L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

FWD

Quel est votre retour d'expérience en tant que reconvertis?

Bonjour à tous,
petit poste pour recueillir un retour d'expérience des divers reconvertis de ce forum.
En effet je dispose actuellement d'une micro entreprise ou je fabrique des objets décoratifs, planches etc... Principalement pendant les fêtes en général.
J'exerce comme ingénieur pour mon job principal. Je vais la faire courte car en général les histoires se ressemblent pas mal: Je vais sur mes 29 mon job ne me passionne plus du tout, je m'ennui au boulot, avenir tout tracé mais aucune envie d'aller dans cette direction. Passer la journée en réunion, faire des powerpoints, paperasse, et compagnie toute la journée c'est pas mon truc.
Du coup cela va faire une bonne année bientôt que je réfléchis à une reconversion. L'an dernier j'avais justement ouvert ma micro entreprise pour avoir un "échappatoire" à coté de mon job principal et pouvoir toucher le bois, mais comment dire... Les objets de décos c'est cool mais c'est davantage la réalisation et pose de mobilier qui m'intéresse. Je rêve de me lever un matin avec le courage de plaquer ma situation confortable et foncer vers mon rêve mais... pour l'instant je n'ai pas trop le courage que certains d'entre vous on eu...

Ce qui tend en faveur de mon projet:
-L'avantage d'avoir été salarié, j'ai pu me constituer un atelier convenable (pas optimal mais pour débuter c'est pas mal) par exemple, un gros combiné lurem (seul défaut le chariot n'est pas ras de lame), une bonne scie à ruban, une fraiseuse cnc faite maison avec changement d'outils automatique et tout l'électroportatif qui va bien dans une bonne gamme (plongeante défonceuse festool, etc...). Mon atelier doit valoir entre 15 et 20 000€ ce n'est pas énorme pour un atelier de menuiserie mais entre les avoir et devoir les emprunter à la banque le choix est vite fait...
-Une motivation solide, un bon relationnel, une bonne capacité d'analyse de la rentabilité faisabilité et autre.
-Ma femme qui me soutient (et je pense que c'est vraiment important)
-Pas encore d'enfants (mais ça ne durera pas 10 ans, c'est au programme)
-90m² dédiés à mon atelier + 45m² en extérieur, couvert pour le stockage)
-Un diplôme d'ingénieur mécanique, certe ça n'a rien a voir avec la menuiserie, mais je pense que ce que l'on apprend, tout n'est pas à jeter pour se mettre à son compte.

Les faiblesses de mon projet:
-Je suis autodidacte. Il me manque beaucoup de pratique, raison pour laquelle je voudrais faire une formation pour apprendre les bons gestes et l'efficacité.
-Un prêt à payer. L'immobilier est cher, c'est pas nouveau, on s'en sort je gagne entre 2000 et 2500 net par mois on y arrive en sachant que j'ai injecté entre 500 et 700€/mois pendant 2 ans dans mon atelier, Les deux gros achats que j'envisage encore sont un gabarit festool Vs600 et une festool domino car ça fait vraiment gagner du temps. Tout ça pour dire que on arrivera à tenir si je tourne au smic 1 ou 2 ans mais au delà si je rentre pas au moins 1500-1700 net par mois (sachant que sur ça je ne dois rien prendre pour l'atelier, le chiffre d'affaire doit suffire à couvrir les frais de l'atelier) ça peut mettre en danger ma vie de famille dans le sens où l'on risque d'avoir du mal à payer la maison et les factures.
-Je vais avoir 29 ans et ne peux donc plus faire de contrat d'apprentissage. On m'a parlé de la transition professionnelle qui permet de conserver le salaire le temps de la formation mais je ne sais pas comment cela se passe.

Raison pour laquelle j'en appel à vos retours d'expérience, de ceux qui ont osés et ce sont finalement mis à leur compte, comment se passe leur quotidien etc...
Je ne me mettrais peut-être pas immédiatement sorti de formation à mon compte, histoire d'acquérir un peu d'expérience chez un patron mais c'est vraiment la finalité souhaité. Je n'ai pas peur de bosser 200h+ par mois si c'est par passion et pour mon résultat personnel (on bosse pour sois), je ne cherche pas non plus à être riche, je veux juste pouvoir subvenir aux besoins de ma famille, être libre et faire ce que j'aime.

Merci d'avance pour vos retours

CyrildeVienne
( Modifié )

Hello ! Pour info, je viens d'avoir une réponse positive pour le financement par transitionpro de ma formation sur un an en école d'ébénisterie. Je suis comme un dingue 🤙🤙🤙 rentrée le 5 septembre pour 1400h en atelier !
Cyril bb boiseux

FWD

Félicitations bonne chance à toi.

Par curiosité, comment l'a prit ton employeur actuel? Tu lui a annoncé ou le courrier lui a annoncé la surprise? 😁

CyrildeVienne

FWD , mon employeur sait depuis bientôt 2 ans mon envie de changement, de faire autre chose. Il l'a bien compris. Ça fait 20 ans que je travaille pour cette association. Mon projet de transition pro s'est fait en toute transparence et en toute confiance. Et peut-être, préfère t'il aussi me voir partir, et me ressourcer, plutôt que je devienne un boulet, et me rabougrir peu à peu, me "fonctionnariser" comme il dit. Et son intérêt aussi est de recruter un ti jeune bien motivé, moins cher...🙄

FWD

CyrildeVienne Bien vue me concernant j'ai pris RDV avec un CEP ça me permettra d'y voir plus clair. Je vois déjà sa réaction "encore un cadre qui veut faire menuisier 😂 "

L'industrie a tellement de mal à recruter en ce moment je m'attend plus a des battons dans les roues qu'un coup de pousse de la part de l'employeur

CyrildeVienne

FWD tu me tiendras au courant. C'est sûr ton secteur est bien différent du mien même si dans le social, la difficulté de recrutement existe aussi depuis quelques années. Tu verras avec le cep, ça te permettra peut-être de défaire les a priori ou les craintes que tu peux avoir. Bonne chance !👍

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
?

12 réponses

2
Stef64

Hello.
Je suis ce que l'on appel un reconverti..
Ma reconversion C est faite en mode bourrin, je touchais déjà un peu le bois av, j ai passer mon cap en candidat libre, le lendemain des résultats j ai démissionné et créer mon entreprise.
J avais déjà des chantier en vue et des clients potentiels. Car C est la le plus important. Un atelier C est bien mais s il n y a pas de bois à mettre dedans ça sert pas à grand chose.
3 ans C est le temps qu il m a fallu pour me faire connaître et reconnaître car au début tu n'as rien à montrer, les archi, maître d'œuvre ne viendrons pas vers toi s il ne voient pas ton travail (fb, site internet ou autres).
Rien n est gagné d avance il faud provoquer la chance, accepter des petits boulots pour un jour taper des beau chantier (j ai était à mes débuts chez une dame âgée pour lui recoller des chaisses, mettre des chevilles dans les murs pour des tableaux et autres broutilles).
Faud aussi à mon sens pouvoir travaillé tt les bois et dérivés de manière à pouvoir proposer une offre d ensemble (désoler madame mais je peux faire que les plans de travail en massif dans votre cuisine, les caissons je peux pas.... C est un peu dommage).
Pour la partie financière je rejoins Oak 1500/1700 au bout de 2 ans tu risque d être déçu.
Bon courage à toi.

Oak
Je suis d'accord

Et pourtant il envoie le Stef, l'un des premiers à avoir reçu mes doléances au téléphone quand je me suis retrouvé tout seul face à mes panneaux. 👍🏻

Commencer modestement, travailler le relationnel, élargir ses compétences avant de se spécialiser, j'abonde.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
2
Oak
( Modifié )

Salut.

Pour le parcours je comprends. A 6ans je construisais des cabanes, à 12 j'arrondissais mes fins de semaines en bricolant chez les voisins, à 14 il fallait que j'attaque la filière scientifique pour faire plaisir à la famille et ensuite la nuance : échec scolaire et refus de l'obstacle, à 18 je prends les voiles et m'offre une vie de vagabond, de job en petits boulots je vie la dolce vita.
L'amour m'a reconduit sur un peu plus de régularité pour enfin me mettre à mon compte il y'a deux ans environ.
J'ai 34 ans.

De mon point de vue tu as tous les atouts matériel pour réussir ton entreprise (au sens aventure du terme)

Je vois cependant deux points à travailler/étudier :

  • Ton parcours n'est effectivement pas un atout pour les financements, mais il ne tient qu'a toi de l'enjoliver.
    Un bilan de compétences via le Greta par exemple, associé à quelques stages de découverte via les conventions du pôle emploi sauront démontrer ta motivation à te reconvertir.

Tu peux également trouver toutes les similarités entre le job de menuisier et ton ancien boulot afin de les articuler. Les financeurs adorent les belles histoires, rien ne t'empêche de leurs mâcher le boulot.

  • Tu as la crainte des revenus... alors ça comment dire.
    Je comprends tout à fait que ta vie t'ai conduit à souscrire des crédits d'habitation notamment (fort heureusement pour les machines et l'atelier ce n'est pas le cas) mais dans un premier temps il va falloir réduire la voilure niveau charge et ne pas espérer gagner 1500/1700 pour la maison.

La menuiserie c'est une activité de fond, il faut travailler sa clientèle, faire ses preuves et apprendre à se servir de l'outil (l'entreprise) que l'on à dans les mains. Assez vite et surtout si tu n'as pas de charge tu pourras ramener des sous mais ce sera irrégulier.

A ta place je capitaliserai un peu pour palier la difficile première année. Je crois que ta compagne te soutient, préviens là que c'est d'un soutien financier et psychologique dont il sera question. Les doutes, les erreurs, la responsabilité et donc la culpabilité sont quotidiennes.

Maintenant que j'ai bien noirci le tableau un petit encouragement : a mes yeux je fais un superbe métier, mon confort est incroyable. J'emmène ma fille à l'école tous les matins et je peux faire du sport, profiter de mes proches et m'accorder du temps.
Nous ne roulons pas sur l'or et je ne suis pas propriétaire mais on a la banane tous les jours de se savoir indépendant et à l'abri des degueulasseries du monde entrepreneurial.
Mon couple et ma parentalité sont exempts de bien des soucis grâce à ce choix. Je n'échangerai ma situation pour aucune autre. Ma compagne partage ce point de vue.
C'est un Choix de vie, pas mal de mes amis sont ingénieurs ou cadres dans la grande distribution, j'ose à peine leur parler de mon bonheur tellement ils ont l'air triste.

Avec le temps si tu veux gagner plus et travailler beaucoup tu pourras.

Si t'as des questions hésite pas, sans l'air du bois je ne serais peut-être pas là à te raconter tout ça 👍🏻

Mis à jour
FWD
( Modifié )

Super retour c'est bon de savoir quand tout va bien. Malheureusement quand on est jeune on pense souvent que pour être heureux faut avoir beaucoup d'argent et quand on vieilli on se rend compte qu'avoir des sous mais un Jon pourri ça va pas et qu'au final le bon revenu vient peut-être au second plan😐

J'espère comme toi réussir à trouver le parfait équilibre. Le fait de gérer son emploi du temps comme on le souhaite je ne te cache pas que c'est aussi un élément qui m'attire beaucoup à peu près pour les mêmes raisons que toi. Compenser plus tard le soir ne me dérange pas si c'est pour ma passion 😁

Oak
( Modifié )

Je viens d'un milieu aisé ou les gens sont tristes. L'argent ne comblera jamais certains manques. Je l'ai appris à mes dépends.

Après évidemment ça aide beaucoup les sous mais aujourd'hui j'en ai pas beaucoup et je crois être TRÈS heureux/chanceux.

Le bois ça se travaille au rythme du bois, ça impose des temps long, de la patience, de la minutie. Ça change son rapport aux choses. Mais tout ça tu le découvrira sur le chemin, si t'as la passion, fonces.

(Soit dit en passant on te dis ça pour le bois mais si ta passion c'est la pâtisserie fonce dans la pâtisserie)

PierreB74
Je suis d'accord

Merci pour ton témoignage :)

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1
dependancesbois
( Modifié )

Salut,
Je suis également un (heu) reux con verti (doublement même, voire plus puisque de mon premier métier dans la marine je n'ai fais que changer d'affection et de fonction et aussi de métier en interne).
Puis technicien (ça pète ce terme, bon moins qu'ingénieur) cordiste, puis monteur en construction bois (salarié à tout et rien faire dans les maisons ossature bois) et à mon compte depuis 7 ans comme "artisan du bois" puisque je prends tout ce qui m'intéresse et que je me sens capable de faire bien (et d'assumer mes bourdes).
Niveau salaire ... ben c'est pas besef , je préfère pas calculer, mais je vis bien (comme dirait Sam Suffi !).
En me mettant à mon compte , le but était de me libérer des ordres et de travailler selon des valeurs qui me tiennent à coeur , de ne plus subir de clients roi, voire aussi d'amener quelques réflexions chez les gens ouverts (oui je suis nanar écolo et j'assume).
Ma femme gagnait bien et moi j'ai une pension de l'armée (650 euros).
Problème, je me suis retrouvé complètement coincé entre ma façon de voir la vie et mon couple. Ma femme se servait un peu de mon boulot comme excuse pour bosser encore plus (alors qu'il n'y avait pas besoin du moins selon moi!).
Et je me suis retrouvé à vivre une vie contraire à tout ce que je pronais. J'ai mis fin à mon couple alors qu'on allait s'engager dans une grosse rénovation qui nous aurait détruit.
Donc oui se lancer dans une reconversion c'est des changements, et quand on fait des changements, ça change TOUT.
Il n'existe pas de calcul sur l'avenir.
Le point important c'est de s'accomplir, les risques sont là mais ne pas les prendre ne les retire pas.
Ça c'est plus dur à faire entendre.
Il faut vraiment être conscient que c'est généralement un revirement total.
Attention c'est pas négatif forcément.
A refaire, je refais pareil, parce que maintenant je suis en phase avec moi même et ça n'a pas de prix.
Par contre pour ça il faut surtout éviter de s'enfermer dans des obligations comme les crédits et toutes charges fixes que l'on peut éviter. Les deux dernières années ont bien démontré que les calculs de rentabilité ne sont pas efficaces devant des pandémies ou des confinement.
Ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier (être capable de faire des choses variés ou être capable de se former). Être clair dans ses relations clients (quand on ne sait pas on ne sait pas mais on va se renseigner).
Pouvoir adapter son quotidien.
Voilà pour mon expérience perso.
"Saute et laisse toi pousser les ailes pendant la chute" (je sais plus qui ! 🤔).
(Édit : Ray Bradbury !)

Mis à jour
Raspitef - Homemade TeleBass

Merci pour la citation, j'adore ! 😁

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
trente six seb

Pfiou, il y avait de la lecture ici !! 😁

Je vais détonner un peu mais je pense que c'est tout à fait faisable d'arriver aux revenus que tu souhaite. Peut être pas tout à fait dans le délai voulu, sûrement pas de manière aussi régulière, mais d'atteindre ce chiffre en moyenne, c'est faisable.

C'était un peu mon projet initial mais ça ne s'est pas fait, car je n'ai pas trouvé de boulot salarié et je me suis mis à mon compte un peu par défaut. Mon projet initial était d'être salarié pour pratiquer et acquérir de l'expérience. Je visais un smic. Dans la pose, les salaires sont supérieurs, j'imagine que dans les entreprises mixtes, c'est un peu au milieu. Faire que de la pose ne m'intéressait pas du tout mais j'en ai fait un peu et ça me sert beaucoup aujourd'hui. Et donc avec un boulot salarié, si tu n'es pas trop loin de chez toi, tu as largement le temps de faire d'autres chantiers avec ta micro entreprise. Surtout si tu es aguerri.

A l'heure actuelle, je gagne moins que ton objectif pour une raison essentielle : je ne suis pas assez productif et mes chantiers ont tous du retard. Sinon, à l'heure actuelle le boulot est là, je suis plein jusqu'au printemps prochain et j'ai encore des devis à faire.

Donc la période est favorable car il y a du boulot mais il y a des difficultés en vue sur les approvisionnements : pourra t-on se fournir plus tard et trouver la marchandise dont on a besoin (du bois massif notamment) ? et aussi, jusqu'à quels prix les clients seront ils toujours au rendez vous ?

Pour le reste, les points positifs et négatifs ont déjà été soulevés par les copains.

Je te souhaite une pleine réussite dans tes projets.

FWD

Merci pour ton retour 😃. C'est à peu près l'idée que je m'en faisais viser un salaire de base pas trop dégueulasse le temps d'apprendre et compenser le nécessaire par le biais d'heure supplémentaires ou chantier à coté avec la micro histoire de subvenir aux besoins de mon ménage.

Pour me faire une meilleure idée du métier, j'envisage de faire un stage d'immersion chez un menuisier que je connais afin de vivre sa semaine de travail.

De ses dires aussi bizarre que cela paraisse du boulot et du chiffre d'affaire y en a il vit bien. Le plus difficile et de trouver de la main d'oeuvre qualifiée qui veule et qui n'a pas peur de faire quelques heures supplémentaires pour terminer un chantier.

Je ne comprend pas je pensais que la menuiserie était un peu "bouchée" comme branche

trente six seb

Yapaskoi
Non non, c'est un secteur qui bosse beaucoup. Apres la menuiserie, c'est très large. Et ça dépend donc de ta zone géographique et de la concurrence.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Gilles43

Bonjour
très intéressants ces échanges sur ces parcours de vie
Alors je précise qd même que je ne suis pas un reconverti mais que je vais m'engager dans la création d'une micro entreprise
je n'ai pas non plus la même problématique car je suis...retraité!!!...Alors pourquoi ce choix alors que je pourrais me la couler cool ?...eh bien parce que j'ai attrapé le virus du bois à l'âge de 20 ans et que, 45 années plus tard je suis toujours pas guéri (et c'est tant mieux), et que j'ai aussi besoin de me dire vivement demain,... ca aide à se lever!!
Alors je vais me lancer dans un CAP en candidat libre, certainement pour me rassurer d'une part mais bien sûr pour pouvoir exercer pleinement ce métier de menuisier!
Plusieurs fois , dans ma vie professionnelle j'ai eu envie de tout plaquer pour ma passion...je ne l'ai pas fait - pour des raisons basiques qui ont été largement exprimées dans les réponses précédentes- sans remords ni regrets, apparemment, mais avec quelques doutes qd même...
Je suis mal placé pour te donner un conseil, mais à ce que j'ai lu, tu as déjà bien bordé le sujet....alors !!!!
Merci d'avoir lancé ce débat !
Gilles

Raspitef - Homemade TeleBass

Mais oui ! Vivement demain ! Y a que ça de vrai dans la vie 😁
Et je pense que le monde se porterait bien mieux si tout les soirs en se couchant l'humanité toute entière se disait "vivement demain". Perso, ça fait 8 mois que ça dure et je ne me suis jamais senti aussi bien.
En tout cas, c'est un super projet pour la retraite, bravo 😃

Gilles43

Merci !

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Michel76

J'ai fait moi aussi une reconversion, mais tardive. J'ai travaillé pendant plus de 30 ans comme ingénieur responsable d'affaire dans une grosse entreprise. J'ai beaucoup apprécié ce travail pendant les 25 premières années, puis introduction en bourse, actionnaires gourmands, et profits, profits, profits. J'en ai eu ma claque de ne plus avoir les moyens de faire mon boulot correctement et je suis parti à 58 ans en apprentissage pour préparer un cap de menuisier. J'ai bénéficié d'un dispositif qui s'appellait le FONGECIF en 2018 mais qui a changé de nom depuis. Les entreprises cotisent, et cet organisme prend en charge tout ou partie de la formation de ses salariés. J'ai fait une formation en alternance avec les Compagnons du devoir, qui m'a permis de voir aussi les contraintes de l'entreprise. C'est un gros atout par rapport à une formation en centre de formation à 100 pour 100.
J'ai été embauché en fin de formation par l'entreprise dans laquelle j'ai effectué mon apprentissage.
Un CAP, ça se faisait en 3 ans dans les années 60,maintenant c'est 2 ans et en reconversion c'est 1 an seulement, alors avec un cap, on ne sait vraiment pas grand chose.
J'ai travaillé 3 ans en entreprise et je suis très loin d'avoir appris tout ce que j'aurais souhaité . Mon patron disait : il faut 10 ans pour faire un bon menuisier.
J'ai eu la chance de travailler pendant 4 ans dans une entreprise EPV qui fabriquait des portes et fenêtres pour des châteaux, manoirs, églises et bâtiments classés ainsi que des boiseries et un peu de mobilier. J'ai côtoyé de très bons menuisiers, auprès de qui j'ai beaucoup appris. Démarrer seul après un cap, je l'aurais fait si je n'avais pas eu le choix, mais ça aurait été beaucoup plus compliqué.
Côté financier, j'ai divisé mon salaire par 3 en changeant de travail. Heureusement, mes enfants avaient fini leurs études. Des revenus plus faibles ça impacte aussi beaucoup la famille. Deux de mes enfants ont fait des études supérieures en même temps à Paris. Avec un smic, je pense que ça aurait été impossible. Ce n'est pas pour rien que la proportion d'enfants d'ouvriers est aussi faible en études supérieures. Et enfin, comme d'autres l'ont déjà dit, il est nécessaire d'avoir le soutien inconditionnel de son conjoint, comme ça a été le cas pour moi.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
AtelierPime

Ingénieur, j'ai sauté le pas l'année dernière pour passer le CAP Menuisier Fabricant ...
J'ai financé ma formation par un congé individuel de formation, donc si tu as des questions n'hésite pas.

FWD

Merci VincentP31 ! Tu as trouvé du boulot finalement? pas trop rude le changement?

AtelierPime

Je viens de finir, j'attends les résultats du CAP pour cette semaine.
Je vais essayer de monter ma structure, pour cela je vais me faire accompagner par une coopérative d'activité et d'emploi.
Il propose des contrat CAPE (Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise) avec lesquelles ils t'aident sur la partie administrative, communication, stratégie d'entreprise...
Pour le mois de Juillet, je vais aller faire un peu d'intérim avec la boite au j'étais en stage.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Raspitef - Homemade TeleBass

Reconversion en cours comme beaucoup ici 🙂

Perso : un faux départ à l'école (dans la restauration) puis 20 ans de marine (dans les télécoms).
Et là, à 40 ans, ça m'est venu d'un coup en septembre, j'ai tout plaqué pour apprendre le "bois", à temps plein, tout seul, dans mon petit atelier de 10m2 (J'ai pu me le permettre car je suis bien soutenu et entouré).
Très sérieusement, je n'ai jamais été aussi heureux, aussi longtemps et aussi tout le temps. Tous les soirs, je me dis "vivement demain !" 😁
Bref, je viens de passer le CAP ébéniste en candidat libre et en septembre je commence une école de lutherie. On verra la suite plus tard ☺

On est tous différents, avec nos contraintes et nos aspirations, mais de ce que je lis, attention à ne pas vouloir aller trop vite en besogne sur la rentabilité espérée. ça risque d'être difficile d'arriver à moyens terme à tes prétentions. Certains l'ont dit bien mieux que moi.

De mon point de vue :
Tu dois profiter de l'année qui vient pour mettre de l'argent de côté.
ça laisse le temps de t'organiser, te renseigner et trouver une formation pour la rentrée 2023.
En parallèle, il faut t'inscrire à un CAP en candidat libre pour juin 2023 (un que tu ne comptes pas faire en formation, hein. Genre ébéniste 🙂). Acheter des bouquins et potasser. Travailler, s'entraîner, quitte à faire un peu moins d'heures au boulot pour dégager du temps (80% ?). Avec cet objectif, tu vas énormément progresser. Et puis cela montrera ta motivation à changer de métier.
Rien n'empêche aussi de faire des stages de formation de quelques jours, c'est cher mais ça peut être utile dans ton cas si tu cherches à être drivé sur les gestes et les process.

En tout cas, je pense que tu es au bon endroit, que des gens bien ici 😊
Avec tout ça, moi je dis fonce et fais toi plaisir !

FWD

Merci Raspitef ! Tu as bien de la chance j'aimerais être dans le même état d'esprit. Actuellement c'est plutôt le dimanche soir "vivement le week-end prochain" 😅 tellement ce que je fais la semaine m'ennui et ne me motive plus ça en devient même fatigant

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Kentaro
( Modifié )

Aaahhh! Encore un BIFURKEUR !! 😄

C'est la grand mode en ce moment. Même les "X" s'y mettent...

Et c'est très bien!

Personnellement, j'ai bifurqué il y a plus de 10 ans. J'ai été un précurseur...

Carrière dans la finance, expatriation à l'autre bout de la terre, la belle vie, et puis un jour, plus envie...

J'avais la chance de disposer d'un grand atelier équipé, celui de mon père, d'une maison à la campagne, les enfants étaient grands (mais il fallait payer encore les études), et pas d'emprunts, pas de dettes.

Je me suis lancé dans une niche très spéciale, niveau mondial (la fabrication de télescopes). internet m'a beaucoup aidé, le bouche à oreille planétaire, etc, etc...

Cela fait 12 années que je m'éclate, même si question revenu, c'est plutôt le smic depuis 12 ans, et pas de vacances pendant tout ce temps... Je bosse 7j/7, bien sur.

Mais je m'éclate!!

Les clés de la "réussite":

  • Etre flexible, réactif, furtif, léger... (ce qu'on apprend dans tout bon cours de management).
  • Minimiser les frais fixes (emprunts, etc). L'idéal, c'est ne pas avoir d'emprunts du tout.
  • Etre en mesure d'arrêter à tout moment (on peut changer d'avis, cela peut ne pas marcher...)
  • Ne pas trainer de "boulet" (enfants...).
  • Etre bien certain à 300% que le conjoint est à plein dans l'aventure (il ou elle risque de devoir être le bred winner pendant pas mal de temps...).

Le coté sombre:

  • Bosser dans le bois, c'est chiant, sale, épuisant... Il faut être en bonne santé. On bosse dans le froid, la chaleur de la canicule. C'est physique. Très physique. Et il faut un moral d'acier.

  • Faire des petits trucs pour le plaisir, c'est pas la même chose que de répéter ça pendant des années, avec les contraintes de temps et la pression des clients.

  • Les clients, c'est chiant... Ils veulent tout tout de suite, ils ont leurs propres idées, et ils ne sont jamais contents du résultat... (il y a de bons clients aussi, et on peut se faire aussi plein d'amis...)

  • Les perspectives d'"évolution de carrière" sont limitées. Sauf à faire grandir la boite, embaucher des esclaves et devenir un grand petit patron et se faire de la marge sur l'exploitation des autres...

  • On n'a plus de temps pour rien d'autre. On bosse tout le temps... Plus de hobby, de soirées avec les copains. De toute façon, on est trop crevé...

  • Etre menuisier, socialement, c'est pas la même chose que d'être ingénieur... Par contre, "Ingénieur ayant bifurqué", c'est en train de devenir la "classe"...

  • Il n'y a pas d'élastique. Dans 5 ans, plus possible de redevenir ingénieur. Surtout en France où, jusqu'à maintenant, on n'aime pas du tout les "traitres". Tu seras foutu pour l'Industrie. (Ceci dit, il est possible que cela change).

  • Le corolaire de Bifurkeur, c'est SOBRIETE... Les revenus sont limités, il faut mettre de coté pour se faire de la trésorerie pour les jours "sans"...

Apprendre à vivre avec peu.

Bifurquer, c'est abandonner les délices et le modèle de la classe moyenne un peu supérieure. Bifurquer, c'est apprendre à être pauvre.

La aussi, il faut que le conjoint en soit conscient et partage les même valeurs... Vêtements achetés sur les vide greniers, bouffe chez lidl (ou faire son jardin....), voiture d'occasion à 1000 €, pas ou peu de vacances, un tel portable et un ordi pour toute la famille, etc, etc... C'est tout.
Plus de surconsommation et d'achats coup de coeur. Revenir aux fondamentaux. On s'y fait très bien.

(ceci dit, si tu bosses comme un fou, si tu bosses bien, et si tu es reconnu comme un bon artisan, avec une bonne clientèle, tu peux arriver dans quelques années, vers 50 ans, à te faire 3000 € par mois, 4000 si tu es vraiment malin).

Voila voila... 😉

NB:

  • Avant de te lancer, prépare ton commercial/marketing. Réalise des choses, des meubles, des trucs, que tu pourras présenter aux clients potentiels. Fais toi un book.

  • Commence à démarcher avant de te lancer. L'idéal, c'est déjà d'avoir des précommandes le jour J.

  • Surtout, ne pas se dire: aujourd'hui, je commence, et demain, je pense au commercial.

  • Fais en sorte d'avoir un matelas de trésorerie pour commencer. IL est fort possible que tu n'engranges rien du tout pendant pas mal de temps...

  • Si j'étais toi, je vendrais la maison... Quite à en racheter une autre plus tard. Mets toi en mode "flexible". Pas de frais fixes chaque mois. Etre "propriétaire", ce n'est pas l'alpha et l'oméga d'une vie heureuse, même si cela fait des dizaines d'années qu'on nous le fait croire. A deux dans un studio, à 30 ans, c'est tout à fait vivable... Quant aux enfants, tu attendras 5 ans, si ça a marché. 😉

Mis à jour
MonsieurBella
( Modifié )

C'est fou, on en vient à dire qu'être à son compte, c'est accepter d'être en marge d'une évolution standard par rapport à n'importe quel autre travailleur.
Ce n'est pas normal...
Je suis malheuresement bien placé pour en parler, je suis en société depuis 5 ans, du boulot convenable effectué avec conscience mais sans avenir ou trop peu.
Merde, triste société, à qui la faute?
À nous, nous dirais le "système"
Cela me rend tantôt amer, tantôt obstiné mais trop peu souvent optimiste.

J'ai des enfants, je ne suis donc plus "flexible" (😂) est ce que je vais finir par leur rejetter la faute?

J'ai souvent des stagiaires qui veulent se mettre à leur compte après un TP ou un CAP, je considère que les aider est de leur dire que c'est la plus grosse bêtise qu'ils puissent faire. J'ai attendu 10 ans avant de sentir le recul nécessaire de "l'expérience" dans mon travail ce qui m'a été d'une grande aide et m'a permis d'enfin commencer mon chemin dans ce métier.

Malheureusement, personne n'est à mon sens capable de brûler les étapes.

Un conseil : travaillez chez des artisans, rentrez par la petite porte et prenez le temps de pratiquer, faites des cours du soir (la géométrie!!!!!!!!!!!)

Être artisan est un expérience à laquelle il faut être attentif car le retour du bâton peut être douloureux

Erebor

C'est triste mais le modèle neo-liberal qu'on nous impose à coups de pieds n'est pas fait pour les petits. C'est devenu la main d'œuvre corvéable d'avant. Ils n'ont pas l'envergure d'un monde sur mondialisé.
Le "système" est malade et je me demande encore combien de temps il va tenir. On ne construit pas une économie pérenne sur des startup n'en déplaise à notre président et le jour où ça va s'arrêter ça va faire mal. Comment ça je suis pessimiste ?
Pour en revenir à l'artisanat commencer auprès d'un artisan est un excellent conseil notamment parce que notre passion inclut rarement l'administratif qui fait malheureusement partie intégrante du quotidien de l'artisan et donc l'entreprise ne survivra pas longtemps si c'est négligé et il doit probablement y avoir plein d'autres choses que je ne soupçonne pas...

dependancesbois

Erebor le système est malade c'est clair, combien de temps il va tenir ? Bonne question, il est en palliatif, on est dans l'acharnement thérapeutique là et finalement personnes ne veut réellement que ça change parce que pour que ça change il faut TOUT changer y compris sa façon de vivre et son confort et la majeur partie préfère se plaindre en se disant que "ben oui mais c'est comme ça, on a pas le choix", et ça va être de pire en pire.
De plus changer de façon efficace est illégale et on aime suivre les lois !
C'est injuste mais c'est la loi! On n'a pas le choix!
Il y a plein de rebelles mais c'est juste pour traverser hors des passages piétons.
Le système malade est fait pour le maintenir malade.
Quand je parle de désobéissance on me retorque que oui mais les autres le feront pas ! Alors forcément si nous sommes les autres...

Oak

dependancesbois les autres... ou encore "oui mais la tu me parles de changer mon quotidien alors que moi je cherche une solution globale pour changer tout le monde" . Les gens se prennent pour dieu.

Les autres c'est bous tous.

Erebor

dependancesbois c'est exactement ça. Malheureusement on en est à un point où pour survivre il faudrait que tout le monde change demain (et vraiment demain pas le demain du court terme indéfini). Mais quand je vois par exemple que les moteurs thermiques seront interdits sauf pour les constructeurs de voitures de luxe et de yacht j'ai la terrible intuition qu'on a aucune chance.

dependancesbois
( Modifié )

Oui "les autres" c'est nous et "les gens" c'est nous.
On voit tous ce qui se passe et on est tous relativement d'accord sur le constat mais si quelqu'un parle de changement concret il devient complotiste (quel triste mot!) et "les gens" le montre du doigt comme "les autres".
Un cercle infernal mené par une minorité à laquelle la majorité mécontente se plie parce qu'elle a "pas le choix".
Elle pourrait perdre ce qu'elle n'a pas et devrait arrêter de consommer ce qui l'intoxique!
Erebor tu dis pessimiste ?
Malheureusement réaliste !
A moins d'une catastrophe climatique ou d'un réel effondrement, rien ne changera et on continuera d'élire des gens pour dire que c'est de leur faute.
(Donner le fouet à son bourreau, lui dire de nous frapper et pleurer !).

Bref pour la reconversion, mille fois oui et de la façon qu'on veut tant que le but est l'épanouissement, l'utilité et d'assumer ce que l'on fait.
Le reste des règles c'est du blabla une histoire qu'on nous impose !
A nous d'être un minimum censé ! Les lois et les règles n'écartent pas les méfaits et les bourdes , elles couvrent les plus grosses.

Kentaro

A mon sens, la seule solution, c'est la sobriété pour tous, et la décroissance.

On vivait plutôt bien dans les années 70.

Or, depuis, 1970, le PIB de la France a été multiplié par 3! Il y a deux fois le PIB qui ne servent à rien. Sauf à avoir 3 voitures par foyer et partir en vacances 2 fois par an à l'autre bout du monde...

La solution, ce n'est pas de passer de la voiture thermique à la voiture électrique (avec des centrales nucléaires à tous les coins de rue), mais d'accepter d'avoir moins de bagnoles... Et tout le reste pareil...

Ne pas chercher à substituer le gaz soviétique par du gaz de chez les Arabes, mais d'en consommer moins...

Sauf que cela veut dire moins de profits pour quelques uns, et moins de confort pour tous les autres...

dependancesbois
( Modifié )

Kentaro complètement !
Le "bien" du pays n'est pas le bien du peuple, et nos institutions sont là pour le pays, pour lequel le peuple doit se sacrifier.
La sobriété c'est le bien du peuple, la surconsommation c'est le bien du pays.
La sobriété n'est pas tolérée et de plus en plus illégale !
On marche sur la tête.
Alors qu'on vit nettement mieux avec nettement moins.
Mais pour le savoir il faut d'abord le faire.

Raspitef - Homemade TeleBass

Au regard des autres j'ai parfois l'impression d'être à côté de la plaque. Mais non en fait. grâce à vous, je me rends compte que je ne suis pas le seul à penser comme ça et ça fait un bien fou !

Alors merci 🙂

trente six seb

👍

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
Copeaux And Co

salut!

Déjà, je te souhaite tous mes voeux de réussite! Je suis également en reconversion donc je ne peux te faire un retour que de mes débuts ;-)

Comme toi j'ai l'avantage d'avoir passé du temps à me constituer un atelier, un parc machine, et plus important encore de l'expérience.

Perso j'ai aussi une microentreprise qui permet, en toute légalité de fabriquer des meubles. Toutefois, comme d'autres l'on dit, le fait de s'appeler menuisier ou agenceur est, en théorie, réservé aux détenteurs d'un diplôme ou d'une expérience dans le domaine (3 ans de mémoire), même si dans les faits tout le monde ne respecte pas cette règle.

Perso j'avais du mal à situer mon niveau. Je voulais également faire une formation pour avoir une bonne base de connaissances et de pratiques, mais je me suis renseignée et étant fonctionnaire si j'avais voulu faire des formations diplômantes il aurait fallu que je me passe d'un salaire pendant un an tout en payant de ma poche les frais, on parle de plus de 10 000€ selon les endroits. Autant dire que ce n'était pas envisageable. Car moi aussi maison à payer, bouches à nourrir...

Alors j'ai continué à pratiquer pour mes projets perso et surtout j'ai pris la décision de me présenter en candidat libre au CAP menuisier, fabriquant de meuble agenceur. Plusieurs objectifs à cela: enlever mon syndrome de l'imposteur, me jauger face à ceux ayant bénéficié d'une formation, m'obliger à me plonger dans le théorique en buchant sur les 3 tomes "technologies et métiers du bois".

Verdict j'ai passé les épreuves en juin 2022 et je me suis vraiment rassurée sur mon niveau. Au final, pour avoir échangé avec ceux ayant suivi une formation sur l'année et avoir regardé leurs réalisations, je me dis que mon cursus autodidacte n'a pas à rougir de ses futurs résultats. Les notes seront publiées le 5 juillet mais je sais que la note sera bonne. En même temps le niveau du CAP n'est pas celui d'il y a 20 ans et quand tu regardes le barème tu sais que si ton meuble tient debout tu auras la moyenne alors....ça aide.....à l'avoir et à ce que le CAP n'ait pas une grande valeur aux yeux du public.

Après, personne n'avait la mentalité d'avoir "juste la moyenne", mais perso j'ai cherché à faire le mieux possible, comme pour un client finalement.

Bref, maintenant que je suis rassurée sur le fait qu'une formation initiale ne m'aurait pas apporté grand chose (merci à mes nombreux projets réalisés pour moi, même si ils n'étaient pas parfaits ils m'ont permis d'apprendre, de pratiquer...), que j'aurai bientôt le droit de m'appeler menuisière ou agenceur, que je suis équipée, reste plus qu'à soigner le démarrage (site internet, réseaux sociaux, portfolio, trouver des fournisseurs,...) et avoir du courage pour se lancer.

Pour info j'ai appris que le CAP était pour la dernière année dans sa version avec de l'agencement, l'an prochain ces deux diplômes seront séparés.

Dernière précision, pour moi le diplôme était un moyen de me rassurer car comme toi le fait d'être autodidacte était un frein. Pour autant je n'estime pas que cette feuille A4 fait de moi une experet. Être menuisier ou agenceur c'est plein de choses à la fois et il serait naïf de croire que parce qu'on a fait un magnifique meuble en mdf devant un jury, on sait tout fabriquer et tout poser. Par exemple: portes, fenêtre, escaliers.....ça s'apprend pas comme ça et pour l’instant je sais pas.

Donc j'ai envie de dire, crois en tes compétences, en tes expériences, passe le CAP en candidat libre pour te rassurer et avoir le titre et continue d'être curieux et de sortir, de temps en temps, de ta zone de confort pour faire ta propre formation continue ;-)

Bon courage à toi! mais si déjà tu as lu tout ce pavé;..c'est que tu es courageux😅😂

Mariette

FWD

tion candidat libre mais je t'avoue que j'aurais préféré suivre une formation pour être béton sur la partie pratique et servir au mieux les futurs clients. Comme toi j'apprends beaucoup au travers de mes divers projets avec chacun ses erreurs.

Avec de la motivation et l'envie d'apprendre on fini toujours par y arriver 😁

Comme toi le genre de sujet portes fenêtres escalier je ne saurais pas du tout faire pour l'instant et c'est le genre de chantier qui m'inquiète le plus 😆

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
cocoM

Pour ta formation de reconversion, renseigne toi sur les dispositif de congé individuel formation, je suis passé par là et c'est vraiment un système intéressant (chauqe branche a ses critères d'accès et ses modalités, et en plus depuis 5 ans ça a du pas mal changer, renseigne toi auprès des syndicats ou de ton RH).

Je ne suis pas vraiment un reconverti au sens où mon "boulot" d'avant n'était pas considéré comme un boulot (organisateur de festival, je faisait à peu près un 25h/semaine de bénévolat, et des boulots "pour manger" 6 mois par an à coté). Mais il y a des similitudes dans mon parcours : l'age de la reconversion, j'ai moi aussi pu constituer mon atelier avant de m'installer, et démarrer sans pret...
La grosse différence c'est la question finance : j'émargeais à 900€/mois en moyenne, et le tout en contrat précaire donc je n'ai jamais eu le moindre pret, aucun risque de baisse du niveau de vie en perspective.

Pour faire du mobilier, pas besoin de diplome, il faut du réseau pour te créer ta clientèle, du talent et de la motivation. Par contre il faut compter sur quelques annnées de vaches maigres car avant de te créer un réputation qui te permet de ne plus te soucier de ton carnet de commandes, il va falloir sortir quelques belles pièces. Une formation aide beaucoup à prendre conscience de tes limites et de tes points forts dans le travail du bois, et à gagner en efficacité par la suite. Faire de la menuiserie "basique" (terrasse, parquet, bardage...) permet de trouver plus facilement des chantiers en démarrant, mais attention à ne pas s'enfermer dans ce type de réalisation "pour manger" si ce n'est pas ton objectif à long terme. Perso j'en ai fait pendant deux ans pour palier au covid qui contrariait mon objectif de base, et c'est dur de changer de cap un fois qu'on a fait les investissements et qu'on a plus les taux de cotisation réduits pour création d'activité.

Pour le retour d'expérience sur la vie quotidienne, j'en retien deux aspects négatifs principaux : d'abord le manque de relations sociales car c'est un boulot à 80% en atelier, et meme quand il y a des chantiers on ne voit quasiment pas les clients ; pour compenser j'ai gardé un boulot salarié de vendeur une journée par semaine. Le deuxième c'est l'acceptabilité du rythme par la famille : dans mon cas j'ai des gros pic d'activités (jusqu'à 90h/sem WE compris) suivis de périodes creuses ; organiser le partage des taches dans ces conditions n'est pas si simple. Il faut aussi faire attention à la gestion de trésorerie car elle suit l'activités (l'an dernier j'ai fais un mois à 7000€ de revenus, mais qui faisait suite à 3 mois sans rien, il faut garder la tete sur les épaules et ne pas flamber).
A part ces trois points sensibles, aucun regret.

FWD
( Modifié )

Merci cocoM ! pour ta synthèse très intéressante. Effectivement tu soulèves un point important. Je me doute bien que la semaine de 90h, c'est ta femme qui a dû s'occuper de la maison. C'est bête mais faut qu'elles soient prêtes à l'accepter aussi. Ma femme rentre du travail à 20h le soir (et sa journée a débutée à 8h) je comprend qu'elle ne veuille pas tout faire et que les choses soient partagées.

Par contre je pense que ta femme doit aussi être heureuse d'avoir un mari bien dans sa tête et épanouis plutôt qu'un mari qui rentre tous les soirs fatigués et blasé de son travail

cocoM

oui l'équilibre global est plutot bon est bon, c'est plutot la non régularité qui est dure à intégrer, d'autant plus que meme si je bosse 90h je suis à la maison tout le temps puisque l'atelier est sur place, donc meme en étant au courant quand elle fait une journée avec réunion finissant à 21h c'est dur de rentrer et de voir que rien n'a bougé depuis le matin.
C'est en grande partie une friction entre un mode de vie de salarié (horaires réguliers, vacances et week ends connus à l'avance...) et un mode de vie d'entrepreneur (horaires imprévisibles, dates de vacances connues à un retard de chantier pret, week end qui saute parce qu'il faut assurer un SAV...) ; ces deux modes de vie devant intégrer un couple alors que le couple s'est construit avec d'autres codes...

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
0
bmoulin639

Salut,
je ne suis pas un reconverti, mais je suis comme toi un ingénieur plus du tout passionné par son boulot qui réfléchi aussi à une reconversion. J'ai d'ailleurs commencé à lancer des démarches dans ce sens.
Si tu veux faire menuisier, à priori il te faut un diplôme, car cela fait partie des métiers "protégés" que tu ne peux pas exercer sans diplôme. Certains ont passé un CAP en candidat libre, je ne sais pas ce que ça vaut...
Si tu veux, on peut discuter en MP des démarches que j'ai déjà commencé à entreprendre, et des possibilités que j'ai déjà vu pour pouvoir y voir un peu plus clair.

FWD
( Modifié )

Merci bmoulin639 ! ça m'intéresse effectivement surtout pour ce qui est financement de la formation car ne pouvant plus faire d'apprentissage c'est compliqué car après ils font passer en priorité ceux qui n'ont pas de diplôme du tout etc... On m'a fait comprendre à plusieurs reprises que j'étais "surdiplômé" mais on a tous le droit à l'erreur et de se rattraper plutôt que de subir un choix fait à 20 ans pendant toute sa vie 😕

C'est exacte, la fabrication d'objets en bois ne nécessite pas de diplômes mais les meubles oui. Enfin en théorie non mais pour pouvoir utiliser le titre de menuisier et souscrire une assurance qui couvre la décennale diplôme obligatoire.

qu'est ce qui t'as fais fuir l'ingénierie par curiosité?

Merci

bmoulin639

C'est compliqué à dire, il y a plusieurs facteurs.
Dans les principaux, je dirai que lorsqu'on est ingénieur, on est cadre, et dans la tête de toute entreprise, un cadre ca coute cher et il faut qu'il bosse énormément et qu'il ait la pression pour compenser son salaire (qui au final des fois est au même niveau que les non cadres). Ensuite, je fais de la R&D, et on nous rabâche a longueur de journée qu'on dépasse les budgets etc etc, sans se poser la question à la base si le projet n'as pas juste pas bien été vendu.
Pour finir, je me suis aperçu récemment que mon orientation vers le métier d'ingénieur s'est faite vraiment par défaut, à la sortie du bac je voulais un boulot qui me fasse aller dehors et qui soit dans le concret, résultat je suis dans un bureau devant un PC...

FWD

Pareil j'ai atterris la dedans "poussé par la famille" comme on dirait. Au début ça passait pendant 2-3 ans j'aimais pas mal ce que je faisais puis est arrivé le covid lequel à commencé à faire sentir un manque de reconnaissance, tout un tas de remise en questions jusqu'à en arriver à la conclusion que si déjà on aura pas de retraite qu'il faudra travailler plus longtemps on a intérêt à faire un truc qui nous plaît vraiment plutôt que de subir des ordres dénués de sens des petits chefs. Et par-dessus tout je ne veux plus voir les "yaka focon" 😂

bmoulin639

Ah ben ca fait plaisir de voir qu'on a à peu près la même vision des choses sur le métier d'ingénieur 🤣

Erebor
( Modifié )

bmoulin639 😂 J'ai exactement le même parcours... je suis ingénieur R&D arrivé la un peu par hasard. Mais bon les sujets que je traite me passionnent mais tout le reste me fait franchement ch... les structures, les projets, les clients, la pression bref je regarde souvent par le fenêtre en me disant et si... malheureusement je me suis flingué les épaules et les genoux et si je marche sans problème je suis limité physiquement et c'est un aspect a prendre en compte dans la reconversion. Passer d'un job sédentaire à un job en atelier a porter des plateaux, panneaux et autre ça peut user. Mon grand père était ébéniste et a la fin de sa carrière il était temps qu'il parte alors quand je vois allongement de la durée de cotisation et tout le reste je me demande à long terme comment les gens qui font ces métiers passionnants vont réussir à aller jusqu'au bout. Désolé de plomber l'ambiance je sors...

FWD

Clairement une catastrophe. Après ces quelques années j'ai une vision péjorative de l'industrie en générale. Même si ma reconversion aboutie au moment de trouver un patron pour la formation ou autre sauf si pas d'autre choix, je ne choisirais que des artisans ou très petites entreprises à taille humaines. Si c'est pour rejoindre une grosse entreprise à faire tourner une commande numérique toutes la journée non merci pas besoin d'être menuisier pour ça...

FWD

Erebor je pense que c'est comme tout, il faut organiser son poste de travail, limiter les mauvais gestes et dans l'organisation de sa journée varier au maximum les postures (même si c'est pas simple). A l'époque l'ergonomie n'existait pas, les gros boeufs c'était des bon travailleurs.

Aujourd'hui des moyens existent à commencer par une formation gestes et postures puis des moyens de manutention pour éviter de se flinguer le corps. Après je te l'accorde le parquet ou autre à poser au 5e sans ascenseur est inévitable. La c'est ton carnet de commande qui te dira si tu peux refuser le chantier ou non 😂

bmoulin639

Erebor Je suis d'accord avec toi, il ne faut pas perdre à l'esprit qu'il y a des avantages et des inconvénients dans tous les métiers, et la menuiserie a aussi ses désavantages.
D'un autre côté, dans les dernières entreprises que j'ai fait, j'ai vu un certain nombre d'ingénieurs partir en arrêt pour quelques semaines et pour certains même plusieurs mois à cause d'un burnout. Ayant été moi-même en arrêt à cause d'une pression trop forte à mon boulot, je t'avoue que ca te bouffe bien la santé, et dans certains cas même plus qu'on ne l'imagine.
D'ou mon idée de faire une reconversion, je ne dis pas que ce sera parfait non plus ce que je ferai plus tard, mais au moins je ferai autre chose, et je serai plus dans un milieu qui me bouffe intérieurement.

Thom38
( Modifié )

Je vois qu'on est nombreux à avoir le même parcours "t'es bon en math/physique alors fait une prépa et une école d'ingé"...
Alors que depuis tout jeune, c'est toucher du bois et en faire de belles choses qui m'attire 😇
bmoulin639 si tu veux bien partager le résultat de tes recherches, je suis également preneur 😁

bmoulin639

je t'envoie un MP

Je vois qu'on est nombreux à avoir le même parcours "t'es bon en math/physique alors fait une prépa et une école d'ingé"...

Tu as résumé mon parcours en une phrase belle performance 😅

FWD

Pour ma part la passion du bois est venue bien plus tard. Malgré un père et des grands parents qui faisaient du bucheronnage et plantation de forêt. C'est vraiment le travail du bois en tant que matériau pour la fabrication qui a créé le coup de foudre et déclenché cette passion.

L'éducation nationale est complètement à la ramasse niveau orientation. Les jeunes d'aujourd'hui ont une mine d'or pour découvrir les métier qui s'appelle youtube (attention tout de même car souvent on ne voit que le bons cotés d'un métier). Il y a 10-15 ans lorsque nous avons fais nos voeux même si youtube existait déjà les autobiographie d'artisans n'étaient pas encore aussi rependues qu'aujourd'hui.

CyrildeVienne
( Modifié )

Hello FWD et tous les autres sur ces com', tous plus intéressants les uns que les autres.
Peut-on dire que chacun des parcours se ressemble autant qu'ils sont singuliers?
J'ai 52 ans, éducateur spécialisé depuis 30 ans, un master en sociologie en 2018, (je cherchais un nouveau souffle,... Raté), en forme (je crois mais c'est dans la tête hein?), Je gagne 2000€ net par mois, et j'ai un crédit maison à assumer. Avant ça, j'ai fait un DEUG de math/physique après un bac C (seul les vieux connaissent).
J'ai récemment utilisé le dispositif Transition Pro pour faire un CAP d'ébéniste l'année prochaine, avec comme perspective d'acquérir de l'expérience auprès d'artisan (je ne connais que le salariat) et pourquoi pas ensuite, créer ma propre micro-entreprise ( a temps plein ou en complément d'un poste fixe salarié, je ne sais pas trop), mais surtout, me faire plaisir, prendre le temps (et un peu de sous?) pour realiser mes propres ouvrages. J'ai bénéficié d'un suivi par une conseillère à la chambre des métiers et de l'artisanat de ma ville.
Si la commission transition pro valide mon projet (résultat fin juillet), ma formation, mes frais annexes et mon salaire sont pris en charge 1 an, le temps de la formation. Ensuite, j'ai le choix de reprendre mon métier ou de démissionner, négocier une rupture conventionnelle ou un licenciement. Je compte sur la formation (1400h en atelier sur un an, sans vacances !😬) pour mettre à l'épreuve ma volonté et ma capacité de changement.
A suivre !
Je suis dispo en mp si tu veux poursuivre.
Cyril

FWD

CyrildeVienne des quelques conseillés que j'ai eu la transition pro semblait être le meilleur truc pour pouvoir se former par contre comme tu le dis ton dossier doit être accepté, sur diplômé, la menuiserie n'est pas la branche le plus en manque de personnel, l'industrie par exemple peine bien plus à recruter en ce moment du coup j'ai vraiment peur d'entamer les démarches ce qui mettra mon employeur au courant de mon intention de partir et moi j'ai le risque que ça merde sur un pauvre dossier refusé 😕

CyrildeVienne

Ah oui, je comprends... Pour autant, ton employeur est aussi responsable de ton bien-être au travail, et mine de rien, tu lui envoies un signal avec ce projet de reconversion... Qui n'est pas forcément "contre lui" d'ailleurs mais aussi et surtout "pour tes aspirations personnelles" qui ont le droit d'évoluer, et oui, on est comme ça... ça ne lui coûte rien non plus, sauf à recruter un CDD d'un an pour te remplacer, et peut-être moins cher que toi, alors... Et tu n'es pas obligé de quitter ton employeur non plus ! Tu lui dit qu'il retrouvera un salarié enrichi, épanoui 0ar d'autres mondes professionnels. Et puis, avec transition pro, il existe différents dispositifs, ils ne financent pas que des formations de métiers en recherche de recrutement, si j'ai bien tout compris, le souhait personnel d'évoluer est pris en compte en premier. Si tu veux directement créer une micro entreprise, il faudra faire une étude de marché. La menuiserie ébénisterie est un marché réduit (3/4% de mémoire) mais stable. Il y aura toujours besoin de bons artisans !
Après, le risque que le dossier soit refusé, ça, on maîtrise pas... Perso, j'ai encore 4 semaines à attendre, suis sur les dents, j'ai trop hâte de vivre autre chose là !
A la revoyure !

FWD
( Modifié )

CyrildeVienne tu m'étonnes, sortie de formation je n'envisage pas immédiatement de faire une micro entreprise mais conserver la mienne à côté pour les petits projets (avoir un soret c'est toujours utile) bosser pour un patron ou faire de l'intérim 1-2 ans pour acquérir de l'expérience et après fermer la micro entreprise pour une EURL ou une EI parceque la micro entreprise c'est pas du tout adapté à la fabrication de bien tu payes trop de charges et tu n'as pas l'avantage d'une vrai entreprise (tva et compagnie)

Dans ton cas voir une porte de sortie à ton cauchemar. Être observateur de sa vie est une sensation horrible 😕

CyrildeVienne

FWD , j'ai exactement le même projet que toi, enfin, dans les modalités, formation, expérience, intérim, micro et, et, voire plus si affinité.💪😁👍
Mon taf n'est pas un cauchemar à vrai dire, j'aime ce métier, mais c'est l'institution, les organisations et le contexte légal qui ne me conviennent pas et... Ça a fini d'user mon engagement. Et, j'aime pas ça.
Alors, si transition pro valide, je te tiens au jus.🤗

Francisco

FWD précision: le secteur de la menuiserie (bâtiment) recrute: les entreprises recherchent des poseurs (huisseries et agencement)

FWD

Francisco Oui je regarde régulièrement les offres d'emplois histoire de me "rassurer" il y en a au moins une trentaine à <20km en tous genre

Kentaro
( Modifié )

FWD CyrildeVienne bmoulin639 Thom38

Pour ce qui est du financement de la formation, je vais dire des choses pas gentilles...

Quand on est ingénieur, on fait partie de la classe moyenne (un peu) supérieure. ...

Ne pas oublier que la formation d'ingénieur a été, dans la plupart des cas, payée par l'Etat...

Avoir des états d'âme et vouloir bifurquer, pourquoi pas, mais en plus, demander à l'Etat (c'est à dire nous tous), de financer la bifurcation pour rejoindre les "pauvres" (menuisier, cela fait partie des classes pas riches, donc pauvres...), c'est un peu étrange, non ?

Michel76

Cela est peut-être à nuancer un peu. Pourquoi n'aurait on pas droit à une 2ème chance quand on est ingénieur ? Que l' on commence par un CAP et qu'on reprenne ses études ensuite , ou que l'on commence par un diplôme d'ingénieur et qu'on finisse par un CAP, cela aura coûté la même chose à l'état. Et puis quand on a un bon salaire, on paie aussi beaucoup d'impôts, alors l'état s'y retrouve aussi, n'est-ce pas ?

Kentaro
( Modifié )

Michel76 Alors là, je ne vais pas faire dans la nuance...

Les deuxièmes chances et le financement des reconversions par l'Etat (nous tous), c'est pour sortir ceux qui sont dans la merde et aider ceux qui n'ont pas eu de chance.

Ou pour aider un titulaire d'un CAP à se donner les moyens de réussir un peu plus dans la vie en reprenant ses études.

Cela s'appelle la solidarité.

C'est pas pour aider ceux qui ont été quand même des privilégiés, et qui ont soudain des états d'âme. Oui, privilégiés, qui commencent leurs premiers jobs à 3 fois le smic au minimum, comparés aux smicards, condamnés à le rester toute leur vie.

Donc, à mon sens, quand on fait partie de la zone un peu supérieure de la société, qu'on a des états d'âme et qu'on a envie soudain d'apprendre à devenir "pauvre", mais qu'on a un peu d'amour propre, ben, on se démerde tout seul pour le faire.

Quand j'ai bifurqué, je me suis débrouillé tout seul. Je n'ai pas demandé un sou. J'aurais pas osé.

Et pour conclure, je vais reprendre le conseil donné par un ancien de l'X aux gamins des dernières promotions qui se posent des questions:

"Ingénieurs, mes Camarades, le pays attend vos solutions, pas vos états d'âme".

Stef64

Kentaro +1
Dans mon ancien job j ai tenter a 2 reprise la cif dans une idée de reconversion, 2 fois refusée. Par par mon employeur, pas par le centre de formation, mais par celui qui finance (l état). J avais 38ans à l époque, un cdi et donc pas du tous prioritaire.

Michel76

Kentaro Je pense que c'est important la nuance. Se reconvertir, ce n'est pas vouloir "devenir pauvre" c'est vouloir faire un métier que l'on aime.
Et être menuisier, ce n'est pas être dans la merde.
J'ai vu des collègues partir en burn out et coûter à l'état bien plus qu'un an de formation...

Oak

Kentaro +1 également. C'est dur mais c'est réel. J'aime la réalité.

Oak
( Modifié )

Michel76 oui enfin il est tout à fait entendable l'argument selon lequel quand on gagne bien sa vie, financer sa propre transition est possible là ou quand on gagne le smic est que l'on est pas capable de se payer une scie sauteuse c'est plus complexe.

D'ailleurs FWD dis bien qu'il a pu se payer un atelier, une maison et du matos.

C'est dur pour notre génération à qui on a tout promis de se rendre compte que c'était des mensonges, qu'ont pourrait pas exploiter le monde à l'infini. Mais c'est la réalité de tout un chacun et certain n'ont rien et veulent aussi être heureux.

Pour un financeur, le choix est tout fait.

Ça ne réduit pas le mérite de FWD sur le plan du courage ou de la bonne vision des choses. La aussi il y'a une nuance.

bmoulin639

Les choses ne sont pas tout noir et tout blanc, et résumer la chose en disant que les ingénieurs sont des "sals pourris gatés qui se plaignent" est loin de la réalité.
J'ai un pote qui est ingénieur dont le père est menuisier, et son père gagne bien plus de sous que moi. Je connais d'autres artisans qui gagnent bien plus que moi aussi, sans parler de ma compagne qui est ingénieure aussi, et qui gagne moins que ses collègues techniciens dans la même entreprise.
Il y a aussi des ingénieurs qui y sont arrivés en passant par un cap puis une école d'ingénieur en alternance, ou d'autres qui ont travaillé pour se payer leurs études.
Chacun a son histoire qui est différente, et qui ne se résume pas à un simple titre ou je ne sais quoi.

Oak
( Modifié )

bmoulin639 il me semble que tu as ajouté "sale pourri gaté" ce qui peu effectivement rendre le propos pire qu'il n'est.

Je comprends qu'on puisse prendre la mouche sur ce genre de sujet mais les faits sont là, donnes donc les salaires de toutes les personnes citées dans ton commentaire si tu veux du factuel.

En 2021 j'ai declaré 5515 euros de revenus et je ne triche pas. Ma femme est au smic et nous vivons bien.
Je ne fais pas de correlation entre revenu et bonheur, je fais une correlation entre revenu et capacité à changer de voie.

Kentaro
( Modifié )

bmoulin639 Il est vrai que le métier d'ingénieur a été déclassé et qu'il y a tous les niveaux... Ce n'est plus ce que c'était.

Mais bon, faut pas exagérer non plus...

Un ingénieur, petit ou grand commence à 30 à 50 K€ brut annuel, et a 3 ou 4 propositions d'emplois quand il sort de l'école (il a même pas la peine de chercher...). Sans parler du fait que s'il est pas trop con, le salaire de sortie va doubler dans les 3 ou 4 ans. Et à 40 ans, il y en a 1 sur 5 qui seront à plus de 150/200 K€... Cela n'a rien à voir avec la galère du jeune moyen qui multiplie les stages et les cdd au smic (quand il en trouve), et qui est condamné au smic incompressible à vie... (sans parler du fait qu'il ne peut pas se permettre un burn out, lui...)

Un ingénieur, c'est pas un ultra-riche, certes, mais il est quand même la plupart du temps dans les derniers déciles, en termes de revenus.

Alors, certes, ils sont exploités comme tout le monde, mais tout est relatif...

Quand aux menuisiers qui gagnent plus qu'un ingénieur, ce sont des petits malins. Y en a pas beaucoup... Ceux qui se débrouillent vraiment, ce sont ceux qui ont choisi l'expansion, qui ont embauché, et qui vivent de l'"exploitation" de leurs ouvriers payés des clopinettes.

Alors, certes, un ingénieur peut avoir des états d'âme, mais faut quand même pas demander à la collectivité (nous), de les aider...

Si "nous" (l'Etat) étions très riches, "nous" pourrions en effet financer tout le monde pour son droit à être heureux.

Mais le problème, c'est qu'il n'y a plus de fric (il n'y en a jamais eu)...

Donc, la priorité pour l'Etat (nous), c'est d'aider ceux qui en ont vraiment besoin, ceux qui sont vraiment dans la merde (pas seulement dans la tête, mais en vrai, bouffer, se chauffer, etc).

Et pour revenir au sujet initial, oui, passer d'ingénieur à menuisier, ce n'est plus du tout la même chose en terme de status social, de revenus, d'opportunités de carrières, etc.

C'est rejoindre la multitude (la très grande majorité) des gens qui ont des problèmes de fins de mois, qui ne savent pas comment boucler les dépenses quotidiennes, etc, etc... Bref, les "pauvres"... C'est souvent abandonner les ambitions d'avoir sa maison et sa pelouse, ses 2 bagnoles neuves changées tous les 3 ans, et les vacances au bout du monde deux fois pas an.

Il faut le savoir.

Michel76

Kentaro Encore une fois, je nuance. J'ai commencé comme technicien pour finir avec un boulot d'ingénieur quelques années plus tard. Je n'ai jamais atteint 50 k€ par an ni changé 2 voitures tous les 3 ans, et je n'aurais jamais pu partir à l'autre bout du monde 2 fois par an. C'était la même chose pour la plupart de mes collègues.
Quant à "se permettre un burn out", il faut ne jamais avoir été confronté au problème pour en parler en ces termes.
Mais je ne veux pas polémiquer, et je te laisse à tes certitudes.

Fabien R

Kentaro c’est pas faux.

Kentaro
( Modifié )

Michel76 Je parlais des ingénieurs sortis directement des soi-disantes "écoles". Un X commence à 52 K€, un Sudria à 45.

20% des ingénieurs débutants gagnent plus de 38 K€ et 1/3 entre 30 et 35. Le salaire moyen est entre 30 et 38.

business-cool....but de carrière.

Ensuite, il y a tous ceux à qui ont a fait croire qu'ils pouvaient devenir "ingénieur" en se formant, mais ça, c'était une belle sucette... Ils ne sont au final payés que comme des techniciens alors qu'on leur demande les résultats d'un cadre sup...
Encore une belle aberration du système...

Et je confirme, un smicard, il peut pas se permettre de faire un "burn out"...

bmoulin639

Kentaro Les statistiques sont biaisées, et elles sont volontairement gonflées dans beaucoup de cas. C'est les écoles d'ingénieurs qui font ça pour attirer les élèves.
Dans mon école, ils nous annonçaient un salaire médian de 35k soi-disant, il y en a deux qui ont eu un salaire supérieur à ce chiffre sur une promo de 75, et la plupart ont eu autours de 30 voire en dessous.
C'est un salaire correct, on est d'accord, mais il y a plein d'autres metiers qui ont autant voire plus.
Va faire un tour du côté des banquiers ou des juristes tu vas rigoler on est plus sur la même sphère.

Chaque métier a ses avantages et ses inconvénients, et il faut en être conscient. La ou certains se plaisent très bien dans un métier d'ingénieur, d'autres préfèrent le métier de menuisier et tant mieux. Je connais aussi des ingénieurs qui gagnent aussi bien plus que moi, et pour autant je les envie pas parce que pour rien au monde j'irai faire leur métier.

Arrêtons d'opposer les métiers, l'ingénieur il a peut être des sous, en attendant si il a besoin d'une porte ou d'une cuisine il va la payer un bras, la ou un menuisier se la fera...

Kentaro
( Modifié )

bmoulin639 Oui, c'est vrai, en fait, la population des ingénieurs est très disparate... D'ailleurs, les stats que j'ai données plus haut le montrent...

FWD

bmoulin639 pour compléter ceci ce que beaucoup oublient c'est que le forfait de l'ingénieur inclus tout.
Personnellement à les début j'ai été embauché à 33k au début 13e inclus (car oui dans le forfait cadre les primes sont inclues) le fait d'être cadre la plupart du temps on ne pointe pas dans les entreprises. Ça veut dire pas d'heures supplémentaires et en général un cadre c'est pas 35h l'entreprise attend de vous le plus souvent mini 45-50h.
Les cadres n'ont pas les augmentations générales c'est que des individuelles ça veut dire vous pouvez ne rien avoir.
La ou je bosse un ouvrier standard touche 1700€ environ pour 35h. S'il fait suffisamment d'heures supplémentaires pour arriver à mon nombre d'heures il est mieux payé et je ne parle pas des primes et compagnies que les cadres n'ont pas.

Par contre les ancien cadres ceux qui ont 50+ ou qui sont partis à la retraite touchaient mini 4-5000 net par mois car ils étaient là aux années 80-90 lorsqu'il y avait une croissance de dingue du coup leur salaire à suivi mais ce n'est plus le cas des jeune sauf ceux qui sortent de X et compagnie.

Faut pas se leurrer les entreprises peines a recruter de la main d'œuvre trop de jeunes sortent avec bac+5 et compagnie donc le seul moyen d'attirer la main d'œuvre c'est de payer. Je parle de la ou je bosse ce n'est pas le cas partout je me doute bien qu'il y a pire et mieux également

Kentaro

FWD Syndiquez vous! 😄

trente six seb

bmoulin639 Je ne sais pas ce que tu appelles "banquier" mais j'ai bossé plus de 20 ans en agence bancaire. J'ai commencé au guichet, puis j'ai grimpé les échelons jusqu'à la direction d'agences et la gestion de patrimoine. Le tout dans 3 banques différentes (le meilleur moyen d'augmenter le salaire). Ma dernière année pleine, c'était 2017, j'ai gagné 34864.64 € nets (43890.13 bruts).

Je vivais donc pas si mal. Et je n'ai pas eu d'états d'âme pour demander des financements : formation financée par le compte formation (celui qui change tout le temps de nom) et 2 ans payés par pôle emploi. Google ne paye pas d'impôts ou presque, je ne vois pas le souci à bénéficier de choses auxquelles j'ai droit. Ceci dit, il a tout de même fallu les "mériter" dans le sens où il y a des efforts à faire pour présenter un bon dossier.

bmoulin639

trente six seb Ben tu vois je me suis trompé sur la banque, comme quoi...

Pourrais-tu en dire plus sur les efforts qu'il y a a fournir pour présenter un bon dossier?

trente six seb

bmoulin639 et encore, je faisais partie des presque anciens. La génération avant moi avait connu mieux, mais pour les plys jeunes, c'est au lance pierres.
Pour le dossier, ce qui a le plus marché, c'est que j'envoyais à Pôle emploi des rapports de stage à chaque PMSMP. Ce qui suppose de vraiment s'intéresser au sujet et de creuser les éléments que l'on va exposer. Pour ça il faut travailler en amont pour poser des questions "intelligentes" aux ouvriers quand on est en stage. Donc, en gros une forte implication.
Quand ça plait, c'est pas une grosse contrainte.

kaj

Juste un petit truc pour savoir qui est dans les "riches" ou dans les "pauvres" Un "riche" parle en K € par an et un pauvre parle en € net par mois

Oak

kaj mes rêves s'effondrent.. mais je suis assez d'accord avec ça.

FWD

kaj je dirais plutôt que c'est le langage qu'on t'apprend dans l'industrie

kaj

FWD perso j'ai toujours été modeste pour ne pas dire pauvre et ça risque de durer encore un peu, j'ai tout de même un K dans mon prénom 😉
Quant au langage c'était pour le clin d'œil

Olistan

Salut. J'ai pas mal de points communs avec toi (ingénieur en reconversion, pas de dettes, atelier avec outilage semi-pro) mais une grosse différence : je suis belge !

Cela paraît anodin, mais change tout à deux niveaux:
1) Le diplôme d'ingénieur donne accès à la profession de menuisier (en Wallonie, aussi à accès réservé comme en France; ce n'est pas le cas en Flandre !). En prenant mon numéro d'entreprise, j'ai donc pris tous les accès à la profession dans le bâtiment (menuisier, carreleur, électricien,...). Je suis donc aujourd'hui officiellement menuisier, mais qui a encore tout à apprendre.
2) Le coût des formations n'a rien à voir avec la France. Je suis une formation pour adultes de 3 ans pour devenir 'Chef d'entreprise menuisier' - soit 2*4 heures/semaine en cours du soir + 250h de stage en entreprise / an (en gros, 1j/sem). Si je n'avais pas de boulot sur le côté, ce serait 4j/sem. Le coût est de 250€/an, mais qui seront remboursés car il s'agit d'un métier en pénurie ! A l'école, j'ai des profs qui ne sont pas toujours les plus pédagogues, mais très ouverts à toute question; il faut donc se montrer curieux pour apprendre. Et les stages me permettent d'avoir un contact avec la réalité, des contacts avec de nombreux menuisiers. Je me suis donc mis à 4/5 auprès de mon employeur (en fait, congé parental non rénuméré car je me suis mis comme indépendant complémentaire); de plus je bénéficie de 180 hr (~25 j) de congés-formations supplémentaires.

Enfin, certains liens existent malgré tout entre les deux métiers:

  • Si tu maîtrises l'outil informatique et la CAO, concevoir des présentations clients sous Sketchup est très accessible - bien sûr, cela ne fait pas de toi un bon menuisier mais permets d'avoir un contact client plus facile
  • J'ai eu cours de Performance Energétique de Bâtiments récemment. Si tu fais de l'ossature bois, cela te sera utile pour concevoir tes parois. Inutile de dire que j'ai eu quelques facilités par rapport à ceux qui n'ont jamais fais de maths
  • Tu maîtrises la géométrie. Je suis en train de dévorer des cours de l'art du traît (air du bois, Hors-Série du bouvet)
  • Je vais certainement aussi suivre les cours (qq jours) pour devenir certificateur PEB / auditeur énergétique (accessible aux ingénieurs seulement) car (i) cela reste lié au monde du bâtiment, (ii) me donnera une deuxième corde à mon arc dans ma vie d'indépendant, notamment pour les mois difficiles et (iii) cette activité sera plus accessible si j'ai un problème physique.

Je me donne le temps de ma formation pour acquérir un maximum d'expérience (cours, projets perso, premiers clients), étoffer mon matériel au fur et à mesure, être prêt au niveau comptable (devis, facturation, comptes pros auprès des fournisseurs, estimation du temps de travail) avant de me lancer pleinement dans l'activité. Je n'ai donc pas d'objectifs de rendement à ce stade mais je veux volontairement me retrouver dans des situations en dehors de ma zone de confort.

Bon courage à toi !

FWD
( Modifié )

Merci pour ton retour 😀

Effectivement la CAO je maîtrise pas mal. J'ai beaucoup bossé sur solidworks, je connais bien fusion 360 (que je fuis d'ailleurs à cause de leur politique à augmenter les prix de la license et enlever des options)
Calcul et géométrie ça va plutôt bien effectivement aussi.

Après les astuces pour le travail du bois faut les apprendre. J'ai également une formation en usinage. Même si tout cela est loin de la menuiserie ne serait-ce que la partie lecture de plan et compagnie je maitrise très bien c'est plus sur la partie pratique réalisation ou je ne me sent pas encore à la hauteur.

C'est vraiment bien foutu votre système en belgique par sur que ma femme veuille quitter le pays pour autant 😁

J'ai vue une vidéo de Benoit pirrar les statuts d'auto entrepeneur ont l'air un peu plus avantageux chez vous également

Mine de rien nous sommes beaucoup d'ingénieurs à fuir la profession 😅

Erebor

Je pense qu'on est beaucoup d'ingénieurs à avoir vu et participé à un système qui nous fait aller droit dans le mur avec des chefs qui nous poussent à appuyer plus fort sur l'accélérateur

FWD

Erebor c'est exactement le ressenti que j'en ai malheureusement c'est ce qu'ils veulent aujourd'hui "des jeunes maléables" qu'ils disent 😂

Erebor

FWD oui et ils sont tout étonnés que les jeunes ont des revendications des exigences et des consciences... Une connaissance m'a fait la remarque dernièrement "non mais tu te rends compte ils viennent en entretien et ils demandent des choses !" j'étais mort de rire... Oui ils demandent des choses et ils ont raison !

Oak

Erebor en fait c'est le propre du déni. Quand on a des raisons d'être dans le déni, on pourrait bien nous dire que notre caleçon est en train de brûler, si la bière est fraiche...

Mais FWD tu constate (et je trouve ça très important aussi) que tu n'es pas le seul à penser à une vie différente. Et ça compte parce qu'une fois que tu seras menuisier on va t'expliquer qu'il faut que tu investisse, que tu fasse de la pub blablabla et le même schéma peu avoir lieu.

Je trouve que ça contribue aux doutes ce regard des autres et je trouve souvent du réconfort ici, dans mes échanges avec des gens biens et bienveillants.

C'est nianian mais c'est ce qu'il nous faut. Bienveillant ne veut pas dire illusioné.

VG06

Merci de nous parler de toi avec sincérité. C'est limpide.

Tu veux ressembler à qui ?

As-tu suffisamment peur pour avoir du courage ? Pourquoi te faut-il du courage maintenant ? Ou autres questionnement : t'en faut-il pour plus tard ? ou pour plus tôt dans ta vie ?
Si tu n'as pas confiance en toi alors tu vas échouer.
Le courage sert seulement à se relever non ?

Que ferais-tu si tu avais réussi ? Pourquoi ne pas nous raconter l'histoire de ta réussite future ?

Je te conseil de lire quelques livres pour te préparer. Sélectionne uniquement les meilleurs dans deux trois styles si tu n'aimes pas lire.
Prévois également une coupure du monde pour développer tes connaissances.

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
1 966 vues
12 réponses

Publications associées

0 collection

Licence

Licence Creative Commons
Voir aussi
Navigation