7 réponses
par JPM il y a 1 mois
Etienne31

Au risque d'être hors sujet (et de décevoir dneis puisque la ref n'est pas le Roubo), je te conseille le livre de Christopher Schwarz qui propose des plans détaillées et pas mal d'info.

Etienne31

Bonjour,

Enfin une question de toulousain :D

J'habite entre l'université Paul Sabatier et Ramonville. Je côtoie les boutiques et ateliers collab depuis 3 ans.

Pour les feuillus, j'achète en général à Parlons Bois à Muret ou à Cazalé dans la zone de Thibault (je n'ai aucun lien avec eux :D )

Vu le plateau énorme que tu compte faire, je pense qu'il faut que tu achète le bois et que tu le rabote toi-même. Dans cette hypothèse, les ateliers collab suivants feront l'affaire :

  1. Recyclo'Bat dans la zone de thibault. Les machines sont des machines de charpente en tri, ce qui serait bien pour tes dimensions, mais c'est un peu nouveau et mal organisé comme atelier collab.
  2. L'atelier des bricoleurs à Barrière de Paris a des machines en mono, mais ils sont plus à l'écoute et saurons te conseiller bien plus que dans le 1. Le seul bémol est que les machines sont plus petites, mais l'atelier est bieeeen mieux organisé que l'autre.

L'autre option, si tu peux assembler tes planches est de demander au fournisseur de te les raboter. Mais ça serait plus cher :s

Si tu veux d'autres infos, envoie-moi un mail par message privé et je te passerai mon tél.

par graeme il y a 2 ans
Etienne31

Bonjour graeme,

Je rejoins le commentaire de sylvainlefrancomtois pour ce qui est du hêtre. Je me souviens notamment d'une réponse que j'avais fait dans une autre question.

Mais comme toute question est différente, je répond un peu autrement.

Tu peux tout à fait faire un établi en conifère. Mais tu ne descend pas en-dessous de 10cm pour le plateau. Encore une fois, l'établi doit être lourd. Donc soit tu prend un bois dense, soit tu prend un bois moins dense, mais tu sur-dimensionne !!!

En fait, il y a plusieurs critères pour le choix du bois. Mais pour ce qui est du choix entre l'épicéa et le douglas, la réponse est le douglas qui est plus dense et moins élastique.

Je suis en train de dévorer l'excellent livre de Chris Schwarz qui vient de sortir aux éditions du vieux chêne (je te le conseille 100 fois, soit dis en passant. Je pense que tu auras un œil neuf sur les établis). Dans ce livre, l'auteur parle d'un établi qu'il devait réaliser pour moins de 200€. Il avait utilisé du pin des marais, un résineux d'Amérique du Nord qui est assez dense.

Concernant l'acclimatation du bois, ce même auteur disait qu'il ne le laissait pas tant acclimater, mais il mesure l'hygrométrie et sépare les bois les plus humides avec lesquels il fait les montant (pied qui reçoivent les mortaises) et les bois secs avec lesquels il fait les traverses (et donc qui reçoivent les tenons). En séchant, les mortaises se rétractent et le tout est plus solide.

Personnellement, je te dirais que le bois que tu vas acheter chez le négociant est déjà suffisamment sec et que si tu veux attendre l'équilibre hygrométrique, tu attendras longtemps ...

C'est amusant, sur ton lien Youtube, on dirait un établi Nicholson (donc assez anglais). C'est un établi qui a moitié moins de bois que l'établi classique français. En effet, les anglais devaient faire venir le bois du continent, donc ça leur coûtait cher ...

Va jeter aussi un coup d’œil à celui de Sébastien Gros.

Pour finir avec le conseil qui me semble le plus important, cerne bien ton utilisation et tes besoins. Si tu veux que ton établi te soit agréable et t'accompagne longtemps, il faut que tu te demande entre autres si tu travailles plus avec des outils à main, électriques. De cela, tu sauras aussi quelles presses et accessoires il te faut.

Si tu veux économiser, en bref, fait cet établi une bonne fois pour toute. Mettre beaucoup d'accessoires n'est pas toujours utile (économies, là encore). Tu sais, le bois est pas le plus cher. Il faut que tu comprenne qu'il vaut mieux le faire massif (avec ou sans résineux, encore une fois) et qu'il te convient très bien que de le faire léger et mal conçu et que tu veuille en refaire un autre plus tard.

Bref, courage et réfléchit bien.

Etienne31
( Modifié )

Bonjour AlexFreyjr,

L'établi est le premier outil de l'atelier, et c'est aussi le plus important. Il doit être :

  1. lourd (quoi que tu fasse dessus, il ne faut pas que ça bouge),
  2. solide (sans quoi, le lourd plateau te tombera sur les pieds :s )
  3. pratique

Les points 1. et 2. te disent déjà quel bois utiliser. Il faut du bois dense. Donc, feuillu. Cela permet :

  1. d'avoir un établi lourd à épaisseur de plateau fixe (pour un poids équivalent avec du feuillu, il te faudrait un plateau plus épais),
  2. d'avoir des assemblages un peu plus solides (bien que ce soit pas la nature du bois qui joue le plus ici, mais la conception évidemment),
  3. d'avoir moins de risques de "trous" causés par une visseuse qui dérape, un ciseau qui va trop profondément, ...
    Classiquement, le bois utilisé en France pour les établis est le chêne ou le hêtre. C'est les super stars des forêts françaises (23% pour le chêne, 10% pour le hêtre), et qui ont la bonne idée d'être denses. Seulement, c'est surtout le hêtre qui est utilisé car il ne coûte pas cher !
    Je ne suis pas borné. Les résineux sont aussi une solution tout à fait convenable, mais il faut adapter. Donc, prévoit des plateaux plus épais que si ça avait été du hêtre et assure la solidité de l'ensemble avec des assemblages à toute épreuve (tenon-mortaise chevillé est une solution durable).

Concernant les plateaux que tu veux conserver, tout cela dépend de ton utilisation. Comme l'a dit si bien Anthropovergnat, un établi qui te permet de faire de l'électroportatif peux être une horreur pour raboter à la main (j'en sais quelque chose, 😢 ). En séparant les besoins :

  1. Un établi pour faire du travail à la main se caractérise principalement par un poids important (c'est encore plus crucial que pour l'électroportatif car, si tu rabotes à la main et que ton établi est "léger", tu passeras ton temps à pousser ton établi) et des systèmes de fixation efficaces (mon plus gros soucis : utiliser un établi ne permettant pas une fixation efficace de la pièce, tout simplement car c'est un plan de travail et c'est tout !). Un des plus beaux exemples est l'établi de style Roubo, comme celui de Sébastien Gros (tu peux jeter un coup d’œil sur le document dont il s'est inspiré, et tu peux aussi attendre le livre des éditions du vieux chêne).

  2. Un établi pour faire de l'électroportatif est normalement moins demandeur sur les deux points du 1. En tout cas, beaucoup de gens se contentent de bien moins.

Mon point de vue d'adepte du 1. pour les gens du 2. : faire de l'électroportatif n'est pas anodin. On utilise des machines qui peuvent t'emporter le doigt (à l'atelier participatif où je vais faire de la menuiz, quelqu'un s'est entaillé le pouce sur la moitié de la hauteur et la moitié de la largeur avec une lamello jeudi dernier car sa pièce était mal maintenue, il la tenait à la main et était fatigué). Donc, de même que pour le travail à la main, le maintien de la pièce est primordial. Fait ton établi un peu moins lourd si tu veux, un peu moins de visserie aussi (la presse latérale est un pur bonheur, mai on peu s'en passer si tu fait des trous dans ton plateau pour utiliser des valets, par exemple), mais réfléchit au moins à un moyen de fixation efficace. Ca peut être même un endroit où les serre-joint passent sans soucis.

Conclusion pour les plateaux que tu veux réutiliser : oublie si c'est de l'aglo. Si c'est du bois dense qui n'a pas de fissure et qui est assez plat, vas-y.

Concernant la hauteur, je n'ai pas de valeur précise. Essaye de voir avec ta table de salle à manger en faisant semblant de défoncer (semblant, hein !!). Si ça ne te convient pas, monte sur quelque chose ou met des annuaires sous les pieds de la table. Teste.
Mais toujours la différence à avoir en tête :

  1. Si travail à la main, le rabotage demande un établi pas trop haut. Sinon, tu perds toute la force transmise à conserver ton rabot au contact de ta pièce. Dommage, non ?
  2. Au contraire, un établi un peu plus haut est pas mal pour l'électroportatif. La position est plus reposante et le travail plus précis.

Voici pour des infos jetées en pêle mêle. J'espère que ça te donneras des idées. En fait, comme tu l'auras compris, l'établi est un outil vraiment important qui conditionne la qualité de ton travail et le plaisir que tu as à faire de la menuiserie. Alors, mon point de vue, c'est que tout dépend surtout de ta place et des moyens (sous et outils) que tu as. En pensant à long terme, le temps n'est pas limitant et tu peux passer une année à faire ton établi. Tout dépend de ta motivation et de ta place/moyens.

Ouf ! Réponse longue !

Mis à jour
par othello il y a 2 ans
Etienne31

Bonjour othello,

Je suis moi-même sur Toulouse et je me suis aussi mis à la sculpture sur bois.

Globalement, je ne me sens que peux expérimenté pour te donner des conseils. Néanmoins, tu peux regarder les stages de Fabienne Hôt dans le Tarn ou alors ceux de Philippe Péneaud dans l'Aude.

Je n'ai fait que des stages avec Fabienne. Elle s'adapte très bien à ce que tu veux faire, dès lors que tu as un peu de notions. J'y suis allé principalement pour le bas-relief.

Je ne connais pas Philippe. Il est plutôt dans la sculpture religieuse.

Voilà pour les infos de base que je peux te donner.

par ADelec il y a 2 ans
Etienne31

Euh ... Je suppose que tu veux faire une horloge électrique, n'est ce pas ? Car sinon, c'est une horloge monumentale (mécanique, tu sais, celles qu'il y a dans les clochers d'église) qu'il te faut ... Et dans ce cas, il te faut de bonnes notions d'horlogerie :D

Si tu veux la faire électrique, il te faut un moteur asservi en vitesse (de rotation de l'arbre) et une bonne réduction.

Le moteur asservi en vitesse peux se faire avec un moteur à courant continu, un hacheur et une carte DSP (j'avais fait ça en tp d'électrotechnique à l'ENS :D ). C'est la solution la plus simple pour éviter la dérive et que ton horloge finisse par ne plus être à l'heure (car si c'est pour que tu ait à régler l'heure tous les jours, une horloge monumentale est mille fois mieux). Je note aussi que les moteurs à vitesse de rotation très lente, ça n'existe pas ... Sauf peut-être les moteurs pas à pas, mais le soucis est que ça tourne par à coups, donc pas réalisable.

Pour la réduction, des engrenages, courroie, ...

A noter que tu peux avoir des aiguilles de la masse que tu veux à condition d'avoir le bon couple et que la transmission tienne la route ...

Pour conclure, tout cela te demandera des notions assez poussées en électrotechnique (moteurs électriques) et en mécanique (avoir le bon couple, transmissions, engrenages, ...), tant du point de vue de la théorie que de la pratique.

Sinon, monumentale :D

par hedjour il y a 3 ans
Etienne31

Bonjour hedjour,

Je complète simplement car c'est un soucis que j'ai eu pendant très longtemps et que j'ai résolu seulement il n'y a que très récemment.

Alors, ma solution a été celle de Julien83. C'est à dire que j'ai installé windows 10 sur VMware, puis sketchup dessus. Ca a été rendu possible car je pouvais avoir accès à une license windows (sinon, il faut t'en procurer une).

Et puis, comme ça ralentit un peu la machine, j'ai testé la méthode de BugsByte ce matin en voyant cette discussion. J'ai donc installé PlayonLinux et j'ai suivi les instructions. Et ça semble bien marcher :) Par contre, la langue est un mélange de français et d'anglais, alors que le .exe était bien la version française. Alors bon, je ne sais pas ...