L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

Ara

Mon projet de reconversion

  Ce pas à pas présente un projet en cours de réalisation.

Mon projet de reconversion
+

Après plus de vingt-huit ans (je l'écris en toutes lettres, c'est plus impressionnant !) dans une grosse industrie, je prépare ma reconversion dans les métiers du bâtiment, pour faire de la rénovation intérieure. Tous métiers, ou presque.

Parmi eux, la menuiserie, et comme trente six seb et mokozore je vais faire un petit pas-à-pas pour raconter cette aventure, les bonnes et mauvaises expériences, tout ce qui pourra aider les suivants à se lancer dans ce genre de projets.

Liste des articles

Mis à jour

Partager  

L'idée du projet

Pour faire de la rénovation intérieure son métier, il y a deux écoles : artisan ou marchand de biens.

L'artisanat étant réglementé, il faut un diplôme de niveau V minimum (CAP) pour pouvoir y prétendre. Et quand j'ai compris que pour la rénovation "multimétiers", il fallait 1 CAP par métier (électricien, plombier, carreleur, peintre, plaquiste, menuisier, solier...), je me suis dit que ça allait être compliqué de passer 7 CAP, voire plus !

L'autre manière, c'est l'achat / rénovation / revente (= "marchand de biens"), et ce n'est pas réglementé, tout le monde peut s'improviser marchand de biens. Par contre, la garantie décennale s'applique et mieux vaut être assuré. Je me mets à la place d'un assureur qui voit débarquer un bricoleur... Et je me mets à la place d'un assureur qui voit débarquer un artisan... Donc même sous cette forme, il faut avoir les diplômes.

Du coup, comment avoir tous ces diplômes ?

  • CAP en apprentissage : 2 ans, x7 spécialités = ok on abandonne !
  • CAP au GRETA : environ 1 an avec stages obligatoires, x7 spécialités = pas mieux...
  • TP à l'AFPA : environ 6 à 8 mois, formation payante et stages obligatoires, x7 spécialités = caramba, encore raté !
  • VAE (Validation des Aquis de l'Expérience) : un an de boulot à monter un dossier, le présenter etc. Mais c'est exclu, puisque je n'ai pas d'expérience professionnelle dans les domaines que je vise. Le monde est dur, non ?
  • Faux et usage de faux : l'idée me plaît, mais je n'ai pas d'imprimante couleur...
  • Racket, prise d'otage : efficace, mais avec le plan Vigipirate c'est de plus en plus difficile...

Mais en cherchant un peu, j'ai fini par trouver, je crois...

...La Voie !

a) Passer de 7 à 4 spécialités, les plus importantes / pertinentes. Si une peinture est mal faite, cela se voit et personne n'en mourra. Par contre, l'électricité peut tuer et brûler, la plomberie peut provoquer des dégâts des eaux fort coûteux. Je veux aussi passer un CAP menuisier pour être qualifié à la pose de portes et fenêtres, et de carreleur parce que ça je n'y connais rien, il faut vraiment que je me forme.

b) Sur les 3 premières spécialités : passer les CAP en candidat libre. L'avantage, c'est que cela prend peu de temps (quelques jours pour les examens), il n'y a pas de stage à faire, tout le monde est admis (à passer l'examen), et tout le monde est sur le même pied d'égalité. Si je le réussis, c'est que j'ai le niveau minimal requis, aucun scrupule à obtenir le diplôme par ce moyen, je ne l'aurai pas volé !

Reste à avoir ou acquérir les connaissances et compétences nécessaires pour obtenir le diplôme, et là...

La stratégie

1) Je commence par Menuisier Installateur parce que je peux y aller quasiment les mains dans les poches (bon, je dirai plus tard mes déconvenues suite au test à blanc de l'épreuve 2019 !). Mais cela fait des décennies que je fais de la menuiserie à titre de loisirs, alors l'épreuve qui consiste à faire un box autour tuyau à cacher ou un coffret dans un placard de WC... on va dire que je vais y arriver !

De plus, cela me permet à bon compte de mettre un pied dans le système, de découvrir le processus, de rencontrer des profs, bref, d'aborder plus sereinement l'année prochaine où je m'inscrirai en ...

2) CAP Électricien. Là encore la pratique ne me fait pas peur (j'ai plusieurs expériences en la matière), mais je ne pourrai pas y aller les mains dans les poches, car les normes sont importantes et complexes. Par contre, un an pour apprendre, je sais faire. Cela ne devrait donc pas poser de problème.

3) Année suivante, le CAP d'Installateur Sanitaire. De plous en plous difficile ! Car actuellement je n'ai que peu d'expérience, et franchement pas le niveau côté pratique. Je compte donc me faire un chantier école dans ma grange, et souder du tuyau tous les week-ends. Au bout d'un moment ça devrait rentrer, non ? Si en plus je trouve un site du genre "L'air du Cuivre", ça pourrait aider !

4) Enfin l'année d'après, quand je quitterai mon entreprise, faire une "vraie" formation de carreleur (probablement avec l'AFPA), parce que là je n'y connais rien et je ne maîtrise pas le geste.

Dans ce pas-à-pas, je vais me limiter au premier CAP, le plus facile en principe, et j'ai pourtant déjà de bonnes déconvenues à raconter !

Publié Mis à jour

Partager  

L'inscription en CAP Menuisier Installateur

Première étape, s'inscrire. Si on a un PC relié à internet et qu'on sait lire, normalement on y arrive. Il y a une pré-inscription à faire aux dates spécifiées sur le site de l'Académie (genre, du lundi 7 octobre à 14h au vendredi 15 novembre 2019 à minuit), et un beau jour on reçoit une confirmation d'inscription avec un numéro et la liste des pièce du dossier à renvoyer (genre, avant le lundi 25 novembre).

Bon, je fais un peu le malin avec les dates et les heures pour montrer qu'on a affaire avec l'administration centrale, mais ce détail a son importance...

Ensuite on regarde les pièces à fournir, assez classiques :

  • la confirmation d'inscription datée et signée,
  • la copie d'une pièce d'identité,
    ...bla bla bla (plein de trucs qui ne me concernent pas)
  • la copie du diplôme ouvrant droit à la dispense (genre le bac qui nous dispense des épreuves de français, math, histoire...)
    ...bla bla bla (attestation de formation à l’utilisation des équipements de travail mis à disposition pour des travaux temporaires en hauteur)
    (pour les candidats à l'un des CAP/BEP cité dans le tableau page suivante)
    ...bla bla bla, on tourne la page...
    ...et là il y a un tableau...
    ...gna gna gna...
    "CAP menuisier installateur"
    ...oups, t'as dit quoi, là ?
    (vite, retour à la page précédente...)

Et là, on a beau lire et relire, relire encore et relire encore plus fort, rien n'y change, il y a bien écrit que pour s'inscrire en CAP menuisier installateur, il faut une attestation de formation à l'utilisation des échafaudages.

Coup dur !

Et là, on est 1 mois 1/2 avant et il va falloir trouver cette attestation.

Racket, prise d'otage, faux et usage de faux ? Notre candidat va-t-il s'en sortir ?

(à suivre)

Publié Mis à jour

Partager  

Une course contre la montre...

Prévioussely

Notre petit candidat a voulu s'inscrire en CAP, et quand il a reçu le dossier à remplir, il s'est rendu compte qu'on lui demandait une attestation de formation à l'usage des échafaudages
Il trouve cela très injuste parce qu'on ne l'avait pas prévenu avant, et qu'il n'a que 6 semaines pour envoyer son dossier. Mais c'est comme ça, il va devoir s'y faire !

Va-t-il y arriver ?

Donc là, très vite, on échafaude, on échafaude...

Plan A : demander au service formation de notre entreprise de nous faire une attestation, vu qu'on est habilité à monter sur des échafaudages, vu qu'on y est formé et recyclé tous les 3 ans. Ça a l'air simple comme ça, mais c'est loin d'être acquis, croyez-moi !

Plan B : faire une formation avec un organisme habilité, donc trouver un organisme dans la région qui fait une session rapidement et qui a des places libres, prendre des congés, payer l'organisme...

Plan C : voir s'il y a moyen d'y échapper.

Et bien sûr, lancer les 3 plans en parallèle pour assurer le coup.

Plan A, quand on est dans une grosse entreprise, c'est un peu comme dans une grosse administration... Et demander quelque chose hors des sentiers battus, avec des interlocuteurs qui vont se renvoyer la balle à savoir qui est responsable, qui est qualifié, qui peut décider, etc. ne va pas être facile. Le service de formation de l'entreprise est-il habilité à donner des attestations valables ailleurs ? Ce qui pourrait être simple devient très vite compliqué.

Plan B, je trouve 2 ou 3 organismes, mais qui font des formations "clé en main", du genre 1/2 journée pour savoir utiliser un échaf, et 1 journée pour savoir le monter et le contrôler. Seule la première 1/2 journée m'intéresse, mais il ne font pas "à la carte". Et vu le prix de la demi-journée, j'ai un peu de mal à déglutir...

Mais je finis par trouver un organisme où le patron me dit "c'est vous qui payez ou votre entreprise ?". Je réponds que c'est moi. "Bon ben je vais vous faire un prix d'ami alors" et il me divise la note par 3. Des fois, on rencontre des types bien !

Plan C, à votre avis j'ai passé combien de soirées devant mon écran à chercher toute la littérature sur les référentiels éducation nationale, les décrets sur le passage des examens, dispositions du Code du travail, circulaires ministérielles, recommandation R.408 de l'INRS et de l'Assurance Maladie, version 5 de février 2019, pas encore prise en compte à l'Éducation Nationale, qui en est encore à la version 4 (6 mois seulement après), etc ?

Bien sûr, je n'y coupe pas, mais fort de ces nouvelles connaissances juridiques, je sais exactement quoi demander et ce qu'il doit y avoir d'écrit sur l'attestation, ce qui va m'aider pour le plan A.

Les choses semblent se débloquer dans mon entreprise, mais le formateur qui va signer l'attestation veut d'abord m'évaluer (écrit et pratique), comme il est sympa, il le fait en loucedé (hors temps de travail, tout comme moi), et une fois l'attestation en main je décline le devis du plan B en remerciant le type pour sa compréhension.

J'envoie le dossier 3 semaines avant l'échéance, mais on le voit : les semaines passent très vite et au moindre aléa, j'étais bon pour rater l'inscription et perdre 1 an.

Tout cela parce qu'il n'y a que dans le dossier d'inscription qu'on apprend cette histoire d'attestation...

Publié Mis à jour

Partager  

Les épreuves écrites

Aujourd'hui j'ai reçu ma convocation aux épreuves écrites ! (chouis super content) et c'est début septembre.

Petit détail que j'avais un peu négligé jusqu'ici : la première épreuve s'appelle PSE (Prévention Santé Environnement). C'est un cours où on apprend aux jeunes qu'il faut éviter de se coucher à point d'heure, de boire de l'alcool, de fumer du shit et de baiser sans capote. Bon, jusque-là je peux y arriver.

Mais il y a aussi des questions du genre "quel est le rôle du médecin-conseil ?" ou "en cas d'accident de travail, dois-je déclarer bla bla bla" ou des questions sur les différents types de contrats de travail, etc. Et là je risque d'être un peu en difficulté...

trente six seb au secours ! Toi qui l'a passé, tu saurais où trouver de la matière sur le sujet ? Je sais qu'il y a des livres scolaires mais si je peux m'éviter 150 pages dont 125 sur les joies du sommeil et de la capote...

Publié

  Ce pas à pas présente un projet en cours de réalisation.


Discussions

Ara a publié le pas à pas "Mon projet de reconversion".
il y a 12 jours
Kentaro
( Modifié )

Si je comprends bien, tu veux acheter des biens immobiliers, les rénover, et les revendre.

Tu sais à peu près faire la menuiserie, mais pour le reste, c'est plus difficile et cela prend du temps pour te former.

Plutôt que de tout faire toi-même, pourquoi ne t'associes tu pas avec un électricien, un plombier et un carreleur ?

Certes, il faudrait partager le bénéf. à la fin, mais cela permettrait de faire beaucoup plus d'opérations, et in fine, ce serait kif kif...

Ara

Ben en fait, je ne sais pas faire "à peu près la menuiserie" (hé, tu veux me vexer ? 😁), et pareil pour l'électricité, c'est un peu dans mon ADN. La différence entre le bon bricoleur et le professionnel, vu des "autorités", c'est le diplôme, et vu de l'intéressé, c'est l'expérience. Mais l'expérience s'acquiert, et j'ai envie de dire : "j'ai le temps".

Le but est de me reconvertir et à mon âge (un peu avancé mais pas trop), de transformer mon temps en travail et mon travail en valeur ajoutée donc en argent. Mon but n'est pas de faire travailler d'autres gens, sauf si c'est vraiment nécessaire.

D'autre part, des "honnêtes marchands de biens" avec lesquels j'ai pu discuter, ce genre d'opération (achat-restauration-revente) n'est pas très lucratif. Donc dans l'idéal, ce serait plutôt de faire de l'artisanat, tout en ayant sous le coude un bien à rénover (pour les jours de disette dans le carnet de commande).

Bon bon bon, je n'en suis qu'au début du projet, hein, des rêves et des grandes idées ! Les lignes vont peut-être bouger d'ici-là, mais pour l'instant j'avance, et tant que je n'ai rien investi, je n'ai pas pris de risque.

Kentaro

Ara Plutôt que de revendre ce que tu as rénové, tu peux simplement le louer. Et dans ce cas, pas de diplôme à montrer pour louer un bien. Le locataire ne va pas demander les décénales.

Il y a pas mal d'endroits en France, où les maisons ne valent rien, mais se louent très bien (tout simplement car les gens n'ont pas les sous pour acheter, et même pour emprunter... Ils vivent donc au jour le jour en louant). J'ai un ami qui rénove lui-même des maisons de mineurs (il y a eu des mines dans ma région) achetées pour presque rien, qui se louent très bien.

Par contre, ce système est rentable si on est capable soi-même de faire les rénovations, et l'entretien.

trente six seb

+1 pour la location, j'ai pas mal d'exemples à citer aussi.
Dans les raisons qui font que ça se loue bien aussi : les gens qui viennent ne veulent pas rester et achètent mais ailleurs.

Ara
( Modifié )

Oui tu as raison mais.

(il y a un mais)

J'achète (et dans ma région, c'est un peu cher quand-même), je rénove, et je ne revend pas. Je n'ai donc plus l'argent, alors comment recommencer ? En payant les mensualités d'un prêt avec le fruit de la location, donc en allant voir mes amis banquiers, ce que je préfère éviter.

Re-mais : je n'ai pas envie de trouver / gérer des locataires,

Re-re-mais : je connais quelqu'un qui a fait cela, et qui se retrouve à la tête d'un parc d'une dizaine de biens immobiliers en location. C'est cool, il en vit, mais son travail s'est progressivement transformé en gestionnaire de biens immobiliers + homme à tout faire et rénovateur de ses propres biens quand les locataires partent. Bon, moi ça ne m'emballe pas.

lamalleencoin

Ara Ara Bonjour ..
Pour aller dans le sens de Kentaro
J'ai un ami qui a fait cela pendant 15 ans ..
Il avais a l'origine un CAP de Chaudronnier ..
Son idée a été d'acheter un petit immeuble ..
Il a d'abord renover le dernier étage de A a Z et a déménager dedans .. Comme ca il a vendue sa residence principale ( net d'impôts puisque c sa residence )
Sa spécialité a lui c'était de faire le max d'aménagement en metal ( escalier , structure ect .. ) ou il avais une très forte qualification .. et il faisais aussi tout ce qui étais peinture et sols ) Il faisait faire l'électricité et la plomberie et se chargeais de tout le reste .. place , deco ect ..
Une fois qu'il avais déménager , il faisait les étages de dessous en descendant étage par étage en découpant si possible 1 étages en 2 appart plus petit .. a chaque fois qu'il avais finie un étage il vendais ..
Son benefice étais de toujours pouvoir garder en plus de sa marge un Studio pour lui .
La renovation d'un immeuble complete de 4 niveau lui prenais 2 ans et il recomencais dans un autre bien . Toujours en vendant sa residence "principale"
il a rénover aussi des corps de ferme en découpant Maison par maison et grange par grange ..
Il faisait aussi les extérieurs .
Sa plus value c'est que tout ces appart étais toujours très bien décorer et toujours très originaux , voir atypique .
un de ces appart par exemple avais la particularité de n'avoir aucune porte a l'exception de toilette .. Donc son talent étais dans l'aménagement particulier des biens acquis ..
Il a toujours très bien gagner sa vie

trente six seb

2 ans, ce n'est pas une durée anodine, c'est la durée minimum d'habitation pour qualifier la résidence principale de principale à la vente. En clair on peut vendre tous les 2 ans sa résidence principale, mais plus souvent, on est dans l'abus de droit. Après il y a peut être d'autres limites. Et il faut être clean sur tout le reste, ce genre d'opération attire les contrôles fiscaux.
Ce n'est pas forcément un mal, car le contrôle peut éventuellement déboucher sur un redressement. Un gros, ça fait mal, un petit , beaucoup moins et ça à le mérite de valider les montages choisis.

lamalleencoin

trente six seb Affirmatif :-)

trente six seb
( Modifié )

Je vais suivre tout cela avec intérêt.
Mais j'ai déjà une question : c'est quoi ce "test à blanc de l'épreuve 2019" ?? Ça m'intéresse.

Ah, et puis, j'ai aussi une remarque sur le marchand de biens : c'est un statut fiscal.
Autre remarque (oui ça fait deux) : les banquiers ne sont pas fans. C'est un peu comme quand on cherche du boulot : on voudrait des jeunes avec expérience mais si personne ne t'embauche, tu n'auras jamais d'expérience... Pour le financement d'un marchand de biens, les banquiers aiment bien qu'une ou plusieurs opérations soient déjà passées avant d'intervenir.

Sinon, là c'est du projet de longue haleine ! Tu anticipes bien. Bonne réussite à toi !

Ara

Merci !

Alors pour le statut fiscal tu as raison, et pour l'instant j'essaie d'établir mon projet pour savoir s'il est financièrement viable. Si le prix de revente moins les taxes moins les impôts moins le prix d'achat moins le coût des matériaux et des km que j'ai fait... me fait un revenu équivalent à 3€ de l'heure, c'est que ça ne marche pas. A priori l'artisanat paie mieux. Si donc je peux faire l'un ou l'autre...

Pour ce que j'ai appelé le "test à blanc", c'est simple : quand j'ai regardé les annales du CAP (sur le site suivant que tu dois connaître) :
crdp-montpelli...tion/types.aspx
j'ai regardé plusieurs épreuves écrites et pratiques, et je me suis dit "les doigts dans le nez, je peux y aller les mains dans les poches".

Mais pendant le confinement, j'ai quand même fait l'essai avec le sujet 2019, en conditions d'examen dans ma salle à manger... et là j'ai morflé ! Rappelle-toi la première question que j'ai posée ici :

Depuis j'ai beaucoup appris, rien qu'en vocabulaire (je dirais : +3 points à l'écrit juste parce que je comprends les questions !), et un peu en technique (théorique évidemment, mais au risque de paraître prétentieux, je ne me fais pas de souci pour l'épreuve pratique).

Et pour les banquiers, ce qui tombe bien est qu'ils ne sont pas trop trop mes amis... et que si je peux me passer d'eux, ce sera avec plaisir !

trente six seb

Ah ok, merci. Je connais effectivement ce site et pensait que tu avais trouvé des tests en ligne.

J'ai aussi beaucoup appris depuis que je fréquente assidûment l'Air du Bois. Ca prend du temps certes, mais quand on aime...

Pour le côté financier, déjà tu es taxé sur la plus value, c'est à dire prix de vente moins prix d'achat moins frais (il faut regarder précisément ce qui peut rentrer dans les frais, déplacement je doute mais matériaux, oui, largement, même factures de confrère pour ce que tu ne saurais pas faire). L'impact le plus fort est sur la TVA si mes souvenirs sont bons.

Et si tu peux te passer des banquiers, ce sera effectivement plus simple.

Ara

Oui, dis-donc, tu n'étais pas banquier toi ?

(j'aime pas les banquiers, hein, mais toi je t'aime bien !)

Ara
( Modifié )

Sans déc, "tout le monde" me dit que si j'ai l'argent pour acheter, mieux vaut garder l'argent et emprunter. Je pense que "tout le monde" a raison, mais je n'ai quand-même pas envie...

Ah, liberté... tu coûtes cher !

trente six seb

Eh éh ^^

Ce que j'ai toujours dit : tu as à moitié" envie d'emprunter ? emprunte la moitié ! 1 tiers, 1 quart. On n'est pas obligé de dire k'emprunte ou pas, il y a plein de nuances.

Si on ne parle que finance, il faut réfléchir à :

  • ce que te coûte le prêt en NET (les intérêts et autres frais sont aussi une charge déductible des impôts)
  • ce que te rapporte en net ton épargne (suivant les placements, il y a aussi de l'impôt et des prélèvements sociaux à payer).
    Mais il faut rajouter à ça :
  • les tracasseries administratives (un copain dit toujours "on ne paye jamais assez cher sa tranquillité") : dossier à monter, questionde la garantie éventuelle à proposer, des assurances, etc...
  • la faisabilité du dossier : pour ça il faut voir le banquier, si tu le sens réservé, abstient toi, en tout cas pour le premier projet (sauf si tu veux changer de banque).

Autre point : si tu as les fonds, le fait de ne pas emprunter te permet de commettre quelques erreurs sur les premiers projets : on apprend aussi en faisant. Et tu n'auras aucun compte à rendre.

Donc tout ça mis bout à bout, la liberté ne doit pas avoir un prix si exorbitant que ça. Surtout avec les taux d’intérêt actuels. 😉

Mon conseil donc, juste peser le pour et le contre objectivement.

Ara a publié l'article "L'inscription en CAP Menuisier Installateur".
il y a 12 jours
Ara a publié l'article "Les épreuves écrites".
il y a 12 jours
trente six seb
( Modifié )

PSE : si tu veux tester ton niveau, c'est par là ===> je fais le test

Ara

Mais quel misérable ! Je savais bien qu'il ne fallait pas lui tourner le dos...

Elokaze

Purée, balèze le test !

trente six seb

Blague à part, j'ai de la doc effectivement. Faudrait voir pour le scanner et te l'envoyer, c'est faisable.
Par contre, j'ai passé le BEP, pas le CAP. Mais je suppose que c'est pareil. A vérifier peut être.

Ara
( Modifié )

Non, scanner, tu vas t'embêter, laisse tomber ! C'était plutôt si tu avais un lien vers www.hugolescargot_passe_son_pse.

MOWD
( Modifié )

Merci trente six seb . Grâce à toi je suis sûr j'ai au moins le niveau maternelle.

trente six seb
Ara a publié l'article "Une course contre la montre...".
il y a 12 jours
trente six seb
( Modifié )

Alors, ça c'est vachement important. Mais c'est étonnant, dans le Compagnonnage ceux qui montent sur les échafaudages sont souvent appelés coteries. Mais pas les menuisiers qui sont appelés pays comme les autres Corps de métier qui restent sur le plancher des vaches.
Au delà de cette digression, je me suis aussi inscrit au CAP en candidat libre. Mais je n'ai pas eu besoin de cette attestation. Quelle spécialité as-tu choisi ? Moi, c'est ""menuisier fabricant de menuiserie, mobilier et agencement".

Ara

Menuisier installateur... donc la qualification échafaudage est assez logique (c'est "riche", mais c'est logique).

trente six seb
( Modifié )

C'est un point qui peut aider au choix de la spécialité. Est ce que tu sais s'il y a des incidences pour la suite, notamment pour ceux qui veulent créer leur entreprise ?

Ara

Heu, que veux-tu dire par là ? Quelqu'un qui veut monter son entreprise aura besoin d'être formé aux échaf pour avoir son CAP, et la voie la plus simple est donc un organisme de formation qui lui coûtera quelques centaines d'euros.

Mais cela reste anecdotique. Il y a, me semble-t-il, 3 spécialités en menuiserie : installateur, fabricant et ébéniste. J'ai choisi le plus simple (l'épreuve pratique ressemble à cela).

trente six seb

Ben mon interrogation, c'est de savoir si pour monter une entreprise nécessitant un cap, la formation aux échafaudages est obligatoire aussi.

Ara

Ah ben ça je ne pense pas. Pour obtenir un CAP, c-à-d un diplôme délivré par l'Éducation Nationale, tu dois respecter tout ce qui est prescrit par un décret (en l'occurrence, pour le CAP M.I, être formé à l'utilisation d'un échaf ; pour le CAP maçon, de mémoire, être formé au montage et à l'utilisation ; etc). Mais pas pour ouvrir ta boite.

trente six seb

Ce que je voulais dire, c'est est ce qu'on peut ouvrir sa boite avec n'importe quel CAP menuisier ?

Ara
( Modifié )

Heu, trente six seb, tu m'inquiètes... Tu n'aurais pas abusé d'Hugolescargot, des fois ?
Pour un salon de coiffure, non hein, il faut un CAP de coiffeur !

Bon, soyons précis : pour ouvrir une boite, tu n'as besoin de rien. Si ta boite prétend faire de l'artisanat, genre "je répare vos tableaux électriques et je vous coupe les cheveux à domicile, prestation intégrée clés en main", tu auras besoin, dans ta boite, d'avoir au moins un employé (ou toi-même) possédant un diplôme ou titre professionnel de niveau V en électricité, et au moins un employé (qui peut être le même que l'autre) titulaire d'un diplôme ou TP en coiffure.

C'est pour cela que je prépare 3 CAP (MI, EL, IS) et un TP (carreleur). En toute logique pour mon projet, je devrais aussi faire plaquiste et peintre, mais bon... comme je le disais plus haut, je fais ceux qui ont de l'enjeu.

Ara
( Modifié )

Tu remarqueras d'ailleurs que... prenons l'exemple des boites qui font du boulot de m... Genre peintre reconnu dans la région avec 20 employés et pignon sur rue. Le patron débarque chez toi, regarde le boulot à faire et te dit que tout va bien se passer. Tu as confiance parce qu'il a l'air de bien connaître son métier. Le jour venu, il débarque avec un petit jeune, il reste la matinée puis il repart en laissant le petit jeune (qui restera seul jusqu'à la fin de la semaine). Le boulot est peut-être moins bien fait, mais bon, le jeune a quand même son CAP de peintre.

Les travaux sont terminés, le patron est venu constater avec toi leur bonne exécution et te donner la facture. Les éléments muraux de ta cuisine ont dû être démontés et remontés (par le petit jeune), et la peinture est nickel. 15 jours plous tard, tu remarques qu'un meuble de cuisine n'est pas très aligné ou qu'une porte ne se referme plus correctement. Pourquoi ? Parce qu'il est peut-être un très bon peintre, mais pas menuisier installateur, et qu'il a mal remonté le meuble.

Bien sûr, cela se décline dans tous les métiers : l'installateur sanitaire qui t'installe un meuble de salle de bain, et qui modifie l'installation électrique pour alimenter la lampe intégrée (et quand tu vois le travail, tu te rends tout de suite compte qu'il n'était pas vraiment électricien !) ; le menuisier qui t'installe la cuisine et qui fait le branchement d'eau, etc.

NB : j'ai déjà vu des [tout sauf électriciens] qui t'installent un truc en rajoutant un nouveau branchement électrique (lampe intégrée, hotte...) et qui à la fin des travaux te montrent que ça marche, puis laissent le disjoncteur ouvert en partant. C'est toi qui, en remontant le disjoncteur, prend la responsabilité de mettre le courant.

Conclusion, en toute logique, le moindre projet qui concerne plusieurs spécialités devrait faire intervenir chaque corps de métier correspondant. Dans la pratique, le gars te rajoute une prise 220V, on ne va pas en faire un fromage.

Ara

Autres exemples : le plaquiste qui te pose un Vélux, le banquier qui te fabrique une console d'angle... tu vois le tableau ?

trente six seb

😂et bein Ara tu as abusé du chouchen, calvados, armagnac, cognac, schnaps (rayer la mention inutile en fonction de ta localisation) ?

J'me doute bien que le CAP poissonnier ne permet pas de s'installer comme esthéticienne ! 😁

Je représice donc ma question.
Pour s'installer comme menuisier (code APE 4332A, B ou C), il faut un CAP de menuisier.

Est ce que tous les CAP menuiserie permettent de s'installer à son compte ?
Sachant qu'en menuisier bois (aluminium existe aussi) , il y a 2 CAP : installateur et fabricant (liste des CAP du BTP)

Ara
( Modifié )

Sais pas... mais je dirais que le CAP est la version Éducation Nationale du certificat "je montre patte blanche", alors que le TP est la version formation professionnelle de la même patte blanche. Donc il est probable que n'importe quel CAP te permette de faire à peu près le métier que tu veux.

Après, si la CMA te dit "ah ben non, vous avez le droit de fabriquer des fenêtre mais pas de les poser", tu monteras ta boite qui s'appellera "36 ouvertures", tu vendras tes fenêtres et tu les poseras quand même chez tes clients...

(le mieux étant évidemment de faire le CAP qui te correspond le plus, et dans le doute de demander à la CMA)

trente six seb

Ok, du coup, je suis allé à la source aux infos. Le site wikicréa est une valeur sûre.
N'importe quel cap menuisier convient.
Ou 3 ans d'expérience professionnelle.
creerentrepris...ncement-savoir/

C'est rassurant.

lamalleencoin

trente six seb D'ailleurs pour pinailler .. Pour posséder une pharmacie il faut avoir un pharmacien .. mais pas forcement etre soit meme pharmacien .. je pense que demain tu rachète une petit boite de menuiserie , on te demandera pas de diplôme de menuisier je pense .. il suffit qu'il y en ai 1 dans la boite .. non ?

MOWD

lamalleencoin pour la pharmacie, non. Il faut être pharmacien pour avoir le droit d'en posséder une.
Pour la menuiserie, pas sur.

trente six seb

+1 pour MOWD
Et j'ajouterai qu'il faut en permanence un pharmacien diplômé dans l'officine.

Pour le menuisier, je pense que c'est moins contrôlé à l'achat qu'à la création. Mais s'il y a des salariés, il y a une question de légitimité qui peut se poser.
Même si évidemment, passer un CAP pour après diriger des gars qui ont 10, 20 ou 30 ans de métier, n'empêche pas la question de la légitimité.

MOWD

trente six seb je connais un gars qui a racheté une grosse entreprise de menuiserie, et il n'avait aucune formation à la base. Il a fait un CAP pour être plus à même de faire des choix techniques mais ce n'est pas le fond de son métier qui est de gérer la boîte.

trente six seb

MOWD si c'est dans l'Indre, je connais le même (un militaire reconverti).
Si c'est ailleurs, ben il y a au moins un autre exemple ^^

ebene2016
( Modifié )

Bonjour
tout dépend de la société compagnonnique à l'UC tout le monde possède le nom de Pays il en est de même chez les égalitaires . Tandis que pour AO ainsi que pour la FCMB c'est vrai ils possèdent deux noms coteries et pays .
a plus et bon cheminement pour votre apprentissage

trente six seb

Exact, c'est pour ça que j'ai nuancé avec le "souvent". "Parfois" aurait peut être été plus juste. Mais le célèbre "pays et Coteries", largement partagé pour les salutations laisse entendre qu'il y a quand même de nombreuses coteries. Surtout que l'AO rassemble le plus de membres. La Cayenne Itinérante aussi applique le vocable "coterie" si ma mémoire est bonne.

Raphy61
( Modifié )

trente six seb trente six seb Pays et coterie correspond uniquement : Coterie = métier qui exerce a l’extérieur, Pays = métier qui s'exerce a l'intérieur, ... je suis un pays, et j'y ai passer plus de 6 ans, quand au nom Alsacien, Normand, Réunionais .... et la vertu, l'ami du trait, travail bien fait .... tous cela dépend de ta carrière et ton savoir, mais aussi du lieu ou tu es né ... chez les compagnons ....

trente six seb
( Modifié )

Raphy61 Merci de ces précisions Pays. Dans mon souvenir la distinction était échafaudage / atelier. Mais c'est peut être intérieur / extérieur. De toutes façons, il y a peu d’échafaudages en intérieur. Pur le reste, le nom compagnonnique dépend aussi des habitudes de chaque société : certaines rajoutent une vertu d'autres juste le lieu d'origine, certains avec le prénom d'autres sans.

Raphy61

trente six seb Je fait parti de l'AOCDTF (j'en faisais parti), pour le nom c'est au moment de l'adoption, la vertu de la réception. Il y a toujours une vertu en cas d'adoption. Le nom de la région n'est même pas celui d'origine mais celui que tu choisi, la plupart du temps celui d'origine. Le mien c'est Alsacien .... pour le reste cela me regarde 😂 Pour les échafaudages, je vais même pousser, l'apprenti de première année, qui va chercher les outils ou le matériel en bas des échafaudages est nommé "Le lapin" .... dur dur le compagnonnage, il y a de tous qui circule, mais le vivre "sur le tour" est une autre chose.

trente six seb

Raphy61 certes mais par exemple les Menuisiers et Serruriers du Devoir (à la Fédé donc) n'ont pas de vertu : prénom + province uniquement.
Le lapin, ça vient des charpentiers qui faisaient courir les apprentis lors des tailles de charpente. L'ancien restait à un point fixe et le lapin courrait à l'autre bout des pièces en faisant plusieurs fois le tour de la charpente.
Depuis, le lapin, c'est l'apprenti.
Mais finalement, ce n'est pas forcément le singe le plus habile sur l’échafaudage.

Par contre, effectivement, je suis profane, limite renard.

Raphy61

La fédé je ne connais pas par contre

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.
387 vues
46 commentaires

Publications associées

0 collection
0 question
0 plan
0 processus
0 fournisseur
0 école
Voir aussi
Table des matières