6 réponses
PhilippeCichon
( Modifié )

Salut
la technique est connue c'est le racloir!
regardes:
orgue-bernard.....com/l-affutage

Sinon pour désencrasser un abrasif il y a aussi une astuce simple:
la semelle de vielle chaussure en crepe ou la cartouche de silicone qui a fait sa prise, exemple:
metabricoleur....ge-des-abrasifs
bonne chance

Mis à jour
PhilippeCichon

Salut
Un article rédigé initialement pour les fabricants d'orgue de barbarie, mais applicable par tous sur le choix et le séchage du bois.
Un problème complexe et récurent avec des idées fausses largement répandues...

PhilippeCichon
( Modifié )

Salut Didier

un début de réponse avec ce lien:
affutage scie japonnaise

j'utilise une scie japonnaise avec bonheur pour ses propriétés de fini après coupe après les conseils des copains d'une association de boiseux.
Tous considèrent l'affutage d'une scie japonnaise comme une perte de temps en rapport du prix d'une lame neuve.

En clair ça dépend du rapport que tu fixes toi même entre le temps que tu consacres à l'affutage et le temps que tu consacres à gagner le prix d'une lame neuve...et encore si tu y arrives à l'affuter...
Sans compter le prix des limes d'affutage!

Personnellement je n'envisage même pas d'en affuter, la dernière scie japonnaise que j'ai achetée chez liddle était soldee à 8€ et elle me donne satisfaction. Je regrette de ne pas en avoir acheté plusieures.

Le prix moyen des lames de rechange tourne autour de 10 à 15 €
Le prix des scies japonnaises neuves dans les magasin de fournisseurs spécialisés du bois sont très variables de 10 à 80 € et il y a peu d'informations sur leur durée de vie.

En fait la durée de vie d'une scie dépend surtout de l'utilisateur qui doit veiller à ne pas scier n'importe quoi avec.

Mis à jour
PhilippeCichon
( Modifié )

Salut

La viscosité dynamique se mesure en poise (symbole Po)
poise wiki

La viscosité dynamique, pour faire simple, est une mesure de la résistance à l'écoulement d'un fluide:
viscosité wiki

en gros c'est l'eau l'étalon sa viscosité c'est 1,00×10-3
et par exemple la glycérine c'est 1.49 soit 1490 fois plus poisseux...

Il faut regarder le chiffre mais aussi avoir l'oeil sur les puissances de 10 en positif ou négatif..
donc une estimation trop rapîde a vite fait de nous induire en erreur.

le plus simple c'est encore de regarder la colle sortir du pot on sait instinctivement si c'est comme du miel , de l'huile ou de l'eau! avec les problèmes de mise oeuvre et d'étalement lié à cette propriété.

Cette propriété influence les modes de mise oeuvre:
biberon, pinceau, spatule plate, spatule crantée, spray, justement principalement en fonction de cette viscosité. On n'étale pas de la même manière de l'huile, du miel ou du dentifrice...

Les colles c'est comme les produits de finition, un vaste sujet qui fait l'objet de plusieurs bouquins entiers qui ne sont jamais exhaustifs puisqu'on en invente encore en permanence de nouvelles sortes...
Par exemple dernièrement j'ai appris que pour la chirurgie cardiaque on utilise du mucus de limace ou d'escargot pour remplacer les sutures:
le mucus de limaces

Il faut donc aussi tenir compte :

  • de la nature chimique et de la compatibilité de la colle avec les supports exemple bois sur bois , bois sur métal, etc...
  • temps de conservation mais aussi à l'état sec ou dilué pour les poudres
  • temps d'ouverture ou temps d'utilisation pour recentrer en glissant par exemple
  • temps de serrage avant de retirer les serre-joints (pas toujours indispensables)
  • temps de séchage avant de soumettre l'assemblage aux contraintes
  • des prépartions éventuelles
  • des produits de dilution ou de nettoyage des bavures ou des outils
  • de la réversibilité si nécessaire.
  • des précautions d'utilisation pour sa sécurité et sa santé

et je dois en oublier...
comme les risques d'auto-combustion des chiffons avec les produits ou diluants dans la poubelle!

pour exemple dans une seule de mes activités de construction d'orgue de barbarie je recense au moins 12 sortes de colles différentes:
les colles dans l'orgue de barbarie

et ce n'est pas ma seule activité, heureusement la plus-part des colles sont communes à mes autres activités.

Mis à jour
PhilippeCichon
( Modifié )

Salut Aneso

c'est un problème courant et souvent on suit des conseils ou des idées fausses ou mal interprétés!

exemple: j'ai du bois qui a été stocké pendant 20 ans donc il est parfaitement sec...

J'ai mis en ligne un article pour le séchage du bois de mes orgues de barbarie:
orgue-bernard....er.com/les-bois

En gros l'idée c'est de passer d'une humidité maximum au moment de l'abatage à l'humidité d'utilisation finale en descendant marche par marche plutôt que de plusieurs étages d'un coup.

Par contre dans ton cas le fait d'utiliser des branches plutôt que le tronc complique un peu les choses.
L'aubier est plus important et le coeur avec son duramen est très réduit dans les branches. Les branches sont donc plus sujettes aux fentes lors de leur séchage.

Il ne faut pas confondre taux d'humidité dans l'air et dans le bois

tu demandes:**

dois-je les recouper dans la longueur pour favoriser le séchage ou pas ?
C'est envisageable mais il faut prévoir et tenir compte des déformations qui vont obligatoirement arriver.

faut-il les écorcer avant le séchage ?
Je pense que oui ça évite aussi l'arrivée d'insectes.
.

chez moi (le midi toulousain), il fait dans les 30-35°C pendant l'été, et par contre ma cave est assez humide : 70-75%. Vaut-il mieux les faire sécher dehors, à l'air libre, ou couvertes ? ou bien dans ma cave? ou encore un mix des deux ?
dans un premier temps il faut descendre à 30% d'humidité dehors en plein vent comme dans les scieries.
Puis entre 30% et le taux fixé par l'utilisation final (exemple 14% dans son salon) il faut passer par la cave puis en final dans la maison sur le dessus d'un placard par exemple.
75% d'humidité dans la cave à 15° correspond à 16% dans le bois c'est un intermédiaire entre les 30% de dehors et les 14% de son salon

en dehors de les passer au xylophène + peinture aux bouts, quelles précautions prendre pour éviter les fentes ?
On peut aussi poser des colliers de serrage...

pour celles que je pense transformer en planchettes/carrelets, vaut-il mieux les débiter dès maintenant ou attendre que le bois soit sec avant de les débiter ?
Cette question est la même que la première et la réponse aussi...

Un bois qui a séché dans la masse et que l'on recoupe ensuite, relâche les tensions qui déforment le bois à l'usinage.

Un bois qui est débité d'abord et séché ensuite se déforme au séchage et doit être remis aux dimensions à l'usinage.

C'est fonction du mode de séchage et de la "nervosité" du bois...
Pour des branches de cerisier je ne sais pas bien quoi dire je n'ai jamais tenté l'aventure!

Mis à jour
par Soulier il y a 3 ans
PhilippeCichon
( Modifié )

Bonjour

La règle de temps de séchage de 2 Cm par an est une règle largement admise et réelle. Mais elle n'est pas la seule à respecter...

Il faut savoir que l'ambiance dans laquelle est stocké le bois joue un rôle plus important! Si on stocke du bois pendant vingt ans dans une ambiance trop humide à la sortie le bois est toujours trop humide.

il faut donc aussi mesurer et surveiller le taux d'humidité du lieu de stockage.
un exemple d'article sur le sujet:
afpia-estnord....d Le Bouvet.pdf

Donc pour un meuble extérieur le stocker en extétérieur sera une bonne solution mais selon la saison été/hivers le taux d'humidité ne sera pas le même.

donc finallement la stabilité est le véritable critère de choix. Le robinier est peu stable voir:
tropix.cirad.f...es/ROBINIER.pdf

Mais la stabilité peut être améliorée si on peu traiter le bois par imprégnation mais manque de chance si le robinier est imprégnable dans l'aubier il est non imprégnable dans le duramen:
philippe.berge...eau et bois.htm

Donc il vaut mieux choisir un autre bois plus stable ou imprégnable car le robinier est aussi à fort risque de déformation.

Mais si le bois est disponible et que l'envie de l'utiliser est plus forte pourquoi ne pas tenter une utilisation avec au moins un traitement de surface sur un bois relativement sec.

Mis à jour