L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

trente six seb

Une reconversion questions sur l'école -Compagnons- et autre...

Bonjour à tous,

Après avoir posé déjà quelques questions sur le même sujet, je vais essayer de regrouper ici les suivantes.

Pour faire court, mes envies de reconversion dans le bois sont en phase de concrétisation. A compter du 05 mars prochain, je vais être inscrit à Pôle Emploi.

Pour ce faire, il faut aligner 3 éléments :

  • le métier
  • l'école
  • l'entreprise

- Le métier
Après m'être renseigné sur les métiers en tension, mon choix (sans être définitif) s'orienterait plutôt vers la charpente. Pour avoir des débouchés assez nombreux, le choix se limiterait à la menuiserie ou à la charpente.

J'aurai préféré Ebéniste ou Luthier mais ça me parait plus hasardeux.
En menuiserie, j'ai peur de faire beaucoup de poses d'huisseries.
La charpente est plus physique mais les tracés et épures m'intéressent même si je me doute qu'on travaille aussi beaucoup la pose de ferme industrielles.

- l'école
J'ai eu un premier contact très sympathique avec les Compagnons du Devoir à Tours. On m'a indiqué qu'il y avait beaucoup de demandes en menuiserie et relativement peu en charpente.

Ma question : je suis naturellement très attiré par les Compagnons, j'ai pas mal lu à leur sujet, lu Agricol Perdiguier (un régal), regardé les chefs d'oeuvre etc... Du coup j'ai peur de fantasmer un peu la réalité.
Est ce que les Compagnons vont fournir une formation au-dessus du lot ? Ou en tout cas de très bon niveau ? Est ce comparable aux formations AFPA par exemple ou en CFA "classique" ?
Est ce que le fait de passer par les Compagnons m'aidera à trouver une école pour l'alternance (voire pour une embauche derrière) ? Y-a t-il encore de la solidarité entre Compagnons, est ce un "réseau" sur lequel on peut s'appuyer ?

En d'autres termes, si j'ai l'opportunité d'intégrer l'école des Compagnons de Tours, est ce que c'est utile que j'étudie d'autres possibilités ?

-l'entreprise
L'école des Compagnons devrait m'adresser le listing des Compagnons charpentiers et menuisier de mon secteur géographique. Je compte prospecter sur ces bases pour confirmer le métier et trouver une entreprise chez qui travailler.

Merci de votre aide.
A la lecture des nombreux exemples de reconversion que l'on trouve ici, la difficulté la plus importante semble être de trouver l'entreprise pour l'alternance. Ca m'inquiète un peu je dois dire.

Bonne soirée.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

10 réponses

1
BastienLB

Alors je reviendrais pas sur le compagnonnage (fédé ou asso) même si pour avoir goûté aux 2 j'ai beaucoup plus appris à l'asso car moins cloisonnée + cours du soir réellement efficaces. Il y a aussi de très bons gréta (Mâcon) et MFR mais je peux pas trop te dire.

Par contre j'ai commencé par la menuiserie (CAP en 1 an et 1ere année de BP avant de ne plus supporter de faire des dressings! les bonnes boîtes sont rares...) qui m'a appris la finesse, l'organisation méthodique de la série, pas mal de technique de finitions, et surtout le travail avec gabarits, les machines fixes et les lois d'usinage.

Je suis après parti en CAP charpente (en 2 ans et c'est pas de trop pour vraiment appréhender le Trait et la conception à partir de lui) puis un peu de tour de France, puis Brevet Professionnel.

Il est clair que je suis beaucoup plus charpentier que menuisier (les niveaux, les aplombs, le travail d'équipe, les levages etc) mais le fait d'avoir fait de la menuiserie m'a ouvert beaucoup de portes (entreprises d'escalier, du bardage bois, lucarnes moulurées, machines numériques, choix des bois en scierie, portes cochères...).

Bien sur tous les parcours sont possibles mais la menuiserie m'a beaucoup apporté et un charpentier "fin" est souvent le bienvenu dans les petites boites où il faut bourriner et où les collègues n'aiment pas forcement chatouiller le bois.

Il y a aussi des profils en charpente, de charpentier - couvreur, charpentier - maçon, charpentier - métallier, et avec le numérique charpentier - mécano. Puis entre l'escalier, le MH, le pavillon en neuf, la réno, le lamellé collé, l'ossature bois... il y a de quoi faire!

Bon courage!

trente six seb

Merci, ce que tu me dis me conforte plus pour la charpente ;)
Le travail fin je connais un petit peu (lutherie, boites, etc mais avec une expérience très modeste). Je compte me faire un book pour présenter un peu ce que je sais et sais faire (et donc montrer toute l'étendue de mon ignorance).
Mais surtout montrer ma motivation à travailler le bois.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
Vianney - VICA

Je vais t'apporter un élément de réponse en plus. Seule le lot de tous les avis te permettrons d'avancer.
L'année dernière j'ai passé un CAP menuisier avec la formation pour adultes des Compagnons du devoir (à Paris). J'ai trouvé la formation top.
Un point important aussi est d'avoir une entreprise qui te permette de bien mettre en oeuvre ce que tu apprends : un travail varié, des responsabilités pour apprendre dans un domaine que tu souhaite découvrir ou approfondir.
Dans un second temps, il faut penser avenir / après la formation. Qu'est ce que tu as envie de faire? est ce que ça correspond à ton style de vie et au niveau financier. Par ex, de mon coté, passer d'une vie de consultant très chiante mais pas trop mal payée, à une vie passionnante mais bien moins payé est un frein. je me donne 1 an pour profiter de mon CDI pour investir afin d'avoir des revenus complémentaires. Sur le métier, dans chaque métier il y a des trucs que tu aimera pas faire, mais tant qu'a changer autant avoir pour objectif de viser celui qui te plaira le plus.
Bon courage :)

trente six seb
( Modifié )

Merci de ta réponse, l'avantage c'est que j'ai du temps. La formation ne commencerait qu'en septembre avec inscription en juin. D'ici là j'aurai avancé vu que je suis disponible à compter de la semaine prochaine et que je compte bien mettre tout ce temps à profit.
Pour l'aspect financier j'y suis préparé mais j'ai fini de payer ma baraque, ça aide. Mais c'est cet aspect qui m'a longtemps retenu.
Ceci dit je suis issu du secteur de la banque où ils peinent vraiment à recruter. Je sais que je pourrai y retourner si j'en ai VRAIMENT besoin (j'ai encore une une proposition ce matin).

QuentinD
( Modifié )

Attention à ne pas t'y prendre trop tard. Beaucoup de grosses entreprises (et je ne te cache pas que c'est celles qui embauchent le plus facilement) bouclent leurs effectifs en Mars-Avril. Les petites entreprises dont le carnet de commande est moins stable peuvent néanmoins avoir une bonne année en perspective et recruter en juin-juillet, mais c'est plus hasardeux !

Je l'ai appris à mes dépends l'année dernière, j'ai commencé une grosse campagne de démarchage mi-mai, je me suis aperçu bien vite que c'était un peu tard. On m'a souvent ri au nez, ce qui est assez désespérant quand tu cherches du boulot. Franchement je finissais parfois mes journées avec le moral dans les chaussettes. Mais il faut s'accrocher !

Amicalement

trente six seb

Ok, bien reçu, si tout va bien, j'ai déjà une liste de prospection demain dans ma boite mail. Et j'attaque semaine prochaine. Surtout que je veux en profiter pour confirmer le métier que je vise. Il y a une boite qui est trop loin de chez moi pour y travailler définitivement (1h30) mais qui fait de la charpente, de la menuiserie, de l'ossature bois... apparemment des presque jeunes, sympas et 5 ou 6 dans la boite. J'aimerai trouver ce genre de boite plus près. Mais sinon je ferai le déplacement.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
QuentinD
( Modifié )

Salut !

Je suis un peu dans une situation similaire, à savoir que je cherche à me reconvertir dans la filière bois, après 8 ans dans le dessin (presse, illustration jeunesse).

A mon avis la question que tu dois te poser : qu'est-ce que tu as vraiment envie de faire dans le bois et comment arriver à ton but intelligemment ?

Tu parles d'une envie très forte d'ébénisterie ou de lutherie, puis tu te diriges vers la charpente ?
Es-tu certain de ton choix ?

J'ai personnellement tenté le coup avec la charpente, alors que mon envie première était de faire du meuble. J'ai eu la chance énorme de me faire embaucher 4 mois en CDD chez un charpentier, avec une possibilité de prolonger et me mettre en formation l'année d'après.
Je n'ai pas prolongé après 4 mois parce que clairement le métier ne me correspondait pas. Je l'ai su dès les 2 premières semaines de contrat, mais je voulais aller au bout, voir ce que c'était de travailler dehors en hiver etc... J'avais un peu fantasmé le métier sans doute. C'est un métier difficile et exigeant, qui requiert à mon sens une vraie envie de l'exercer (sans doute le cas de la plupart des métiers ceci dit). Je ne dénigre pas attention, j'ai énormément de respect pour les charpentiers !
Mais si tu aimes le travail de finesse (genre la lutherie), tu risques de ne pas te plaire en charpente, et je te conseille vivement de faire une PMSMP chez un charpentier avant de te lancer dans une formation.

Perso je suis maintenant à la recherche d'un apprentissage en menuiserie / ébénisterie et j'y vois plus de perspective d'avenir me concernant (encore une fois, je ne fais pas de généralités, ça n'engage que moi). Même si effectivement c'est peut-être plus dur de trouver un boulot et d'en vivre, mais ça j'ai l'habitude avec le dessin :-)

En ce qui concerne les compagnons, comme cela a été déjà dit, tout dépend des endroits. Perso pour moi à Lyon, la Fédération Compagnonnique des métiers du Bâtiment (charpente / menuiserie etc...) a bonne presse.

Bon courage pour la suite, tiens-nous au courant !

Mis à jour
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Ce que je disais aux jeunes , si vous pouvez , faites un apprentissage de charpentier en premier , puis après en dilettante mettez vous a la menuiserie et aux mobiliers si cela vous dit !

L avantage est d avoir un métier sur et connaitre l'art du trait , et de pouvoir le dériver a son gré !

Je parle par expérience étant menuisier de base , la charpente m a ouvert toutes les portes ensuite (bon salaire) , et si c 'était a refaire ,je ferais charpentier en premier , le reste après viens tout seul ! C est dans l essence même de l histoire des métiers du bois , les charpentiers on donné les huchiers menuisier , et ceux ci les ébénistes en résumant un peu !

Apres les choix appartiennent à chacun ;)

trente six seb

Merci de vos commentaires. En fait j'ai un gros inconvénient : je ne suis pas mobile et habite dans une région peu dynamique économiquement et avec très peu de touristes. Du coup la lutherie et l'ébénisterie ne me semblent pas viables sur ce secteur. Par contre, rien ne m’empêche de garder ça en passion.
Je n'exclus pas complètement la menuiserie mais j'ai bien peur que ce soit essentiellement pour poser de la fenêtre en plastique (pvc) voire alu ou travailler du panneau.
La charpente me parait plus ouverte en terme de marché de la rénovation en traditionnel sur mon secteur. Et puis j'aime bien le côté mathématique, le trait etc.
Ceci dit j'en aurai le cœur net en rencontrant des entreprises et je compte bien faire des essais pour confirmer ou infirmer ces premières impressions.
Mais le critère principal c'est qu'il faut qu'il y ait des débouchés en terme d'emploi.

QuentinD
( Modifié )

Tout à fait d'accord avec vous deux trente six seb et sylvainlefrancomtois !
Je voulais juste faire un partage de vécu.

Dans tous les cas je te souhaite bon courage pour ta reconversion, et tu as l'air d'avoir pour objectif de faire des stages avant de te lancer, c'est aussi une très bonne chose ! Des fois il suffit de pas longtemps pour se faire une impression (tester le travail en hauteur, cadences de boulot etc...), mais aussi pour faire bonne impression sur un potentiel futur employeur !

Bonne continuation !

trente six seb

Merci pour tes encouragements. Oui je suis motivé, j'espère trouver rapidement les réponses à mes questions et commencer un peu à bosser avant la formation pour me faire la main.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Hello

Le compagnonnage est une institution qui a fait ses preuve depuis le moyen age , et sa continuité suffit seule à décrire le sérieux !
Même si il y a évolution et modernisation incontournable et juste (techniques , nouveaux métiers , mixité ,etc ...) ,ce sera toujours un gage d’excellence !

De lire les écrits ou voir tous ces chefs d œuvres que nous ont laissé les anciens ,évidemment il ne faut pas se faire une fausse idée du compagnonnage !

On y apprend des règles de vie , l 'entraide fraternelle ,et l amour de son métier , on y trouve toute l aide que l on désire ,a condition de savoir la demander !

En gros c est une communauté ou un individu se construit lui même (énorme travail personnel) dans un cadre donné au même titre que chaque compagnons dans une égalité relative !

Peu seront reçus compagnons , mais la majorité de ceux qui y sont passés sans être reçus (et j en fait partie) disent que ce que l on y apprend on ne l oublie jamais ,et que la qualité d'apprentissage y est particulièrement efficace ,et le gout du travail bien fait ainsi que la recherche permanente d'évoluer dans son métier restera encré pour toute ta vie .

La charpente et le second métier ancestral du compagnonnage après les tailleurs de pierres , et généralement dans le compagnonnage on y trouve encore du beau traditionnel à travailler !
Et enfin l apprentissage de l'art du trait t'ouvres bien des portes !

Mis à jour
trente six seb
( Modifié )

Merci beaucoup, c'est effectivement ce que je pense mais je voulais des confirmations en ayant plusieurs avis plus ou moins objectifs. Etre reçu compagnon n'est pas du tout à l'ordre du jour. Je veut surtout avancer par étapes, même si je me connais : je ne m’arrêterai pas à un CAP si c'est possible d'aller plus loin.

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

Le CAP de toutes façon est à mon gout incontournable (formation chez les compagnons au top pour les fondamentaux) !! après tout est possible !

Apres c 'est du travail et encore ,et toujours ,mais tellement épanouissant !! !

trente six seb

Dans les arguments que tu as donnés, celui qui me parle le plus c'est de dire que la charpente mène à tout, que c'est le plus ouvert et que ça sert pour tout le reste.
Sinon globalement les avis confortent plutôt mon opinion des Compagnons.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Panoramix

Bonjour, je suis ingénieur bois, je fais surtout du calcul et de la conception. Je veux juste réagir par rapport à ta question sur la qualité de la formation des compagnons. A mon avis ils sont vraiment au dessus du lot. Pratiquement tous ceux que j'ai rencontrés ont une très grande culture technique et sont capables de faire "les moutons à cinq pattes" alors que d'autres vont avoir tendance à penser qu'il n'y a qu'une manière (la leur) de faire les choses.

trente six seb

Merci beaucoup. C'est un peu le ressenti que j'ai aussi. Journées portes ouvertes les 8 et 9 mars à Tours. On va bien voir ce que ça donne.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Kentaro

Je reviens à ton commentaire d'introduction. Tu dis que tu penses t'orienter vers la charpente, bien que tu aurais préféré l'ébénisterie ou la lutherie.

Il va sans dire que ce n'est pas du tout la même chose...

Charpentier, c'est un très très beau métier, mais c'est surtout un métier très dur. Je ne sais pas quel âge tu as, mais si tu étais banquier et toujours assis dans un bureau, cela va vraiment te changer...

Il fait très froid l'hiver la-haut, on y sent bien la pluie et le vent, et très chaud aussi en été. Tu supportes les coups de soleil ? Bosser torse nu grillé en plein mois d'Aout, il faut pouvoir. C'est très physique. Il y a des choses à porter, et ce ne sont pas des petits trucs. C'est aussi un gros travail d'équipe, avec les même poussées d'adrénaline que dans un match de rugby. Et c'est aussi très dangereux. C'est la-haut. Et de la-haut, on peut facilement tomber. Il vaut mieux être beaucoup "chat de gouttière". D'autant plus que l'on dépend beaucoup des autres... Quand tu portes une poutre à deux, et que l'autre, sans y penser, te pousse dans le vide...

Ce sont des métiers où il faut commencer à 15 ans, si on veut avoir le corps et la résistance qui va avec, et tenir la route.

Dans tout cela, le coté math, dessin, art du trait... cela représente peut-être 1% du temps ? et combien dans une boite s'en chargent ? une ou deux personnes ?

Tout cela pour dire que c'est un métier génial, mais que cela n'a rien à voir avec la lutherie, et que si c'est la lutherie qui t'as amené au bois, la charpente, c'est un tout autre métier... C'est un peu comme trader et chargé de clientèle en agence... ;)

Donc de donc, avant toute chose, fait un stage d'immersion avant d'aller plus loin, pour bien comprendre ce que c'est.

trente six seb

Alors oui c'est effectivement un point à ne pas négliger. Les coups de soleil... non je grille très très vite. Le seul qui a des manches longues en été sur la plage c'est moi.
Par contre, le côté chat de gouttière ça pourrait aller (à confirmer quand même).
Je suis un p'tit jeune de 44 ans, c'est clair que mes 15 ans sont loin derrière.
C'est clair que le stage d'immersion d'une manière ou d'une autre s'impose de toutes façons.

Kentaro

Bon, bon, bon... ;)

Sinon, en ce qui concerne les Compagnons, c'est quand même un monde un peu, comment dire... très spécial... y a des rites, des bizutages un peu très poussés, c'est un peu la schlague... faut être dans la ligne, et pas en sortir... et c'est pas du folklore... et puis, tu as une famille ? parce qu'il va falloir bouger, faire ton grand tour... coucher dans des dortoirs, être célibataire... C'est un sacerdoce, Compagnon...

trente six seb

Ah oui mais non, pour l'instant on ne parle que faire un cap dans l'école des compagnons. Le tour de France n'est pas à l'ordre du jour. Je connais un peu les rites mais soit ça me plait, soit ça me plait pas. Mais l'école est sur un rythme de 2 semaines à l'école / 6 semaines à l'atelier dans l'entreprise.
Sur une année scolaire c'est jouable.
Et je ne suis pas à l'abri d'aimer ça.

sylvainlefrancomtois
( Modifié )

-1 pour le bizutage (il n y en a pas) la seule chose appréhendée , c est la cérémonie de lecture de la régle devant l assemblée ;), c est ce qui fait toute la différence !!!

+1 44 ans c 'est un peu tard pour la charpente , dans ton cas alors la menuiserie serai préférable !

BastienLB

il y a pas de tour de france pour toi, donc pas de rites, pas de cérémonies. Tu seras à cotés de compagnons mais pas membre de la communauté donc le coté "règle" ne te seras pas appliqué en dehors du règlement interieur du CFA. A 44ans en charpente, je connais pas tes capacités physiques, mais trouve toi plutôt une boîte qui distingue la ville et la taille à l'atelier ou "en bas" pour te ménager. Je connais pas bcp d'anciens de plus de 45ans qui passent la sablière!

Fof

Salut Seb ! Alors je rejoins les autres, c'est un boulot physique, pour avoir bossé un peu là dedans, pour dire aussi dur que la maçonnerie/béton armé. Et faut pas rêver, là où il y a du taf, c'est en ossature et en charpente agricole/locaux d'entreprise. Il ne faut pas espérer faire des tenons/mortaises chevillés sur de la charpente traditionnelle et des belles lucarnes. Maintenant c'est beaucoup de pose de sabot métallique, jouer du pistolet à clou et de la visseuse avec des vis de 200mm. Mais au moins là ça recrute, ils trouvent personne (mais par contre oui, c'est dur.). Après il y a encore evidemment des boite qui font de la charpente tradi, ou du colombage (ça c'est vraiment intéressant), mais je pense que ça recrute beaucoup moins. Ou alors faudrait trouver une place en atelier, c'est déjà moins dur que sur site. Mais sincèrement, du chantier après 40 ans, c'est compliqué, j'ai pu voir dans quel état était les maçons passé cet âge là, ils sont brisés, en y étant habitué et en ayant commencé à bosser à 15 piges. A cet âge on les met souvent dans les équipes de finition où c'est moins dur, on les laisse plus à coffrer, faire du banchage et couler du béton.

trente six seb

La nuit portant conseil, la discussion avec Kentaro m'avait bien fait réfléchir.
Là vous enfoncez le clou.

"passer la sablière" ? je ne connais pas cette expression... qu'est ce que ça signifie ?

Fof
( Modifié )

La sablière c'est la première panne d'une charpente (la plus basse, à plat), qui est posée sur la maçonnerie. Grosso modo ça veut dire qu'on te laisse sur le plancher des vaches.

sylvainlefrancomtois

+1

trente six seb
( Modifié )

ok, merci. 🍻

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Anthropovergnat

Il faut se renseigner au cas pour cas. Je ne sais pas ce que vaut l'école des compagnons à Tours (superbe musée du compagnonnage, soit dit au passage !) mais celle de Clermont-Fd (Aubière) a fini par fermer à force d'être mauvaise...

trente six seb

Merci de ce retour. Il est minoritaire mais pas moins important.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
cocoM

Il n'y a pas de réponse manichéenne, un pote a moi a fait sa formation charpente à l'AFPA d'Angers, le formateur principal était lui meme compagnon, vraiment passionné par la transmission et il a eu droit à une formation au top.

J'ai fait ma formation ébénisterie l'an dernier aux Aliziers (picardie), là bas pas de formateur "principal" mais une douzaine de formateurs et accompagnants qui sont passés soit pour une semaine soit plus longtemps. Perso ce mode de formation m'a vraiment plu, meme si on revient d'une semaine à l'autre sur des notions censées avoir été vues, ça ouvre aussi à des méthodes différentes, des expériences de vie variées (quand on discute de l'après formation ça compte)...

Pour relativiser un peu l'image d'excellence des compagnons, un menuisier du coin qui a arreté il y a une vingtaine d'année m'a confié qu'il n'avait pas forcément une bonne image des compagnons, il les trouvait certes excellents techniquement mais pas assez "efficaces" lorsqu'ils arrivaient dans l'entreprise (bien entendu ça n'engage que lui et je suis loin de vouloir généraliser).

Pour conclure je dirais que le mieux c'est d'aller te faire une idée par toi meme des autres formations possibles, est-ce que le courant passe bien avec les formateurs ? Est-ce que l'école te propose une aide pour trouver une entreprise d'accueil ? Au moins tu n'auras aucun regret par la suite si jamais la formation ne correspond pas à 100% à tes attentes.

trente six seb

Merci de tout ça c'est intéressant. Je vais aller aux portes ouvertes des Compagnons et de l'Afpa sûrement aussi. Effectivement, il faudra que je rencontre du monde en "vrai" mais ce n'est qu'à partir de la semaine prochaine.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Atelier bois couleur

Bonjour,

Je prends beaucoup de stagiaire en formation ou en PMSMP (période de mise en situation pro) et en discutant avec eux et en y ajoutant ma propre expérience, voilà ce qui ressort :
Pour le métier, je pense que tant qu'à rester dans le meuble (je ne connais pas la charpente) mieux vaut envisager une formation de menuisier fabriquant plutôt qu'ébéniste. Les techniques sont proche mais on touche bien plus à ce qui nous fait vivre, l'agencement.
Au niveau des formations, j'ai pour ma part fait une formation de 6 mois dont 4 en atelier avec l'IMARA avec une présentation du CAP ébéniste en candidat libre. C'est court et on ne voit que les techniques de l'atelier d'accueil donc bof si on a pas de base. J'ai des stagiaires qui font une formation GRETA au lycée du bois de Revel. Je dirais que c'est hyper scolaire, je ne pense pas que l'on sache travailler en sortant de là sauf une fois encore si on a les bases avant de commencer (certains stagiaires sont autonomes mais avec d'autres, on a l'impression d'être devant une poule qui a trouvé une fourchette si on demande de dégauchir un morceau de bois de plus de 50cm). La meilleure progression que j'ai constaté (stagiaire en PMSMP puis en stage durant la formation) c'est avec la formation pour adultes de la fédération compagnonnique. Les gens partent de 0 et 3 mois après ils t'en apprennent. Ce n'est pas le compagnonnage mais leur formation est béton.
Bien sur mes considérations n'engagent que moi et sont basées sur ce qui existe dans ma région. Bonne recherche à toi

trente six seb

Merci aussi de ton avis. C'est la démarche que je vais essayer de faire : stage, interim ou PMSMP. Là je suis trop loin, c'est dommage mais je suis originaire de Castres et j'ai de la famille sur Toulouse donc je connais bien Revel également (le musée est vraiment sympa à visiter).

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Jean Galmot
( Modifié )

Est ce que les Compagnons vont fournir une formation au-dessus du lot ? Ou en tout cas de très bon niveau

Je dirais oui. Mon paternel est compagnon et on parle souvent de cette qualité de formation, pour lui c'est du très bon. Ce qui ressort également de ses dires, c'est que, en plus de cette bonne formation, il y a cette éthique du partage et de l'excellence, il y a une solidarité entre compagnons.

Mis à jour
trente six seb
( Modifié )

Merci de ton avis, je le prends en compte mais c'est un peu comme si on demande à un Parisien s'il est fan de l'OM ;)

Jean Galmot

J'en connais...

trente six seb
( Modifié )

Jean Galmot ah ben oui forcément mais connais tu également des Marseillais fan du PSG ?? 😂 perso c'est plus rugby. (avec plus de valeurs communes avec le compagnonnage d'ailleurs)

Jean Galmot
( Modifié )

trente six seb Aussi, comme quoi je suis quelqu’un de bien...😂

trente six seb
( Modifié )

waouh ! tu as beaucoup d'amis !! 😂 😂 😂

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0 coup de coeur
702 vues
10 réponses

Publications associées

0 collection

Licence

Licence Creative Commons