58 réponses
Grabouille
( Modifié )

Je ne connais pas ces machines. Donc je ne peux pas donner un avis éclairé sur leur qualité.

Je souhaite répondre sur le débat que je vois se dessiner entre les pro et contre la "fabrication chinoise". Pour moi, ce débat n'a pas lieu d'être.

Dans ma très ancienne vie, j'ai bossé pour la téléphonie mobile (alcatel) et l'electro-ménagé (Brandt) en bureau d'études.

Chez Brandt, lorsque j'ai quitté la boite en 2001, l'usine de Lyon faisait fabriquer ces outillages d'emboutissage en Corée (ou Taïwan, je sais plus) : Délai d'appro équivalent à l’Italie (Brandt appartenait alors à un groupe italien) livraison par container comprise, prix nettement moins cher. Par contre, l'assemblage, peinture des tôles, ... se faisait à Lyon (pour les LL) et souvent en Europe de l'Est pour d'autres produits (LV, Frigo, ...).

Notre travail (bureau d'études, et bureau des méthodes) était en partie de mener des projets d'amélioration des coûts (améliorer la conception pour avoir des composants moins chers, améliorer la conception pour avoir un montage qui coute moins cher, améliorer les méthodes de travail pour réduire les coûts de production). L'enjeu étant le maintien des emplois en France (ou en Europe), par le maintien d'une rentabilité des usines locales.
Et franchement, on y mettait du cœur à l'ouvrage. Malgré cela, le groupe italien a fait faillite, les marques ont été revendues à un groupe (qui a fermé l'usine Lyonnaise, et surement d'autres) qui lui même a revendu les marques à d'autres... aujourd'hui je ne saurais dire si la BB40 de Brandt se fabrique encore dans le monde ?

Et nos "collègues" de chez Calor, passait une bonne partie de leur temps à faire des voyages d'affaire en Chine à la recherche de fournisseurs de pièces plastiques les moins chères possible (toujours cherchant des gains annuels de rentabilité)...

Chez Alcatel, c'était un peu la même idée, on avait pas les meilleurs téléphone mobile du marchés, mais ils étaient conçus de façon à être assemblés sur des lignes robotisées, (pour éviter des coûts de main d’œuvre) en France (Laval et Illkirch). Les pièces détachées venaient de fournisseurs d'un peu partout (plastique plutôt Europe) et électronique plutôt Asie (Thaïlande, Chine). Quand j'ai quitté en 2000, Alcatel venait d'ouvrir un BE en Chine, et a fini rapidement par vendre ces usines à un de leur sous-traitant (flextronics, groupe indonésien-américain je crois), qui a fermé les usines depuis.

Tout cela pour dire, que c'est pas d'hier que l'industrie manufacturière est mondialisée.
Que l'origine d'un produit n'a plus guère de sens. Que son lieu de fabrication ne veut rien dire (ni même son lieu de conception). Les Chinois savent faire des produits extrêmement qualitatifs, mais leur client ne leur en demandent pas => ils sont l'usine de production de masse du monde. Et ils le font très bien dans le sens ou ils savent répondre au cahier des charges Cout (le plus faible possible) / Qualité demandées (souvent faible) / délai (souvent très courts).
Il y arrivent, grâce à un dumping social déplorable, à un régime autoritaire, etc que l'on peut dénoncer, mais c'est un fait. Sans parler du coût écologique... que nous payons tous sans nous en rendre encore bien compte (mais ça va plus tarder).

Les marques, et ce n'est pas péjoratif, communiquent des valeurs, une image... ça s'appelle du marketing, et c'est une forme de manipulation qui vise à s'attacher des clients dans un certain segment (Low-cost, ou au contraire forte qualité, ... ).

Mais cette image n'est pas forcément le reflet d'une réalité, et souvent, c'est le retour d'expériences client et le bouche à oreille qui permet de faire émerger les marques "qualité-prix".

Les clients sont de plus en plus "aware" et veulent que les produits qu'ils achètent portent des valeurs (fabrication locales, ecologique, fiabilité, réparabilité, ...) donc les marques s'adaptent et leur en donne. Mais n'oublions pas que leur stratégie s'établit en premier lieu sur le profit maximal que cela va rapporter :

  • Certaines marques ont pour stratégie de faire de la qualité, chère, en pensant que sur le long terme c'est plus cohérent...
  • D'autres marques ont pour stratégie de faire la m..., chère, en pensant que sur le court terme, ça va rapporter beaucoup (et suffisamment pour lancer une autre marque quand celle-ci aura une trop mauvaise image)...
  • D'autres encore, visent la mauvaise qualité, pas chère, ...

Bref.
Chacun doit comme MorganCadoux se poser des questions avant d'acheter... Mais toute l'information qui permettrait de le faire en connaissance de cause n'est pas disponible.
C'est un choix Cornélien.

Bises à tous,

Mis à jour
Grabouille
( Modifié )

Bonjour,

Si tu es relativement sûr de la régularité de la pente de la rue, tu peux utiliser la technique du niveau d'eau : C'est un tuyau (tuyau d'arrosage) remplit d'eau (sans bulle) et bouché au 2 bouts, avec a chaque extrémité une partie transparente.
Tu déroule ton tuyau le long de ta clôture, tu fixe ton tuyau d'un coté sur le premier poteau, et à l'autre bout sur le dernier, de façon a ce que le niveau d'eau soit bien dans la partie visible de chaque bout.
Tu mesure la distance au sol de chaque coté, la différence te donne le dénivelé.
En connaissant la distance entre les 2 poteaux extrêmes tu calcule la pente.

Je me rappelle plus le nom de ce genre de niveau, mais c'est très connu des maçons, et les embouts transparents en plastique s'achètent. on peut aussi les bricoler.
Le principe, c'est de s'affranchir de certains obstacle comme un mur qui empecherait la passage d'un laser (par exemple). la surface de l'eau restant toujours horizontale, ton tuyau peut même monter par dessus le toit de la maison sans que cela n'influe sur le résultat (=> c'est pour cela que le tuyau doit être étanche et sans bulle d'air).

Ah, autre précision, quand tu fait la mesure, il faut déboucher les 2 bouts du tuyau afin que la pression atmosphérique joue son rôle et mette le niveau d'eau à l'horizontale.

Je complète avec un lien :
amenagement-de...faire le niveau.

Et cela s'appelle un niveau à eau ! Logique

Mis à jour
Grabouille

Moi je l'avais fabriqué moi même :

Mais je suppose que cela existe effectivement dans le commerce

Grabouille
( Modifié )

Bonjour,
Le plus important au départ, c'est d'avoir confiance dans ton devis (pour avoir des arguments qui justifient les prix pratiqués). Donc, me concernant, quand j'étais artisan, je passais énormément de temps en conception et gamme de fabrication, pour estimer matière et main d’œuvre au plus réaliste. Je suppose, qu'en prenant de l'expérience, on en vient à avoir plus de feeling.

J'avais également passé pas mal de temps a déterminer une valeur réaliste de mon taux horaire de travail (tenant compte des charges fixes, ...).

J'avais une feuille Excel très détaillée pour déterminer le Coût de la fabrication, mais je ne mettais pas forcément de détail dans le devis. Le mieux étant de pouvoir afficher tout de même de façon différentiée la partie Fabrication de la partie Installation (prestation) => surtout pour distinguer les montants de chiffre d'affaires pour les autoentrepreneurs.

Et si je peux me permettre, n'oublie pas d'inclure des CGVs à la fin de ton devis, si le client devient procédurier, cela peut te sauver.

Dispo pour partager mon modèle Excel de l'époque (via message privé).

Mis à jour
Grabouille

C'est fait.
Comme bien des mots, il peut être utilisé dans bien des champs lexicaux différents.
Vous le mentionnez d'ailleurs dans votre questionnaire.

Me concernant, je le situe plutôt dans la résistance des matériaux (cours de mécanique, science de l'ingénieur).
Mais pour qu'il inspire la création et la conception d'un meuble d'ébénisterie, il faut sans doute également explorer les autres champs (psychologie...)

Grabouille

La question du MEC et du MAN ne devrait pas se poser en principe :

  • MEC si on a un entraineur
  • MAN sinon

Personnellement, j'utilise que du MAN, et pourtant j'ai un entraineur. Mais j'ai une utilisation tellement faible de ma toupie, que ma sécurité prévaut.

La toupie est une excellente arme pour tuer les vampires (éjection de pièces qui va empaler le vampire qui se trouveras dans l'axe...). Et malheureusement, elle est également létale pour tout être mortel.

le danger ne vient pas que du risque de se faire bouffer les doigts...

Mais, tu sembles ne pas être très attaché à la sécurité d'utilisation ... alors prends tes risques.

Grabouille

Sans doute Orme.

par Legno il y a 4 mois
Grabouille

Sel d'oseille à tester.
Si c'est de l'huile, tu peux aussi essayer la terre de Sommière. C'est ce qu'on utilise pour détacher les marbres.

Grabouille

Je veux bien participer à l'expérience également. Mais je n'aurais peut-être pas beaucoup de temps à y consacrer.

Grabouille

Bonjour,

Je ne saurai répondre exactement. Désolé.
Par contre, les diamètres des bouches d'aspiration de tes machines peuvent t'aider :

  • il faut parti du principe qu'il faut une section en sortie d'aspirateur > aux sections des aspirations de tes machines
  • ça dépend aussi de la longueur du réseau

Ton fournisseur de machine doit pouvoir t'aider à dimensionner cela.

Me concernant j'ai une sortie d'aspirateur en 200mm, puis des tuyaux de diamètres décroissants jusqu’au bout du réseau.
La plupart des terminaux sont en diamètre 120mm, plus un en 80mm pour la cape de la scie sous table.

Grabouille
Meilleure réponse

As-tu vérifié le sens de rotation de ton tour?

Grabouille

Hello,
Bien d'accord avec toi, il est important que l'artisan suive sa compta lui-même.
C'est ce que je faisais quand j'étais artisan.

En fait, je ne faisais que les saisies (factures fournisseurs, factures client, rapprochement bancaire, évaluation du stock), et mon expert comptable faisait le reste (bilan, amortissements, ...).

Il m'avait conseillé EBP, dans sa version la plus basique, et je lui faisais un export mensuel après mes saisies. Il n'avait qu'a réimporter tout cela dans son logiciel (ça m'a fait aussi gagner des sous, car si tu fourni les "papiers" à ressaisir ça coute bonbon).

Pour ce qui est d'Excel, il faut voir, si tu as un expert comptable et que la vraie compta est chez lui, alors un suivi excel à ton niveau peut-être "légal". Mais c'est quand même plus sûr d'avoir un logiciel certifié...

par Charley il y a 6 mois
Grabouille

Bonjour Charley,

C'est marrant de lire ta question, car je suis passé par "à peu près" la même démarche il y a quelques années. Et je me suis planté, retour à mon ancien travail (mais plus dans les mêmes conditions).

Je vois que tu es pragmatique, réfléchi, très analytique. Tout cela va t'aider.
Tu as le plan B, voir C (retour au boulot d'origine) => C'est la base que tout le monde oublie.

Ton souhait de bien travailler la conception, c'est évidemment la bonne démarche.

Le point faible de ton projet actuellement, selon moi, c'est la clientèle...
Travaille bien ton étude de marché, car on peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres et aux statistiques que l'on trouve sur le site de l'Insee (populations autour de chez toi, niveau de vie, classe CSP+, ...).

Mais la réalité du terrain, c'est que tu vas devoir :

  • être un excellent artisan
  • communiquer sur tous les médias possibles (internet, sociaux, presse locale, spécialisée), et ce, de façon hyper pro et carrée. Par contre, je te déconseille tous ceux qui voudront te vendre de la pub (c'est gâcher de l'argent)
  • Montrer ce que tu sais faire (donc il faut faire... => il faut soit des clients, soit y mettre de l'argent perso)

Et pour autant, en ayant fait tout cela, tu n'auras fait que ce que tous les artisans font.
Donc tu ne seras pas plus remarqué, et ne ramènera pas de client. Tu éviteras juste que ceux qui "tombent" sur toi ne te fuie.

Le seul vrai levier de développement de la clientèle pour un artisan, c'est le bouche à oreille, la recommandation par un ancien client ravi... Et ça prends beaucoup de temps, ma boite a durer 2.5ans (fermée il y a 2 ans), et c'est maintenant, que j'ai des gens qui m'approchent pour savoir si je pourrais leur faire un taf... (mais trop tard).

Et comme tu vises des gens qui ont de l'argent, ils ne viendront pas naturellement vers un nouveau qui ne leur est pas recommandé...

Donc il faut vraiment travailler ta stratégie, imaginer des moyens de la développer.

Je suppose que ces réflexions hantent tes jours et tes nuits. Et il le faut, car sinon, c'est soit que tu es pas prêt, soit que tu es trop optimiste (et je pourrais t'en parler longuement...).

En tout cas bon courage à toi dans cette aventure !! Car quoi qu'il se passe tu en ressortira grandi.

Grabouille

Bonjour,

A mon sens, cela ne peut pas poser de problème.
Mais cela va dépendre du support.
si tu plaque un bois massif, ce sera plus sensible aux déformations car une partie aura la contrainte du placage, alors que le dessus, non.

Si le support est un panneau "moderne" (MDF, Contre plaqué, Agglo, ...), tu n'auras aucun problème, ces panneaux sont stables.

Tu peux aussi tout plaquer, et n'en peindre qu'une partie. Cela t'évitera la différence d'épaisseur du placage.