L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

woodworker710

Problème de tuilage après reprise plateau de table.

Voici la table À la livraison

Voici la table après trois mois

Le tuilage est liée sans aucun doute à un problème d’humidité du bois. Décision est prise de refaire le plateau avec des épaisseurs plus importantes. La table Est constitué de rallonges en papillon et elle doit s’ouvrir par une extrémité. Je peux Contraindre Celle qui est attachée au piètements de la table par des dominos
En ce qui concerne l’autre extrémité je ne trouve pas de solution pour éviter Ce phénomène
. Avez-vous des idées ?
Voici le plateau refait, on remarque Malgré Dubois sécher et étuver encore le même phénomène

Mis à jour
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

6 réponses

6
etiennedesthuilliers

bonjour
la menuiserie tout comme l' art de faire du mobilier est un art au sens noble du terme
celui de faire un élément stable avec un matériaux qui lui est instable
premièrement c' est la prévision de la déformation du bois dans l' ouvrage que l' on doit construire
deuxièmement c' est le choix du bois approprié a l' ouvrage
troisièmement c' est accepter que aussi fort que l' on soit dans la totalité de ses choix il y est 10 a 15 pour cent d 'erreur
le bon professionnel doit lui lorsque il y a un problème trouver une solution élégante pour se sortir de l impasse
pour votre dessus de table la déformation était prévisible au départ, mais vous n avez pas eu le formateur qui une fois les morceaux de bois choisi vous ai prédit l'avenir de l' ouvrage .
vous avez avec un bois peu stable mélanger les faux quartier avec les dosses avec des orientations qui laissait prévoir la suite prévisible dès le départ
maintenant que faire.
peut être si le dessus est terminé scier par le dessous les planches dans la longueur sur les deux tiers de l' épaisseur les dosses tour les 5 cm environ puis barrer votre dessus par le dessous de table les éléments de barrage peuvent être coulissant pour accepter le retrait en largeur de votre dessus de table
de refaire entièrement le dessus est une solution mais comme vous n' aurez pas entre temps acquis une parfaite maîtrise du matériaux bois vous risquer d' autres déboires
comme le docteur donner moi une bonne photo de votre plateau en bout pour vous indiquer l endroit des traits de scie et la façon de faire un barrage au sujet des alaises en bout il faudra peut être aussi revoir la copie
pensez que vous avez une peinture ancienne sur un panneau de bois que le panneau se déforme et qu'il faille trouver une solution pour stabiliser le panneau sans détruire la peinture , a votre prochaine
visite dans un musée essayer de regarder comment le restaurateur a opéré
la discutions reste ouverte
Etienne desthuilliers maître menuisier

Arcantar
 

en plus, il ne semble pas avoir de ceinture en tête ce que le meilleure appareilleur ne pourra contrer.

woodworker710
 

Bonjour étienne, merci pour pour votre retour entièrement justifié et cinglant à la fois . Je pense que vous avez raison sur le fait que les mouvements du bois s'anticipent et cà malheureusement je n'ai pas encore la maitrise du process. J'ai cependant bien connaissance qu'il faut contraindre le bois par la mise en place d'alaises en bout, mais pour des questions d'esthétique je me suis résigné à l'occulter. En l'état et vu le degré d'inexpérience en la matière, je vous fait parvenir en détail une bonne photo résumant la déformation de mon plateau.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
2
Kentaro

Personnellement, j'aurais fait ce plateau comme un ébéniste, avec une sorte de placage: des planches de 5 ou 10 mm d'épais, collées sur du cp de qualité (bouleau ou hêtre), de 15 ou 20 mm, qui est bien inerte.
Dans ce cas, cela ne devrait pas bouger.

Ou bien, mettre des traverses en dessous, fixées par 2 vis par planche, de manière à les contraindre (avec des trous oblongues, pour laisser le bois jouer) ou en forme de queue d'aronde usinée en dessous des planches.

Mis à jour
woodworker710
 

j'avais effectivement tenter le placage sur panneau de cap, mais sans succès, et surtout une contrainte de temps ne pas permis de persévérer.je pensais en effet une barre tranversale insérée en queue d'arronde, et je crois que c'est cette solution que je vais conserver à moins qu'une autre idée émane de la communauté des boiseux.

merci pour ton retour

Thomas
 

il existe également des raidisseurs vendus par certains fournisseurs - de mémoire chez haefele tu en trouves-.

par contre j'ai du mal à saisir comment ton plateau était maintenu avant. car il a aussi fendu...

Arcantar
 

si je vois bien, le plateau supporte les poids des rallonges sans la moindre traverse/ceinture ? si c'est le cas même un panneau en fine lamelles de 32 ne tiendrait pas dans le temps.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
philippe14

je rejoint etiennedesthuilliers l art et la manière il suffit pas de prendre du bois et de coller nous autres on observe le bois les morceaux qu on garde et ceux qu on jette en cales a marmite on devine les coup de vent les gerçures les fissures les nœud qui vont tombé ou craquer même en débitant le bois s il ce met a se tordre c est pas bon a mettre de coté apparemment c est du bois pas sec et gercé c est du bois de charpente le choix des planches est a revoir

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
TyCoat

Bonjour Woodworker,

Tu touches là un problème récurrent pour un objet qui parait simple: une table.
Je rejoins les propos d'Etienne qui connait son sujet.
Il y a peut être aussi les problèmes d'équerrage et de fabrication évoqués par les autres.
Et il y a peut être aussi un autre problème, c'est l'état hygrométrique du bois. Tu dis avoir pris la seconde fois du bois séché , étuvé. Je ne sais pas trop ce que cela veut dire. L'étuvage est une partie du process de certains séchages. Ce qui importe c'est quel est le degré hygrométrique de ton bois à l'intérieur comme à l'extérieur. C'est cette différence qui conduit le bois à se déformer et à tuiler et voir à se fendre. Un petit hygromètre à pointe à 30-40€ est bien utile.
Pour l'anecdote, j'ai acheté du bois dit sec chez un grand distributeur de bois. Ce bois était entreposé dans un hangar immense ouvert aux pleins vents humides de ma région. Rentré à l'atelier, mesure de l'hygrométrie. 12% à l'extérieur des plateau de 45 mm et 17% à coeur. Donc pas vraiment sec.
Si tu construis un plateau avec un bois dans les conditions ci dessus, même en respectant le sens des fibres du bois évoqué par Etienne, le plateau se déformera. Si de plus, le plateau est mis dans un intérieur normalement chauffé, l'équilibre hygrométrique du bois ( pas de l'air ambiant) sera autour de 8 à 9% ( correspondant à un air à 50-60% d'humidité relative et à 19°C). Fatalement au cours du temps toutes les fibres du bois atteindrons cet équilibre. Tu auras des déformations prononcées correspondant au mouvement du bois entre 17% et 9% pour le coeur et entre 12% et 9% pour l'extérieur du plateau, conduisant au tuilage. D'où l'importance d'avoir un bois parfaitement sec ( par exemple pour les planchers collés, les DTU recommandent 10%) et à l'équilibre hygroscopique ( c'est à dire au degré d'humidité homogène entre le coeur et l'extérieur du plateau et correspondant aux conditions définitives du bois. Si c'est pour un intérieur 8 à 10%, pour l'extérieur 15à 17% en moyenne en France.

Bien sûr, comme l'explique Etienne, comme on ne peut pas toujours bénéficier de bois parfaitement sec, il y a des astuces de menuisier ou d'ébéniste, mais là je leur laisse la parole.

Ty Coat

woodworker710
 

Merci @tycoat !
C’est la deuxième mauvaise expérience avec un p’atea Massif, c décidé le prochain sera en ctp et placage qui était ma première idée et là j’a Malheureusement encore une marge de progression sur sa mise en œuvre. Mais je suis optimiste et bien décider à relever le défi.

Kentaro
 

Mes parents ont une belle table rustique des années 70 en chêne, réalisée par un ami, ébéniste de grand talent. Il y a un plateau central, et tout autour, une alaize, coupée à 45° dans les coins. Je me suis toujours demandé comment il avait fait pour que cette table ne bouge pas d'un poil. Pas un 1/10 de mm de retrait nul part, pas de déformations, rien.

En fait, en bon ébéniste (et pas menuisier), il a fait un placage pour le plateau central, sur du contreplaqué. L'alaize est en massif. L'illusion est parfaite. les ébénistes sont de grands illusionnistes...

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
abird38

Bonsoir,
Personnellement je rencontre un problème identique sur un plateau composé de merisier et d'une ceinture en chêne avec une épaisseur de 45mm.
Avec analyse de la situation, je pense que mon problème vient d'un léger défaut d'équerrage.
Je vais recouper mon plateau et lors du passage à la dégau :

  • inverser les morceaux de
  • respecter scrupuleusement l'ordre de passage
    L'objectif étant de contrebalancer un léger défaut d'équerrage.
    Par exemple, une surface à 89° associée à une autre surface à 91°, cela devrait résoudre mon problème.
etiennedesthuilliers
 

bonjour
si votre guide est mal réglé ce n est pas grave vous passez le premier joint à 89 degré et celui qui va le toucher a 91 degré en changeant de parement de votre bois sur le guide comme cela vous n' aurez aucun problème
chaque problème a une solution

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Stef64

As tu bien contrôler l equerrage de tes bois avant l assemblage ? Est ce que le tuilage n apparaît pas pendant le collage du à un problème au serrage?
Peut être en mettant une alaise en bout?

woodworker710
 

Merci @stef64 !
Le contrôle de l’equerage est juste en ce qui me concerne.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

Licence

Licence Creative Commons
Voir aussi
Navigation