L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Partager   J'aime  
Guilhem

Création d'un bar dans une ancienne grange

Création d'un bar dans une ancienne grange

Bonjour,

Je reprend l'introduction publiée avec le plan publié récemment sur lairdubois.fr :

Voici un projet [qui sera réalisé sous peu] dont la réalisation a commencé aujourd'hui, avant que la saison des événements ne commence cet été. La grange accueille des mariages, marchés d'artisanat et festivals de musique et danse principalement.

Cette fois-ci il s'agit de l'habillage d'une partie d'une ancienne grange afin de faire un espace bar et un espace de rangement pour les chaises de la salle (à l'arrière de l'espace bar).

Le bar en lui même est un bloc existant, mais sera habillé différemment pour garder une cohérence avec le reste.

Le mur arrière du bar supportera un système de "french cleat" pour y accrocher différents blocs selon les envies et les goûts, ainsi que sur se face arrière des équerres qui permettront de ranger différents types de chaises (une centaine en gros).

D'autres contraintes (accès handicapé, rangements de racks de vaisselle, etc.) ont façonné les différents éléments du bar.

Pour l'habillage du mur du bar, je compte essayer de traiter les planches façon "Shou sugi ban", une méthode japonaise de carbonisation du bois qui lui confère une meilleure protection contre le temps et les insectes, et une texture et couleur intéressante. Je n'ai jamais essayé mais il faut bien commencer un jour !

Ce chantier a deux particularités :

  • Le début du chantier a été fulgurant : plans réalisées en 1 jour, puis le sur-lendemain début du chantier ! Reste à voir si il sera terminé aussi rapidement qu'il a débuté !
  • Le chantier est réalisé en plus de moi par des volontaires internationaux de passage. On a de la chance cette fois-ci l'un d'eux a fait des études de menuiserie !

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

1er jour de chantier : déplacement du bois, découpe des montants, mise en place des poutres supports

Bonjour,

Voici le compte rendu en image de la journée de travail. Rien de très technique ni impressionnant mais beaucoup de travail a tout de même été effectué aujourd'hui !

  • Déplacement du bois

Disposant d'une quantité importante de bois (dans le bâtiment qui accueillera mon futur atelier, voir là : https://www.lairdubois.fr/atel...), il a fallu déplacer une partie du bois vers la grange pour travailler directement sur place. Une trentaine de planches de 5m, entre 15 et 25cm de large et 4cm d'épaisseur seront utilisées.

  • Découpe des montants

Afin de construire le mur du fond du bar, qui supportera des meubles modulaires d'un côté et des étagères de rangement de l'autre côté, 12 planches sont mises à longueur (3m) puis découpées dans le sens de la longueur à la scie circulaire avec rail. Le chant découpé, et donc plan, servira de référence(pratique lorsque l'on a rien pour corroyer les planches !).

  • Préparation des étagères arrières

50 chaises seront accrochées par groupe de 5 sur le mur arrière sur des équerres (voir plan). La découpe des éléments a été effectué, montage au prochain épisode. Contrairement à ce qui est dessiné sur le plan, les équerres seront inclinées de 10° vers le haut, afin d'éviter que les piles de chaines ne tombent vers l'avant.
Deux rainures sont creusées de part et d'autre des montants, afin d'y glisser la partie horizontale de l'équerre. Les rainures, inclinées de 10°, sont préparées à la scie à onglet, puis finies au ciseau à bois.
Le décrochement qui supportera le renfort de l'équerre sera réalisé au coup par coup, sur mesure.

  • Découpe des poutres support et mise en place des supports de poutre

Le niveau haut de la structure est calculé à partir du plan, reportée sur l'un des poteaux puis un laser est utilisé pour reporter la mesure sur les trois autres poteaux. Les supports de poutres sont fixés, puis les poutres sont découpées après mesure à la bonne hauteur (les poteaux existant n'étant vraiment pas verticaux !), puis mises en place.

Voilà pour aujourd'hui !
Merci aux volontaires qui ont participé à cette journée, et qui découvraient pour la plupart les outils utilisés !

La suite au prochain épisode ! :)

Publié Mis à jour

Partager  

2e jour de chantier : découpe des équerres, montage du mur à plat, mise en position du mur

Bonjour,

Voici les tâches réalisées pour ce 2e jour de chantier :

  • Découpe des équerres

Les équerres sont conçues de manières à pouvoir supporter une charge importante, tout en limitant le nombre de vis et de systèmes de fixation. On a utilisé pour cela la scie japonaise tout d'abord, mais le résultat n'était pas parfait (coupe verticale et alignée avec les marquages difficile pour les débutants), on a donc fait la fin avec la scie sauteuse (j'avoue que je l'avais complètement oubliée celle-là... on aurait pu directement commencer par cela, mais j'étais sans doute obnubilé par le fait de ne pas pouvoir le faire à la scie à ruban comme prévu faute de lames en ce moment). Plus de détails sur les photos.

Avec le soleil qu'il faisait, on a travaillé dehors, la classe ! Il y en même qui ont pris des coups de soleil, au moins d'Avril en Alsace il faut le faire ! ;)

  • Création d'une butée pour le renfort de l'équerre

Afin de renforcer l'appui du renfort de l'équerre, une butée est créée au rabot électrique sur environ 5mm. Je ne suis pas sûr que ce soit très orthodoxe comme méthode, mais cela permet d'avoir un appui bien plan et une butée correcte !

  • Montage des équerres à blanc

Une fois les rainures effectuées, les encoches découpées et les angles rectifiés (plusieurs reprises ont été nécessaire faute de plans précis, ayant décidé de mettre un angle de 10° sur les équerres au lieu de l'horizontal. Tous les angles ont donc changé, je n'ai pas pensé à tout sur le moment...), nous nous mettons au montage des équerres et à la découpe des dernières encoches sur les montants.

  • Montage du mur au sol

Tous les montants prêts pour recevoir les équerres sont placés au sol pour le montage à blanc. Chaque montant provenant d'une planche coupée en deux dans la longueur, nous avons donc une face brute et une face propre. Les faces découpées sont placées sur le dessus, et grâce à la Domino, nous pouvons obtenir une surface plane sur tout le mur malgré les différences d'épaisseurs de chacun des montants, en prenant comme référence les surfaces découpées.
Les montants sont espacés de 50cm, et les montants sont placés avec un domino en bas et deux en haut pour plus de solidité.
Une fois tous les montants placés, une vis par montant empêche les dominos de sortir et nous plaçons une grande diagonale après avoir rectifié l'équerrage pour "fixer" la position. Le mur est ensuite mis en position à sa place finale !

Et voilà pour aujourd'hui ! Une petite surprise tout de même à la fin du montage du mur, après l'avoir mis en position : les montants recevant les équerres ne sont pas du bon côté par rapport au plan dessiné ! Une erreur très bête qui aurait pu être vraiment gênante et nous forcer à tout démonter, mais bon dans ce cas là cela a peu de conséquences... Je modifierai le plan pour que cela corresponde à la nouvelle réalité !

Publié Mis à jour

Partager  

3e jour de chantier : mise à jour du plan, test du four rocket pour brûler les planches

  • Mise à jour de la conception

Aujourd'hui j'ai travaillé seul pendant la matinée pour mettre à jour le plan avec la nouvelle disposition des supports de chaise (suite à notre bourde d'hier...), et pour concevoir correctement les éléments restant avec les mesures précises avec le mur en place.
Voici ce que cela donne :

  • Test du four rocket pour brûler les planches

Étant un adepte des fours rocket (voir ici pour ceux qui ne connaissent pas) et en ayant un en kit que j'avais utilisé en extérieur pour chauffer de l'eau pour des douches extérieures (voir ici), j'ai pensé l'utiliser pour obtenir un chauffage puissant et constant. Nous avons donc reconstruit le four très rapidement, puis on l'a allumé pour faire des essais sur des chutes.

Le résultat est assez mitigé, les flammes ne sortent pas aussi fort que la dernière fois, et cela met du coup beaucoup trop de temps à faire de l'effet sur le bois présenté à l'orifice.

Je me rend compte ensuite que le foyer n'est pas bien construit, et que les braises obstruent du coup la moitié du tuyau d'évacuation, d'où le manque de peps... Nous laissons donc le feu finir de se consumer pour retenter l'expérience demain, en modifiant le foyer !

Peu de résultats concrets aujourd'hui donc, mais on a tout de même bien profité du soleil à nouveau ! A voir demain si cela fonctionne mieux, sinon ça sera bombonne de butane/propane et son brûleur, la méthode qui est la plus utilisée à présent semble-t-il. Ou alors feu traditionnel, pourquoi pas ?!

Publié

Partager  

4e jour de chantier : montage final des équerres, découpe et préparation du mobilier

Bonjour,

Une nouvelle journée, bien remplie ! Voici les tâches réalisées, en images.

  • Mise en place des équerres

Peu de suspens ici pour le montage car tout a été monté à blanc par terre, mais il fallait vérifier que les équerres pouvaient bien supporter la charge. Pas de soucis, on peut même s'assoir dessus !

  • Découpage et préparation du mobilier

Les éléments mobiles qui seront fixés en "french cleat" sur le mur sont rabotés et poncés pour améliorer l'état de surface et éviter qu'ils ne se recouvrent trop rapidement de poussière impossible à nettoyer.
La déformation radiale des planches empêche une finition parfaite du premier coup au rabot, il faut donc passer un coup de ponceuse en plus. Un module de chaque est fabriqué, d'autres viendront plus tard suivant les besoins et les envies !

- Modification rapide du four rocket

Le four rocket qui n'a pas bien fonctionné est légèrement modifié, mais le résultat n'est toujours pas satisfaisant : les flammes ne sortent pas du tube du fait d'un nouveau problème de flux d'air au niveau du foyer...
J'ai failli laisser tomber cette solution, mais après un rapide coup d’œil sur internet au prix des torches de couvreur qui sont utilisées pour brûler les planches je décide de tenter une ultime modification, qui sera efficace cette fois !
La longueur du tube est diminuée, un soin un peu plus poussé est mis pour réaliser le foyer (parois plus lisses, moins de fuites, forme moins allongée). Les flammes sortent cette fois complètement du tube, et le premier essai montre qu'il faut seulement quelques secondes au bois pour brûler.

  • Préparation des planches à brûler

Toutes les planches qui serviront pour l'habillage du mur, et qui seront brûlées sur le four rocket, sont préparées. Coupées à la cote, elles sont stockées en attendant d'être découpées à la scie à ruban pour le chanfrein du french cleat. Ayant reçu la lame de 20mm seulement hier soir, nous n'avons pas pu effectuer ces découpes dans la foulée malheureusement.

-Rangement de l'atelier provisoire

Toutes les bonnes choses ont une fin, nous devons à présent ranger les machines et nettoyer la grange pour la rendre visitable et accessible pour les événements prochains. La suite du chantier aura lieu en plus petit comité et dans un autre espace, un peu moins vaste !

Merci encore à tous les volontaires d'Allemagne, France, Australie, Chine et Ecosse (dans le désordre !) pour leur participation à ce projet !

Le chantier reprendra seulement au cours du mois d'avril, laissant un peu de place à d'autres tâches entre temps !

Merci d'avoir suivi ce pas à pas !

Publié

Partager  

Suite et fin

Un peu de temps s'est passé entre la dernière section de l'article et celui-ci, aussi le découpage en journée de travail n'est plus respecté, voici juste le plus important : ce qui a été réalisé !

Découpe à 45°

Afin de réaliser le système de French Cleat pour mettre des modules repositionnables partout sur le mur, chacune des planches de trois mètres est découpée à 45° de chaque côté.
Pour cela, nous avons utilisé la scie à ruban avec la table inclinée et un guide parallèle sur mesure permettant la coupe à 45°.

Shou sugi ban

Ayant choisi d'effectuer une finition "bois brûlé" selon la technique japonaise Shou sugi ban, j'avais préparé un foyer type four rocket pour brûler le bois rapidement et ponctuellement. Après plusieurs essai, le côté ponctuel se trouve être trop ponctuel : je passe donc au bon vieux feu large à l'ancienne : ça consomme du bois mais cela permet du coup de nettoyer un peu les alentours !

Toutes les planches préparées sont donc passées au dessus du feu, puis brossées au balai brosse pour retirer le carbone en trop : on obtient une surface lisse, légèrement en relief avec le veinage, d'une couleur noir/chocolat du plus bel effet.

Préparation des support d'étagère

Les étagères prévues pour être utilisées sur le mur sont des modules pouvant être positionnés où l'on souhaite. Une condition st nécessaire pour que cela rende bien : elles doivent être parfaitement horizontale évidemment.

Après avoir réfléchi à une solution à base de domino, j'ai abandonné l'idée du fait de la largeur trop importante de ceux-ci : je suis arrivé à la conclusion que des tiges filetées métalliques feraient parfaitement l'affaire. Les triangles supports des étagères sont donc découpés et puis percées sur le même système afin de s'assurer de la position et de l'angle des tiges.
N'ayant pas de perceuse à colonne, j'ai imaginé un petit montage en fixant ma perceuse sur une table en en faisant coulisser les pièces de bois à percer.

Présentation du concept de french cleat

Préparation des panneaux des étagères

Les panneaux sont fabriqués à partir du même bois de coffrage de récupération que tout le reste du projet, mais avec cette fois une finition rabotée et poncée sur le dessus et les tranches, afin de créer un contraste important avec le mur plutôt sombre.

Les panneaux sont assemblés à l'aide de dominos puis collés.

Les panneaux ainsi obtenus reçoivent les triangles fabriqués plus tôt puis sont brulés sur le dessous afin de masquer le support visuellement (noir sur noir). Seule la tranche est bien visible.

Je vous passe l'étape du montage avec des tirefond de 8mm en gardant un espacement constant entre les pièces, tout en rattrapant l'horizontalité parfois douteuse des planches de coffrage...

Voici directement le résultat !

Publié

Contenus associés


Discussions

Guilhem a publié le pas à pas "Création d'un bar dans une ancienne grange".il y a 1 an
Zorro
 

Tout cela a l'air d'un beau chantier, plein de bonnes idées et de collaboration. Bon courage à toi et à tes compagnons et merci pour le partage !

FlashOver
 

Très intéressant le concept du travail par des personnes d'horizons internationaux et qui ne connaissent pas du tout le travail du bois, voilà un beau partage de temps et se sueur 👍👍
Pour le chantier par lui-même, je trouve l'idée très intéressante et j'ai hâte de voir la suite, je ne connais pas du tout la méthode "Shou sugi ban" mais G**Gle étant -souvent- mon ami je vais rapidement aller jeter un coup d'oeil. Bon courage pour la suite 😉

Guilhem

Salut @flashover

La méthode Shou sugi ban est une méthode traditionnelle japonaise pour le cèdre à l'origine qui permet de protéger le bois contre les UV, contre le feu dans une certaine mesure, et qui esthétiquement permet d'obtenir une palette de couleurs et de textures intéressantes, suivant l'intensité de la carbonisation et du "nettoyage" des parties brûlées. Les couleurs vont du noir intense au doré selon que l'on gratte plus ou moins les parties carbonisées, et pour la texture, le bois de printemps brûlant plus facilement, il disparait plus que le bois d'été, d'où la "révélation" du fil du bois en relief.

Certaines maisons traditionnelles au Japon en sont recouvertes, et l'effet est magnifique ! C'est aussi très en vogue semble-t-il en ce moment chez les éditeurs d'objets.

Voilà en gros l'effet que l'on peut obtenir, mais une recherche d'image dira plus que tous les mots !

Bonne journée,

Guilhem

Guilhem a publié l'article "2e jour de chantier : découpe des équerres, montage du mur à plat, mise en position du mur".il y a 1 an
Zorro
 

Encore une belle journée de chantier, on commence à mieux imaginer l'espace occupé par l’aménagement.

foal
 

Bieb belle initiative,bravo et bon courage.

Guilhem a publié l'article "3e jour de chantier : mise à jour du plan, test du four rocket pour brûler les planches".il y a 1 an
FlashOver
 

Et bien ça avance pas mal ce projet. Bon courage pour la suite et je voudrais te remercier pour tes explications au sujet de la méthode Shou sugi ban 😉👍

Guilhem a publié l'article "4e jour de chantier : montage final des équerres, découpe et préparation du mobilier".il y a 1 an
Guilhem

Bonjour à tous,

Une petite question technique,pour ceux qui font des calculs de résistance des matériaux, je me demandais si ce que j'ai prévu pour accroché les meubles est suffisant : il s'agit de deux dominos de 14x140 enfichés à 45° dans les supports des étagères ou dans les montants des caissons. Il seront enfoncés d'un peu moins de 70mm (profondeur max de perçage), collés pour les étagères mais pas pour les caissons. Ils reposeront sur une planche de pin dont un chant sera coupé à 45° sur toute la longueur.

Les dominos font 14mm d'épaisseur, 28 de longueur, arrondis sur les bords, et sont constitués de hêtre sans défauts a priori.

La question est donc la suivante : quelle est la masse maximale admissible par deux dominos de cette taille ? Ou plus précisément quelle est la résistance au cisaillement des dominos de cette dimension ?

A l'oeil je trouve que ça passe, mais j'espère que je n'ai rien oublié, je n'ai pas envie que cela tombe pendant un événement du fait des basses trop puissantes de la musique :)

Bonne journée et merci pour vos réponses !

Guilhem

FDM

je n'avais pas vu cette question ...
juste une remarque : pour améliorer la résistance maximale (que je n'ai pas calculé), il aurait été possible de mettre les dominos dans l'autre sens (rotation 90°).
Dans ce sens, la hauteur du domino est double (28 au lieu de 14).

Maintenant, il faut voir si ça rentre dans ton système French celait

Guilhem

@fdm Salut, effectivement la résistance aurait été supérieure mais les espaces entre les planches auraient été trop important : on aurait vu "à travers"le mur en étant devant celui-ci.
En optant pour des tiges métalliques diamètre 8 je crois, et avec des planches chanfreinées sur le dessus et le dessous, les espaces ne sont pas visibles, tout en laissant de la place pour les tiges !
Le seul problème des tiges vient du filetage qui abime le bois lorsqu'on déplace les étagères. Ce n'est pas visible de devant mais cela reste dommage.

Guilhem a publié l'article "Suite et fin".il y a 9 mois
Boris Beaulant
 

Merci de nous donner la suite !

PS : Pour info, la vidéo ne fonctionne pas ;(

Guilhem

Oups, je n'avais pas encore cliqué sur publier dans youtube, c'est fait !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 207 vues
11 commentaires

Contenus associés

0 processus
0 fournisseur
Autres pas à pas de Guilhem
Voir aussi
Table des matières