, les cintres les moulures etc et utilisaient pour le polissage de tout ceci, différents abrasifs en poudre dont le tripoli, la poudre de ponce ( d'où le verbe poncer) et bien d'autres et également pour les dorures, la prêle( qui contient de la silice).
Pour tes touches d'instrument je poncerais au 320 et ensuite je polirais directement au liège, ça donne un super lustre et ferme en même temps les pores du bois contrairement au ponçage même ultra fin.
Si ça t'intéresses , je t'expliquerai le mécanisme de fonctionnement, ce n'est ni dans les livres , ni sur youtube.

trente six seb

Alors oui ça m'intéresse ! Et beaucoup ! J'ai pas mal étudié le sujet (beaucoup plus que pratiqué). Et je n'ai jamais entendu parler de ponçage au liège.

bernardrebout
( Modifié )

trente six seb Non , t'en as jamais entendu parlé c'est normal je l'ai testé tout seul dans mon coin sur mon tour à bois, j'avais la flemme de faire une finition.
Donc pour polir , tu fabriques une roue en liège avec un axe classique , tu mets sur ta perceuse et tu fais le rond avec une râpe pour commencer et ensuite avec des papiers de ponçage en grain décroissant.
Ensuite tu fais tourner ta roue en l'appliquant sur ta touche en insistant pour que ça chauffe , tu ne dois pas faire ta touche en une fois.
Le mécanisme est simple, la roue en lège en frottant produit une échauffement mécanique et la lignine ( le ciment du bois ) ramollit , la température se situe à partir de 65°C et peut aller jusqu'à 105 ) ? Mais à 65°C, oN atteint la température de transition vitreuse( passage de l'état solide à l'état de ramollissement);
EN continuant la rotation , la température se maintien et en appuyant en même temps ( pas trop fort) sur la surface , les pores se ferment et tout naturellement la surface du bois brille.
Autrefois quand je restaurais des meubles cirés possédant de belles moulures, je frottais les moulures que j'avais préalablement cirée avec un morceau de buis taillé en sifflet en appuyant très fort, ceci pour obtenir ce qu'on appelle un poli ciré écrasé.
Cette manière d e faire permettait d'obtenir de jolis effets.

Bon essais, c'est juste des coups de mains à attraper!

trente six seb

Ah oui, merci des explications, je vais essayer.
Tu utilises quel diamètre de roue ?
Ça peut se tenter avec un bouchon, non ?

bernardrebout

Tu peux essayer, sinon tu ne sauras jamais.
Tu peux essayer également une roue en médium, pour polir ça marche bien.
Si tu as de la ponce soie 00000, tu peux tester aussi.
Je poli des fers avec une roue en médium§

trente six seb

OK, à tester alors. Merci.

cocoM
( Modifié )

tout est issu d'essais perso.
Concernant le ponçage, je ne ponce pas vraiment au 1200, c'est plutot un égrennage. Le poncage préalable à toute finition est arreté au 320 voir au 240.
Je comprend bien toutes tes indications bernardrebout , je ne cherche pas à apporter de caractéristique mécanique au bois, juste un effet hydrophobe et des contrastes qui me plaisent, tout en gardant des produits peu préoccupants pour un contact alimentaire. Le jaunissement dans le temps peut effectivement etre un soucie, mais pour l'instant je ne m'en plains pas (1an et demi pour les plus vieilles pièces).
Le principe du gras sur maigre je comprend bien l'idée, j'étais moi meme sceptique la première fois que j'ai essayé d'ajouter une couche de gomme laque par dessus, mais force est de constater que sur une assiette après 1 an d'utilisation régulière, j'ai tout plein de chocs et rayures liés à l'utilisation, mais pas de décollement de couche (je sais un an c'est court, mais pour de la vaisselle soumise à chaud, froid, lavage etc... ça me convient déjà bien).

bernardrebout

Non tu ne peux pas avoir de décollement de couche avec huile , et cire , puisqu'ils ne forment pas de couche filmogène!
Par contre la cire ne résiste pas du tout à l'eau et en fonction du type de bois que tu utilises , l'huile de lin ne peut pénétrer sans ajout de solvant qui dans ce cas joue le rôle de véhicule de l'huile, le solvant le plus volatile sera le meilleur véhicule.La gomme laque est peu résistante à l'eau avec un film léger.
Certains bois dont le chêne, le robinier ont des structures de cellules qui rendent ces bois non imprégnables( tu regardes Thyllose sur internet).
L'huile de Tung est 2 fois plus résistante à l'abrasion et à l'eau que l'huile de lin, mais il faut l'appliquer à 45 °c pour baisser sa tension superficielle et favoriser sa pénétration et ajouter 5 % d'essence d'orange qui étant un dégraissant puissant favorise la pénétration de l'huile.
Il faudra en mettre environ 4 à 5 couches fines , sans siccatif, le potentiel oxydatif de l'huile de tung étant élevé et poncer au 150 entre chaque couche.
Malgré tout il faudra laver ta vaisselle rapidement et sécher rapidement pour éviter les risques

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
294 vues
1 réponse
0 vote

Publications associées

0 collection

Licence

Licence Creative Commons
Voir aussi
Navigation