L'Air du Bois est une plateforme Open Source de partage collaboratif ouverte à tous les amoureux du travail du bois. (En savoir plus)

Rejoindre l'Air du Bois Se connecter

140 réponses
par Kwood il y a 17 jours
Fof
( Modifié )

Avec un vernis à base d'eau, c'est normal, l'apport d'eau fait tuiler le plateau. Mais je ne vois pas bien pourquoi vernir un dessous de table, jusque là, j'ai jamais vu personne se mettre à 4 pattes pour regarder si le dessous d'une table était vernis. Il vaut mieux vernir le dessus et les chants, une fois piétement installé (et finition appliquée sur le piétement), pour éviter que le plateau tuile à cause de l'apport d'eau de la finition (qui finit par s'évaporer).

Mis à jour
Fof

Iroko sans doute !

Fof
( Modifié )

En ce qui me concerne, c'est pas très académique, mais j'utilise de l'alcool à brûler pour affûter, j'ai pas de soucis sur quelconque pierre jusqu'à présent (mais j'utilise pas les pierres japonaises reconstituées qui boivent plus que moi). J'ai toujours le pulvérisateur proche de l'établi, ça me sers à pas mal de chose en plus de l'affûtage. Les avantages que j'y vois, c'est que c'est un tout petit peu gras, c'est appréciable pour l'affûtage, c'est peu visqueux et lubrifie bien la surface de la pierre, quand c'est terminé, un coup de chiffon, la pierre est propre, et ça assèche bien les outils et pierres diamantées, ça rouille moins qu'avec l'eau.
Les défauts, l'odeur et ça s'évapore tout de même assez vite (et attention de bien prendre de l'éthanol, et pas du méthanol).

Mis à jour
Fof
( Modifié )

C'est effectivement un contrefil localisé après le noeud. Ceci dit, passer dans l'autre sens, ça n'arrachera pas a cet endroit, mais ailleurs, là où c'était à fil lors du premier passage.
Mais là clairement les fers ont besoin d'affûtage, et les contrefers sont mal réglés pour que ça éclate autant (même avant les éclats de bout, ça arrache trop avant, surtout sur du noyer). Limiter la hauteur de passe réduit les arrachements également, et quand on peut, passer la pièce un peu de travers dans la raboteuse.

Mis à jour
Fof

C'est très surement de l'iroko, bien oxydé. Les lignes noires que tu vois dans l'aubier, c'est un champignon qui a commencé à se develloper, c'est très courant sur l'aubier des exotiques.

Fof
( Modifié )

Quand je vois la vitesse à laquelle j'affûte au touret conventionnel et à la pierre (y compris fers de raboteuse de 510), c'est pas moi qui vait te conseiller ce genre d'outil.
Les fers de dégau/rabot je les pèse de temps en temps pour vérifier l'équilibrage, mais il s'avère qu'en les affûtant à la volée au touret et finition à la pierre (faut compter le nombre de passes), j'ai des variations de masse extrêmement faibles.
C'est à mon avis loin d'être indispensable, et en ce qui concerne les fers de machines, ça ne remplacera jamais une affûteuse dédiée à ça. Pour les outils à mains, c'est encore plus inutile selon moi. Je suis à peu près certain que sur la plupart des outils à main (encore plus sur les outils particuliers), le temps de préparer les guides, d'allumer le bazar, d'affûter, c'est déjà remonté de mon côté et je suis déjà en train de bûcher ma planche. C'est comme tout, l'affûtage, c'est de la pratique 🙂

Mis à jour
Fof
Meilleure réponse

Si ta planche vibre lorsque tu dégauchis, la raison est très simple, c'est que les fers ne coupent plus assez. C'est moins flagrant sur les bois tendres, mais dès que tu attaques des bois coriaces genre ipé, wengé ou azobé, là ça se sent tout de suite que les fers ne mordent plus. Solution : affûter les fers 😉 Ceci dit, avec de l'ipé, il faudra les rafraichir régulièrement.

Fof

Salut, les chevilles carrées on évite proche du bois de bout, ou alors, en mettre des très petites en diamètre. Il aurait mieux valu mettre un tourillon classique. Comme dit Etienne, ça dépend de la situation, et du bois que l'on souhaite assembler.
Et là sur ta deuxième photo, ta cheville ne paraît pas carrée, tu as encore deux portions d'arc de cercle sur deux faces, et aucune sur deux autres. Ta chevilles doit être plutôt de section rectangulaire, et le plus grand côté en travers fil, dans le sens de fente.

par SebD il y a 3 mois
Fof

Salut, tu peux te renseigner du côté des négoces de bois du port de Sète, ils devraient en avoir je pense.

Fof
( Modifié )

Salut, non, même si c'est un bois très tendre, purgé de son aubier, il est classé classe 3, comme le cèdre rouge (thuya plicata). Tu peux faire des menuiserie donnant sur l'extérieur avec. C'est juste fragile face aux coups, comparé à un chêne par exemple.
tropix.cirad.f...erees/CEDRE.pdf

tropix.cirad.f...N RED CEDAR.pdf

Mis à jour
Fof

Pour faire du panneau (collage sur le fil, en bout, sans enture ou pièce de raccord, il n'y a pas grand chose qui tient), un collage à plat joint est souvent suffisant. Ceci dit, il doit être bien réalisé pour qu'il tienne dans le temps. C'est pas conseillé de coller à plat joint lorsque les joints dressés sont bruts de dégauchisseuse, quelque soit la machine, et même avec une vitesse d'avance très lente, il persiste des ondes d'usinage qui ne permettent pas un collage de qualité. Il faut finir le joint au rabot à replanir, pour avoir une surface de collage parfaite. Dans ce cas, le collage sera durable, et ce ne sera pas sur le joint que ça cassera.
De mon côté, j'ajoute des fausses languettes ou lamellos massifs dès lors que j'ai des joints de collage sur des bois très ronceux/loupes où le fil se barre dans tous les sens. Sinon je colle pour dire tout à plat joint.

Fof
( Modifié )

Salut, il est totalement illusoire de croire que visser du bois vert sur un support va l'empêcher de fendre. Dans tous les cas ça va fendre (et encore plus sur des plots entiers), et de deux, la retractation du bois a souvent la force de cisailler des têtes de vis si celles ci empêchent trop sa retractation. Le truc à retenir avec le bois, c'est qu'on ne le retient pas, on travaille avec ses caprices.
Pour un intérieur, je conseille plus du bois sec.

Mis à jour
Fof
( Modifié )

Pour ceux qui veulent faire ça à la main, on peut aller assez vite avec une grande gouge, avec un petit radius. En attaquant à travers fil, c'est rapide et peu fatiguant (en s'aidant du torse ou de l'épaule suivant la longueur du manche). Ca dépote le plus dans les résineux (mais en fait, à travers fil, ça passe bien dans tous les bois, sauf les bois ronceux).
On voit le principe sur cette vidéo, avec l'habitude, ça va vite. Finition au rabot biconvexe/rabot à débillarder (très facile à fabriquer), et racloir. Gros avantage : c'est pas le foutoir niveau poussières comme avec les disques de sculpture ou montage défonceuse... Là on fait des gros chocapics. De plus on est pas limité par des formes basiques de montages d'usinage. Si on veut fair un creusage complètement débillardé, c'est pas un soucis.
Et on peut d'ailleurs faire de beaux effets en laissant ces coups de gouges bruts.

Mis à jour
par sey il y a 3 mois
Fof

Elle rebondit quand tu amorces ta coupe ? Si c'est le cas, c'est parce que l'angle d'attaque des dents est trop fort, c'est un coup à prendre pour amorcer les coupes avec les grosses dentures, il faut "retenir" la scie jusqu'à ce que la coupe soit amorcée, que les dents soient prises dans le trait de scie.
Un problème de tension est également possible, et effectivement, les scies à cadre s'utilisent plus en poussant, mais ça doit être possible en tirant, à vrai dire j'ai jamais essayé.

Fof
( Modifié )

Normalement, botaniquement parlant, cèdre bleu et cèdre de l'atlas désignent le même arbre (cedrus atlantica). Et le cèdre de l'atlas est un cousin proche du cèdre du Liban (cedrus libani). Donc oui, tu auras sensiblement la même chose que tu as l'habitude de voir (aux différents sols/régions de pousse, qui peuvent changer les couleurs, la dureté, le grain d'une même espèce).

Mis à jour