5 réponses
Gatos

Bonjour,
Pour les charpentiers à Strasbourg les compagnons faisaient un achat groupé et les apprentis avaient ainsi tous les mêmes outils de base pour un prix somme toute modique (dans les 300€), avec une aide pour les familles les plus démunies. On nous demandait d'acheter ou de faire notre propre caisse à outils (avec cadenas pour éviter les vols). Cela reste un peu cher mais les outils c'est pour longtemps et c'est un investissement dans nos métiers.
La tenue c'est vêtements de travail et chaussures de sécu obligatoires pour les cours en atelier, pour le reste du temps en centre de formation il est exigé une tenue correcte, haut avec col et pantalon de type jean (interdiction totale du survet'). Pour le reste des règles il aura pendant la première journée une introduction complète (pas de gros mots, rôle de chacun, hiérarchie, etc.).
Bon début d'apprentissage au lapin !

Gatos
( Modifié )

Tu peux toujours faire une enture à double sifflet mais ce n'est pas le plus facile des assemblages à réaliser et ça demande du temps et un certain niveau technique de déposer les pièces, les tailler, coller, reposer, etc (ou bien étayer en sous-face et tailler directement la solive sans la déposer, tout aussi chronophage). Le mi-bois est plus aisé comme assemblage mais de nouveau beaucoup de manip'. Si tu pars sur cette solution finalement je te conseillerais de créer un gabarit en contreplaqué de 6mm pour reporter tes angles de coupe sur la solive et la pièce qui viendras en prolongement. Aussi comme c'est du bois ancien qui a travaillé et dont potentiellement les faces de référence ne sont plus à l'aplomb, des notions de piquage sont nécessaires.
Je pencherais aussi pour une trémie ou un chevêtre, tu pourras ainsi avoir accès aux combles perdus, puisque des travaux sont nécessaires autant opter pour une solution qui permet d'envisager une utilisation future de l'espace-ci et qui est plus aisée.
Quant au bois en cherchant un peu et en demandant à des professionnels de la région je pense que tu peux trouver des solives en vieux bois de la longueur souhaitée (quelle est la section au fait du solivage ?).

Mis à jour
par Termite il y a 2 ans
Gatos

Je ne sais pas si en menuiserie on fait des chevillages à tire mais en charpente ce n'est pas non plus tous les jours qu'on peut en faire et je ne me souviens pas de règle spécifique pour calculer la "tire" si ce n'est à l’œil. De plus cheviller à tire demande d'avoir des tenons déjà conséquents sous peine de les voir éclater sous la tension induite.

Pour les dimensionner tu peux faire la chose suivante que m'a appris mon maître d'apprentissage : après la taille assemble les pièce à blanc sur le sol, les mortaises sont taillées avec les trous de chevillage faits et les tenons ne sont pas encore percés afin de pouvoir ajuster au mieux toutes les pièces dans la structure. Une fois l'assemblage fini et d’équerre, prend ta perceuse avec une mèche au diamètre de la cheville, en mode inverse des aiguilles d'une montre, met-la dans le trou de chevillage de la mortaise déjà fait et marque ainsi le tenon en dedans. Après, démonte tes pièces (normalement la phase suivante est le levage), repère les marques sur les tenons et perce-les avec un-deux millimètre de décalage en parallèle vers l'épaulement du tenon. N'oublie pas de mettre de la paraffine ou de la vaseline sur les chevilles et frappe-les plus doucement que d'habitude afin de ne pas briser la joue.

Gatos
( Modifié )

Salut,
La réaction est bien celle du tanin contenu dans le chêne. En l'état, cette couleur noire ne part plus, il va donc falloir que tu rabotes tes bois, en tout cas je n'ai pas souvenir qu'il existe une autre solution pour faire partir le tanin.
Pour éviter que le tanin ne ressorte lors des finitions, ce que tu peux faire est de passer tes pièces à l'ammoniac dilué à l'eau (20% ammoniac - 80% eau) avec un pinceau qui fera "cracher" le tanin qu'ils contiennent après la coupe et avant la partie assemblage-poncage. De plus tes pièces prendront une teinte violette, ce qui peut-être rattrapée par la suite. Pense à bien protéger ton espace de travail et n'hésite pas sur le pinceau, ce n'est pas un travail de finition à proprement parler mais plus un traitement du bois.

Mis à jour
Gatos

Moi non plus je ne savais pas comment diluer les vernis, étant charpentier je n'avais jamais eu l'occasion d'en faire. Enfin bref, un ami menuisier m'a donné cette marche à suivre :

  • 1er couche 70% d'eau pour 30% de vernis
  • 2eme couche 50%-50%
  • 3eme couche 30% d'eau - 70% de vernis