8 réponses
Pierro

Salut lilsaint,

Comme tu as réalisé une ceinture entre tes 4 pieds pour la partie haute, je l'utiliserai de manière simple, comme on le fait pour maintenir le plateau d'une table.

Tu te fabriques des taquets (sorte de "L") qui seront vissés dans le plateau.

Pour permettre la dilatation du bois dans le sens de la largeur de tes planches, tu réalises des mortaises dans la ceinture un peu plus larges, à 1cm du haut de ta planche.

Cela est très facile à réaliser, maintiendra ton plateau sans pb et permettra une dilatation dans les 2 dimensions.

Pour ton prochain établi, tu pourras intégrer ton plateau aux pieds, c'est ce que j'ai fait sur le mien, et effectivement, ça ne bouge pas.

Voici un exemple sur une petite console que j'avais faite il y a deux ans. Une photo vaut mieux qu'un long discours, non ?

J'espère que ça t'aidera. La mise en oeuvre est très rapide, simple et efficace.

A++

Pierro

Hello,
Voici la hauteur de mon établi est de 95,5cm (le 0,5cm n'était pas forcément recherché, j'ai juste acheté les roues après avoir terminé l'établi).
Je fais 1m81 un peu tassé :-).
Je travaille essentiellement debout et à la main, scie, rabot et ciseaux. La hauteur va plutôt bien, parfois un poil trop haut pour des rabotages sur pièces hautes, mais dans 95% des cas, c'est plutôt un bon compromis.
Pour les enfants, je les monte de 40cm avec un support stable, et ça va nickel.
A+

Pierro
( Modifié )

Salut Philippe,

Question outils et/ou méthode, je pencherai en premier pour des outils à main concernant les plateaux, ou surtout les panneaux... pour le plaisir et aussi pour l'efficacité quand on n'a pas la Dégau/rabot ultra large.

Les rabots appelés souvent "smooth plane" à partir du #4 ou encore plus petit le #3 (4ème photo ci-dessous : le rabot #3 a permis la finition de ce plateau avnat le #80) servent beaucoup dans ce cas.

Certes, avec une bonne dégau-rabot et un bon collage (utilisation éventuelle de fausse-languettes, dominos ou autres biscuits qui limitent les désafleurs), on peut rapidement passer au Stanley #80 puis au racloir.

Cet outil (le #80) est exceptionnel et permet d'obtenir rapidement un très joli rendu (cf 3ème photos après le passage du #80 et avant le racloir). Il te faudra un affiloir (rond) de préférence pour préparer la lame - ici d'un Stanley #112. ou cette vidéo.

Le racloir fait des copeaux encore plus fins.

L'avantage ici est : beaucoup moins de bruit, peu de poussière et aussi l'odeur du bois !

Tu peux aussi utiliser une ponceuse de type rotex de Festool, probablement une des meilleurs machines électro-portative pour le ponçage, avec des consommables qui sont assez chers, et en utilisant des grains jusqu'à 220 pour un rendu très doux au touché.

J'espère que ça t'aidera !

Mis à jour
Pierro

Hello bohua,

Avant d'investir, je te conseillerai de regarder cette vidéo de P.Sellers sur une comparaison de différents modèles de rabots à main : varlope, No6, No5 No4 et aussi un No5 de Véritas avec un angle faible.
Pour la varlope, objectivement, essaie de te la faire, ou préfère une varlope en bois (pour sa légèreté : un rabot au dessus du No5, "Jack Plane", en métal : ça pèse son poids, le 6 est jouable de temps en temps, mais pour un travail régulier, la varlope en bois est l'outil idéal, comme l'indique très justement etiennedesthuilliers.

La marque Dick, Dicktum ou Quiensheng sont des copies d'assez bonne facture de LieNielsen. On en trouve dans de nombreux magasin en ligne sans souci.

Mais je te conseillerai plutôt d'investir dans des rabots anciens, que tu restaures. ebay est une plateforme géniale surtout la version anglaise, pour trouver de bons vieux outils à des prix incroyables. J'ai acheté mon premier No4 pour moins de 15GBP port inclus.

Dans ton cas, je pencherai pour :

  • une varloppe maison en bois
  • un ou deux No4 Stanley (avant 1970)
  • éventuellement un Jack (No5) mais rien d'obligé
  • un rabot de paume, mais pas le No220 qui est galère à règler

Tu peux aussi t'intéresser aux rabots japonais.

Dans tous les cas, tu n'échapperas pas à l'apprentissage du geste et aux longues heures à affûter les fers ! Bon copeaux.

par bellierbois il y a 5 ans
Pierro

Salut,

Je mettrais de l'huile de lin + térébenthine en 2 couches, avec une première couche à chaud pour faciliter la pénétration de l'huile dans le bois.

Bien entendu, il ne faudrait pas que tes casiers soient directement en contact avec le sol.

Je ne suis pas très fan des traitements anti-fongiques.

Joli travail !

Pierro
( Modifié )

Salut,
J'avais lu à ce sujet, un article sur un menuisier américain qui testait sur ses ongles, la tenu du tranchant de ses outils (porté par l'autre main d'un côté, et posé à la perpendiculaire sur l'ongle de l'autre côté). Si le ciseau tient, il est encore affûté, sinon il glisse.

Plus sérieusement, voici une vidéo qui présente différentes méthodes pour tester l'efficacité de ton affûtage. J'aime bien la méthode du papier.

Les outils dont tu te sers beaucoup sont affûtés souvent. Ex, pour mon rabot No50 (bouvet à combinaison), je l'affûte après chaque usage sur une pierre à huile, que j'ai sur l'établi, ça ne me prend pas plus de 2 min, et ça me permet de garder un tranchant nickel.

Mes fraises de défonceuses : je les affûtes quasi après chaque usage avec de petites pierres diamantées, c'est très rapide, et cela permet de garder un tranchant parfait pour la fois d'après. Mais pour certaines fraises, c'est plus compliqué, et du coup je ne le fais pas tout le temps.

Mes rabots à main, une à deux fois par projet, en fonction de la taille du projet. Pour ma colonne de SDB, 2 affûtages en 2/3 semaines d’intervalle. Les ciseaux, au moins une fois par mois, parfois 2 l'été, quand je travaille un peu plus ... enfin, cela dépend surtout du bois travaillé.

Comme le dit jean Galmot : quand il faut, hein 😄

PS: video de test d'un maitre japonais de l'aiguisage

Mis à jour
Pierro
Meilleure réponse

Bonjour hugues,

Il existe, et j'imagine que tu t'es déjà renseigné, plusieurs type de pierre :

  • pierres à eau (type pierres japonaises ou des Pyrénées, naturelles ou synthétique)
  • pierres à huile
  • pierres diamantées

Quelque soit ton choix, il faut procéder par palier afin de rendre l'affutage plus rapide. Comme le dit bene569, avec du papier de verre, ça fonctionne aussi très bien. Nicolas avait fait une excellente vidéo à ce sujet.

Concernant le choix des pierres à eau, je t'invite à lire l'excellent article (en anglais) de Dieter Schmid

L'affutage à l'eau est très efficace, mais nécessite de l'eau ... ce qui est un inconvénient pour les outils en métal. Il te faudra les sécher et les huiler après. De plus, tu devras aménager un espace de travail qui te permettra d'utiliser de l'eau sans souci. Enfin les pierres japonaises doivent être remise à plat (cette opération est très simple avec une feuille de papier de verre 400 ou plus).

L'affutage au diamant est aussi très efficace, et tu peux le faire avec du liquide lave-vitre ou un mix eau/vinaigre blanc. Excellent exemple au travers de cette video (Paul Sellers). Je t'avoue préférer les pierres japonaises ou des Pyrénées. Tu peux trouver des modèles de pierres chez Axminster.

Enfin, l’affutage à l'huile fonctionne exactement comme pour les pierres à eau, avec des pierres qui sont un peu moins chers que les pierres japonaises. J'ai une pierre indienne que j'ai sur l'établi pour l'affûtage "rapide" avant emploi.

Perso, je te conseille un investissement sur 2 ou 3 pierres à eau :

  • 600 à 800 grit
  • 2000 ou 3000
  • 8000 ou 10000 grit + cuir et pâte à affûter (pour enlever le mort-fil)

Tu peux aussi envisager une meule à eau type Tormeck, attention toutefois à ne pas trop chauffer ton outil et lui faire perdre sa trempe. Bon affûtage !

Pierro

Dernier petit aspect : la maintenance de ta fraise. Il est plus aisé d'aiguiser manuellement une lame droite, qu'hélicoïdale. Ceci dit, à l'usage, une fraise hélicoïdale est vraiment performante pour rejoindre la réponse de jeanco77