L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Olistan

Porte en chêne massif avec 3 panneaux

Porte en chêne massif avec 3 panneaux
+

Je présente ici un petit pas-à-pas de la réalisation d'une porte en chêne massif, de style assez classique comprenant 3 panneaux / 4 traverses avec un losange pour motif dans la frise. Il s'agit d'une porte à petit cadre avec ravancement de moulures de 20mm.

Cet article ne constitue certainement pas une référence, n'ayant que bien peu d'expérience en menuiserie. Je ne dispose que de petites machines (Kity sur table), qui atteingnent facilement leurs limites pour une telle réalisation. Dès la réflexion sur le projet, j'ai pu bénéficier de bon nombre de conseils avisés sur ce site qui m'ont permis de passer à la réalisation de la porte; je ne remercierai jamais assez ces personnes !

Le dimensionnement de la porte a été discuté largement dans une question jointe à ce pas-à-pas (voir ici). J'ai bien réalisé un plan sketchup de la porte. Toutefois, n'ayant pas dessiné les moulures ni surtout réussi à dessiner les ravancements de moulures, le plan n'est pas publié.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

Cadre: structure générale

Le cadre est donc constitué de 2 montants et de 4 traverses (de bas en haut: 170, 130, 130 et 110 de large) de 40 d'épaisseur, extrait de plateaux de chêne de 55 mm.

Dégauchir et raboter les montants (2100mm) avec mes petites tables n'est guère évident. Je m'en suis sorti en plaçant des trétaux à rouleaux en entrée et sortie, en alignement parfait avec les tables. Cela m'a donc valu de nombreux réglages des trétaux durant le rabotage.

Les mortaises (largeur: 12mm; profondeur: 90mm - 70 pour tenons + 20 mm de ravancement d'onglets) sont réalisées en 2 temps afin de garantir un minimum de précisions: d'abord avec une mèche de 8, puis une mèche de 12. A chaque changement de mèches (il y en avait beaucoup car j'avais plus facile à changer les mèches que déplacer les montants), je devais donc régler les butées en conséquences. Evidemment, lors de l'usinage de la dernière mortaise, je me suis planté et ai quasiment traversé le montant (voir photo). Heureusement, ce sera situé sur le bas du montant près du dormant.

Les tenons (ép.: 12mm; 70mm de longueur) sont également usinés en 2 temps. Les 50 premiers mm sont effectués à l'aide de ma petite toupie. Les 2 cm restants sont réalisés à la main.

Un premier assemblage donne déjà une idée de la structure. A ce stade, j'ai déjà pu réajuster beaucoup de tenons. Quelques désaffleurs significatifs au niveau des assemblages sont également présents; je ne corrige toutefois pas trop à ce stade pour éviter des jeux trop importants.

Publié Mis à jour

Partager  

Cadre: rainures, ravancements de moulures et moulures

Les rainures du cadre font 12 de large pour 15 de profondeur. Je n'ai pas les fers adéquequats pour faire cela à la toupie. Je me rabat donc sur la défonceuses. Afin de disposer d'une largeur de support suffisante, je rainure donc avant le moulurage en joignant deux montants l'un à l'autre afin d'augmenter la surface de support. Tout cela se passe sans aucun problème.

Le ravancement des moulures est réalisé également à la défonceuse à l'aide d'un gabarit soigneusement usiné tel que décrit par Jean-Marie ici. Le ravancement d'onglet est réalisé avant le moulurage suité à ces conseils pour ne pas abîmer les moulures. A l'aide de 2 fraises munies d'un roulement, je dois m'y reprendre en 3 étapes (!): 1 fois avec roulement par dessus avec gabarit, 1 fois avec roulement par dessus sans gabarit et puis retourner la pièce et usiner avec roulement par dessous. On y perd certes en précision, mais je n'avais guère le choix. Si un jour je me rachète une défonceuse, je regarderai en premier lieu la profondeur de plongée (50 mm sur ma Makita).

Le moulurage est ensuite réalisé avec la toupie. C'est la première fois que je faisais un tel usinage. A l'entraîneur, cela a été réalisé sans encombre. Une attention particulière était toutefois requise pour engager les montants côté bas d'abord (traverse large => beaucoup de bois y a été retiré lors du ravancement d'onglet). A refaire, j'y laisserais sans doute un peu de bois en extrémité.

Publié

Partager  

Panneaux

Les panneaux sont assemblés par rainures/languettes. Rien de bien compliqué à la toupie. Sauf qu'après usinage des 6/7 bois du premier panneau, je me retrouve avec un panneau pas vraiment plat mais légèrement incurvé. En tant normal, cela m'aurait valu un pétage de plombs complet. Je reste étonnament calme, remarque que ma table n'est pas parfaitement perpendiculaire à l'outil (!!). Je remets donc tout en place et repasse tous les bois (je ne perds heureusement presque pas de bois. J'encolle le tout et laisse sécher.

Avec ma petite Kity, je dispose bien d'un outil pour plates bandes. L'usinage devant se faire par le bas, et ne pouvant descendre très bas l'outil, je me retrouve coincé et réalise une contre-table qui se fixe sur la rainure de la table. Toutefois, au vu de la faible épaisseur de la plate-bande (épaisseur panneau: 20mm; rainure de 12 de large => 4mm à retirer de chaque côté), la plate-bande devient vraiment petite (max ~38 mm => 26 visible). De plus, en retirant beaucoup de bois, je sens que la mahcine atteint ses limites.

Je m'en vais donc demander de l'aide à un copain menuisier du village.

Il commence par me faire quelques commentaires constructifs:

  • En serrant, le cadre doit aller en fond de rainure. J'avais prévu un jour de 3mm (rainure de 15 de profond; panneau qui rentre de 12)
  • J'aurais dû prévoir des rainure de 8 de large au lieu de 12, surtout vu que rainures et tenons ne se touchent pas (ravancement d'onglet). Ainsi, mes plate-bandes auraient été beaucoup plus visibles.

En 2 temps 3 mouvements, l'usinage est ainsi fait; c'est toujours un plaisir que d'échanger avec un professionnel.

Je devrai quand même reprendre quelque peu la plate-bande au rabot pour qu'elle s'enfonce correctement dans la rainure.

Publié Mis à jour

Partager  

Frise en losange

Me voici donc à attaquer les frises en forme de losange ainsi qu'un quart de rond pour la transition.
Pas bien compliqué à la défonceuse me dis-je. Et bien le problème principal vient évidemment de l'équilibrage de la machine sur certaines zones où il n'y a plus beaucoup de bois. Je chipote donc et le résultat n'est guère brillant à cause de 2 déséquilibres irrattrapables au ponçage. Tant pis, cela fera du bois de chauffage et je referai un panneau le week-end prochain…

A la deuxième tentative, je m'applique. Tout d'abord, au guide principal, je colle avec du double face une latte d'épaisseur correspondant au décalage entre l'usinage du quart de rond et celui du surfaçage. J'usine en partant du coin vers le milieu. Lorsque la surface d'appui n'est plus suffisante, je visse sur la semelle de la défonceuse une cale correspondant enlevée au surfaçage; je peux ainsi m'appuyer également sur la surface déjà usinée. Evidemment, c'est surtout quand on usine le quatrième côté du losange que la surface d'appui est la plus ténue. Lorsque l'on usine l'autre face, il convient de bien poser la première face sur des cales placées près des coins.

Au final, il y aura bien quelques irrégularité, mais c'est déjà bien mieux que la première fois. Le ponçage corrige le plus gros.

Publié

Partager  

Mortaisage serrure & charnières

Rien de bien compliqué ici. Bien prendre la position de la clenche au niveau de la moulure d'une traverse.

La mortaise fait 14 de large. Par expérience avec la mortaiseuse Kity, je m'y prends en 2 fois: d'abord à 10 puis 14. Il faudra quand même que je reprenne au ciseau avant de pouvoir enfoncer la serrure.

J'usine l'emplacement de la têtière à la défonceuse avec guide parallèle. J'utilise une mèche droite de diamètre égal à la largeur de la têtière. J'ajoute des cales pour atteindre la longueur voulue.

Il en va de même pour les charnières. Le petit ergot de la charnière (je ne connais pas le terme technique) est fait au ciseau.

Publié Mis à jour

Partager  

Assemblage à blanc

Ca y est, premier assemblage à blanc ! Pour la première fois, cela commence vraiment à prendre forme !

Non serrés, les assemblages sont loin d'être parfaits. De plus, j'ai rogné un coin du panneau en rabotant la plate bande. C'est moche mais hormis un petit ponçage, je laisserai comme cela de peur de faire pire que mieux.

Lors du démontage, je perce montants et traverses en vue d'un chevillage à la tire. Percer à la colonne le bout des montants de plus de 2 mètres est un peu rock'n roll mais on y arrive !

Publié

Partager  

Finition

J'ai longtemps hésité quand à l'ordre des opérations. Usinage des logements pour paumelles, mise en teinte, assemblage.

Finalement, j'ai pensé que:
(i) Il est préférable que le cadre soit assemblé pour positionner les paumelles sur montant et huisserie
(ii) Les plates-bandes au minimum doivent être teintées avant assemblage du cadre pour éviter des zones non teintées en cas de retrait - tant qu'à faire, autant tout teinter.

Au niveau de la finition proprement dit, je me suis laissé tenté par l'huile Rubio MonoCoat en 2 composants, vu que tout le monde ne parle plus que de cela. Encore fallait-il choisir la teinte. Je m'en vais chez un revendeur en ville et, moyennant caution, il met à disposition gratuitement une boîte avec tous les échantillons ainsi qu'un nuancier. Magnifique service qui me permet de tester plusieurs combinaisons et en discuter en famille et finalement choisir la teinte 'Pure' qui réchauffe quelque peu le bois.

La séquence des opérations est donc:

  • Ponçage 80 - aspirer - 120 - aspirer - 180 - aspirer
  • Un coup de soufflette sur toutes les pièces
  • Tant qu'à faire, j'ai aussi pris le nettoyant Rubio, qui était seulement indiqué comme optionnel pour du bois brut non sollicité. Vu qu'il y avait quand même quelques traces sur le chiffon, je me dis que j'ai bien fait.
  • Huilage avec un chiffon
  • Environ 10 minutes après, repassage avec un chiffon pour éliminer le surplus d'huile.

J'avoue être assez content du résultat. Pas parfait, certes, mais pour une première, c'est acceptable. Et puis, comme c'est facile à mettre et rapide à sécher !

Publié

Partager  

Assemblage définitif

Certaines opérations ne prennent que quelques minutes mais marquent un tournant définitif dans la réalisation. L'assemblage définitif, via chevillage à la tire, en fait évidemment partie.

Après avoir préparé une vingtaine de chevilles (scie à ruban puis octogonalisation au rabot), je les pose donc l'une après l'autre. Rien de bien compliqué. Je fais juste particulièrement attention lors de la découpe afin de ne pas abîmer la finition.

Publié

Partager  

Huisseries

La largeur du mur faisant 160 mm, j'assemble tout de même deux pièces afin d'éviter d'utiliser des pièces trop larges.

J'utilise les surcotes habituelles (2.5 mm à gauche/droite; 3mm au dessus et 5mm en bas). La découpe à dimension se fait rapidement. Les positions de serrure et charnières sont reportées.

J'usine une petite rainure de 16mm de large sur 1mm de profondeur qui servira à placer le listel.

La pose par contre ne me rassure guère. Pour avoir déjà installé l'une ou l'autre porte en kit, j'ai bien compris que je ne maîtrise pas l'ordre des opérations.

Je commence par visser la partie haute aux jambes (désolé pour les termes, je ne les connais pas...). Je place l'ensemble dans l'ouverture. Cela paraît simple mais je passe ainsi plusieurs heures (!!) à ajuster le tir. J'ai beau fixer des lattes pour être sûr de conserver la bonne largeur, en plaçant la porte, j'ai toujours l'impression qu'elle force au niveau des charnières.

Après beaucoup de chipotage, j'arrive à trouver une position acceptable. Les montants sont vissés au niveau de la rainure des listes dans des blochets en bois prévus dans la vieille maçonnerie.

Vu qu'il s'agit d'une porte de bureau, et que je compte y travailler souvent surtout en cette période, je souhaite une bonne isolation phonique avec les marmots bataillant dans le couloir. Bien que contraire à mes valeurs, je me contraint à mettre de la mousse/colle PU, qui permettra de sceller définitivement l'huisserie. Ici encore, j'ai une crainte, qui se révèlera infondée: que la mousse pousse sur l'huisserie au point de la déformer entre les points de fixation. J'installe donc une structure de fortune. C'est clair qu'ici, j'aurais bien besoin de quelques cours de pose de porte...

Une fois la porte remise sur ses gonds (elle fait son poids la bête !), cela commence enfin à ressembler à quelque chose.

Au final, la seule grosse erreur fut un éclat au niveau de la vis posée pour joindre la partie horizontale et vertical. En tappant au maillet pour déplacer légèrement l'ensemble, le bois n'a évidemment pas tenu. Heureusement, cela s'est produit du côté charnières et derrière le listel de sorte que cela ne se verra quasiment pas. Un peu de pâte à bois suffira.

Publié

Partager  

Chambranles

J'aime les chambranles moulurés et larges. C'est donc l'occasion. Les chambranles feront 105mm de large et 20 d'épaisseur (c'est beaucoup mais je n'ai du bois qu'en 27 et 45). Au niveau du moulurage, j'ai bien peu de fers à moulures et n'ai donc guère le choix. Je me contenterai d'une large moulure d'un côté et d'un doucle quart de ronds en sens opposés de l'autre.

Du côté couloir, les plinthes sont en marbre de Sainte Anne, un marbre local mais devenu excessivement difficile à trouver. Hors de question donc de le découper. C'est donc le chambranle qui s'y adaptera. Le rendu est moyen; à refaire, j'aurai au minimum ajouté un quart de rond pour adoucir l'ensemble ou usiné une feuillure pour passer par dessus la plinthe.

Côté bureau, j'ai bien peu de place entre les paumelles et la bibliothèque. Le chambranle y est donc très étroit. Mais surtout, je n'arrive pas à glisser la pièce à cause des paumelles, et encore moins de pouvoir gonder/dégonder la porte. Je suis donc contraint de faire des découpes assez importantes.

Publié

Partager  

Conclusions

Me voici donc arrivé au terme d'une nouvelle épreuve. Epreuve qui m'a permis, grâce à de nombreux conseils glanés ici, d'arriver au terme d'un gros projet pour mon petit niveau; qui m'a permis de dompter au mieux mes petites machines; qui m'a convaincu que maîtriser la base et les outils à mains est primordial afin de pallier à certaines limitations des machines; qui m'a convaincu que réaliser les exercices de formation tels que proposés par sylvainlefrancomtois doit être un priorité. Bref, j'ai encore tout à apprendre et suis surtout extrèmement motivé à continuer à m'améliorer.

Et puis, quand on regarde ce qu'il y avait à cette place il y a encore 4 mois, à savoir une porte qui ne fermait pas, je peux me dire qu'on est quand même sur la bonne voie !

Publié

Publications associées


Discussions

Olistan  a publié le pas à pas "Porte en chêne massif avec 3 panneaux".
il y a 1 an
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

du beau tradi 👍 !!

Olistan
( Modifié )

Merci sylvainlefrancomtois . Et tout ceci est un peu possible grâce à toi !

trente six seb
( Modifié )

Beau pas à pas, on voit bien les étapes !

  • Cheviller et coller ça se fait. Mais le chevillage seul peut être suffisant.
  • Ce que tu appelles listels, ce sont des moulures rapportées ? Oui ça peut arriver qu'on les cloue ou colle (sur épaisseur) ou qu'on les usione dans la masse (enlèvement de matière).
  • Pour l'avoir fait, j'avais usiné les emplacements de paumelle avant montage. Mais c'était en stage, avec quelqu'un d'expérience. Il ne faut pas se planter sur les mesures (ne pas oublier la petite bague dans la paumelle) et le sens. Mais comme tu établis bien tes pièces, ça ne devrait pas arriver.
Olistan
( Modifié )

Merci pour ces précisions trente six seb

  • Me passer de collage me paraît risqué car (i) la porte sera très lourde et (ii) je suis encore à l'école maternelle de la menuiserie => mes assemblages ne sont pas parfaits
  • Le 'listel' (sans doute typique à la Belgique ?) est une baguette de section carrée (1010 ou 1616) que l'on fixe sur le dormant et la porte vient contre quand on ferme la porte (je vois que d'autres font une large feuillure comme Séverine
  • Quand tu parles de petite bague dans les paumelles, je pensais que c'était une bague d'usure que l'on place un fois que l'on commence à avoir du jeu ?
trente six seb

Quand on met les chevilles à tire, c'est vraiment costaud aussi.
Mais rien n'empêche de coller.
Ah ok pour le listel, effectivement, je serai plus parti sur une feuillure.
Le clouage me parait moins solide, mais tu peux aussi le coller.
Je garde une préférence pour la feuillure.

Sinon, sur les paumelles, il y a toujours une petite bague.
Et on peut en rajouter si besoin (ou si erreur). Mais c'est mieux sans ^^.

Olistan

👍

Olistan  a publié l'article "Frise en losange".
il y a 1 an
Olistan  a publié l'article "Mortaisage serrure & charnières".
il y a 1 an
Olistan  a publié l'article "Assemblage à blanc".
il y a 1 an
Olistan  a publié l'article "Finition".
il y a 1 an
sylvainlefrancomtois

hâte de voir cette belle porte posée !

Olistan  a publié l'article "Assemblage définitif".
il y a 1 an
Olistan  a publié l'article "Huisseries".
il y a 1 an
Olistan  a publié l'article "Chambranles".
il y a 1 an
Olistan  a publié l'article "Conclusions".
il y a 1 an
trente six seb
( Modifié )

Wahouh ! Très réussi !
J'adore, du bon boulot, bien détaillé. Merci.

Olistan

Merci, cela fait plaisir ! Et merci aussi pour toutes tes contributions à l'air du bois !

trente six seb

C'est aussi un plaisir de regarder.
Mes contributions me permettent surtout d'en apprendre beaucoup !

Niouniou
( Modifié )

Je fais un rapide retour, attention à la finition avec le rubio, il ne faut pas poncer trop fin, normalement, c'est 120 max, sinon, ça glace le support et l'huile ne pénètre pas bien... Va voir sur le site de rubio, il y a les préconisations de préparation de support...

Olistan
( Modifié )

Merci Niouniou pour tes précisions. En fait, je me suis basé sur le tableau publié par un représentant Rubio de ce forum (Antony RubioMonocoat - voir ce post. J'avais fait un essai préalable avec un ponçage 120 et un autre 180.

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

ben voilà toute la saveur du traditionnel !!!!!!!!👍

Olistan

Merci Sylvain. Il ne me reste plus qu'à attaquer les 4 autres portes du hall ! J'en ferai sans doute 2 ou les 4 d'un coup pour aller plus vite dorénavant. Celle qui donnera sur le salon sera vitrée dans sa partie supérieure - ce sera le prochain défi !

olivimo
( Modifié )

Merci pour le partage et félicitations !
La frise en losange est du plus bel effet je trouve.

Olistan

Merci beaucoup. Et bravo aussi pour tes réalisations; j'ai pris aussi du plaisir à les suivre.

Herlem
( Modifié )

Elle est très belle ta porte, ça me rappel un peu les miennes, surtout le travail que ça représente.

Olistan

Merci. Et les tiennes sont magnifiques.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 674 vues
18 commentaires

Publications associées

0 plan
0 processus
0 fournisseur
0 école
Autres pas à pas de Olistan 
Voir aussi
Table des matières