L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

AlexisL

Bois qui arque, vos experiences.

Bonjour à tous,
J'ai eu la mauvaise surprise de voir mes lattes de bois de chêne arquer après refente de lattes corroyé et je souhaiterai en savoir plus sur le pourquoi du comment.
Je fais donc appel à la communauté l'air du bois afin de ne pas réitérer la mésaventure.
Y'a t-il des essences auxquelles cela arrive plus qu'à d'autres ?
L'état de séchage du bois est-il à prendre en compte ?
Quelles serai l'épaisseur critique après refente ou l'arquage à le plus de risque d'arriver ?
Et tout autres choses bonnes à savoir sur ce sujet...
Merci à vous.
AlexisL

etiennedesthuilliers

bonjour je ne comprend pas pourquoi cette question revient sur le tapis
je ne comprend pas pourquoi les gens dédoublent les bois et ceux qui les dédoublent ne comprennent pas pourquoi il y a des problèmes le plus simple est d arrêter de faire cela , ou de lire ce que j ai écrit
bien amicalement etienne

AlexisL
( Modifié )

Je n'ai pas un énorme espace de stockage bois et du coup je n'ai pas toutes les épaisseurs de la scierie, donc je dois refendre ou raboter, heureusement ce problème n'est pas systématique.

etiennedesthuilliers

bonjours ce n est pas un problème d espace de stockage mais un problème de méthode après le sciage pour stabiliser vos bois , je pensais avoir été claire
etienne

AlexisL

Ah oui, refendre avant tout corroyage et laisser le bois se stabiliser ?
Ça me semble être une très bonne idée !
Merci pour vos conseils '

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

3 réponses

7
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

hello vaste sujet !!!

Le bois (sec ou humide) n est pas un matériau homogène, en cela il garde en interne des tensions qui son parfois libérées au sciage .

Un "bois nerveux" le reste même après séchage et corroyage , c est pour cela que le scier après libère des tensions qui reprennent leurs directions en fonction des fibres naturelles comme des mémoire de formes.

Pour contrebalancer cela, il faut prendre du bois sec bien de fil, sans défaut et de préférence sur quartier ce qui est pas simple sur une bille entière .
Il vaut mieux dans le doute débiter les pièces brutes avant le corroyage.

Tout les bois ne sont pas égaux suivant les essences ,les épaisseurs ou le séchage .

Avec de l expérience , on arrive a évaluer tout cela sans toutefois arriver à tout contrôler!

quelques conseils de base :

Faire ressuyer les bois quelques jours avant le débit (rentrer au sec et à température de l atelier).
Refendre en deux des plateaux ou des planches qui commencent à se fendre .
Couper quelques petits centimètres au bout des planches avant le débit cela enlève les corps étrangers et libère quelques fois de la tension invisible au départ) .
Prendre des pièces longues dans des bois d apparences stables.
Prendre les pièces courtes dans des bois d apparences nerveux.
Éliminer au maximum les défauts et le cœur .
Pour des pièces imposantes, on les débite et on ne les corroient que le lendemain .

Je pourrais ajouter encore plusieurs choses, mais rien ne remplacera l expérience pour apprendre de ses erreurs, nos métiers se maîtrise qu'à ce prix .

bon copeaux

Mis à jour
AlexisL
( Modifié )
AlexisL

Je relis ce post car je viens d'avoir la même mésaventure, sur du chêne 27 d'épais sur quartier, de l'avivé qualité ébénisterie, bien sec et entreposé depuis l'achat comme il faut dans un endroit sec.
Malgré tout ça j'ai eu le droit à des sacré tir à l'arc une fois mes 15 mm tirés.
D'habitude je refends pour garder des fonds de tiroir et ne pas transformer le bois en copeaux mais ma lame de scie-table n'est plus trop d'accord en ce moment.
Tout ça pour dire que même sur quartier le phénomène est bien présent, on ne peut plus ce fier à rien :0))

Marc Janod
( Modifié )

bonjour.
je me trouve avec le même souci, malgré un bois étuvé.
comment as tu réglé ton problème ?
merci

AlexisL

Pas grands choses à faire...
En collant les lattes en panneaux ça le fixe...

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
3
SailorJ

Personnellement, quand je refendais du bois en atelier, je le laissais au moins 1 semaine à l'endroit ou il allait être usiné. Ça permet au bois de se "stabiliser". En gros, il va travailler par rapport au tôt d'hygrométrie de l'atelier. Ensuite, il y a évidemment le séchage, si tu as un bois qui n'est pas bien sec, c'est normal qu'il travaille beaucoup. Prendre en compte aussi, si il est débité sur quartier ou sur dosse, (sur quartier, c'est plus stable). Et pour finir, est ça c'est pas uniquement sur de la refente, mais en général, plus tu as une planche fine, plus il pourra se déformer facilement.

AlexisL
( Modifié )

Merci francois25 !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
etiennedesthuilliers

bonjour un petit conseil en plus
les bois débités la période de stabilisation doit se faire les pièces de bois calée et serrés avec des rablettes pour que la circulation de l air soit uniforme , a l abris du soleil et des courants d air .
pour certaine pièces qui se sont cintrée il est possible de les serrer avec une contre flèche, il faut bien se rendre compte que le bois a en lui des tension et que de plus son humidité n est pas la même en intérieur qu' en surface c' est pourquoi il faut laisser le bois se stabiliser et que les tensions internes se stabilisent
les bois on aussi la capacité a avoir un certain taux de glissement de ses fibres de qui permet le cintrage un serrage avec une contre flèche permet de sauver certaines pièces
une fois rabotée les morceaux de bois sont a nouveau serrées avant usinage pur qu'ils ne gigotent pas
faire de la menuiserie n' est pas aussi simple qu'il n'y parait

AlexisL
( Modifié )
Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
334 vues
3 réponses

Publications associées

Licence

Licence Creative Commons
Voir aussi
par Pascal44 1 réponse
Navigation